Rouen/PUC: les forces en présence

| Publié par | Catégories : Non classé

Rouen est 1er du championnat avec 8 victoires en 8 matchs:\n_ Montpellier-Rouen 1/2 & 0/1\n_ Savigny-Rouen 3/11 & 4/14\n_ Rouen-Toulouse 10/0 & 12/1\n_ Pessac-Rouen 0/13 & 0/3\n\n_ Le PUC est 2me du championnat avec 7 victoires en 8 matchs\n_ Beaucaire-PUC 3/21 & 3/10\n_ PUC-Pessac 13/5 & 11/1\n_ Savigny-PUC 5/8 & 1/8\n_ Montpellier-PUC 11/10 & 1/3\n\n{Ce sont les deux clubs les plus titrés de l’Histoire du baseball français qui vont s’affronter ce dimanche à Rouen. Dans le dugout du troisième but, le PUC (20 titres de champion de France entre 1965 et 1994+ un 21me en 2000). Dans celui du Premier but, Rouen (8 titres entre 2003 et 2011, sept d’affilée, série en cours).} \n\nDans son bureau, Xavier Rolland, le président rouennais, se plonge dans ses souvenirs. «  {Je me souviens du PUC de la fin des années 80, début 90. C’était l’ogre. On rêvait de les battre, ne serait-ce qu’une fois. On l’a fait d’ailleurs en 1991 en battant l’armada menée par Yoshio Yoshida. Je jouais premier but… Robin Roy avait 22 ans, il catchait. Pascal Raymond lançait…}  » \n_ Les choses sont bien changé. L’ogre qui domine de manière hégémonique sur le championnat de France s’appelle désormais Rouen. Et Xavier Rolland a donné son gant de Premier but à son fils Victor et enfilé le costume de Président. «  {Le PUC, c’était le modèle. Un club qui paraissait intouchable… Revoir le PUC ambitieux, c’est une bonne nouvelle pour le baseball français. On a besoin d’un grand club à Paris…} « \n\n_ Aujourd’hui, c’est le PUC qui veut faire vaciller Rouen. Et Jeff Stoeckel, le manager puciste y croit. «  {L’équipe de Rouen est forte, mais elle a surement des faiblesses.}  » Et celle du PUC des atouts. Le recrutement hivernal a été ambitieux. Sa force N°1 ? Son pitching étranger avec le duo James Murrey et Will Musson. Murrey évoluait la saison passée avec Toulouse (ERA de 1.11 !) et maintient des stats impressionnantes sous son nouveau maillot (0.78ERA, 3W-0L, 23IP, et une moyenne pour les frappeurs adverses de .136). Autre stat qui interpelle, Murrey a retiré sur strike out 39 frappeurs (pour 3BB) en seulement 23 manches ! \n_ Quant à Musson, qui entre généralement en relève, il présente une fiche de 1.64ERA, 1W-0L, 17K et 5BB en 11IP et une moyenne pour les frappeurs face à lui de seulement .184. En clair, ces deux là ont rendu quasiment aphones tous les frappeurs qui leur ont fait face depuis le début de la saison. \n_ Mais le PUC a d’autres points forts. La puissance de certains frappeurs notamment, à l’image du vénézuélien (assimilé) Douglas Rodriguez. Il domine toutes les stats offensives de la Ligue. Leader en moyenne (.486), en puissance (.857), en hits (17), en points produits (19), en Homeruns (3)… \n_ La menace s’appelle aussi Musson (.417) et Bauer (.394)…\n\n_ Cette équipe du PUC présente-t-elle aussi des failles ? La parole est à Keino Perez, le manager rouennais. « { Sur le papier, c’est costaud, mais le baseball, ce n’est pas seulement frapper la balle et lancer la balle. C’est plus compliqué que ça. C’est difficile de former une équipe en une seule année, juste comme ça. Rouen s’est formée avec du temps, du travail collectif et sur la durée. } »\n_ Jeff Stoeckel refuse aussi de s’enflammer. «  {Nous n’avons pas réellement de lanceurs partants français. Pour les matchs « français », je suis obligé de lancer trois, quatre lanceurs différents durant le match pour garder nos adversaires en déséquilibre. Le lanceur français solide, c’est la pièce du puzzle qui nous manque cette saison.} « \n\n\n\n\n

