Colombier: « Les Huskies ont une nouvelle fois sur le papier la meilleure équipe française»

| Publié par | Catégories : Non classé

\n\n– François, à l’aube d’une nouvelle saison, quelles sont les ambitions des Huskies ?\n_ La réponse est simple. Gagner un nouveau titre de champion de France, gagner le Challenge de France, décrocher une place en final-four européen, contribuer au meilleur parcours possible de l’équipe de France. Quand on joue au baseball à Rouen, c’est pour cela, pour gagner le plus de matches et de titres. Tout découle de là. Gagner rend tout plus agréable, plus facile, plus plaisant. \n\n\n– L’équipe 2010 a été sérieusement remaniée. Ce n’était pas dans les habitudes rouennaises de faire tant de changement…\n_ Chaque saison des pages se tournent et d’autres s’écrivent. C’est la loi du genre. La vie personnelle ou professionnelle évolue, la couleur de maillot suit. Mais il est vrai que cette intersaison a été extrêmement chargée émotionnellement. \n_ Personnellement, plusieurs départs m’ont affecté, même si je comprends les raisons des uns et des autres. D’autre part, j’ai certainement ma part de responsabilité dans certains choix, un probable manque de communication qui a fait que des décisions ont été mal comprises et ont entraîné des réactions négatives. \n_ Maintenant, voir des amis porter d’autres maillots ne change en rien les relations humaines en dehors du terrain, c’est l’essentiel.\nNous avons subi une lourde saignée, mais la force vive des Huskies se retrouve aussi mise en valeur puisque nous continuons à présenter des équipes compétitives en Elite, N1 et DHR. Ce club est riche en ressources humaines. Des nouveaux visages vont apparaître, de nouveaux cadres vont s’installer, de nouvelles générations vont apprendre à gagner.\n_ Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que nous subissons une grosse saignée. Après la saison 2006, Rothermundt, Roy, Monnet, Fessy, Donald, Fukuroku, sont partis. Ce n’était pas rien. Mais le cÅ“ur, le noyau, reste là. \n \n{« LUC PIQUET ? IL VA DEVENIR INDISPENSABLE A ÉQUIPE DE FRANCE. \nROBIN ROY ? LE KING A UN MORAL D’ACIER. CE N’EST PAS UNE BONNE NOUVELLE POUR LES FRAPPEURS ADVERSES… MAXIME LEFEVRE ? NOUS SOMMES FIERS DE POUVOIR LUI SERVIR DE TREMPLIN POUR LA SUITE DE SA CARRIÈRE »} \n\n\n\n\n– Vous pouvez nous présenter les Huskies 2010 ?\n_ Une meute en pleine forme, qui a travaillé fort pendant tout l’hiver.\nLes joueurs du groupe : \n-* Saad Anouar : Plus souvent appelé en N1, mais j’ai bien aimé ce que j’ai vu de lui en pré-saison, il fera certainement des apparitions en Elite.\n-* Quentin Becquey : Il lui faut des manches au monticule, il devrait donc aussi bien lancer en Elite qu’en N1. Sera très utile en première base.\n-* Quentin Benedek : Un des plus assidus à l’entraînement. A lui de prendre sa chance au champ gauche. \n-* Joris Bert : Un joueur évidemment essentiel au groupe. Sa vitesse et son bras sont des arguments forts des Huskies. Pourra être utilisé au monticule. \n-* Mathieu Brau : S’intègre très vite et très bien à son nouvel environnement. A montré des choses intéressantes au bâton. \n-* Oscar Combes : Une grosse courbe de progression. Un titulaire en Elite dans 2 ou 3 saisons.