Elite: « Signons notre véritable début de saison » – François Colombier

| Publié par | Catégories : Non classé

\n\n- François Colombier s’est coiffé de deux casquettes au club. Un statut original: à la fois vice président du club depuis dix ans et coach adjoint de l’élite. En coulisse et sur les terrain le dimanche, François connait « son baseball français » sur le bout des doigts. Un véritable expert ! Ses commentaires sont toujours intéressant et avisés. On n’a pas oublié sa colère de la semaine dernière après la défaite à Toulouse: « On a été nuls ». Et à l’approche du match face à la Guerche dimanche, ils prévient ses joueurs: il attend deux victoires mais aussi de la manière et de l’intensité. \n\n\nFrançois, les Huskies doivent s’imposer deux fois ce week end après le match concédé à Toulouse ? \n- Se retrouver à 2-2 ou 1-3 après deux journées, ce ne serait pas vraiment le début de saison espéré. Avec la formule du championnat où tous les matches comptent vraiment, il vaut mieux ne pas traîner en route. Mais j’attends autre chose que deux victoires. Ce n’est pas tant le score qui m’intéresse que la manière. Il y a pas mal de choses que je n’ai pas aimées dimanche dernier, et j’espère qu’elles seront corrigées. On peut perdre un match quand c’est un incident de parcours. Perdre deux journées de suite en montrant le même visage, cela devient plus inquiétant. Battre deux fois La Guerche avec de l’intensité et de l’exécution, voilà qui signerait notre véritable début de saison. Mais rien n’est fait. Nous avons été particulièrement mauvais contre Toulouse, ce n’est pas dans les habitudes rouennaises. J’attends des joueurs qu’ils montrent leur vrai visage. \n \n \ncette défaite à Toulouse, vous l’avez digérée ? \n- Même si on n’aime jamais perdre, il faut savoir vivre avec les défaites. Perdre, ça fait mal, mais c’est à la fois logique et indispensable. Logique, parce que la saison parfaite n’existe pas. Indispensable, parce que l’important est de savoir en tirer des enseignements positifs pour éviter de retomber dans les mêmes erreurs. Il ne faut pas dramatiser les défaites, c’est essentiel dans la gestion d’une saison. \n\n{Contre Toulouse, on devait être à 30%.}\n\nCette défaite, ce fut une surprise pour vous ? \n- Je pensais vraiment que nous avions les moyens de battre deux fois cette équipe de Toulouse très jeune, et qui semblait moins dominatrice qu’avant au monticule et en attaque. Mais les toulousains ont joué parfaitement, avec beaucoup d’application et d’envie de gagner. On sent déjà la patte du coach Jamel Boutagra dans cette formation toulousaine qui en fera chuter d’autres. \n \n\nL’équipe n’est pas à 100 % ? Quand le sera t elle ? \n- Contre Toulouse, on devait être à 30%. C’est dire le chemin à accomplir. Et la première grosse échéance, le Challenge, arrive très vite. \n \n\nCe dimanche, c’est la Guerche à Rouen. Que pensez vous de cette équipe ? \n- La Guerche est une équipe qui joue bien au baseball, qui est agressive, et qui fait preuve d’un excellent état d’esprit. Il y a du talent chez ces bretons, il ne faut absolument pas la négliger. Les Hawks arriveront un jour ou l’autre à terminer dans les quatre premiers. Ils le méritent par l’énorme travail de structuration et de formation qu’ils accomplissent, à l’image de l’arrivée d’un coach québécois. Pourquoi pas dès cette année ? \n \n{Pas question de brusquer les choses avec Jason Kosow}\n\n\nIl faut s’en méfier ? Que craignez vous le plus dans cette équipe ? \n- Oh oui il faut s’en méfier. La Guerche a pris l’habitude de nous prendre un match chaque saison. Et on sait très bien que contre Anthony Piquet, personne n’a la vie facile. Gaëtan Le Poupon n’est pas encore manifestement revenu complètement à son meilleur niveau, mais il reste un lanceur redoutable. Il faut absolument les prendre à la gorge, les empêcher de prendre confiance, de s’installer dans leur match, car ils deviennent très difficile à jouer. Ils sont très au point défensivement, comme le démontrent les deux retraits décisifs au marbre qu’ils ont accompli contre Sénart dans des moments décisifs la semaine passée. Cette victoire contre les Templiers va leur donner une grande confiance. C’est un vrai match piège pour les rouennais. Nous avons intérêt à hausser nettement notre niveau d’intensité et de concentration au risque d’avoir une mauvaise nouvelle surprise.\n \n\nVerra-t-on les grands débuts de Jason Kosow avec Rouen ? Comment se passe son intégration ? \n- Il n’est pas question de brusquer les choses. Jason est arrivé à Rouen avec un programme très précis, très détaillé, de mise en forme de son bras. Ce programme prévoit qu’il lance une vingtaine de lancers contre La Guerche, mais si les conditions météo sont trop défavorables (le froid notamment) ou s’il il se sent pas tout à fait au point, nous retarderons son entrée en jeu. La saison est longue, et nous avons 5 lanceurs déjà prêts. Rien ne presse dans son cas. Sur un plan plus général, son intégration se passe très bien, comme celle de tous les étrangers qui sont arrivés à Rouen. Il commence même à prononcer quelques mots en français. \n \n\nLa première journée a montré des duels très équilibrés. Epiphénomène ou réalité sportive cette saison selon vous ? \n- Trop tôt pour se prononcer. On n’a pas vu du grand baseball à Toulouse. Des buts sur balles, de hit by pitch, des erreurs, des amortis ratés, etc… J’imagine que cela devait être pareil ailleurs. On sent bien que personne n’est vraiment prêt, que la météo détestable n’a pas facilité la montée en puissance des équipes et qu’il y a donc logiquement un tassement des valeurs en début d’exercice. On pourra se prononcer après trois ou quatre journées, pas avant. La saison dernière, tout le monde pensait que tout était plié à la mi-saison, et puis Montpellier a fait un énorme come-back pour venir coiffer Toulouse. Les vérités du mois de mars sont rarement celles d’octobre. Je ne cesse de repêter que le seul match qui compte, c’est le dernier de la finale ! On en est encore loin ! Cela dit on va regarder avec attention les résultats de cette deuxième journée. Si le PUC accroche Sénart, si La Guerche partage avec Rouen, si Clermont s’impose à Savigny, on commencera à se dire que quelque chose est en train de bouger. Plusieurs équipes ont effectué un gros recrutement étranger, cela change par rapport à la saison dernière. Mais pour moi, aucun doute, Rouen sera en finale.\n\n