Xavier Rolland: « Notre recette ? le travail ! »

| Publié par | Catégories : Non classé

Le Président rouennais le reconnait. Il n’a pas vraiment eu le temps de savourer et de fêter le titre. « A la fin du match, j’ai dû rentrer chez mois, à Nantes, où j’habite. Je n’ai pas pu faire la fête avec les gars, c’était très frustrant ». \n \nXavier Rolland, François Colombier a trouvé le groupe serein lors de cette finale. Même le Président semblait détendu a-t-il dit. \n_ Il a raison, j’étais détendu. C’est vrai que je vis mieux les finales. Je suis comme les joueurs, je commence à avoir de l’expérience, je progresse, j’appréhende mieux ces week ends stressants (rires). On avait tout préparé pour que tout se passe bien. Les gars savent ce qu’ils ont à faire. Ils sont pour cela assez impressionnants. La sérénité qui régnait au sein du groupe était très contagieuse. J’avoue quand même que la tension est malgré tout montée d’un cran lors du dernier match. C’était très intense. \n \nQu’est ce qui vous impressionne le plus dans votre équipe ? \n_ C’est cette culture de la victoire qui règne dans le groupe. Les joueurs ne doutent pas. Ils savent ce qu’ils sont capables de faire. Cela ne veut pas dire qu’on ne perdra pas, mais cela veut dire que l’adversaire va devoir sortir le grand jeu. Cette confiance, cette assurance, ça ne s’apprend pas en quelques semaines. \n\n{ON VA LAISSER UNE TRACE DANS L’HISTOIRE DE NOTRE SPORT EN FRANCE}\n\n6 titres de champions de France, ca veut dire quoi pour vous ? \n_ Cela veut dire qu’on va laisser notre trace dans l’histoire de notre sport en France. On parlera de nous longtemps. Cette génération dorée ne sera jamais oubliée. Ce seront les modèles des futurs baseballeurs du club. Et comptez sur nous pour raconter leurs exploits dans 20 ans encore. \n_ C’est aussi la satisfaction du travail bien fait. On essaie d’être performant dans tous les domaines d’activité, c’est beaucoup de travail… Et ces victoires, c’est du carburant qu’on met dans nos moteurs. Et puis cela renforce notre crédibilité. Cela nous aide bien sûr à continuer à avancer. \n_ C’est aussi des joies que je partage avec des gens que j’aime. Et croyez moi, cela compte au plus haut point. \n \nVous dites que ces titres vous crédibilisent ? Que voulez vous dire ? \n_ Qu’être président d’un club de baseball en France n‘est pas une chose facile à gérer. Il faut convaincre. C’est vrai que les victoires, la dimension européenne que le club a prise, cela facilite notre travail. Nous avons pris des engagements auprès de nos partenaires depuis plusieurs années, et nous prouvons que nous atteignons nos objectifs. Mais nous avons aussi de la chance d’avoir notamment à nos côtés des élus réceptifs, qui nous ont fait confiance et qui nous accompagnent. Je pense qu’on ne les a pas déçus et qu’ils ne regrettent pas leur choix. _ Mais il reste encore énormément de boulot. \n \nC’est quoi la recette des Huskies ? \n_ La recette ? Le travail, je pense. On travaille beaucoup. Tous. Joueurs, entraîneurs, éducateurs, bénévoles, dirigeants…Et dans la bonne humeur. On est heureux de se retrouver. Même pour travailler (rires). Il n’y a pas de secret. Ensuite, on travaille sur le long terme. Regardez l’équipe Elite. Quelle stabilité. On ne chamboule pas tout, tout le temps. On travaille avec les jeunes, on essaie de leur offrir les meilleures conditions pour progresser. On fait cela avec nos moyens. On essaie d’être juste. \n\n{ON VA CONTINUER A AMÉLIORER LE TERRAIN PIERRE ROLLAND.C’EST UNE PRIORITÉ}\n\n_ Et puis on essaie d’être les meilleurs possibles dans tout ce qu’on fait. C’est une réelle ambition. En communication, quand on fait le Huskies’Mag, on travaille fort dessus, pareil pour notre site internet. Quand on veut développer notre programme jeune, on envoie nos minimes à Prague, à Amsterdam ou à Mannheim, pour qu’ils aillent se frotter aux meilleurs. On est de plus en plus sollicité par les écoles, les collèges pour faire des animations… Et ca se passe super bien grâce au boulot de Michael Cerda… \n_ On est ravi d’accueillir les scouts de la MLB comme en avril dernier, ou le stage européen d’arbitres avec la Jim Evans clinic (arbitre professionnel MLB, NDLR)… Si on fait quelque chose, on le fait à fond. Toujours. Je ne dis pas qu’on est toujours les meilleurs, mais on essaie à chaque fois. \n_ Un ami journaliste me disait l’autre jour qu’il était très impressionné par le club. « Vous êtes en haut de votre sport, mais vous avez toujours trois idées dans les cartons et vous avez un fonctionnement bien plus pro sur certains aspects que des clubs qui ont le statut pro ». C’est un compliment qui m’a fait énormément plaisir par ce que c’est exactement cela qu’on veut faire. Avec, encore une fois, nos moyens. \n \nVos moyens ? Vous n’êtes tout de même pas le parent pauvre du baseball ?