Play offs: paroles de coachs

| Publié par | Catégories : Non classé

\n

Crédit photos Christophe Elise
\n\nComment avez vous trouvé la saison régulière ?\n\nMathieu Brelle (Sénart): Il s’agissait de ma première saison à la tête de l’équipe. Pour cela, elle a été très enrichissante. Mais, avec un peu de recul, je ne lui ai pas trouvé un très grand intérêt. Hormis peut-être la lutte pour la troisième et la quatrième places, à laquelle nous avons pris part avec La Guerche et Savigny. Une tendance se confirme d’année en année, le niveau des équipes qui composent le championnat est trop hétérogène. Les forces ne sont pas assez réparties et cela débouche sur des duels souvent déséquilibrés. Les amateurs de pronostics se régalent, ils sont rarement surpris. Mais, à l’arrivée, je pense que ce n’est pas bon pour la compétitivité du baseball français et cela se répercute sur les performances de l’Equipe de France.\n\nJean Michel Mayeur (Montpellier): Pleine de surprises ! Tout d’abord, l’excellent parcours de Sénart, que tout le monde imaginait en play down après les nombreux départs auxquels ils ont du faire face cet hiver. La Guerche signe également sa meilleure saison en Elite, passant tout près des play offs à un hit près en dernière manche contre Savigny lors de la toute dernière journée. Ces derniers, les Lions, alors prétendants au titre, sont donc passés très près de la correctionnelle, et signent une saison très moyenne considérant leur fiche et leur roster.\nJe suis maintenant très attristé d’imaginer Clermont Ferrand et Montigny se battre pour le maintien. Selon moi, ce sont deux des plus grands clubs de l’hexagone, en terme de formation, d’infrastructures, et d’organisation d’évènements. Combien de clubs Elite peuvent se vanter d’avoir autant de joueurs du cru, formés chez eux ? Je souhaite de tout cÅ“ur qu’ils restent en Elite la saison prochaine.\n\nFrançois Colombier (Rouen): La belle aventure de La Guerche a ajouté du piment à cette saison. C’est toujours intéressant de voir que la dernière journée puisse être décisive pour l’attribution du dernier billet. J’aurai été très heureux pour les Hawks s’ils étaient parvenus à se qualifier. La nouveauté est toujours bienvenue. Sinon, Sénart m’a surpris, cette équipe a trouvé des ressources étonnantes pour terminer 3ème. Et je dois dire que j’attendais un peu mieux de Toulouse et surtout Montigny. Sinon, on s’est livré à une belle bagarre pour la première place avec Montpellier, c’était une bonne motivation. Le plus dur, est effectivement de garder la motivation intacte tout les dimanches, car on sait que les écarts sont importants, et que certains matches manquent un peu de passion, d’intérêt. On a marqué 244 points et encaissés 76. La différence est trop grande. \n\n\n\n\nPierrick Le Mestre (Savigny): La saison régulière a ressemblé globalement à ce que nous nous attendions, un niveau de jeu élevé et des équipes toujours aussi accrocheuses. Nous avons bien préparé cette saison notamment en recrutant des joueurs étrangers et de jeunes joueurs prometteurs afin de compléter notre effectif. Nous avons travaillé dur pendant l’hiver et la première partie de championnat nous a rassuré dans notre travail et nos objectifs , nous avons bien trouvé nos marques et nos joueurs ont su montrer que nous étions un sérieux prétendant au titre. \nCependant, une saison est toujours remplie de surprises et nous n’avions peut être pas pensé avoir à se battre autant pour nous maintenir en haut de tableau.