Le Pôle France de Rouen à Cuba

| Publié par | Catégories : Non classé

Dix jours sous le soleil de Cuba, au pays des Champions du Monde, des artistes du baseball. Tel est le programme du Pôle France de Rouen. \nUn stage qui va permettre aux meilleurs espoirs français de se frotter à ce qui se fait de mieux sur la planète baseball. Le Pôle FRance de Toulouse est également du voyage.\nEntretien avec Sylvain Virey, le patron du Pôle France de Rouen\n\n\n\nPourquoi se préparer à Cuba ?\n_ Depuis deux ans, avec la réorganisation de la filière haut niveau (fermeture section baseball à l’INSEP et ouverture de deux Pôles France à Toulouse et Rouen), nous avons du revoir note façon d’appréhender l’aspect compétition pour nos jeunes. Auparavant, l’INSEP évoluait en championnat Elite sur une demi saison. Désormais, les joueurs restent dans leur club et on privilégie des compétitions courtes, de haut niveau en parallèle du championnat de France et des programmes des équipes nationales.\n_ On souhaite augmenter le volume des matchs, en quantité, mais aussi en qualité. La saison dernière, de la même façon,nous étions allés à Vancouver et nous avions fait le tournoi inter académies Européenne en Italie. Cette année, il y aura à nouveau le tournoi inter académies européennes (organisée cette fois ci par la France à Toulouse) et donc ce stage à Cuba.\n\nComment est née l’idée et le choix de Cuba ?\n_ Nous cherchions un stage a organiser en dehors de la saison de nos clubs et en dehors du programme des équipes nationales en été. Il nous fallait trouver un pays ou l’on puisse jouer en février – mars. On a des connexions avec Cuba, par l’intermédiaire de Gerardo Leroux (manager équipe de France junior), qui est cubain. Il nous a ouvert son carnet d’adresse.\n\nQu’attendez-vous de ce stage ?\n_ L’idée c’est d’aller se confronter aux meilleurs mondiaux afin de s’évaluer, développer nos qualités et devenir plus compétitifs dans nos Championnats d’Europe. On veut que les jeunes gagnent en expérience internationale. On veut aussi sortir du championnat hexagonal et Européen. Leur montrer ce qu’est la réalité du baseball mondial.\n_ Le fait de voir comment les Cubains évoluent dans le jeu, de quel matériel ils disposent et sur quel type de terrain ils jouent, devrait aussi relativiser notre approche de la pratique en France… Les meilleurs joueurs du Monde pratiquent aussi le baseball dans des conditions loin d’être idylliques, sur des champs de patates, avec des balles usées et des bâtons de bois pour frapper… Nous souhaitons qu’ils s’ouvrent l’esprit, qu’ils s’imprègnent de ce baseball cubain, basé sur le plaisir et le respect du jeu. \n_ Des coachs cubains devraient d’ailleurs être associés aux entraînements et aux matchs. C’est une vraie valeur ajoutée si on peut profiter de leur expérience, de leurs conseils.\n\n\n\nQuel sera le programme ?\n_ 11 matchs en 12 jours. On ne va pas chômer. On jouera parfois des programmes doubles. On va s’entraîner, on va aussi je l’espère, avoir la chance d’aller voir l’équipe nationale cubaine qui se prépare pour la World Baseball Classic. On va essayer de les voir jouer et peut-être pourra-t-on aller discuter avec eux… Une ou deux journées OFF sont aussi prévue pour s’imprégner de la culture cubaine, de leur culture baseball.\n\n11 matchs. Contre quels genres d’équipes ?\n_ On va affronter des équipes de la filière de haut niveau cubaine, les 15-17 ans cubains. Soit les Sports études de la Havane, soit des équipes de jeunes du championnat de notre catégorie d’âge. Le programme n’est pas totalement finalisé.\n\nDes liens vont ils se créer afin d’envisager d’autres programmes avec Cuba ?\n_ Ce stage, c’est une opportunité, il n’y a pas de plan de développement mis en place avec l’école cubaine particulièrement. On verra, c’est une première expérience qui nous ouvrira peut être des portes pour l’avenir.\n\nCanada en 2008, Cuba en 2009, et en 2010 ?\n_ Si nous en avons la capacité, nous rechercherons à nouveau une destination phare du baseball mondial : les États Unis avec les contacts pris lors de l’ABCA à San Diego cet hiver ou encore le Japon, sont des projets qui nous motive plus particulièrement.\n\n\n\n