\n_ Non, bien sûr, mais là je me plaçais plus en rapport à d’autres disciplines. Mais même au sein du baseball français, ne croyez pas que nous ayons une surface financière plus importante que quelques uns de nos adversaires. \n\n{NOS PARTENAIRES ONT RAISON. RAISON DE MISER SUR NOUS. ET ON VA CONTINUER A LEUR PROUVER.} \n \nVous avez des partenaires fidèles. Comment avez-vous convaincu les collectivités notamment ?\n_ C’est vrai qu’on a des relations excellentes avec le Département de Seine-Maritime, avec la Région Haute-Normandie et l’agglomération de Rouen. A chaque fois qu’on a monté des dossiers, on a toujours pu en discuter. La Coupe du Monde est le meilleur exemple. Le département par exemple est toujours à l’écoute. C’est un partenaire exigeant et c’est normal. Mais le Conseil général est capable de mobiliser ses services si le jeu en vaut la chandelle. J’aime ces rapports francs. Je crois que tous savent qu’on ne triche pas, qu’on donne tout, qu’il n’y a pas de profiteurs, qu’on est réglo, qu’on fait toujours le maximum. \n_ Ensuite, on gagne, on véhicule une image très positive. C’est d’ailleurs toujours très flatteur de discuter avec les Rouennais notamment. Beaucoup ne viennent pas aux matchs, mais ils nous suivent, via les médias, via internet. Et quand ils me disent qu’ils sont fiers de nous, parce qu’on représente Rouen, cela me donne beaucoup d’énergie pour continuer. \n_ Encore une fois, on a une très belle image. Sport jeune, sans casserole et qui gagne. Et je vais vous dire: ils sont raison. Ils ont raison de miser sur nous et on va continuer.\n \nPour revenir sur le terrain sportif, cela restera une des grandes saisons du club ? La plus belle ?\n_ La plus belle, je ne sais pas. 2007 était pas mal non plus (doublé championnat/challenge, vice champion d’Europe, draft de Joris Bert chez les Dodgers de Los Angeles…). \n_ Mais c’est en effet une saison exceptionnelle. On devient le 2ème club le plus titré de l’Histoire du baseball français, on fait le doublé, une superbe Coupe d’Europe avec évidemment cette victoire face à Amsterdam, la première victoire d’une équipe française contre une équipe hollandaise en senior. Il y a eu le succès de l’Open de Rouen, qui va devenir un grand rendez-vous annuel… Et puis le terrain ! L’infield en synthétique…\n \nEt d’autres travaux qui vont suivre…\n_ Oui, on va continue à améliorer le terrain Pierre Rolland; C’est une priorité. Améliorer nos infrastructures. On va refaire les tribunes, on réfléchît avec les services de la ville à la meilleure option possible. Il y a plusieurs choix. On va aussi refaire le bas du backstop. L’installation de l’arrosage automatique sera bientôt achevée. On travaille sur ces dossiers actuellement. \n_ Après, on a évoqué d’autres aménagements pour le futur. Club house, tunnels de frappe couverts et éclairés… \n \nEt l’éclairage ? \n_ Ah ça, c’est sûr que c’est le gros frein à notre développement. Le terrain est occupé tous les jours, par les sections du club, par les écoles, par le Pôle France… C’est un problème qui ne sera résolu que par l’éclairage pour que l’on puisse dégager des créneaux d’entrainements plus tard le soir. \n_ Et puis, cela nous permettrait de jouer un match le samedi soir et d’envisager d’organiser une Coupe d’Europe A. C’est un sujet de discussion aussi avec la Ville de Rouen qui est consciente de l’enjeu. \n \nOn parle d’une ligue européenne ?\n_ On en parle en effet. Nous attendons cela avec impatience et gourmandise. C’est certain que si cette ligue voit le jour, on sera candidat. Mais je n’ai pas d’infos nouvelles sur ce dossier. \n \n{ON EST PLUS RECONNU A L’ÉTRANGER QU’EN FRANCE. C’EST COMME CELA}\n\nOn sent que le volet international prend de plus en plus d’ampleur au club ? \n_ Oui. D’abord, il suffit de voir les félicitations que l’on reçoit depuis dimanche. Beaucoup viennent de l’étranger. On est plus reconnu d’ailleurs à l’étranger qu’en France, c’est comme cela. On a une très bonne image. Cette semaine, Anvers nous a proposé de nous accueillir en mars prochain pour des matchs de préparation. La veille, c’est le club allemand de Solingen qui nous a fait la même proposition. Nous avons ces dernières années été invités par Barcelone, par Utrecht… Nous sommes très connus au Québec.. On a, c’est vrai, ce rayonnement. Quand nos matchs sont retransmis sur Internet, on a des milliers de connexions dans les autres pays (12.000 internautes avaient suivi la finale du Challenge de France en 2006, NDLR)… \n_ La ville de Rouen vient d’entamer des échanges très