\n-* Mathieu Crescent : Il est l’élement-clé du groupe N1, mais il a aussi largement sa place en Elite. \n-* David Gauthier : Ce serait mentir de dire qu’il ne sort pas de l’hiver avec quelques petits kilos en trop. Mais il frappe toujours aussi fort ! \n-* Kenji Hagiwara : J’ai hâte qu’il revienne de sa vilaine fracture. Kenji est probablement le meilleur joueur français, les Huskies sont meilleurs quand il est là. \n-* Maxime Lefevre : En défense, il maîtrise tous les fondamentaux, c’est impressionnant à cet âge-là. S’il doit progresser à la batte, il montre une vraie volonté d’apprendre et un état d’esprit exemplaire. \n-* Boris Marche : Le capitaine est toujours un des meilleurs joueurs français. Un leader solide, un pilier de la maison rouennaise. \n-* Giovanni Ouin. Il est revenu à son meilleur niveau. C’est une des grandes satisfactions de l’inter-saison.\n-* Keino Perez. Rien à dire sur Mister K. Il va encore dominer le championnat et faire mal à l’Europe.\n-* Anthony Piquet : Il n’y aucune raison qu’il ne soit pas aussi dominant cette saison que les autres. Il va beaucoup nous aider. Et son « sale caractère » sur le terrain sera aussi un argument intéressant. \n-* Luc Piquet : Ne cesse de progresser année après année dans tous les compartiments de son jeu. Il va devenir indispensable à l’équipe de France. \n-* Aldo Ramelet : Il mérite plus que jamais son surnom « La Love ». Un vrai joueur d’équipe, qu’on accueillera toujours avec plaisir dans le groupe Elite. \n-* Robin Roy : Le King a un moral d’acier. Ce n’est pas une bonne nouvelle pour les frappeurs adverses. \n-* Le Wouf : La peluche la plus décorée de France repart pour une nouvelle saison avec toujours sa mission de porter bonheur au groupe et d’apaiser les dieux du baseball.\n\n{« ANTHONY PIQUET ? UN JOUEUR DE CE CALIBRE A TOUT NATURELLEMENT SA PLACE AU SEIN DE LA MEILLEURE ÉQUIPE FRANÇAISE »}\n\n– Comment avez-vous procédé pour votre recrutement, quelle a été votre réflexion ? \n_ Comme souvent, ce sont plus les joueurs qui sont venus vers nous plus que le contraire. Nous n’avons pas réfléchi spécifiquement à tel ou tel profil, nous avons simplement capitalisé sur les opportunités qui se sont présentées et sur les souhaits des uns ou des autres de venir à Rouen. \n_ Nous n’avons jamais forcé personne ! \n_ Le premier, cela a été Maxime Lefevre, qui dès l’Open de Rouen a fait connaître son envie de venir chez nous poursuivre sa progression. C’est un bel honneur de voir qu’un des meilleurs espoirs du baseball français reconnait le travail accompli par les Huskies. Nous sommes fiers de pouvoir lui servir de tremplin pour la suite de sa carrière. Evidemment, dès que Maxime a fait connaître son intérêt, nous avons approuvé sa demande, et cela s’est fait très naturellement. \n_ Ensuite, au cÅ“ur de l’hiver, quand nous avons appris que La Guerche renonçait à l’Elite, il est évident qu’il fallait rencontrer Anthony Piquet pour connaître ses souhaits pour la saison 2010. Un joueur de ce calibre a tout naturellement sa place au sein de la meilleure équipe française. Cela fait des années qu’il nous rend la vie compliquée, on connait son niveau, sa valeur, son intensité, nous ne pouvions faire moins que discuter avec lui. \n_ Au passage, je redis que tout mon regret par rapport au départ provisoire de La Guerche de l’Elite. J’ai beaucoup de respect pour ce qu’accomplit ce club, qui est un digne représentant de ce que les bonnes volontés peuvent faire dans le baseball français. \n_ Pour en revenir à Anthony Piquet, je suis allé diner un soir à Rennes avec lui et le président Xavier Rolland. Nous avons tout mis sur la table, évoqué nos objectifs et nos ambitions, il nous a également parlé de Mathieu Brau qui cherchait lui aussi un club, et ce jeune joueur avait un profil tout à fait intéressant. Bref, après avoir également discuté avec les dirigeants bretons, nous sommes tombés d’accord pour que ces deux Hawks deviennent des Huskies. Il se trouve que le profil d’Anthony correspond presque trait pour trait à celui de Nicolas Dubaut, c’est donc un heureux hasard que le