Elite: « On fait tout pour être prêts »

| Publié par | Catégories : Non classé

87], les choses sérieuses ont commencé avec ces deux matchs contre Anvers. Comment avez-vous trouvé votre équipe ?\n\nC’est une équipe en pleine préparation, qui manque de repères, de matches, mais qui possède sans nul doute un gros potentiel\n\n \n\nLes points positifs ?\n\nDe bonnes sorties de Perez, Roy et Sochon au monticule. La réaction offensive dans le deuxième match. De l’application en défense.\n\n \n\nLes points négatifs ?\n\nTout l’effectif n’était pas présent, pour diverses raisons, il faut y ajouter la blessure au dos d’Olivier Israël, tout ça fait que l’équipe n’est pas au complet, cela limite les possibilités tactiques et techniques.\n\n \nQuelle sera la force du groupe cette année ?\n\nToujours cette expérience, cette capacité à gagner des gros matches, en s’appuyant sur tous les secteurs du jeu : un pitching dominant, une défense capable de sortir les gros jeux, une attaque qui peut miser sur la moyenne, la puissance et la vitesse\n\n \nVous vous fixez quels objectifs cette saison ?\n\nPar principe, quand on fait du sport, c’est pour tout gagner.\n\n \n\nVous serez prêt pour la Coupe d’Europe (en Italie du 31 mars au 4 avril) ?\n\nOn fait tout pour être prêts. Mais ce n’est pas facile, les blessures, les emplois du temps, la fatigue de la fin de l’hiver, la météo froide et pluvieuse, les circonstances ne favorisent pas une préparation optimum.\n\n \n\nQuelles sont vos certitudes avant cette échéance ?\n\nJ’ai une certitude : cette compétition sera extrêmement compliquée. Il faut oublier les deux dernières saisons, rien ne sera comparable. Il faut être conscient de l’ampleur de la tâche, au risque d’aller vers de grosses désillusions. Rien n’est fait, rien n’est gagné, loin de là, dans cette épreuve. Je suis toujours persuadé que nous pouvons accrocher les deux premières places, mais je sais aussi que tout est possible.\n\n \n\nVos interrogations ?\n\nL’état de forme des lanceurs rouennais, la capacité des frappeurs à affronter la vitesse et les effets des lanceurs adverses. On l’a vu face aux courbes du gaucher qu’Anvers nous a opposé dans le match 2, il a fallu du temps pour se régler. Commencer par la compétition la plus dure alors que, part définition, on est à court de compétition, ce n’est pas facile.\n\n \n\nVous pouvez nous présenter rapidement vos adversaires ?\n\nCe sont cinq équipes qui auront toutes la volonté d’aller le plus loin possible dans la compétition. Il n y’ a personne de condamné d’avance, et personne de qualifié d’avance, même si l’histoire du baseball européen veut que les hollandais et les italiens (représentant l’Europe à la World Baseball Classic) soient de logiques favoris. A partir de là, je n’ai pas d’informations spécifiques sur tel ou tel adversaire. En fait si, j’en ai quelques unes, mais je les garde pour moi. \n\n \n\nQue pensent vos adversaires de Rouen selon vous ?\n\nJe n’en ai aucune idée.