Sylvain Virey : « Le seul objectif qui m’intéresse vraiment est la première place »

| Publié par | Catégories : Non classé

\n\nPROGRAMME DES BLEUS EN 2009\n_ Prague Baseball week du 22 au 28 juin\n_ Rouen Open du 20 au 26 juillet.\n_ Stage de fin saison ?\n\n\n\nSylvain, manager senior, c’est une belle réussite ?\n_ C’est une évolution de ma carrière. On parlera de réussite si le projet senior obtient des résultats.\n\nVous avez hésité avant d’accepter. Pourquoi ?\n_ C’est un honneur et une vraie marque de confiance de la part d’Eric Elsensohn qui m’a sollicité pour prendre la responsabilité des seniors. C’est aussi une proposition qui ne peut se refuser pour un cadre technique d’état.\n_ Il est cependant vrai que j’ai demandé à Eric un délai de réflexion afin de lui présenter un projet. Il me semblait important de discuter des conditions de réalisation de ce projet avant de me lancer dans l’aventure.\n\n\nVous avez déjà une idée de l’équipe qui va vous entourer ?\n_ Je compte sur de nombreuses personnes pour accompagner le projet. Des techniciens comme les coaches des clubs Elites, les cadres de la DTN missionnés sur le haut niveau (Fabien Proust, Boris Rothermundt et Gerardo Leroux), ainsi que des compétences étrangères.\n_ L’ampleur de ce projet nécessite un suivi particulier au niveau médical mais aussi dans le domaine de la communication et la recherche de partenaires. Le nouveau Comité directeur doit prendre conscience de cet enjeu et j’espère avoir les appuis et les moyens nécessaires pour faire en sorte que nos seniors portent très haut l’image de notre fédération. \n_ Je prends le train en marche avec un programme de compétitions déjà établi cette année; je compte donc utiliser ces quelques mois pour structurer le projet 2010: staff, groupe France, relations avec les clubs Elite, calendrier pour le prochain CE, etc.\n\n\n{« J’ai été très impressionné par la capacité de nos joueurs\nà relever de grands défis »}\n\n\nVous n’avez pas une grande expérience de coaching en matchs. C’est un handicap ?\n_ Je n’ai pas à rougir de mes compétences de coaching ! Mais c’est un fait, je pense que nous ne manquons pas de compétences en France mais que nous manquons d’expérience et d’automatisme. Au niveau professionnel, les équipes font jusqu’à 200 matchs par an. Et les coachs des équipes étrangères sont souvent beaucoup plus âgés que nous.. Avec les programmes des Pôles France et des équipes de France, les cadres de la DTN ne dépassent pas les 40 matchs par an!\n_ Malgré leurs compétences, les cadres de la DTN n’ont pas l’autorisation de coacher dans les clubs Elite afin d’éviter de favoriser un club plutôt qu’un autre. Ce choix politique a un revers, il ne va pas dans le sens de l’acquisition de l’expérience qui est pourtant capitale dans notre sport.\n_ Mais cela ne doit pas être un frein. A moi de trouver les compétences pour accompagner notre réussite.\n\nVous allez réussir à gérer Pôle France et équipe de France ?\n_ Un double projet pour un double défi. Je m’occupe du Pôle à Rouen depuis sa création en 1997. Même s’il y a une routine de fonctionnement qui s’est mise en place, il y aura toujours des périodes chaudes qu’il va falloir gérer. Je suis aussi le seul cadre technique permanent à Rouen mais j’ai l’avantage de pouvoir compter sur un staff compétent avec Luc Piquet, Keino Perez et Cédric Marie.\n_ Pour les seniors, mon 1er objectif est de trouver le staff qui fera vivre le projet. Des techniciens bien sur, mais aussi des personnes clefs qui permettront la réussite de ce projet : la personne qui assurera la partie logistique par exemple. Basé à Rouen pour le Pôle, je n’aurai pas la disponibilité de gérer ce projet sans un appui au siège fédéral (gestion du matériel, des courriers, des remboursements de frais, et de façon plus large la communication, les réservations d’hôtels et de transports, etc.). Il faut donc que j’arrive à trouver les ressources humaines nécessaires afin que le projet tienne la route. Je me suis donné jusqu’a l’été pour ca et je ferai le point avec Eric Elsensohn pour réguler le projet senior si nécessaire.\n\nQue pensez-vous de l’équipe de France actuelle ?\n_ Le dernier évènement important de l’Equipe de France senior était le Championnat d’Europe de 2007. Le groupe de joueurs qui était emmené par Jeff Zeilstra m’a donné beaucoup de fierté et j’ai été impressionné par la capacité de nos joueurs à relever de grands défis. La victoire historique contre les Italiens, accrocher les Espagnols et être à deux doigts de battre les Anglais (2ème lors de ce CE) me donne beaucoup d’espoir. Ce groupe de joueurs était particulièrement jeune et a gagné en maturité aujourd’hui. Je suis donc très optimiste pour l’avenir et je crois en nos victoires futures.