Sylvie Becquey, la recrue de marque

| Publié par | Catégories : Non classé

Toute personne normalement constituée aurait laissé tomber, dégoûtée. Pas Sylvie Becquey. En juin dernier, quand elle rencontre les dirigeants des Huskies, ces derniers sont très occupés. Ils tentent de relever le plus grand défi jamais lancé dans le baseball français : organiser et accueillir une étape de la coupe du monde… en quelques semaines ! « Quand j’ai vu son CV et ses compétences, je lui ai demandé si elle pouvait nous donner un coup de main » se souvient Xavier Rolland, le président du Rouen Baseball76. Sylvie Becquey n’hésite pas : « Je venais de quitter mon emploi, j’avais du temps et le challenge était énorme. J’ai donc pris le train en route. Pendant un mois, on a tous bossé comme des fous, c’était passionnant. » A l’arrivée, le projet tombe à l’eau. La fédération française refuse de donner son feu vert. Adieu Japon / France et Nicaragua / France sur le terrain Pierre Rolland ! \n \n « Ca a été une grosse déception. Mais cette aventure restera une expérience humaine très enrichissante », explique Sylvie qui se souviendra longtemps de son premier contact avec la fédération. « Je suis de nature optimiste. Un nouveau DTN (directeur technique national) doit être nommé début novembre, les choses devraient donc changer… »\n\n\n{Le CV de Sylvie ? Pour le lire, il faut prendre son souffle} \n \n\n\nLe CV de Sylvie ? Pour le lire, il faut prendre son souffle : dix ans à la DTN de tennis à organiser les voyages de l’équipe de France en coupe Davis (« J’ai toujours été attiré par le milieu sportif, sur le terrain on ne peut pas tricher ») avant de passer chez Yves St Laurent (« Des gens un peu superficiels à mes yeux, qui piquent des crises parce qu’ils n’ont pas fait leur quota de rouge à lèvres… et ce, pendant la guerre du Golfe. Je connais.»), de se faire élire au conseil municipal de Sèvres (« Je sais comment les collectivités fonctionnent »), de s’associer à la création d’une agence d’événementiel et de communication, une agence de voyage (« En un coup de fil, elle m’a baissé une facture d’avion de 3000 euros » raconte Sylvain Virey, le manager des Bleus) puis de travailler comme « office manager » chez un fabriquant américain… de logiciels scientifiques !\n« J’ai 57 ans et tous mes trimestres » rigole cette maman de trois enfants, dont le dernier Quentin s’envolera (en première classe ?) jeudi prochain (le 05/11) pour les Etats-Unis afin de participer à une détection MLB. \n \n« Pas de doute, c’est une super recrue, se félicite Xavier Rolland. Sylvie est hyper structurée, hyper professionnelle, c’est une battante. Nous serons meilleurs avec elle. Elle vit à Rouen depuis seulement quelques mois mais elle fait déjà partie de la famille Huskies. Son rôle reste encore à définir précisément mais je la vois notamment comme la super intendante du club, celle qui coordonnera les déplacements. Tout le monde y gagnera : les entraîneurs qui pourront d’avantage se consacrer au domaine sportif sans se soucier de la logistique et le club qui devrait réaliser quelques économies… » \n \nOutre ses connaissances en scorage, Sylvie aimerait aussi améliorer la « communication interne et externe du club ». « En tribunes, le dimanche, j’ai parfois rencontré des gens du club frustrés car pas toujours écoutés. J’aimerais être cette oreille du club pour faire remonter des idées ou des questions de la base. » \n \nLe Bureau directeur des Huskies s’est réuni ce week end au Chalet. Pourvu que Sylvie ait toujours le temps de nous faire ses cakes à la noix de coco ! \n\n\nS.C.