Rouen en demi finale de la Coupe d’Europe

| Publié par | Catégories : Non classé

Rouen retrouvera en demi finale son adversaire de la finale 2007, les Hollandais de Kinheim, champion d’Europe en titre. Kinheim avait battu Rouen 3-1 la saison passée en finale.\n\nhttp://www.leaguelineup.com/welcome.asp’url=royalgreys], avec à la clé une place en demi-finale de la Coupe d’Europe des Clubs Champions. Le début de la compétition avait été un peu chaotique pour Rouen. Une victoire à l’arraché contre le Mainz Athletic, une solide défaite contre Grossetto. Dans le même temps, les belges avaient tenu la dragée haute aux italiens et facilement dominé les allemands. Dans la foulée d’un début de championnat de France en demi-teinte, les Huskies semblaient ne plus avoir cette faculté à se transcender, à tout renverser sur leur passage.\n\n{Dans ce genre de match, il faut des héros}\n\nMais la Coupe d’Europe, ils aiment ça. Les rouennais ont retrouvé toutes leurs vertues d’un seul coup, balayant d’un puissant revers de la main une équipe belge incapable de résister à la grosse machine blanche, de nouveau lancée à plein régime.\nAvec une victoire 7-0, Rouen a remis les pendules à l’heure, et s’est de nouveau invité à la table des grands d’Europe. Les Huskies ont été la saison dernière le premier club français à atteindre la finale de la plus prestigieuse des compétitions européennes, ils confirment leur empreinte sur l’histoire du baseball français en devenant la première équipe tricolore à se qualifier deux années consécutives dans le dernier carré.\n\nDans ce genre de match, il faut des héros. Les neuf rouennais l’ont été, mais peut-être que certains d’entre eux le sont un peu plus que les autres. En premier lieu, Jason Kosow. Le lanceur américain avait une mission simple : tenir la puissante attaque belge hors d’équilibre, et aller jusqu’au bout du match. Il l’a accepté, et il l’a rempli. Une performance énorme, ponctuée de 18 strike-outs, comme autant d’éclairs dans le ciel bleu de toscane. Au plus fort de la bagarre, alors que rien n’était encore fait, il a dominé de la tête et des épaules les frappeurs belges, tout en puissance et en précision. En second lieu, Flavien Peron. Le fidèle outfielder des Huskies adore frapper sous la pression. Il en redemande. Il a été exaucé, avec 4 coups sûrs en 4, dont deux gros doubles, 4 points produits, une base volée qui a été très importante pour lui permettre de marquer un point décisif. On rajoutera aussi Jordan Bert, auteur de deux plongeons énormes en champ extérieur, Dany Scalabrini, qui continue à dominer l’Europe au bâton (1/2) et en défense (quel double jeu en 4ème manche), Boris Marche, qui est sorti d’un mauvais début de tournoi pour sonner la charge avec un double en 2ème manche, etc, etc…\nRouen a pris les devants justement en deuxième manche, avec deux doubles de Marche et Peron. Anvers venait de menacer avec coureurs en 2 et en 1 et un retrait, mais Kosow sortait 2K pour se tirer d’affaire. Les deux équipes se neutralisaient jusqu’à la 4ème manche, avec quelques belles pièces défensives de part et d’autre. \n\n{Triple de Piquet, double de Scalabrini…}\n\nLes rouennais remettaient un coup de pression, avec un BB de Gauthier, un simple de Peron, et un point marqué sur un wild-pitch du lanceur Calarco. Puis un autre point en 5ème, un triple de Luc Piquet et un double de Scalabrini. Pendant ce temps, Kosow empilait les strike-outs. 3 en 5ème manche, 3 en 6ème manche… Mais rien n’était fait, il fallait encore plus pour enfoncer le clou. Ce fut fait en partie en 6ème manche, avec un double d’un point de Peron, puis ce même Peron qui vole la 3ème base sur le nouveau lanceur, Beutels, et qui marque sur le roulant de Israël. Puis, pour être tout à fait serein, Peron rajoutait deux points d’une solide frappe en 7ème qui envoyait Scalabrini et Marche au marbre. Kosow n’avait plus qu’à fermer les livres, ce qu’il fit sans trop de soucis, avec encore 3K dans les deux dernières manches.\nRouen gagnait son billet pour la demi-finale, où se profile l’ombre immense du champion d’Europe en titre, les hollandais de Kinheim, pour une revanche de la finale 2007.\n