départ d’un pion essentiel comme le grand rouquin soit compensé par l’arrivée d’un nouveau lanceur dominant. \n\n– Votre groupe sera dans quelques jours au complet. Le manager est il satisfait du groupe qu’il a à sa disposition ? \n_ Je suis très satisfait. Qualitativement, il n’y a rien à redire. Les Huskies ont une nouvelle fois sur le papier la meilleure équipe française. Qui, par exemple, peut présenter un pitching staff avec Perez, Roy, Ouin, A.Piquet, Becquey, Crescent ? Qui possède un début de line-up tellement complet qu’on pourrait retrouver au 6ème rang du rôle offensif un Luc Piquet ou un Boris Marche qui frapperaient probablement 3ème partout ailleurs ? \n_ Cette équipe est superbe, même s’il est vrai que nous manquons un peu de profondeur. L’état de santé des joueurs sera notre plus grande préoccupation cette année. \n\n{« LA SEULE VEDETTE A ROUEN, C’EST ÉQUIPE »}\n\n– Un mot sur la nouvelle vedette, Aaron Hornostaj ? \n_ La seule vedette à Rouen, c’est l’équipe. Aaron fera partie de cette équipe, il en sera un leader, mais surement pas une vedette. En attendant de mieux le connaitre et de voir quel sera son impact et quelle sera son intégration, il présente un profil plus qu’intéressant, il a joué à un très haut niveau, et son expérience sera précieuse. \n_ Je compte vraiment sur lui comme capitaine du champ intérieur, et je pense notamment qu’un Maxime Lefevre saura profiter de ses conseils. Sinon, il me semble qu’il devrait pouvoir nous apporter un peu plus de puissance au bâton. Nous verrons bien où il se situera dans le line-up. \n\n– Un mot aussi sur Mark Terrana ?\n_ On le connait moins, mais il a été chaudement recommandé par Aaron. C’est un joueur complet, qui peut occuper pratiquement toutes les positions défensives, qui devrait aussi pouvoir nous donner des manches au monticule, solidifier le milieu de line-up, bref, nous allons découvrir avec intérêt l’ensemble de ses qualités. \n_ Il arrive d’Australie donc d’une part il est en forme, d’autre part il sait ce que voyager veut dire. C’est important aussi pour l’intégration, et l’intégration fait souvent la différence dans la réussite sportive. \n\n– L’équipe s’est rajeunie aussi ?\n_ Comme je l’ai expliqué un peu plus haut, les générations passent, et c’est une des forces des Huskies de pouvoir continuer à présenter des équipes compétitives grâce au travail en profondeur accompli depuis des années par les coaches des équipes jeunes. Et, sur ce que j’ai pu voir cet hiver, les nouvelles générations sont déjà prometteuses ! \n\n– Les Huskies 2010 seront ils plus forts que les Huskies 2009 ?\n_ On fera les comptes à la fin de la saison. Les Huskies 2009 ont réalisé le doublé, ont battu Amsterdam, ont fait trembler Nettuno. Difficile de faire mieux quand on regarde le strict palmarès en oubliant que nous avons tremblé en play-offs. \n_ Mais vous savez, il était presque impossible de faire mieux que l’édition 2007 (triplé + finale européenne). Le jeu des comparaisons n’est jamais facile. Gagnons tout ce qu’on peut gagner, nous tirerons le bilan à la fin. \n\n– Dans quels domaines êtes vous plus forts ?\n_ Il n’y a pas beaucoup de faiblesses. J’ai déjà parlé de notre rotation de lanceurs, c’est du très grand calibre. La défense est extrêmement solide, avec beaucoup de polyvalence notamment du côté gauche de l’avant-champ. \n_ Offensivement, il y a des coureurs très rapides, capables de mettre le feu à toutes les positions du line-up, ce qui sera un vrai plaisir pour les gros producteurs de points comme David Gauthier.