Joris Bert en vedette dans le New York Times

| Publié par | Catégories : Non classé

{ ( Article en ligne sur le site du New York Times à lire ici ) }\n\n\n\nDodgers’ Bert Is Crown Jewel of the European Academy \nBy ALAN SCHWARZ\n\nPublished: March 29, 2008\n\nVERO BEACH, Fla. — No. 62 leaned forward on the makeshift aluminum bench, hands folded on his knees, and gazed east toward center field. If only his eyes were better, he could see over the trees, beyond the Atlantic Ocean and all the way to his homeland, France.\n \n\n

{Joris Bert, a minor league center fielder for the Dodgers, is the first Frenchman to be selected in the major league draft}
. \n\nThe player, Joris Bert, is one of more than 100 men in the Dodgers’ minor league system, but the only one who started playing baseball only because he missed a soccer game in Louviers. A dozen years later, Bert has found himself in the United States happily nicknamed Frenchie, with his eyes fixed on the more immediate horizon of the major leagues.\n“I’m not very good, but I know I have good potential,” said Bert, a center fielder who last June became the first Frenchman selected in the major league draft. “I don’t have enough experience in baseball to be good.”\n\nThe Dodgers want to give it to him, and also disagree with that “not very good” assessment. They consider Bert potentially a Brett Butler-type of leadoff man, a slap hitter who forces action with his speed. Although draft picks are occasionally fanciful — spent on Heisman Trophy winners and once a general manager’s daughter — the Dodgers chose Bert in the quite legitimate 19th round.\n\n“This guy has tools — he was not a token selection,” said De Jon Watson, the Dodgers’ assistant general manager in charge of player development. “He has a chance to do some quality things for us.”\n\nBert, 20, is the crown jewel of the European academy run by Major League Baseball in Italy. Growing up in Louviers, about 90 minutes outside Paris, Bert said he had never heard of baseball when, at age 10, he showed up late to a soccer game and saw other children playing on the next field. He gave the game a try, immediately enjoyed it and later played on a local club team in a makeshift league.\n“We only had 9 or 10, not many people,” Bert said. “It was just for fun.”\n\nAs a teenager, Bert tried out for the major leagues’ academy and was accepted. He spent the Augusts of 2004 and 2005 in Tirrenia, Italy, with about 60 players from Denmark to Kenya learning baseball’s finer skills from instructors like Rod Carew and Barry Larkin. He improved so much that the coach of the French national team arranged for him to attend Frank Phillips College in perhaps the least French part of the United States — tiny Borger, Tex., wedged between Oklahoma and New Mexico.\nIn between a full slate of English language classes, Bert led the Plainsmen last spring with a .395 batting average and 42 stolen bases. The Dodgers focused on him for the June draft. Although about two dozen European academy graduates have signed pro contracts, Bert, a solid 5 feet 10 inches and 170 pounds, was the first to be considered worthy of a draft pick.\n\nVisa issues cost him almost all of last year’s Gulf Coast League season, but Bert, who speaks fluent Spanish, mixed well with his international teammates. Asked if anything about Bert’s game might be distinctively European, Parker Dalton, an infielder and quick friend of Bert’s, said: “He plays like a kid. He plays and hustles and smiles. You never see him frustrated about a slump — he just plays. It’s not a job to him yet.”\n\nEight major leaguers have been born in France, but most, like Bruce Bochy, the Giants’ manager, belonged to military families stationed there. Only two have names that would suggest French roots: Ed Gagnier, an infielder in the old Federal League from 1914 to 1915, and Claude Gouzzie, who had one at-bat for the 1903 St. Louis Browns.\n\nAlthough Bert has become well known in French sports circles, he said that baseball would not become popular there overnight. The only way he could follow the major leagues, for example, was by watching Yankees games on the Internet.\n“French people, they don’t like it — they think it’s boring,” Bert said. “I think baseball is fun — you come to eat, talk, and I think French people don’t like that. They want a lot of action.”\n\nThe Dodgers are expecting action from Bert. Besides his outstanding raw speed from the left side of the plate, they see him learning the finer points of hitting every week in camp, and gaining insight into proper routes to fly balls. Reading pitchers is becoming easier. Hitting breaking balls less so.\n\n“I’m not smart enough playing the game,” Bert said. “I make mistakes — little things I should do I don’t do.”\n\nBert is focused on making the major leagues in three or four years, but he still misses France. He does not have a driver’s license, so he tends to spend most of his time in hotel rooms. His parents have never come to see him play in the United States. “They don’t understand,” he said.\nBut as he looked out on Field 6 at Dodgertown recently, Bert’s thin smile returned, and his Dodger blue eyes began to fix back on center field.\n“Different culture, different language, different people,” he said. “But same game.”