fructueux avec la ville de Cleveland. On va essayer de s’inscrire dans ce programme… \n_ Je le disais, on envoie nos jeunes à l’étranger, pour les habituer à battre des équipes d’autres nations. A Rouen, un jeune minime n’a pas peur d’affronter un club hollandais. Il faut leur montrer qu’ils peuvent battre tout le monde très jeune, pour que le baseball français cesse de cultiver des complexes vis-à-vis des hollandais ou des italiens. \n \nUn mot sur la saison prochaine ? \n_ On travaille dessus. On a beaucoup de dossiers à régler. Cela ne s’arrête jamais. On n’a même pas vraiment le temps de savourer le titre. Je vais voir les joueurs, faire le point avec eux. Après, on prendra nos décisions. On aura, vous l’imaginez bien, une équipe compétitive en 2010. \n_ Je peux vous annoncer les arrivées de deux jeunes prometteurs : Maxime Lefevre (arrêt court). C’est certainement le meilleur espoir français. Il va exploser j’en suis sûr, à Rouen, et Yohan Brett (outfielder). Tous les deux viennent de Montigny. On donne leur chance aux jeunes à Rouen. Ils vont s’ajouter à la nouvelle génération qui arrive, les Quentin Becquey, Saad Anouar, Oscar Combes… la relève est là.\n_ On est en train de voir aussi avec Romain David qui souhaite revenir. \n_ On va aussi renforcer l’équipe dirigeante. Sylvie Becquey nous rejoint. Elle va énormément nous apporter. Elle va nous apporter son expérience et nous aider à encore plus structurer le club. Il est prévu de la présenter prochainement dans ces colonnes. Elle a notamment travaillé à la Fédération Française de Tennis aux côtés de Jean Paul Loth et elle est très très efficace. Elle est parmi nous depuis peu de temps et on a l’impression qu’elle a toujours fait partie du club. \n_ J’espère aussi convaincre une autre personne à nous rejoindre. Elle réfléchit, j’espère qu’elle dira oui car elle peut nous aider à franchir un pallier. On en reparlera. Mais cela aussi, c’est un dossier capital pour continuer à grandir. \n \nLe club va aussi déménager ?\n_ Oui, notre partenaire Plaine normande va nous aider à pousser les murs. On va emménager début 2010 dans 150 mètres carrés de bureaux dans le quartier de la Grand-Mare, où le club réside depuis 2000. On y sera plus à l’aise avec une grande salle de réception, une cuisine, plusieurs bureaux… \n_ Cela va nous permettre de mieux travailler encore dans le quartier. Nos éducateurs interviennent dans les établissements scolaires et lors du temps péri-scolaire. C’est dans ce cadre que nous avions mis en place un bus pour aller chercher les habitants du quartier que nous avions invité à assister à la finale. Le volet social a toujours été un axe majeur de la politique du club. \n\n{LA COUPE DU MONDE ? ON EST PASSE A COTES DE QUELQUE CHOSE DE MAGIQUE}\n\n\n2010 qui verra une 2ème édition de l’Open ?\n_ Ah oui, ça c’est sûr qu’on veut recommencer. J’ai personnellement adoré cette semaine en juillet dernier. Il y aura 6 équipes. Rouen ne participera pas à ce tournoi si la France vient. Cela pourrait être pour les Bleus le tournoi idéal pour préparer les Championnats du Monde de Stuttgart. Ce sera du 12 au 17 juillet inclus. Le Québec, les USA, la Belgique veulent revenir… On a d’autres candidatures… On va devoir faire des choix. J’aimerais que trois continents soient présents en 2010. \n \nLa déception de la Coupe du Monde est digérée ? {(Rouen était candidat pour organiser une poule en septembre mais la Fédération n’a pas donné son feu vert)} \n_ Il faut continuer à avancer, n’est-ce pas ? Mais c’est une plaie qui ne cicatrisera jamais vraiment car on ne nous proposera pas cette opportunité avant longtemps. Peut-être jamais même. On est passé à côté de quelque chose de magique. \n\n\n{ « Cette photo là, je l’aime. Merci à Christophe Elise qui l’a prise. D’ailleurs, je le remercie publiquement d’immortaliser avec tellement de talents tous ces moments forts que nous vivons au club. J’aime cette photo car elle explique en partie mon attachement au club. Je suis avec Robin Roy et François Colombier. L’un lance, l’autre coach. Ce sont mes amis depuis 20 ans. Ils comptent beaucoup pour moi. Cette photo d’ailleurs a été prise quelques minutes avant le début du match 4 de la finale. Et vous le voyez, on était détendus et complices. On partage depuis toutes ces années pleins d’émotions ensemble. Oui, j’aime être avec eux. » } \n\nhttp://www.rouen.fr] aux côtés de Xavier Rolland. « Je veux lui rendre hommage. Elle a cru très vite en nous. C’était courageux. Plus compliqué en tout cas que de miser sur le foot ou le basket. Je l’en remercie et j’espère qu’on a répondu à son attente. Elle aime le club, je crois. C’est d’ailleurs notre porte-bonheur. » }\n