Finale: Ozanich, l’homme tranquille

| Publié par | Catégories : Non classé

\n\nQuand les Huskies sont allés chercher une grosse victoire, Owen Ozanich, n’était jamais très loin du monticule. Elu meilleur lanceur du Challenge de France, désigné meilleur joueur de la ½ finale contre Savigny, le franco-américain a aussi largement contribué au maintien de la France dans le Groupe A européen en blanchissant les Marlins de Tenerife. Nul doute que Robin Roy fera appel à lui dans les matches décisifs contre Montpellier. \nPas de problèmes pour le numéro 23, qui est près à répondre présent : «J’aime avoir la balle dans les matches importants», affirme-t-il de sa voix douce et toujours posée. \n_ Le calme est une de ses qualités. Il ne se laisse pas déborder par les évènements, ni par les nouveautés auxquelles il a du faire face cette saison : « Avant de venir à Rouen, à l’Université, je rentrai souvent en révèle, mais maintenant c’est très \ndifférent.  C’est intéressant de pouvoir faire des ajustements d’une manche à l’autre et d’une séquence à l’autre contre le même frappeur.  \nMaintenant en temps que starter, j’ai toutes les semaines une routine (gym, jogging, long toss) qui me permet à être efficace quand \nl’équipe me donne la balle».   \n_ Sous ses aspects tranquilles, Owen est un vrai guerrier. Il n’avait pas été ravi de sa prestation en défense et en attaque contre Savigny dans le match 3. Quand le temps est venu d’affronter Clayton Cooper le dimanche matin dans une rencontre décisive, il a fait face à la musique. «J’adore affronter les bonnes équipes. Je ne montre pas souvent  d’émotion, mais pouvoir aider l’équipe à battre son adversaire faisait du bien.  Le dernier retrait fut un soulagement. Il faut dire que cela fait vraiment plaisir de gagner. Avant de venir à Rouen, je savais que l’équipe avait l’habitude de remporter des titres et de jouer un haut niveau de baseball. Je me devais d’être à la hauteur». \n\n\n\nProchain défi, les Barracudas. Owen respecte cet adversaire : «Montpellier a de très bons lanceurs. Les deux frères Cros sont d’excellents frappeurs, et il faudra composer deux fois avec Joris Navarro. Nous serions bien inspirés de prendre au moins un match chez eux avant de finir le travail sur le terrain Pierre-Rolland ». Pour y parvenir, Owen fait confiance à ses équipiers. « Nos lanceurs sont en pleine forme, et nous pouvons compter sur un vrai groupe de grands frappeurs ave Boris Marche, Luc Piquet, Rickey Thomas, Joris Bert et Jordan Crystal.  Il ne faut pas oublier que nous avons les matches décisifs chez nous le 8 et 9 octobre».   Owen devrait retrouver derrière le marbre celui qui est devenu son complice à Rouen et en équipe de France, Boris Marche. « C’est très agréable et « Moochie » me dit a chaque fois « aujourd’hui on va avoir du fun ». »     \n_ Le lanceur rouennais pourra ainsi travailler en confiance, et faire ce qu’il fait le mieux, garder la balle basse et proposer aux adversaires des lancers compliqués. «Je me vois plus comme un lanceur qui s’en sort rapidement en obligeant les adversaires à frapper au sol, et faire confiance à la défense pour faire les retraits. Mon obsession est d’éviter les buts sur balles. Et puis quand il faut aller chercher un strike-out, je suis capable de le faire». Ce fut le cas lors du dernier lancer de la ½ contre Savigny, quand Guaye a fendu l’air sur une troisième prise. On a vu alors Owen pousser un long cri et faire un geste à la Brian Wilson. A-t-il préparé son show pour la victoire finale ? «Non, je ne sais pas encore. Il faut gagner avant. Après, on improvise».\n\n_ Une fois la saison terminée, Owen n’en aura pas fini avec le baseball. Il rangera ses spikes et son gant dans son sac de voyage pour une nouvelle aventure, cette fois au Australie, où il va jouer cet hiver. «Ce sera une bonne expérience. J’ai hâte de découvrir le pays et la ville d’Adelaïde avant de revenir en France. Je peux le confirmer. Je me suis mis d’accord avec\nle Président Xavier Rolland». En effet, Owen revêtira de nouveau le n°23 des Huskies la saison prochaine, et compte bien profiter de son expérience « down-under » pour continuer à dominer en France. «Je vais continuer à lancer cet hiver, mais j’ai aussi une autre ambition. Cette saison, c’est la première fois que j’ai frappé depuis mes années de lycée, je vais donc travailler mon swing. Et je vais continuer à travailler tous les postes en défense. Je voudrais bien jouer au champ extérieur, comme ça si Robin Roy me demande de jouer à cette position l’an prochain, je serais prêt».\n\n\nCette saison, en championnat, Challenge de France, Coupe d’Europe, play-offs et équipe de France, Owen Ozanich présente une fiche de 6W-1L, une ERA de 2,09, 73,1 manches de travail, 14BB, 43K, et 62 coups-sûrs pour 269 frappeurs affrontés, soit une moyenne de .230 contre lui.\n\n{ REGARD D’EXPERT }\nQuel regard portes-tu sur le baseball français ?\n_ Owen Ozanich : Je suis optimiste. En 2012 il y a le Championnat d’Europe pour les bleus, plus la Coupe d’Europe pour Rouen. Le niveau est bon, regardons par exemple Maxime Lefevre, qui joue en NCAA aux Etats-Unis, et bien sur Joris Bert et Fred Hanvi qui on joués pour les Dodgers et Twins. J’aimerais bien voir une augmentation de nombre des stades et de terrains de baseball en France. Espérons que la tribune du terrain Pierre-Rolland soit terminée avant le début de la saison, et que cette amélioration, en même temps que le nouveau stade de Sénart attire du monde aux matches. Quand je raconte à mes amis aux Etats-Unis qu’on voyage en avion pour passer une semaine en Italie et qu’on a joué dans un stade de 5 000 places, ou que l’équipe de France affronte d’autres équipes nationales dans des matches qui passent à la télé Tchèque, ils sont impressionnés.\n\n\nL’équipe de France va jouer les phases qualificatives de la World Baseball Classic. C’est un événement important pour toi ?\n_ O.O. : Jouer dans la WBC serait le plus grand honneur de ma vie. Je m’entends bien avec Fabien Proust et les autres entraîneurs de l’équipe de France. C’est certainement possible, mais ce ne va pas être facile.\nMes parents étaient très fiers de me voir jouer pour la France pendant la semaine du « Prague Baseball Week ». J’espère pouvoir aider l’équipe de France en 2012 et 2013.\n\n\n\n\n