\n_ Fabien Proust, qui était en charge du programme de 2008 a eu une démarche intéressante en ouvrant le groupe France à de nouveau joueurs.\n_ A moi maintenant de me servir de ce qui a été bâti et de l’utiliser cette année pour reconstruire un groupe France qui se préparera au prochain CE à l’été 2010.\n\n\n{« je pense que nous manquons de consistance à la frappe »}\n\n\nSi on analyse la situation, quels sont les points positifs en équipe de France A ?\n_ Les points positifs sont nombreux :\n_ Comme je l’ai dis précédemment, nous nous sommes basés sur un groupe jeune en 2007, le cÅ“ur de ces joueurs joue toujours et nous aurons 3 ans de maturité en plus pour 2010.\n_ Deux de ces joueurs (Bert et Hanvi) évoluent actuellement en professionnel, c’est là aussi un atout important.\n_ Nous pouvons compter sur une équipe rapide, qui a un bon sens du jeu, et qui va gagner en maturité.\n\nLes points négatifs ?\n_ Même si beaucoup de personnes pensent que le pitching est le point faible de l’équipe de France, je pense de mon côté qu’on a des lanceurs de valeur qui peuvent nous porter au plus haut niveau européen. Tout dépendra de notre capacité à préparer ces derniers puisque la plupart travaillent.\n_ Par contre, nous manquons, à mon avis, de consistance à la frappe. Nos frappeurs ne rencontrent que trop peu de lanceurs rapides pendant le championnat et manquent d' »at bats » de qualité. \n\nComment corriger ces points négatifs ?\n_ C’est une question dont je veux débattre avec les coaches Elite et la CNSB. Les solutions sont multiples et on peut jouer sur de nombreux leviers :Mieux détecter les joueurs potentiels et pas seulement en métropole,\n- Professionnaliser l’encadrement en accompagnant les coaches des clubs Elite,\n- améliorer les conditions d’entrainement en développant entre autre les CIP (Contrat d’insertion Professionnelle),\n- faire évoluer le championnat avec, par exemple, l’adoption des règlement CEB avec 3 étrangers dans les rosters Elite tout en préservant une obligation d’un volume de manches lancées pour les Français; ou encore permettre aux jeunes lanceurs prometteurs de lancer au meilleur niveau national. Toutes ces idées et bien d’autres doivent être débattues sans tabou afin de relever et développer notre niveau de jeu.\n_ A moyen terme et pour faire progresser notre niveau de jeu, il faudra nous équiper de stades. Il est inadmissible, au regard des infrastructures de nos voisins européens, que la France ne possède aucun stade de Baseball. Nous sommes compétitifs dans le groupe A européen mais nous avons un retard considérable au niveau de nos infrastructures. Toute catégories d’âges confondues, nous n’avons pas organisé de Championnat d’Europe depuis plus de 10 ans !\n_ Si nous voulons faire progresser notre haut niveau et notre fédération, nous devons impérativement créer de l’évènement en France dans des infrastructures dignes de ce nom. Pour cela, il faut cibler des lieux de pratique et encourager les initiatives des clubs qui organisent des tournois internationaux (Montpellier, Toulouse, Pineuilh/Bordeaux, Clermont, Rouen, Paris…).\n\n\n{« Echanger régulièrement avec les coaches Elite me semble \naussi un impératif » }\n\n\nComment compter vous obtenir de meilleurs résultats ? Quelle sera votre politique ?\n_ Les résultats se font par les joueurs. Il nous faut trouver un projet qui motive les joueurs et qui leur donne les moyens de se préparer.\nAinsi, disposer d’un bon staff est une première étape. Associer les personnes ressources à ce projet commun : coaches de clubs, cadres CTN et apport de compétences étrangères.\n_ Echanger et travailler régulièrement avec les coaches Elite me semble aussi un impératif (ce sont eux qui travaillent au quotidien avec les joueurs). A ce propos, la nouvelle filière de haut niveau négocié avec l’état (Parcours d’excellence sportive ou  PES) doit se mettre en place dès cette année : je pense que les clubs Elite, les CER et les différentes ETR doivent être associé à ce dispositif et afin d’être plus pleinement reconnu et accompagnés dans notre processus de développement du joueur.