Mister Québec, parmi les étoiles de la MLB

| Publié par | Catégories : Non classé

Personne à Rouen n’a oublié Hugues Appleby. Mister Québec. Un surnom trouvé par Yann Monnet Hugues a passé deux années en Normandie comme salarié du club. Il a apporté son talent et son expérience aussi bien à l’équiper N1 qu’à l’équipe Elite. Il a d’ailleurs été sacré champion de France en 2005. C’est même lui a a effectué le dernier retrait de la finale alors qu’il occupait le 3me but. \n\n\nDepuis, Hugues est rentré en Amérique du Nord. D’abord à Montréal, puis à Los Angeles. Il vit désormais aux côtés de son pote Russel Martin, l’une des grandes stars de la MLB, receveur des Dodgers de Los Angeles, et qui a été sélectionné pour deux All star games. Hugues côtoie désormais le monde la MLB, une autre sphère que le championnat de France. Mais les Huskies et Rouen gardent une place importante dans son cÅ“ur.\n\n\nHugues, comment s’est passé ton retour au Canada. \n\n_ Les 2 années qui ont suivi mon retour à Montréal, j’ai travaillé dans le domaine de la vente pour la brasserie Labatt. Je me devais de connaître e marché du travail. L’expérience à été enrichissante et j’y ai rencontré des gens professionnelles. Je n’ai plus rejoué au baseball, j’ai terminé sur une note positive. Champion de France!\n\nComment t’es tu retrouvé à Los A,geles, à vivre aux côtés de Russel Martin ? \n_ J’ai déménagé à Los Angeles parce que Russell m’en a donné l’opportunité.. J’ai connu Russell au Lycée, nous avons grandi dans la même formation de Baseball. De déménager à Los Angeles à été une belle opportunité pour développer notre sens entrepreneur et observer les tendances dans le monde du fashion. Plusieurs tendances sont créés à Los Angeles et c’est stimulant de vivre cela à une certaine proximité. Spécialement, le monde du vêtement car nous sommes en train de bâtir une marque de commerce, qui s’appellera Armand Coltrane.\n\nTu côtoies le milieu de la Major league, la MLB… \n_ Sans avoir un rôle avec les Dodgers, j’ai une opinion sur la ligue de baseball majeure. Un business qui est terni par l’image des produits dopants. La MLB gère cette situation d’une manière contradictoire aux États-Unis à cause de la légalité de certains produits dopants. Une majorité des sports professionnelles à ses problèmes face aux produits améliorants les performances, mais ils ne les gèrent pas tous de la même manière. Le baseball est le plus beau sport au monde. Ça reste un jeu après tout….\n\n\n\nQuelle a été ta meilleure expérience MLB ?\n_ J’ai vécu de belles expériences aux cours des 2 dernières années, mais le match des étoiles au Yankee Stadium était très spécial. J’ai compris l’importance de l’histoire en y mettant les pieds, on se sent un peu comme dans un temple. Le match était superbe, il s’est terminé en 15ième manche et Russ à frappé un simple contre Mariano Riviera ! \n\nAs-tu suivi le départ de Joris Bert aux Dodgers ? \n_ Joris ouvre de nouvelles portes pour le baseball Français et ses futurs espoirs. C’est génial de voir les Dodgers s’intéresser aux joueurs Européens. Le seul conseil que je peux donner à Joris est de continuer à travailler sur ses faiblesses. C’est la seule manière d’accéder à un autre niveau. Je lui souhaite beaucoup de succès.\n\nQuel est ton meilleur souvenir avec les Huskies ?\n_ J’ai beaucoup de de bons souvenirs des Huskies ! Etre champion de France me rend fier, la coupe d’Europe à Prague à été une expérience inoubliable. Je n’oublie pas les gens que j’ai rencontré au club durant ces deux ans. Spécialement tous les coéquipiers que j’ai eus, en N1 comme en Élite. Je suis extrêmement chanceux car j’évoluais pour les Yankees de la France. \n\nQuel regard portes-tu sur le club de Rouen ? \n_ Avec du recul, je lève mon chapeau aux bâtisseur du baseball à Rouen. J’ai eu la chance de voir pourquoi le baseball est rendu ce qu’il est grâce à des gens comme Pierre-Yves (Rolland), François (Colombier), Mickael (Cerda) et Xavier (Rolland) qui transmettent leur passion… Au final, c’est contagieux, cela déteint sur les personnes qui entourent l’équipe. Boris Ruthermundt qui à beaucoup participé au développement du Baseball à Rouen à de quoi être fier aussi. Un homme comme Robin Roy à amené l’organisation à un autre niveau par ses performances et son amour du baseball. J’ai vécu une belle périodes des Huskies qui était en pleine ascension.