\n\nhttp://translate.google.com/translate’u=http%3A%2F%2Fwww.rouenbaseball76.com%2Fspip.php%3Farticle423&langpair=en%7Cfr&hl=en&ie=ASCII }]\n\n\n\nVERO BEACH Floride – Le numéro 62 se pencha en avant sur un banc de fortune en aluminium, les mains posées sur genoux, tourné à l’est vers le champ centre. Si sa vue était meilleure, il pourrait voir par dessus les arbres, au delà de l’océan Atlantique, jusqu’à son pays d’origine, la France. Le joueur, Joris Bert, fait partie d’une des 100 recrues intégrées dans la ligue mineure des Dodgers. Il est assurément le seul à avoir commencé à jouer au baseball en raison d’un match de football perdu à Louviers. Une douzaine d’années plus tard, Bert s’est retrouvé aux États-unis, gentiment surnommé « le français », les yeux rivés sur la très proche ligne d’horizon des ligues majeures. \n\n »Je ne suis pas très bon mais je sais que j’ai un bon potentiel » dit Bert, champ centre qui devint, en juin dernier, le premier français sélectionné dans un draft de ligue majeure. « Je n’ai pas assez d’expérience dans le baseball pour être bon ».\nLes Dodgers sont d’accord avec lui mais rejettent l’idée qu’il « ne soit pas bon ». Ils considèrent que Bert est un Brett Butler potentiel, meneur d’hommes, un frappeur qui tient sa force dans sa vitesse. Bien que les tours de sélection (ou draft) soient occasionnellement fantaisistes- passés sur les gagnants du trophée Heisman et même une fois la fille du directeur général – les Dodgers ont légitimement choisi Bert au 19ème tour de draft. \n\n »Ce gars a les outils – il n’était pas une sélection symbolique, » dit De Jon Watson, l’assistant général chargé du développement auprès des Dodgers, « il aura la chance de pouvoir faire des choses de qualité pour nous »\n\nBert, 20 ans, est le joyau de la couronne de l’académie européenne, lancée par la MLB en Italie. Élevé à Louviers, à environ une heure et demie de Paris, Bert avoue qu’il n’a entendu parler de baseball qu’à l’âge de 10 ans, quand en ressortant d’un match de football, il vit des jeunes y jouer sur le terrain d’à côté. Il s’essaya au jeu qui lui plut tout de suite et intégra un club local dans une ligue de fortune.\n\n« Nous avions 9 ou 10 ans, nous n’étions pas beaucoup » dit Bert, « C’était juste pour le plaisir »\nAdolescent, Bert s’essaya à l’académie pour la ligue majeure et fut accepté. Il passa les mois d’août 2004 et 2005 à Tirrenia, Italie, avec environ 60 autres joueurs du Danemark au Kenya, à apprendre les meilleures techniques d’instructeurs comme Rod Carew et Barry Larkin. Il a tellement fait de progrès que le coach de l’EDF s’est arrangé pour qu’il intègre le collège Franck Phillips dans la partie la moins française des Etats-Unis – Tiny Borger, Texas, coincé entre l’Oklahoma et le Nouveau Mexique.\n\nEntre plusieurs cours intensifs d’anglais, Bert domina avec un batting average de .395 et 42 bases volées. Les Dodgers se sont focalisés sur lui en vue du draft de juin. Bien qu’une douzaine de recrues de l’académie européenne aient signé des contrats pro, Bert, un solide gaillard d’un mètre quatre vingt et 85 kgs, est le premier à être considéré comme un candidat potentiel au draft. \n\nLes démarches administratives pour le visa l’ont privé de la plupart de la saison de l’année dernière en Gulf Coast League, mais Bert, qui parle couramment l’espagnol, s’est bien intégré avec ses camarades internationaux. \nInterrogé sur l’existence d’un jeu typiquement européen chez Bert, Parker Dalton, joueur en champ intérieur et proche ami de Bert dit : « Il joue comme un gamin. Il joue, il chambre et sourit. Vous ne le verrez jamais frustré par un problème – il ne fait que jouer. Pour l’instant, pour lui ce n’est pas un emploi »\n\nHuit joueurs de MLB sont nés en France, mais la plupart, comme Bruce Bochy, le manager des Giants, faisaient partie de familles de militaires stationnés sur place. Seulement deux ont un nom qui pourrait suggérer des racines françaises : Ed Gagnier, un joueur de champ intérieur dans la vieille ligue fédérale de 1914 à 1915 et Claude Gouzzie, qui a obtenu un passage à la batte pour les St Louis Browns en 1903.\n\nBien que Bert est bien connu dans les circuits sportifs français, il avoue que le baseball ne deviendra pas populaire du jour au lendemain. Seul Internet permettait de pouvoir suivre les ligues majeures, comme par exemple les matches des Yankees.\n\nLes Français, n’aiment pas le baseball. Ils pensent que c’est ennuyeux, dit Bert. « Je pense que le baseball est amusant – vous regardez les matchs en mangeant, en discutant, et je pense que les Français n’aiment pas ça. Ils veulent de l’action. »\n\nDe l’action, les Dodgers en attendent de la part de Bert. En plus de son remarquable vélocité, ils l’ont vu progresser à la frappe, améliorer sa lecture des effets, grâce à son travail effectué depuis le début du Spring training et mieux apprécier la trajectoire spécifique des balles courbes. Comprendre les lanceurs est devenu plus facile. Frapper les balles cassantes l’est devenu aussi.\n »Je ne suis pas assez intelligent pour bien pratiquer ce sport » dit Bert « Je fais des erreurs -des petites choses que je ne devrais pas faire »\n\nBert est focalisé sur l’entrée en ligues majeures dans trois ou quatre ans, mais la France lui manque. Il n’a pas de permis de conduire, dont il passe le plus de temps dans les chambres d’hôtel. Ses parents ne sont jamais venus le voir jouer aux États-unis. \n\nMais récemment en regardant le terrain n°6 de Dodgertown, Bert a retrouvé le sourire et ses yeux bleus de Dodger ont commencé à se fixer sur l’arrière du champ centre.\n« Culture différente, langue différente, gens différents » dit-il « mais même sport ».\n