« Nous voulons marquer l’Histoire de notre sport »- Xavier Rolland

| Publié par | Catégories : Non classé

\n\nXavier, on disait les Huskies en plein doute, seulement troisièmes du championnat avec déjà neuf défaites… Et puis on retrouve les Huskies conquérants…\n_ Oui, certains nous ont condamné trop vite. Nous, nous savions où nous en étions. Nous avons eu beaucoup de blessés, d’absents, depuis le début de la saison. On a fait tourner l’effectif. On avait déjà fait une énorme Coupe d’Europe à Parme. On connaissait notre potentiel. Maintenant, c’est vrai que ces neuf défaites en championnat (un record depuis la montée en Elite en 2003) pouvait altérer notre confiance. Il était important de frapper fort lors du Challenge.\n\nEt c’est une ligne de plus au palmarès national (7 titres de champions de France, 4 Challenge de France, 1 Coupe de France)…\n_ Nous ne sommes pas très partageurs. Nous avons toujours faim de titres, nous voulons marquer l’Histoire de notre sport. Il faudra venir nous chercher.\n\nQuelle est votre recette ? Une telle longévité au sommet est exceptionnelle !\n_ Comme les grands chefs, on va jalousement garder nos secrets. Mais il y a dans le club, dans l’équipe une vraie complicité. Des garçons comme Joris Bert, David Gauthier, Kenji Hagiwara, Boris Marche, Luc Piquet… ce sont eux la clé de notre réussite. J’adore ces garçons. Quand Kenji a été papa juste après le Challenge d’un petit Zadig, j’étais ému comme si c’était mon petit frère qui avait un enfant… Regardez Joris Bert. C’est un vrai leader. \n\n{POUR LE TITRE ? \nON EST BIEN ARMÉS. \nMAIS NOUS NE SOMMES PAS LES SEULS.}\n\nCette victoire au Challenge vous apporte déjà l’assurance de disputer la Coupe d’Europe en 2012.\n_ En effet, nous fêterons d’ailleurs notre dixième campagne européenne. Tout cela a commencé en 2003 à Barcelone. Nous n’avons pas raté une édition depuis. C’est très important pour le club, pour l’équipe. Les gars ont besoin de cette odeur là dans la saison. Cela serait un énorme manque de ne pas être européen. Ceux qui ont déjà disputé cette compétition savent de quoi je parle.\n\nOn a l’impression que le niveau européen est de plus en plus relevé.\n_ C’est vrai que c’est de plus en plus dur. La formule a été changée en 2008 et favorise les gros, indéniablement. Et quand on voit les progrès des Allemands ou d’un club comme Brno (Tchéquie), on se dit qu’il ne faut pas ralentir sinon on ne pourra jamais les rattraper.\n\n\n\n\nEt maintenant le championnat…\n_ Ce sera un bras de fer terrible inévitablement. Les quatre gros du championnat (Rouen, Savigny, Montpellier, Sénart) ont l’ambition légitime d’être sacrés champions de France. Ce sera de gros matchs en play off, en finale. Mais on sait gérer ces moments là, non ?\nL’équipe 2011 de Rouen me plait. Ce mélange d’anciens et de nouveaux, la profondeur de notre pitching staff, notre lineup, la solidité défensive… J’aime l’attitude de nos joueurs américains. Jordan, Rickey et Owen apportent fraicheur et expérience. Et j’adore la sérénité dégagée par notre manager Robin Roy et ses adjoints François Colombier et Greg Fages. Ils connaissent le jeu.\nOn est bien armés. Mais nous ne sommes pas les seuls.\nImaginez, ce serait fabuleux de remporter un 7me titre de suite, un huitième en neuf ans. Je le répète; on veut marquer l’Histoire du Baseball français, on veut qu’on parle encore de cette équipe dans 30/40 ans. Et pour cela, il n’y a que les titres qui comptent.\n\n{\nON DOIT NORMALEMENT DÉMARRER À LA FIN DE LA SAISON UN TRÈS IMPORTANT CHANTIER, \nCELUI DE LA TRIBUNE}\n\n\nQuels sont les projets en cours ? La tribune ? \n_ Nous avons eu une réunion récemment à la mairie de Rouen. En fin de saison, on doit normalement débuter un nouveau et très important chantier. On va casser le backstop, aplanir le sol derrière, dresser un muret sur lequel se posera le nouveau backstop, délesté de toute cette forêt de poteaux qui gène la visibilité des spectateurs. Et surtout on va dresser une nouvelle tribune, mieux implantée dans l’axe central. Elle sera assez haute (13 rangs), avec peu de profondeur. Du coup, c’est presque un mur qui sera face aux lanceurs. Cela donnera un charme nouveau au terrain. J’espère que tout sera prêt pour le coup d’envoi de la saison 2012.\nEnsuite, on réfléchit sur un double tunnel de frappe couvert et éclairé en champ droit. On doit améliorer nos conditions d’entraînements. Et puis, le grand projet structurant sera la réalisation d’un club house derrière la nouvelle tribune. Mais c’est à moyen terme.\nIl est capital si on veut se développer d’améliorer nos infrastructures. Les conditions d’accueil au stade ne sont plus adaptées. Si l’on veut attirer plus de spectateurs, plus de partenaires, il faut qu’on bonifie notre environnement. Il y va de l’avenir du club. Nous avons démontré nos capacités à gagner des titres, à bousculer les grands d’Europe… On arrive à les bousculer sur le terrain, mais pas au niveau de l’environnement. Regardez Parme, où nous avons joué en juin en Coupe d’Europe. Un stade de plusieurs milliers de places, 4 terrains atour du stade pour les équipes jeunes !! C’est du niveau de la Minor league américaine, voire mieux. Nous en sommes très loin. Il faut franchir un cap sur ce terrain là sinon, nous serons en danger. Regardez les stades espagnols, tchèques, allemands ! \nAlors maintenant, pour avancer encore, le club doit grossir et cela passe par les infrastructures. Le reste suivra naturellement.\n\n\n\nIl parait que Rouen déposerait sa candidature à l’organisation de la Coupe d’Europe en 2012 ? \n_ Ce n’est pas tout à fait exact. Disons plutôt que nous sommes en phase de réflexion. Nous devrons nous décider de toute façon très vite. La Coupe d’Europe à Rouen ? Pourquoi pas ? Rien n ‘est décidé, mais ce serait un bel événement. Nous ne savons pas encore quelle Coupe d’Europe nous allons disputer. Mais peu importe, nous sommes mûrs je le pense pour accueillir la Coupe d’Europe A si nous avons la tribune, les tunnels de frappe. Je dois en parler avec Valérie Fourneyron, Kader Chékhémani (adjoint au sport) et Didier Derand (Directeur du serive des Sports). Ce serait un atout sportif supplémentaire de jouer à Rouen. Rien n’est fait. Il y aura aussi de la concurrence. Mais Parme ou Rotterdam à Rouen, ca aurait de l’allure., non ?\n\nEt le rapprochement avec Cleveland (Cleveland et Rouen multiplient les échanges) ? \n_ C’est aussi un dossier sur lequel on planche. Nous n’en sommes qu’aux prémices. Nous allons certainement accompagner la délégation qui se rend dans l’Ohio à la fin de la saison pour nouer des premiers contacts et voir les accords possibles. Avec les Indians, mais plus vraisemblablement avec l’Université. Il faut voir ce que chacun peut apporter dans la corbeille. Le maillot des Huskies trône dans le bureau du maire de Cleveland… \n