\n_ Il nous faut aussi proposer un programme de compétition de haut niveau\n_ Proposer un programme de compétition de haut niveau : je prend actuellement des contacts avec des organisations professionnelles afin de cibler nos moyens sur des compétitions de haut niveau pour 2010.\n_ Je pense que nous devons nous frotter aux meilleurs pour nous préparer à battre les 1eres nations européennes. J’ai particulièrement apprécié notre expérience en Chine en 2007. Je chercherai a trouvez ce type d’évènement pour développer notre jeu. \n\nÊtes-vous pour le développement d’un réseau aux Antilles, en Amérique du Nord, pour trouver des joueurs possédant la nationalité française ?\n_ Nous pouvons être fier de notre filière de haut niveau ; elle fait référence en Europe mais aussi dans de nombreuses nations mondiales. Malgré la confidentialité de notre discipline en France, nous sommes capable de développer nos meilleurs potentiels. Il me semble important de garder ça en tête et de lier plus encore entre eux les clubs, les CER et les Pôles pour pérenniser cette réussite. Le prochain PES doit valoriser ces différents acteurs du développement du haut niveau. \n_ Avec cette base, il me semble aussi nécessaire et important d’être à l’écoute de joueurs de nationalité française inconnus aujourd’hui qui évoluent dans de bons championnats étrangers. Nous connaissons des à présent plusieurs joueurs d’origine Antillaise évoluant ou ayant évolué en professionnel avec qui j’échange pour voir les éventualités de sélection.\n_ Je ne pense pas qu’il faille mettre en place une politique de nationalisation comme ont pu le faire d’autres nations européennes. Même si les résultats de la GB aux derniers CE peuvent nous faire réfléchir, je ne crois pas que cela soit intéressant et pérenne dans le temps. On ne ferait que perdre de l’argent. Je pense cependant que nous n’avons aucune raison de ne pas sélectionner des joueurs évoluant à l’étranger s’ils ont la nationalité Française et s’ils peuvent apporter un vrai plus dans le groupe. Leurs qualités humaines seront pour moi aussi importantes que leurs qualités de joueur.\n\n\n\n{« je suis persuadé que nous pouvons battre n’importe qui »}\n\n\nOn le sait, l’un des soucis, c’est le pitching staff… plutôt vieillissant. Comment faire progresser le niveau des lanceurs français ?\n_ Le Baseball est un sport à maturité tardive. Il me paraît logique que certains de nos lanceurs dépassent la trentaine. Lors des dernières finales des World Series, un lanceurs de 43 ans était sur le monticule, et la concurrence à ce niveau de jeu est plus importante que pour nos joueurs français. Il ne faut donc pas en avoir peur. \n_ Il existe de jeunes lanceurs en France qui, a mon sens, prendront une place progressive dans le groupe France senior. Certains ont déjà marqué les esprits en 2008. Il faut leur laisser le temps de progresser.\n_ Je pense aussi que nos « vieux lanceurs » ne le sont pas tant que ça. Ces derniers travaillent pour la plupart et le plus dur sera sans doute de leur permettre de se préparer dans de bonnes conditions pour qu’ils restent à un haut niveau de jeu.\n_ Je chercherai a sélectionner les meilleurs, quelque soit leur âge. \n\nQuelles sont vos ambitions pour les Bleus ?\n_ Quelle que soit la catégorie d’âge, nos équipes de France tournent généralement autour de la 5ème place Européenne. La logique devrait être de viser la 4ème pour le prochain CE.\n_ Il ne m’appartient cependant pas de déterminer cet objectif.\n_ Pour ma part, le seul qui m’intéresse vraiment est la 1ère place. A ce jour et jusqu’à cette compétition, nous n’avons perdu contre aucune équipe. Alors pourquoi le prévoir ? Mon intention est de jouer chaque match avec nos meilleurs lanceurs et le meilleur line up possible. Je respecte toutes les nations européennes et il n’en existera pas de petite au prochain CE. D’un autre côté, à nous de jouer de façon décomplexé ; je suis persuadé que nous pouvons battre n’importe qui.\n_ Si on me donne la chance d’être champion d’Europe un jour, je la saisirai. \n\n\n{« Je prépare 2010 avec des contacts avec la MLB »}\n\n\nQuelles seront vos premières mesures, vos premières décisions ?\n_ Comme je l’ai déjà dis, j’ai entrepris de contacter directement les coaches et présidents de clubs Elite ; j’ai aussi demandé le soutien des cadres de la DTN et contacté John Haar, Jeff Zeilstra et Josh Ridgway qui sont prêts à apporter leur soutien à l’équipe de France.\n_ Je souhaite rencontrer chaque équipe pour présenter le projet senior et échanger avec les coaches Elite. Le Challenge de France sera un moment privilégié pour ça.