\n \n{SES MISSIONS}\n_ Nommée par le Bureau directeur pour pallier une vacance de poste, Sylvie Becquey est chargée de mission en attendant la prochaine Assemblée générale qui sera élective. \n \n- Recherche de partenaires\n- Gestion « événementiels »\n- Logistique et déplacements de toutes les équipes\n- Gestion licenciés\n- Promotion externe \n- Administratif\n\n\n \n{« JE ME SUIS DIT QUE CE DEVAIT ETRE BON DE SE RETROUVER AU MILIEU DE CETTE FAMILLE, DE CETTE MEUTE… » – Sylvie Becquey}\n \n\nVous avez plongé dans le baseball il y a quelques années à travers la passion de votre fils Quentin ? \n_ La passion, très jeune de Quentin pour le baseball nous a, mon mari et moi, toujours impressionnés. Nous étions tous deux sportifs et nous avons accompagné d’autant plus facilement Quentin à tous ses entraînements et matches. Il n’a pas tardé à se faire remarquer par Sylvain Virey et a de ce fait intégré le Pôle France à Petit Couronne.\nSon club, dans la région parisienne, ne comprenait pas d’équipe junior et la possibilité de pouvoir intégrer le club de baseball de Rouen fut logique dans son esprit dès lors qu’il connaissait la réputation de ce club. Dans la même période nous venions d’acheter une maison dans le calvados !\nD’une pierre deux coups….nous voici normands !!\n \nComment vous êtes vous retrouvé parmi les Huskies ? \n_ Je dirai que c’est grâce à un heureux concours de circonstances … l’article sur Sylvain dans le HuskiesMag dans lequel il exprimait le souhait de trouver une aide pour gérer tous les aspects logistiques de l’Equipe de France A m’a interpelé et c’est tout naturellement je le lui ai fait part de mes différentes expériences et plus particulièrement dans le milieu sportif (10 ans au service de la Fédé de Tennis, en tant que responsable administrative de la DTN, au côté de Jean Paul Loth). \n_ Là dessus, arrive le projet Coupe du Monde de Baseball à Rouen et un certain Xavier Rolland me contacte en me demandant si j’étais partante pour aider le comité d’organisation à relever ce défi …. Sans hésitation, (j’aime les challenges !) j’ai dit oui et me voilà embarquée …. \n_ Malheureusement le projet Coupe du Monde n’a pas abouti … mais il m’a au moins donné l’occasion de me retrouver parmi les huskies. Mon appétence pour le milieu sportif a vite fait le reste….J’ai toujours aimé cette ambiance particulière d’équipes déterminées dans certains sports.\n \n{« On est obligé de reconnaître qu’il y a une ambiance d’enfer entre joueurs, entre joueurs et officiels et entre Huskies et institutionnels »}\n \n\n\nQu’est ce qui vous a donné envie de rejoindre la meute ?\n_ Me retrouvant de fait au milieu des huskies et venant de quitter un job devenu insipide dans la région parisienne,une boîte américaine passionnante mais « presse-citron », je me suis dit que ce devait être bon de se retrouver au milieu de cette famille, cette meute, qui s’éclatait à gagner presque tous ses matches, dans une ambiance clean, et en même temps de me retrouver dans le milieu sportif que j’avais tant aimé au début de ma carrière.\n \nC’est facile de devenir un Huskies ? \n_ Je suis devenue husky sans m’en rendre compte finalement tant l’intégration est évidente, naturelle, tant par l’accueil qui m’a été réservé par le staff que par celui des joueurs. Un certain gâteau à la noix de coco à la sortie de certains matches n’y est pas forcément étranger ….Par ailleurs on est obligé de reconnaître qu’il y a une ambiance d’enfer entre joueurs ,entre joueurs et officiels et entre huskies et institutionnels.\n \nQuelle est l’ambition de la Secrétaire générale ?\n_ Devenir Secrétaire Générale du club est pour moi un retour souhaité et heureux dans le milieu sportif. C’est une façon de mettre au service du club un certain nombre d’années passé à cumuler des expériences dans des domaines variés et concrets susceptibles d’optimiser la gestion du club et de libérer le staff d’un certain nombre de tâches que je connais bien : déplacements de joueurs, événementiels, négos avec des commerciaux ou des institutionnels etc… Mon ambition particulière est d’être un vecteur de communication, évidemment d’être utile à l’essor de ce club et participer à une meilleure reconnaissance en France de ce sport fabuleux qu’est le baseball ! \n