« L’un des plus beaux titres »

| Publié par | Catégories : Non classé

Surprenant. Il était plutôt détendu le Président rouennais lors de la finale retour. Il faut dire qu’il en avait déjà vécu sept, que son équipe n’en avait jamais perdu une seule, malgré des scénarios parfois compliqués. Mais cette année, les Huskies étaient dans une position très inconfortable. Mais il n’a pas douté.\n\n\n

{Xavier Rolland, le président des champions de France (à gauche) en compagnie de Didier Séminet, président de la Fédération française de baseball (à droite) lors de la finale. – Photo Patrick Plisson}
\n\n\nOn vous a connu plus stressé lors de précédentes finales..\n_ Oui, moi aussi, comme les joueurs, j’ai acquis de l’expérience (rires), je gère mieux … Je ne pouvais pas faire grand chose de toute façon. La vérité allait s’écrire sur le terrain. \n\nVous étiez confiant ?\n_ Ce n’était pas une question de confiance. J’avais évidemment confiance en Robin Roy et son staff, confiance en les joueurs. Quand je suis arrivé le vendredi, j’ai rencontré quelques joueurs. Ils dégageaient énormément de sérénité. Ils m’ont bluffé. En clair, le discours qu’ils m’ont tenu, c’était, « »on sait ce qu’on doit faire, on sait comment le faire et on sait qu’on va le faire »… Ce n’était pas de l’arrogance, mais de la conviction. On savait qu’on pouvait perdre car on affrontait une excellente équipe de Montpellier mais on sentait que les gars seraient présents.\n\nQuels ont été les moments déterminants selon vous ?\n_ Il y a évidemment des moments clés. J’ai toujours pensé que si on remportait le match 3, on avait fait un grand pas vers le titre. \nEt forcément, on se souviendra dans ce match le jeu au marbre de Joris Bert avec le relai de Quentin Becquey pour couper Luc Didier au marbre. Si Montpellier avait ouvert le score dans ce match 3, aurait-on su réagir ? \nEt dans le match 5, il y a le homerun solo de David Gauthier qui nous permet de mener 3/2 en 5me. Et bien sûr, le jeu, au marbre à nouveau, en 7mer manche. Hagiwara-Luc Piquet pour retirer Zuaznabar au moment où il allait marquer et égaliser. Quel jeu !\n\nL’atmosphère était étouffante lors de ce 5me match ? \n_ Oui, il ya avait beaucoup de tension, y compris à l’extérieur du terrain ! J’étais beaucoup moins détendu moi-même. Mais quelle finale ! C’est l’un des plus beaux titres. Il est sur mon podium personnel avce celui de 2003 (le premier, face à Savigny) et de 2007 (face à Sénart). Robin Roy et son équipe ont montré beaucoup de sang froid, beaucoup de détermination et de talent. Rouen est u beau champion. \n\nOn a pourtant dit que Rouen cette saison réalisait une saison mitigée…\n_ Oui, j’ai entendu et lu cela. C’est vrai qu’on a eu un parcours en saison régulière. Mais on savait qu’on aurait des absents, des joueurs indisponibles, qu’il fallait lancer des jeunes… Mais regardons le bilan. On dit que Rouen n’a aps fait une bonne saison ? On remporte le Challenge de France en remportant cinq matchs sur cinq. On réalise un superbe parcours en Coupe d’Europe avec des matchs magnifiques et on maintient la France dans le groupe A (ce que ne font pas les autres…) et on conserve notre titre, le 8me en 9 ans. Pour une mauvaise saison !? Je signe tout de suite pour en revivre de telle. \n\nC’est déjà la saison prochaine dans votre tête ?\n_ Oui, la coupure n’a duré que quelques jours. Il faut se remettre à la tache très vite,, rencontrer tout le monde… Mon objectif immédiat, c’est de travailler sur les infrastructures. Nous venons d’inaugurer notre nouveau siège social à la Grand-Mare, on va s’attaquer au chantier de la tribune et on travaille aussi sur la construction d’un bâtiment qui abriterait deux tunnels de frappe couverts donc, et éclairés. \n\n\n