Deux renforts de poids pour Rouen

| Publié par | Catégories : Non classé

Anthony Piquet est un membre des Huskies. \nRouen a frappé fort en recrutant le lanceur droitier des Hawks de la Guerche et de l’équipe de France. Anthony Piquet est l’un des deux/trois meilleurs lanceurs français. \n \n_ Annoncé possible à Savigny, le Rennais a finalement opté pour Rouen. C’est indéniablement le recrutement de l’hiver. \n\n_ Le champ extérieur Mathieu Brau fait également le voyage Rennes Rouen. \n\n\n

{Anthony Brulez sur le monticule et Mathieu Brau à la frappe. Crédit Christophe Elise}
\n\nAprès avoir enregistré la venue du meilleur espoir du baseball français, Maxime Lefevre, les Huskies de Rouen ont réussi une autre excellente opération en recrutant un des meilleurs joueurs français, Anthony Piquet, et le très prometteur Mathieu Brau. « Quand nous avons appris que Le Guerche s’interrogeait sur son avenir en Elite, nous avons très logiquement décidé de prendre contact avec Anthony pour savoir s’il était intéressé par venir jouer à Rouen », confie le président Xavier Rolland. « Un joueur de ce calibre a tout à fait sa place dans notre effectif. Son talent et nos ambitions sont faits pour s’entendre. Nous n’étions pas les seuls sur les rangs, mais j’ai eu plusieurs discussions approfondies avec Anthony, et nous sommes rapidement tombés d’accord. Au fil des échanges, j’ai aussi appris de Mathieu Brau souhaitait poursuivre sa carrière au meilleur niveau. Là encore, il n’y avait pas à hésiter. Je me souviens qu’il a frappé un homerun contre Keino Perez. C’est le genre de frappe qu’on n’oublie pas ! ».\n\n\n{Anthony Piquet sur les traces de Nicolas Dubaut ?}\n\n \n_ Le double transfert a fait l’objet de discussion entre les dirigeants des Hawks et des Huskies. « On a mis en place une convention entre les deux clubs. Il fallait un accord gagnant-gagnant. Rouen et la Guerche sont deux clubs qui s’apprécient et se respectent. Cela a facilité les choses. On a d’ailleurs la volonté de travailler ensemble dans l’avenir, notamment au niveau des jeunes », explique Xavier Rolland. Une vision confirmée du coté de la Bretagne. « A partir du moment où l’on a quitté l’Elite, ajoute Yannick Pasquer, le vice-président des Hawks, il nous est apparu naturel que Rouen présentait la meilleure option pour Anthony et Mathieu… Un club structuré, ambitieux, une direction stable. Nos joueurs vont apprendre dans le meilleur club français. Je leur ai dit d’observer, d’apprendre comment on dirige un grand club. Et quand ils reviendront, ils se serviront de cette expérience soit en tant que joueur, soit en tant que dirigeant ». \n\n\n\n_ Anthony Piquet a fait toute sa carrière à La Guerche, où il a début à l’âge de 7 ans, en gravissant un à un tous les échelons de la hiérarchie sportive. Il a intégré l’équipe de France en 1999, alors que son club n’évoluait encore qu’en championnat N1B. Il n’a plus jamais quitté le maillot bleu, devenant un élément indispensable à la rotation tricolore. C’est à lui que Jeff Zeilstra a ainsi donné la balle pour le match décisif contre l’Allemagne (hélas perdu) aux derniers championnats d’Europe. Même s’il n’était pas au monticule quand La Guerche a battu Rouen à deux reprises depuis sa montée en Elite, Piquet a souvent posé de gros problèmes à l’attaque rouennaise. \n\n\n_ « C’est amusant, parce que son parcours est un peu similaire à celui de Nicolas Dubaut », constate Xavier Rolland. « Nico était un puciste de toujours, comme Anthony un Hawks. Mais ils ont du faire le choix, à un moment de leur carrière, d’aller voir dans un autre club pour tenter de gagner des titres. Cela a plutôt bien réussi avec Dubaut. J’espère qu’on suivra le même chemin avec Anthony Piquet. Ils ont le même profil : lanceur dominant, joueur d’infield polyvalent, utile au bâton. Anthony est toutefois plus rapide que Nicolas sur les bases». Avec Piquet, Roy, Perez, Ouin, Becquet et Crescent, le monticule rouennais est prêt à affronter les grands défis qui l’attendent cette année. Et le breton pourra aussi être appelé à d’autres positions, lui qui a souvent évolué à l’arrêt-court avec La Guerche, mais aussi en 3B, 1B ou RF. \n\n\n{Mathieu Brau, l’une des révélations 2009}\n\n\n\n_ En effet, le talent d’Anthony Piquet s’exprime de différentes façons. Comme lanceur, ses statistiques en 2008 parlent d’elles-mêmes, avec une moyenne de 1,94 et 152K en 125 manches. Comme frappeur, c’est en 2009 qu’on peut se tourner pour prouver son efficacité. En saison régulière, il a frappé pour .344 avec 17 RBI et 6 bases volées. \nMathieu Brau a connu sa véritable première saison en Elite en 2009, où il a signé une de moyenne de .283 avec 12 RBI et 7 bases volées. Avant tout joueur de champ extérieur, il fut aussi utilisé « à toutes les sauces » par les Hawks, ayant même quelques apparitions au monticule. Mais c’est dans l’outfield qu’il est le plus à l’aise, grâce à sa vitesse et à un excellent bras. « Nous avons réalisé l’essentiel de notre recrutement », confie pour terminer Xavier Rolland. « Mais tout n’est pas complètement terminé. Il y a encore quelques pièces à ajouter au puzzle ».\n \n \n\n