\n\nTu suis les performances du club?\n_ Évidemment que je suis au courant de ce qui se passe au Club. Je suis toujours en contact avec Boris Marche qui a les Huskies de tatoué sur le cÅ“ur ! J’ai droit à quelques potins sur les nouveaux venus dans l’organisation. Les performances du club dans les dernières saisons sont le fruit de travail et persévérance. Bravo à tous ceux qui participent à ce succès.\n\nQuand est-ce que Russel signe à Rouen ? \n_ Dans les rêves de Xavier Steinbrenner (contraction de Xavier Rolland, président de Rouen et de George Steinbrenner, propriétaire des Yankees) ! Russ se concentre à faire gagner les Dodgers de Los Angeles. On pourrait organiser un match Huskies contre Dodgers à Saint Exupéry !\nPour finir, j’’espère que tout va bien à Rouen. Vous êtes si loin de Los Angeles, mais je me sens encore très proche de vous.\n\n\n\n\n{Russel Martin, gamin à Paris, star à Los Angeles}\n\n\n\n\nNé en Ontario, il passe son enfance à Chelsea, Québec, ainsi qu’à Paris, où il vit alors qu’il est âgé de 8 à 10 ans. À Montréal, il joue au baseball dans le quartier Notre-Dame-de-Grâce et fréquente l’école Édouard-Montpetit en programme sports-études, le même établissement scolaire que fréquente son ancien coéquipier des Dodgers, Eric Gagné. Puis, Martin rejoint le Chipola Junior College, à Marianna en Floride, où il évolue au troisième but.\n\n\nRussell Martin est sélectionné par les Dodgers de Los Angeles au 17e tour du repêchage du baseball majeur en 2002 (511e choix global). Il évolue au poste de troisième but lors de sa première saison dans les ligues mineures, puis passe au poste de receveur la saison suivante.\nIl poursuit sa progression dans les équipes mineures de l’organisation des Dodgers pour atteindre le niveau AA en 2005 avec les Suns de Jacksonville, puis est invité au camp d’entraînement des Dodgers avant le début de la saison 2006 où il se trouve en concurrence avec un autre receveur, Dioner Navarro. Russell Martin débute la saison dans l’équipe des 51s de Las Vegas (niveau AAA), tandis que Navarro obtient le poste dans les majeures. Mais lorsque Navarro se blesse et doit être tenu à l’écart du jeu, Martin est rappelé des mineures. Il intègre l’effectif des \nDodgers le 5 mai 2006.\n\n\nL’échange qui envoie Navarro à Tampa Bay le 26 juin 2006 permet à Martin de gagner sa place au poste de receveur. Le 6 juin 2006, il devient, en compagnie du lanceur de relève Eric Gagné, le premier tandem lanceur-receveur canadien-Français à évoluer pour une équipe des ligues majeures lors d’un match de saison régulière.\n\n\nEn 2007, Russell Martin s’impose comme l’un des meilleurs receveurs de la Ligue nationale. Avant la pause du match des étoiles, il a frappé 9 circuits, produit 53 points avec une moyenne au bâton de 0,297. Il a aussi dépassé un record de la franchise datant de 45 ans en volant 15 buts au poste de receveur, éclipsant l’ancienne marque d’équipe de 12 établie par John Roseboro en 1962. Il est choisit par les supporters comme receveur partant de l’équipe de la Ligue nationale pour le match des étoiles 2007 avec plus de deux millions de votes, devant l’ancien receveur des Dodgers Paul Lo Duca. Il est le premier receveur d’origine canadienne à participer au match des étoiles.\n\nEn 2008, Russel a de nouveau été sélectionné pour le All star game qui s’est déroulé au Yankee stadium de New York. \n\n\n(source Wikipedia)\n