Recrutement Elite: Jean Philippe MIET rejoint Rouen

| Publié par | Catégories : Non classé

Lanceur, champ extérieur, ancien international A, le champion de France 95 avec les Barracudas, vient renforcer l’effectif du champion de France. Le droitier avait décidé de raccrocher en 2007 pour privilégier le lancement de sa société. Mais quand on a le virus… \n\n_ « J’ai commencé le baseball en 1990 avec les Coyotes du Vigan avec qui j’ai été champion de France cadet en 1992. Ensuite, j’ai intégré le CREPS de Montpellier en 1994 pour enfin rejoindre les Barracudas de Montpellier en 1995 (champion de France 95) et ceci jusqu’en 2003. J’étais interne à l’INSEP pendant l’année scolaire 1997-1998. J’ai joué une année au PUC en 2006. \nMa première sélection en Équipe de France Senior a eu lieu lors du championnat d’Europe des Nations en 1997 à Paris (pour ma première sélection, j’ai eu l’honneur d’avoir Yann Monnet comme receveur contre la Suède) »\n\nhttp://www.pucbaseball.com] en 2006, le bilan de cette saison fut très négatif sur le plan sportif puisque nous avons échappé de peu à la relégation. \n\nPourquoi as-tu arrêté ?\n_ L’envie n’était plus là et pour me consacrer pleinement à la création de ma société.\n\n\n_ Quels sont tes meilleurs souvenirs de baseballeurs ? Les plus mauvais ?\n_ La saison 1992 avec les cadets du Vigan (c’est de là que tout est parti) et toutes les saisons passées avec les Barracudas. \nLe plus mauvais souvenir, certainement le tournoi international cadet de Pineulh, j’y avais pris une line drive dans la tête lors de la première journée. Résultat, deux jours d’hôpital et une semaine de migraine sur le banc.\n\nQuelle est ta position préférée ?\n_ Outfielder\n\nPourquoi avoir signé à Rouen ? Qu’est ce qui t’a décidé ?\n_ L’idée de reprendre la baseball me tenait vraiment à cÅ“ur et le fait d’être venu assister à la finale du championnat de France, m’a vraiment conforté dans l’idée que Rouen est de loin ce qui se fait de mieux en France (sportif, structure, organisation…)\n\nQuelle image as-tu des Huskies, du club ?\n_ L’équipe est très talentueuse et la concurrence y est présente à toutes les positions ce qui est vraiment très positif pour perpétuer l’esprit de « la gagne » qui habite les Huskies depuis de nombreuses années.\nLe club donne une image très dynamique de part sa communication et son envie de progresser d’année en année.\n\nTu vas rejoindre des copains ?\n_ Le baseball français est une petite famille et je vais effectivement retrouver quelques vieilles connaissances et anciens coéquipiers.\n\nQuelles sont tes ambitions ?\n_ Prendre du plaisir sur le terrain mais, surtout remporter toutes les compétitions qui vont se présenter à nous.\n\n{Commentaire de François COLOMBIER}\n\n« Jean-Philippe Miet est un vétéran, qui connait son rôle dans l’équipe, et sait ce qu’il faut faire pour gagner. On a besoin de joueurs comme lui dans un groupe. Il va nous apporter beaucoup par son expérience, sa rigueur et son talent.\n_ Il est très motivé, j’ai eu l’occasion de discuter avec lui et il vient à Rouen pour la bonne raison : gagner des titres et prendre du plaisir sur le terrain. Il va tout faire pour y parvenir, il faut voir maintenant comment il va monter en puissance pour retrouver son niveau technique et physique. Je sais qu’il travaille fort. \n_ J’ai toujours beaucoup apprécié le joueur, que ce soit comme champ extérieur ou comme lanceur, il figurait dans les tous meilleurs du championnat de France. S’il parvient à retrouver ce niveau, ce sera un très gros plus pour l’équipe. Et même s’il n’est pas complètement au top, il reste un très bon joueur. On l’utilisera dans ces deux postes. D’abord comme lanceur, parce qu’on a toujours besoin de lanceurs, et qu’on connait ses qualités à ce poste, notamment une redoutable split-finger. Ensuite au champ extérieur, où sa vitesse et son bras seront très utiles. C’est un atout de plus dans notre jeu. Et c’est quelqu’un a qui le maillot des Huskies va très bien aller. \n_ Après Boris Rothermundt et Olivier Israël, c’est le troisième ex-Barracudas à devenir Huskies. Comme quoi on peut passer du Sud au Nord et continuer à avoir du plaisir ! »\n