Europe: les réactions des Huskies

| Publié par | Catégories : Non classé

{FRANÇOIS COLOMBIER, MANAGER}\n\n_ « 1er manager français à battre la Hollande ?\nJe suis fier des gars. Depuis plusieurs semaines, j’avais annoncé qu’on partirait avec Robin contre Amsterdam. En France, on ne joue jamais la Hollande pour gagner. On voulait être les premiers à le faire. J’ai proposé le défi à Robin. C’est un compétiteur, et ça a marché.\n\nC’est énorme ce qu’on vient de faire, c’est vrai. Il faut le savoir, ce sont des monstres, des monstres ces Hollandais… De Jong, Roii, ils étaient au milieu des joueurs de Major league il y a encore 15 jours aux États-Unis lors de la World baseball classic. Le catcher d’Amsterdam, c’est lui qui a frappé le double de la victoire hollandaise contre la République dominicaine en 10me manche… On a battu des monstres…On n’a pas eu une seule manche facile. Ils savent tous swinguer… Robin m’a dit plusieurs fois en riant, « normalement, ces lancers là, on ne les frappe pas… »\n\nNos adversaires étaient très arrogants, plus que Kinheim par exemple. Excepté le manager et d’ailleurs les vedettes de l’équipes (les internationaux, l’Américain), les autres ne nous ont pas respectés.\n\nIls commencent la première manche par un double ? On commence la notre derrière par un Homerun ! Pas mal comme réplique. \nIl ne faut pas oublier le match du matin contre Tenerife… On a remporté un programme double. Tenerife/Amsterdam le même jour, pas si mal, non ?\n\nOn n’est plus en train d’écrire des pages d’Histoire. Ce sont des livres entiers qu’on rédige. Il n’y a que Rouen en France pour faire cela.\nOn a montré toutes les facettes de notre baseball. Le matin, contre Tenerife, on gagne sur notre défense. Ensuite, contre Amsterdam, on gagne sur notre pitching et notre attaque. \n_ La fin de match a été longue et pénible. On sentait qu’ils faisaient tout pour que le match reprenne.C’était injouable. Si le score avait été inversé, on n’aurait pas attendu aussi longtemps pour prendre une décision. Enfin, qu’importe !\n_ On est tous bien dans la compétition. A table, on refait le match… Il y a beaucoup de sérénité, ca discute tranquillement… On est bien… On sait qu’on a un escalier à monter: on a franchit deux grosses marches, il ne faudrait faut pas buter contre Anvers… Si on perd contre les Belges, cela n’aura servi à rien.\n_ C’est vraiment une belle équipe. Moi je suis venu pour le Final Four. Pas venu pour éviter la descente. On est là pour jouer les matchs, pour les gagner.\n\n\nEn plus , gagner avec Robin, c’est sur le plan affectif, très fort. C’est comme boire un Cheval Blanc… C’est un plaisir supplémentaires… »\n \n\n\n\n\n{ROBIN ROY, LANCEUR}\n \n_ « Des monstres ? En tout cas, de sacrés joueurs de baseball (rires). Boris Marche est venu me parler pendant le match. Il était impressionné par leur line up…\n_ Ce n’était pas des manchots. Avant le match, Frankie (Colombier) m’a présenté un scouting report sur l’équipe. Le Cubain ? 15HR. De Jong ? 4 Grand chelem… Je n’avais pas envie de lire ca… Je lui ai redonné.\nIls marquent en 1ère manche. Leur lead off frappe un double… Joris (Bert) arrive. Il frappe un Homerun. Si ca ce n’est pas une réponse ! On score quatre fois en 1ère. Notre début de match a été énorme. Moi, j’ai eu du mal en début des manches, je me sentais bien, j’avais du bon stuff… mais…En fait, très vite, je me dis, « merde, on va le faire, on va le gagner ce match. J’y ai cru très vite. J’ai essayé de vider cela de ma tête … Je ne pouvais pas m’empêcher de penser où j’étais il y a un an, à combattre mon cancer. (long silence). Je suis un peu ému (grosse émotion dans sa voix)\n\nJ’avais du mal parfois à me concentrer, trop de trucs dans la tête. Et puis, je me rendais compte que les bases étaient remplies. Je me disais que je n’allais tout de même pas lâcher le match… Je ne sais pas où je suis allé chercher mes ressources. Je ne pouvais pas faire mieux…\nDès le début, j’ai senti le coup… J’étais sur le terrain et je je me suis dit : c’est un truc de malade… En plus, je ne me souviens pas d’avoir bénéficié d’un appui offensif aussi impressionnant… 6 points dans les 2 premières manches… Le rêve. Je me suis répété : il faut que je m’accroche au monticule.. J’ai tout donné… Après on a eu une bonne étoile.. La pluie est arrivée… Mais c’est pareil pour les deux équipes, ils n’avaient qu’à être devant…\n\nCe qui m’a plu aussi, c’est que si tu prends les 9 rouennais, tout le monde a fait un truc important pour l’équipe… Olivier Israël, il fait un plongeon de folie en champ… Il faut avoir des c…s pour aller la chercher… Nicolas Dubaut a frappé.. Dany Scalabrini a frappé des coups surs à des bons moments… David Gauthier a super bien catché…\n\nTout le monde a apporté quelque chose… Tout le monde était là.\n Il nous fallait ça, car en face ils avaient une sacrée attaque… Il a fallu serrer les dents… On gagne un programme double Tenerife Amsterdam… J’avais dis au petit déjeuner à Frankie. Aujourd’hui, on va leur faire deux gros poissons d’avril… pas sûr qu’ils aient apprécié l’humour des Huskies. »\n\n—-\n[CE2009_Rouenbaseball76761]\n—-\n\n