\n\nQue pensez-vous de la prestation de votre équipe ? \n\nMathieu Brelle (Sénart): Je ne peux qu’être enthousiaste au regard de l’intersaison que nous avons vécu. Dix départs à combler, ce n’est pas une mince affaire. A l’arrivée, on peut être satisfait du travail accompli. Certains jeunes ont découvert le niveau Elite plus vite que prévu et je peux vous dire que je suis vraiment fier d’eux. Je profite d’ailleurs de cet interview pour leur rendre hommage car notre groupe a réalisé des prouesses tant en Championnat Elite qu’au Challenge de France. Nous avons désormais enclenché un nouveau cycle, avec de jeunes joueurs. L’outil extraordinaire dont nous allons nous doter (nouveau stade livré en 2010) soutiendra ce nouvel élan. Nous avons été ambitieux cette saison malgré les obstacles, nous le resterons dans les années à venir.\n\nJean Michel Mayeur (Montpellier):Nous signons notre meilleure saison depuis 2004. Une série consécutive de 15 ou 16 matchs victorieux en championnat, avec une 2ème place bien méritée, due au travail du groupe tout au long de l’année. Une grosse désillusion au Challenge de France a permis de nous remettre à notre place, en nous rappelant qu’on peut également passer à côté de grands rendez-vous. Cette expérience a été bénéfique et nous a renforcée.\n\n\n\nFrançois Colombier (Rouen): 25-3. Et sur  ces trois défaites, deux à Montpellier avec une équipe diminuée. Le titre au Challenge de France. Un exploit européen contre Amsterdam. Comment ne pas être satisfait ? Cela dit, tout cela ne comptera pour rien si nous ne parvenons pas à gagner un sixième titre. Tout autre résultat sera un échec. Pour en revenir à la prestation de l’équipe, ce qui a été particulièrement plaisant c’est que chacun a contribué aux succès. Ce n’est pas l’affaire de deux ou trois joueurs vedettes, c’est un vrai collectif qui a permis de réaliser cette très belle première partie de saison. \n\nPierrick Le Mestre (Savigny): En toute franchise, je ne cache pas une légère déception quant aux résultats de Savigny. Je ne peux pas parler de mauvaise prestation, loin de là, mais notre premier objectif était bien sur de gagner le challenge de France, ce que nous n’avons pas réussi à aire malgré un groupe solide et affamé de titres. Maintenant, comme je le disais avant, une saison est toujours remplie de surprises et parfois ces dernières sont mauvaises… Départs, blessures , et parfois même une série de mauvais matchs. Cela suffit à tout remettre en question. Heureusement, on a su réagir pour se qualifier à temps pour les play-offs.\n\nDans quel disposition abordez vous les play offs ? \n\nMathieu Brelle (Sénart): Il ne faut pas se leurrer. Nous abordons ces play-offs comme outsider. Il faudrait que les circonstances soient excessivement favorables pour jouer la finale. Les effectifs de nos trois concurrents sont calibrés pour gagner le titre. Nous ne le sommes pas encore. Il ne s’agit pas d’un manque d’ambition. J’essaye d’être réaliste et je me dois de l’être vis-à-vis de mes joueurs. Mais, cette donnée ne nous empêchera pas de jouer notre carte à fond, comme chaque week-end depuis mars dernier. La CNSB m’a assuré que Rouen, Montpellier et Savigny joueront avec 9 joueurs sur le terrain. Nous aussi. Tout reste donc possible. \n\nJean Michel Mayeur (Montpellier):Plutôt de manière sereine. Nous savons que nous avons les atouts en mains, et que nous sommes capables de battre chacune des équipes. Aucun adversaire ne nous fait peur, nous sommes extrêmement heureux et excités à l’idée d’enchainer les week end à 3 matchs contre de grosses équipes ! Nos résultats ne dépendront que de nous même !\n\n\nFrançois Colombier (Rouen): Avec des sentiments partagés. D’abord l’excitation, on travaille depuis des mois pour jouer ces play-offs, ce sont des moments forts, intenses, ou tout peut arriver. Ensuite de la confiance, il n’y a pas de raison pour que Rouen ne parvienne pas à s’emparer de l’une des deux premières places. Enfin, avec de la méfiance, car tout peut aller très vite avec cette nouvelle formule, le faux-pas risquent de coûter très cher. Ces play-offs en 3 matches sont intéressants, mais pour moi rien ne remplace le parfum d’une demi-finale.