\n \n– A l’inverse, dans quels secteurs de jeu avez vous perdu ? \n_ L’expérience, incontestablement. Un exemple au champ extérieur. Mathieu Brau ou Quentin Benedek, malgré tout leur talent, sont loin de posséder le vécu d’un Flavien Peron. \n_ Nous n’avons pas de première base de métier, mais on va instaurer une rotation à ce poste. \n_ Et nous sommes effectivement un peu plus faibles sur le banc. \n\n– Quels seront vos principaux adversaires ? Pourquoi ? Vous pouvez nous présenter les autres équipes Elite ? \n_ Difficile de se prononcer pour Montpellier et Toulouse que je n’ai pas vu jouer. Les Barracudas ont renforcé leur line-up avec semble-t-il deux gros frappeurs étrangers. Il serait bien que les clubs français apprennent un peu à communiquer et à donner des informations sur leur site internet. On ne connaît même pas leur nom. \n_ On doit être le seul sport à être aussi timide et modeste. Montpellier était un peu juste offensivement par le passé, cette fois son line-up sera beaucoup plus solide, ce qui en fait un adversaire redoutable, surtout avec ce terrain de Veyrassi si difficile à jouer. Les toulousains me semblent un peu plus en retrait, mais avec un motivateur comme Gerardo Leroux, tout est possible. \n_ Savigny restera Savigny, une équipe capable de se motiver, voir de se transcender dans les moments importants. Les Lions vont être une équipe à battre, comme toujours.\n_ Sénart est intéressant, avec un trio offensif Boutagra – Martinez – Quintero qui devrait en faire souffrir plus d’un. J’ai pu voir que Mathieu Brelle avait l’air de bien revenir en forme au monticule, ce qui ajoute encore des armes aux Templiers, aux côtés de l’inaltérable Samuel Meurant, qui fait mon admiration saison après saison. Il reste à avoir comment la mayonnaise va prendre, avec des joueurs issus d’horizon très différents, mais cette équipe figure logiquement parmi les favorites.\n_ Enfin les Cougars de Montigny ont trouvé un bon renfort au monticule avec Justin Fry, qui renforce une rotation déjà très complète. Cette équipe devrait progresser cette année, même si pense que son line-up manque un peu de puissance. Les Cougars peuvent créer la surprise et se faufiler dans le top-4. \n_ Quant au PUC, ce sera un adversaire solide en plus, surtout si Nicolas Dubaut parvient à retrouver tout son allant au monticule. \n\n16] voilà cinq ans. Il a considérablement évolué, il est tellement à l’aise maintenant qu’à l’époque, il prend aujourd’hui toute sa place dans le club. Il a accompli un travail phénoménal cet hiver, une implication de tous les instants, une préparation minutieuse des séances d’entraînement, tout en montrant lui-même l’exemple. C’est un plaisir et un honneur de l’avoir à mes côtés. \n_ J’ai été obligé de m’absenter quelques temps en février pour des raisons de santé, mais je savais que l’équipe était en de bonnes mains. Alors même qu’il est devenu père de famille, qu’il a un travail à côté, il n’a pas baissé d’un iota son implication et sa qualité de travail. Chapeau. \n_ Keino est devenu un personne extrêmement respecté dans le baseball français, pas seulement pour ses incroyables stats au monticule (17-0 l’an passé, quand même), mais aussi pour sa connaissance du jeu, et pour le sérieux total qu’il met dans tout ce qu’il entreprend. C’est un exemple et un modèle pour tous les Huskies. \n_ On ne peut pas parler du travail de Keino Perez sans évoquer celui de Mickael Cerda. Il a été essentiel tout au long de l’hiver, et les frappeurs rouennais lui disent notamment un grand merci pour ses interminables séances de BP où Mickey a sacrifié son bras droit sans compter. \n_ J’espère qu’il pourra se libérer en juin et venir avec nous en Coupe d’Europe où j’aurai bien besoin de son soutien, de sa connaissance du jeu et