Roy: « Le vainqueur de cette année sera un grand champion »

| Publié par | Catégories : Non classé

\n\nTu as joué de nombreuses finales de championnat. Si tu devais faire un hit parade, comment classes-tu pour le moment celle ci ? \n_ J’ai joué quelque finales ici avec Rouen et elles étaient toutes spéciales. La finale de N1 que nous devions absolument allez chercher (en 2001 face à Cherbourg). \n_ Notre premier titre Elite a été le plus fort émotionnellement, on l’attendait depuis longtemps. En plus au moment du décès de M. Pierre Rolland, on a tous joué cette finale et ce 3eme match pour lui. Tu peux être sûr que ce jour là, j’ai lancé avec mes tripes, m’étant promis qu’aucun Lion ne croiserait le marbre. \n_ Ensuite en 2005, à nouveau Savigny, et un premier titre et première année comme manager, le groupe fut sensationnel. \n_ Ensuite 2006, Toulouse, l’année du premier comeback, où l’on revient de l’arrière le dernier jour. \n_ 2007 a été le plus dur à vivre pour moi. Fin août à Chartres. J’avais prévu d’y aller, mais j’ai du suivre d’un lit d’hôpital dans l’attente de mon opération, puis du traitement du cancer. Je me souviens quand même rassurer le président que nous avions le temps de remonter le score malgré le retard dans le dernier match. \n_ Cette finale 2009 est pour moi la meilleure sur le plan de la qualité de jeu. Les deux équipes se valent, autant en attaque, qu’en défense, qu’au niveau du pitching. Les 2 premiers matchs furent certainement deux des plus beaux auxquels j’ai participé ici. On ne connait pas le résultat final de ce championnat, mais le vainqueur de cette année sera un grand champion.\n \n{On peut gagner le titre au prochain match. Pas eux.}\n\n\nTon équipe t’a plu ? \n_ Oui. Enormément. On a joué au baseball. On ne fait pas d’erreur, on sort quelques gros jeux, on exécute les jeux de routines. Certains parlent de matchs exceptionnels, mais on a juste joué au baseball. Joué comme cela doit être fait avec des joueurs de ce talent.\n\nTu as dis que tu avais pris beaucoup de plaisir sur le terrain. \n_ Oui. J’ai pris mon pied comme on dit. Je reviens de loin, j’ai quand même 40 ans et ca m’a fait plaisir de jouer ce genre de match. J’ai perdu de la vélocité, mais je reste compétitif. J’avais du bon stuff, réalisant 10k. Certains m’ont parlé des deux homeruns frappés par les américains. Dans des matchs de ce niveau, cela peut arriver, il n’y a pas de mal. L’important, c’est que je me suis battu pour garder l’équipe dans le match. Je n’ai rien donné par la suite, et les joueurs ont fait la job. Quand je suis sorti, je me suis dis que si on perdait on pouvait dire bravo à Savigny. Et cela, je ne me le suis jamais dit en 18 ans ici. Simplement, parce qu’à chaque défaite, il y avait des choses qu’on aurait du mieux faire. Pas samedi. On ne fait pas d’erreur, on frappe des gros coups sûrs. Après, j’ai donné 2 circuits. Mais j’ai tout donné sur chacun de mes lancers, je suis aussi content de mon match.\n\nQu’est ce qui a fait la différence ce week end? \n_ On a mieux joué. On a été meilleurs. Pas beaucoup meilleur, le niveau était élevé, mais meilleur. Ensuite, je pense, que ce qui a fait la différence, c’est la mentalité et la philosophie de Rouen depuis quelques années. Lorsqu’on joue un match, c’est pour le gagner. On ne calcule pas, on ne calcule rien. On pense juste comment faire pour gagner le match qu’on est en train de jouer. Cela s’est vu dans la gestion des lanceurs le premier match. Ça ne sert à rien de garder des ressources, ou penser au lendemain dans une finale ou un tournoi. Demain, il va peut être pleuvoir et on ne jouera pas ! \n_ Toutes les équipes françaises auraient eu de meilleurs résultats en Coupe d’Europe ou en Championnat d’Europe, si elles jouaient avec cet état d’esprit. Pour gagner, il faut jouer comme cela.\n\nEst-ce que Savigny peut renverser la vapeur? \n_ Ils peuvent bien jouer. Ils peuvent nous battre. Mais comme j’ai dis, on ne calcule pas, on joue un match à la fois. On peut gagner le titre au prochain match. Pas eux.\n\n\n{CHRISTOPHE GONIOT\n«ON EST DES LIONS, ON VA MORDRE»}\n \n\n »2 à 0, c’est difficile. Maintenant, les scores étaient très serrés, on se fait couper deux joueurs au marbre sur des super jeux de Joris (Bert) et de kenji (Hagiwara).. Les deux équipes se valent. Je pense que Rouen a juste un petit peu plus d’expérience sur ce genre de match. Ils savent qu’ils peuvent frapper du 1er au 9me frappeur. Ils ne cherchent pas le gros jeu, l’exploit individuel. Ils savent qu’ils peuvent revenir et construisent patiemment. On doit prendre exemple, gagner nous aussi cette maturité, ne pas douter. A nous de faire redescendre la pression, de ne pas tenter de tout faire tout seul et de jouer en équipe..\nParfois, on veut trop en faire, on a trop d’agressivité, trop d’envie. On doit réussir çà se calmer. Cela nous a déjà couté le Challenge de France cette saison, déjà face à Rouen. \n \n_ Il faut revenir le week end prochain avec la même intensité et il ne faudra pas gâcher les opportunités. \n \n_ Nous aurons l’avantage du terrain, Rouen n’aime pas trop jouer chez nous, il y a quelques faux rebonds…\n \n_ On est des Lions, on va mordre. Il faut revenir sur le premier match, on l’a déjà fait (lors de la finale 2004, mené 2 à 0 en finale face à Montpellier, Savigny remporte les trois matchs du 2me week end).\n