\n\nPierrick Le Mestre (Savigny): La saison a été longue et pas forcément à la hauteur de ce que l’on attendait, maintenant il faut tourner cette page et aller de l’avant. Toutes les équipes engagées en play-offs méritent leur place et nous sommes conscients que tous les matchs devront être joués à fond et qu’une victoire pourra faire la différence. Je pense que nous possédons un effectif assez mature pour savoir se mettre « la bonne » pression. On ne se déplacera pas pour rien et nous avons vraiment à cÅ“ur de donner notre maximum pour arriver en finale.\n\nQuels sont vos atouts pour vous qualifier pour la finale ? \n\n\n\n\n\nMathieu Brelle (Sénart): Les atouts sur lesquels nous nous sommes appuyés pour gagner 15 matches en saison régulière: notre rotation de lanceurs, le haut de notre line-up, notre « colonne » défensive.\n\n\n\n\nJean Michel Mayeur (Montpellier):Collectif. Pitching.\n\n\nFrançois Colombier (Rouen): L’habitude de gagner des matches décisifs est un facteur majeur. Quand les Huskies parviennent à marier la concentration et la décontraction, ils sont très difficilement jouables. Et cette capacité à hisser son niveau de jeu dans les moments importants est désormais inscrite dans les gènes de l’équipe, après tant d’année ensemble, après tant de matches gagnés. Ensuite, le talent des joueurs est indéniable. En attaque, le line-up est redoutable du premier au neuvième frappeur, avec des joueurs capables de frapper pour la moyenne, pour la puissance, et beaucoup de vitesse, et la défensive, celle dont on dit qu’elle gagne les championnats, atteint un niveau exceptionnel cette saison. \n\nUn mot sur vos trois adversaires ? \n\nMathieu Brelle (Sénart): Ce sont trois équipes redoutables avec certaines qualités communes: un « ace » étranger, un line-up dangereux du début à la fin et une défense expérimentée.\n\nJean Michel Mayeur (Montpellier):\n- Sénart. Ce sera une équipe difficile à battre. Quelques joueurs clés, très performants et expérimentés encadrent parfaitement les jeunes (Ernesto Martinez, Andrew Smith…). Samuel Meurant que j’entends trop souvent qualifié « en déclin » est toujours ultra performant dans les matchs importants, et reste selon moi le meilleur lanceur français ! Il me semble qu’il n’a pas perdu un match de finale contre Rouen l’an passé (voire l’année d’avant…?), il a énormément de ressources, et saura aller chercher les forces pour battre n’importe quelle équipe. Enfin un mot sur le coaching ; je ne connais pas très bien l’organisation de cette équipe, mais aux vues de la saison, je trouve que Matthieu Brelle a fait un travail remarquable sur un groupe en renouvellement. Selon moi, leur faiblesse viendra du pitching ; malgré un ace digne des grands lanceurs européens, il leur manque de la profondeur dans le bullpen pour 3 matchs.\n- Savigny. Le meilleur line up du championnat. Beaucoup de joueurs talentueux, avec une bonne expérience des play offs. Ils ne lâchent jamais rien et il est quasi impossible de les battre si on ne joue pas dur pendant 9 manches ; ils savent profiter de la moindre faille, du petit relâchement des adversaires pour prendre le dessus.\n- Rouen. Pas besoin d’être devin pour savoir qu’ils seront de sérieux candidats à la série finale, et au titre. Une équipe complète, forte et constante offensivement et défensivement. Champion de France depuis maintenant  quelques années, le groupe a l’habitude de ce genre de rendez-vous, l’habitude de gagner. L’expérience acquise lors des grosses aventures de coupe d’Europe a également renforcé le groupe. Ils ne se lassent pas de gagner, et comptent bien remettre ça cette année. Ajouter à cela, 2 starters solides et dominants (Perez et Roy). \n\nFrançois Colombier (Rouen): La tradition est respectée. Les trois adversaires qui nous allons affronter sont ceux qui nous rencontrons régulièrement en phase finale depuis plusieurs saisons.  