de son enthousiasme. Mickael est un des 2 ou 3 personnes essentiels aux Huskies, il convient de lui rendre l’hommage qu’il mérite. \n\n\n{« ROUEN EST CONNU ET RESPECTE EN EUROPE, LES ADVERSAIRES SAVENT QUE JOUER CONTRE LES HUSKIES, CE N’EST PAS SIMPLE, LA SURPRISE NE PEUT PLUS ÊTRE DE NOTRE COTE »}\n\n\n– Dans le calendrier, on voit bien la date entourée en rouge… La Coupe d’Europe en juin. Rouen peut-il créer un nouvel exploit ? \n_ Pour moi toutes les dates sont entourées en rouge. Tous les matches sont importants. Si on ne brille pas en championnat de France, d’une part on ne se qualifiera pas en Coupe d’Europe, d’autre part on préparera mal cette compétition. Cela dit, c’est incontestable qu’il s’agit d’un des trois gros temps forts de la saison, avec le Challenge et les play-offs. \n_ Créer un nouvel exploit ? Ce sera bien évidemment très compliqué. Quand on regarde avec attention le déroulement des trois précédentes Coupes d’Europe auxquelles nous avons participé, on mesure que tout s’est joué sur des détails, sur pas grand-chose, et que le vent aurait pu tout aussi bien tourner en notre défaveur. Nous avons su faire en sorte que ce ne soit pas le cas, mais il faut rester prudent et réaliste. Les résultats du passé ne préjugent en aucun cas de ceux de l’avenir, et il ne faudrait pas grand-chose, juste une succession de contretemps pour que cela se passe mal. Il faut absolument avoir cela en tête avant de tirer des plans sur la comète.\n_ Cette année, la barre me semble placée encore plus haut, la concurrence est plus relevée que par le passé. Derrière les deux « monstres », hollandais et italiens, les quatre autres formations sont sur un pied d’égalité, tout est donc possible. On peut aussi bien se retrouver 6ème à cause d’un mauvais départage ou 2ème grâce à un bon enchaînement de circonstances. \n_ Parler d’exploit, j’imagine que cela veut dire se qualifier pour le final four, donc battre Rotterdam ou Bologne, et ne rien laisser en route pour ne pas gâcher la performance. Bien sûr, c’est possible, nous l’avons déjà fait, mais ce n’est absolument pas écrit d’avance. \n_ Nous allons simplement tout faire pour réunir les conditions de la meilleure performance possible. J’espère que les joueurs sont conscients de ce que cela demande en termes d’implication. Une Coupe d’Europe ne se prépare pas la semaine précédente. Il faudra redoubler d’ardeur et de volonté dans les entraînements pour arriver au top au meilleur moment. \n_ Après, une fois sur le terrain, je le répète, tout est possible, dans un sens comme dans l’autre. Rouen est connu et respecté en Europe, les adversaires savent que jouer contre les Huskies, ce n’est pas simple, la surprise ne peut plus être de notre côté, cela complique encore la tâche.\n_ Enfin, à noter que pour la première fois, il y aura en extra-inning l’application de la règle IBAF avec des coureurs sur les buts pour commencer les manches. Cela peut changer des choses.\nEn résumé, l’objectif est bien évidemment de se qualifier pour le final four, sinon cela ne servirait à rien de faire 40 heures de bus, mais la tâche est extrêmement compliquée. \n_ Puisqu’on parle de dates entourée en rouge et de compétition internationale, je profite de l’occasion pour souligner que le Championnat d’Europe des Nations est également un rendez-vous majeur, si ce n’est le principal, de la saison 2010. Les nombreux rouennais qui ne manqueront pas d’être sélectionnés feront leur maximum pour porter haut et loin les couleurs nationales. J’ai la plus grande confiance dans Sylvain Virey pour qu’il tire vers le haut ce groupe, et qu’il ramène la France sur un podium européen.\n \n \n\n \n\n