\n_ Je prépare aussi le terrain pour 2010 avec des contacts avec la MLB entre autre.\n\nVous avez déjà une idée du programme 2010 ?\n_ Il est encore trop tôt pour annoncer un calendrier aujourd’hui. Je souhaite pouvoir accompagner la préparation des joueurs du groupe France avec les coaches Elite en hiver et cibler nos moyens financiers pour réunir l’équipe de France pour des matchs à partir du mois de mai jusqu’au CE. \n\nVous avez de nombreux contacts avec la MLB. Vous comptez les utiliser ? Comment ?\n_ J’ai eu la chance d’être invité aux « intructional leagues » avec les A’s en 2002 et les Brewers en 2004 avec qui j’échange encore aujourd’hui. J’ai aussi rencontré lors des derniers try out MLB à Rouen un coach des Royals qui travaille aussi à Phoenix. Ces contacts devraient, si on en a les moyens, nous permettre de jouer des matchs de l’Extended spring » contre des organisations professionnelles ou de bons collèges US entre le 20 avril et le 1er juin 2010.\n_ J’ai cette idée depuis que j’ai assisté à un match avec les Brewers contre la Chine en octobre 2004. Ils préparaient les JO. Nous devrions nous aussi ouvrir cette porte et apporter a nos seniors des rassemblements de niveau professionnel.\n\nComment comptez vous travailler avec les clubs ?\n_ Mon 1er geste a été de les contacter directement pour leur informer de ma nomination et d’une partie du projet que je souhaite mettre en place. Je souhaite aussi associer les coaches Elite à la démarche de préparation des seniors. Je souhaite par exemple échanger des documents techniques, inviter les coachs lors des rassemblements de l’équipe de France (ce sera le cas à l’Open de Rouen par exemple). Ce sont ces coaches qui sont « au quotidien » avec les joueurs et qui peuvent, selon moi, avoir le plus d’incidences sur leur préparation.\n_ Je souhaite avoir leurs avis, leurs conseils, connaître leurs besoins et essayer de leur apporter une aide pour que nos joueurs communs deviennent meilleurs.\n\n{« Nous devons faire aimer l’équipe de France »}\n\nL’équipe de France souffre d’un manque de reconnaissance au sein même du baseball français. Pourquoi ?\n_ Je suis toujours très surpris et choqué lorsque nous faisons participer des joueurs de l’équipe de France senior pour de nos rassemblements jeunes que ces derniers ne reconnaissent pas les joueurs et ne connaissent rien de leur carrière.\n_ Lorsque nous sommes partis à Cuba avec les 2 Pôles France, certains jeunes ne connaissaient pas Boris Marche qui intervenait comme kiné pour ce stage !!!\n_ Nous devons absolument mieux communiquer sur notre équipe senior. C’est la 1ère équipe de notre fédération et l’équipe de tous. Tous les licenciés de notre fédération devraient pouvoir suivre avec délectation et envie ses rassemblements. Nous devons faire aimer les Bleus. Les fans devraient pouvoir collectionner les cartes des joueurs, demander des autographes à la sortie des terrains et nous devrions tous reconnaître ceux qui représentent ce qui se fait de mieux pour notre sport en France.\n_ Cette reconnaissance doit aussi nous servir au niveau de notre recherche de partenaires.\n\nComment comptez vous faire aimer les Bleus ?\n_ Si la fédération a bien progressé ces dernières années (site internet, lettre d’information), il faut aller plus loin. Les outils doivent être développés : une rubrique spéciale sur le site fédérale, les cartes de joueurs, des interviews, multiplier les photos des joueurs en actions. Un document comme la « lettre d’information » ou un document spécifique sur les équipes de France doit être envoyé systématiquement et régulièrement à tous nos licenciés qui possèdent une adresse email ; c’est un service que l’on doit pouvoir rendre à nos adhérents. Pour moi, lorsqu’on communique sur la liste des joueurs sélectionnés dans un groupe France, on doit faire apparaître son club d’origine et son club actuel afin de reconnaitre et d’associer le travail de chacun. Le projet senior doit pour moi avoir un service et un plan de communication spécifique. Je n’ai pas la compétence pour développer cette partie du projet mais je pense que nous nous devons de nous donner les moyens de cette ambition. J’y vois là un des rôles important du référent fédéral affecté au projet senior. \n\n—-\n\n{XAVIER ROLLAND REJOINT LES BLEUS}\n\nLe Président rouennais, récemment élu au Comité directeur de la Fédération, vient de se voir proposer le poste de Chef de délégation auprès de l’équipe de France. Poste qu’il a accepté.\n\n—-\n