Nous avons disputé deux finales et 3 demi-finales contre Savigny, deux finales et une demi-finale contre Sénart, deux demi-finales contre Montpellier. On est en pays de connaissance. \n\nPierrick Le Mestre (Savigny): Même si ces trois équipes sont différentes (Sénart, Montpellier, Rouen), elles ont mérité leur place en play-offs. Il faudra donc les prendre au sérieux, toutes voudront décrocher leurs place en finale et toutes en sont capables, nous pouvons surement nous attendre à quelques surprises.\nRouen bien sur a forcement un titre de favoris (5 titres de champions de France d’affilée – NDLR en fait 5 en 6 ans, dont 4 d’affilée). Malgré cela, nous ne craignons personne. En revanche, nous allons nous méfier de tout le monde.\n\n\nQui craignez-vous le plus ? Pourquoi ? \n\nMathieu Brelle (Sénart): Qui est double champion en titre (NDLR:en fait quadruple champion), premier de la saison régulière et vainqueur du Challenge ?\n\nJean Michel Mayeur (Montpellier):Nous-mêmes. Nous ne craignons réellement aucun adversaire, tout le monde peut nous battre, comme nous pouvons battre tout le monde. On va prendre un maximum de plaisir à jouer contre des équipes aussi fortes, mais le sentiment dominant sera le plaisir, pas la crainte !\n\n\n\nFrançois Colombier (Rouen): Les trois sont redoutables. Montpellier sort d’une saison remarquable, et a parfaitement su digérer son échec au challenge de France. Les Barracudas disposent de beaucoup de profondeur au monticule, c’est essentiel pour des week-end de trois matches. Ils savent construire des points, ils sont agressifs et ne lâchent jamais rien. Et aussi, c’est une équipe contre laquelle nous avons régulièrement des difficultés. Sénart mérite beaucoup de respect. Je ne pensais pas que les Templiers puissent surmonter aussi brillamment la saignée qu’ils ont subi pendant l’intersaison. Jouer Sénart, c’est affronter Samuel Meurant, ce qui est toujours un vrai casse-tête. Ajouté au talent d’un Martinez ou d’un Smith, et Sénart peut tout à fait jouer les trouble-fête. Je n’écarte surement pas l’idée d’un « threepeat » Huskies – Templiers en finale. Enfin Savigny n’a pas joué à son véritable niveau depuis trois mois. Mais on connait les Lions, quand ils poussent le bon bouton de la motivation et de la hargne, ils sont plus que redoutables. Cette équipe est complète partout, dangereuse, puissante, c’est peut-être l’adversaire que je crains le plus. \nQuand on regarde l’histoire, depuis 2002 toutes compétitions confondues , Rouen est 30-17 contre Montpellier, 30-9 contre Sénart et 41-15 contre Savigny. Mais les scores moyens sont très serrés 6-4 contre les Barracudas, 5-3 contre les Templiers, 7-4 contre les Lions. Cela démontre que ces matches vont se jouer à pas grand-chose.\n\nQui pourrait être selon vous le MVP des play offs ?\n\nMathieu Brelle (Sénart): Ernesto Martinez, Samuel Meurant et\nAndrew Smith. Ce sont ces joueurs-là qui doivent faire la différence dans les moments décisifs et porter leur équipe vers les sommets.\n\nJean Michel Mayeur (Montpellier): Mon bullpen ! Individuellement, c’est trop dur, il y a trop de bons joueurs dans ces équipes. Si je dois penser qui peut faire la différence dans ces playoffs, et être le plus utile à une équipe, je choisirais mes lanceurs ! \n\nFrançois Colombier (Rouen): Je ne me lance plus dans ce genre de pronostic, ayant vu quelques décisions surprenantes ces dernières années dans l’attribution de ce trophée. \n\nPierrick Le Mestre (Savigny): Les play-offs, c’est «  do or die » ! Quand on en arrive là, tout le monde voudra se donner à fond. Alors dans ce cas là, j’ai envie de vous dire que ce sera forcement un joueur de Savigny ( rires ).\n