{En haut, Douglas Rodriguez, le meilleur frappeur du championnat avec une moyenne de .486 (leader), leader en hit (17) et en RBI (19). \nEn dessous, Chris Mezger affiche un ERA de 0.41 et un OBA de .132}
\n\n_ Samedi, terrain Pierre-Rolland. Sous un ciel menaçant, ultime entraînement des Huskies avant le match. Ambiance décontractée, éclats de rires, ça chambre… Rouen est un leader bien sa peau. Les exercices, les frappes se succèdent sous l’œil sévère de Keino Perez. Les Rouennais attendent cette confrontation avec impatience. «  {Il y a de l’adrénaline, c’est bon} « , reconnait le coach rouennais. Confirmation du côté de Luc Piquet, l’arrêt court des Huskies. « Ce sera un bon test. On a envie de nous mesurer face à de nos lanceurs, avant la Coupe d’Europe. Ce sera le cas demain« . \n_ La sérénité est affichée. Le moral est au beau fixe dans les rangs des Huskies. La force de ce millésime 2012 ? Son collectif, son homogénéité. Rouen possède actuellement la meilleure attaque, le meilleure pitching et la meilleure défense. «  {On joue bien, on travaille fort, les nouveaux se sont bien intégrés, l’ambiance est excellente} « , se réjouit le capitaine Boris Marche. \n_ En attaque, les jeunes sont bluffants de culot. Dylan Gleeson (.346) mène l’attaque rouennaise, Bastien Dagneau (.333) le suit de près… Quant aux étrangers, si Paquette a frappé les esprits et les balles dimanche à Pessac pour ses débuts (.444, 3 runs, 2RBI, 4H dont 2 doubles,1BB), Smith réclame un peu de clémence selon son meilleur avocat dans l’équipe, Owen Ozanich (ils ont joué ensemble cet hiver avec Les Adélaïde Bite en pro, en Australie): «  {Mathew a eu du mal} (.100, 1/10) {, mais il venait d’arriver d’Australie avec 20 heures de voyage, une perte de 20°… Là, il a pu se reposer, récupérer. Il va s’ajuster, je n’ai aucune inquiétude, vous allez voir..} « .\n\n_ Sur la butte, les deux lanceurs partants de Rouen Owen Ozanich et Chris Mezger n’ont pas été très généreux avec les frappeurs adverses. 0.00ERA pour Ozanich, 0.41 pour Mezger… Avec le retour d’Anthony Piquet (douleur au bras), Joris Bert et keino Perez, le monticule rouennais est bien armé pour affronter l’artillerie parisienne. \n\n_ Sur le terrain, l’entraînement s’achève. Joris Bert termine quelques frappes. «  {C’est bien de voir le PUC aussi fort. C’est une équipe dangereuse offensivement, qui a d’excellents lanceurs étrangers. Mai nous aussi, on a quelques arguments, non ? On sera un peu plus fixé sur notre potentiel. On aimerait bien rester invaincus} « . \n_ Réponse demain dimanche aux alentours de 17H30. \n\n{MEILLEURS FRAPPEURS PUC ET ROUEN}\n_ 1. Douglas RODRIGUEZ (PUC) .486 (1)\n_ 2. Will MUSSON (PUC) .417 (4)\n_ 3. Phil BAUER (PUC) .394 (6)\n_ 4. Dylan GLEESON (Rouen) .346 (11)\n_ 5.Luc PIQUET (Rouen) .344 (12)\n_ . Boris MARCHE (Rouen) .344 (12)\n_ 7. Bastien DAGNEAU (Rouen) .333 (14)\n_ 8. Joris BERT (Rouen) .325 (16)\n_ 9. Sébastien DUCHOSSOY (PUC) .314 (19)\n_ 10. Camille MESGUICH (PUC) .313 (20)\n_ * Entre parenthèses, le classement général du frappeur \n \n\n{MEILLEURS LANCEURS PUC ET ROUEN}\n_ 1. Owen OZANICH (Rouen) 0.00ERA\n_ 2. Chris MEZGER (Rouen) 0.41ERA\n_ 3. James MURREY (PUC) 0.78ERA\n_ 4. Keino PEREZ (Rouen) 1.17ERA\n_ 5. Will MUSSON (PUC) 1.64ERA\n_ 6. Maximinin MONBEIG (PUC) 2.70ERA\n_ 7. Douglas RODRIGUEZ (PUC) 4.15ERA\n_ 8. Joris BERT (Rouen) 5.06ERA\n_ 9. Fred MOUCHET (PUC) 7.20ERA\n\n_ A Rouen, Anthony Piquet (0.00ERA) et Alexandre ROY (0.00ERA) n’ont respectivement lancé que deux et quatre manches.\n\n\n{STATS D’EQUIPES}\n_ ATTAQUE\n_ 1. Rouen .340\n_ 2. PUC .332\n\n_ LANCEURS\n_ 1. Rouen 0.67 ERA\n_ 2. PUC 2.82 ERA\n\n_ DÉFENSE\n_ 1. Rouen .951\n_ 4. PUC .932 \n\n\n{LE MATCH ROUEN PUC EN PLAY BY PLAY}\n