Bilan Elite: l’album de la saison

| Publié par | Catégories : Non classé

La saison 2009 a débuté avec une grosse absence et un grand retour.\nLe départ, c’est celui du PUC, qui après avoir repoussé l’échéance d’un rien depuis plusieurs saisons, n’a pas pu éviter la relégation. Pour la première fois le grand club parisien, le plus titré du baseball français, allait jouer au deuxième niveau, remplacé par un voisin francilien, Montigny, qui après avoir ravagé les catégories jeunes depuis plusieurs saisons, allait pouvoir confronter sa politique de formation avec le haut niveau.\n_ Le grand retour, c’est celui d’un icône du baseball national, Robin Roy, qui, à 40 ans, et surtout après avoir vaincu un cancer, décidait de revenir au jeu avec les Huskies de Rouen.\n\n\n\n\n

{Montigny (Gregory Fages entouré de ses jeunes et talentueux joueurs) et Robin Roy de retour en Elite}
\n\n\n\n\n{\nCA A BOUGÉ DANS LES EFFECTIFS DURANT L’HIVER}\n\nL’intersaison fut particulièrement animée. Comme depuis quelques années, ce sont les Templiers de Sénart qui ont fait l’événement. Mais alors que le vice-champion 2007 et 2008 s’étaient spécialisés dans les recrutements clinquants, ils ont du faire face à une incroyable vague de départs : tout leur infield (Young, Benhamida, Hervé, D.Meurant), tout leur outfield (A.Meurant, Hervieu, Fessy), leur 2ème lanceur (Blesoff), le catcher n°2 (Deruelle), et leurs coaches (D.Seminet, J-C. Tiné). Sénart n’est pas resté impuissant avec l’arrivée du britannique Malihoudis, des américains Smith et Teller, du jeune lanceur français Vesque, et la présence de cadres inoxydables comme S.Meurant, Martinez ou M.Brelle mais il était difficile de penser que les Templiers allaient pouvoir se remettre de cette saignée pour parvenir à se qualifier en play-offs. \n\n_ Les joueurs étrangers ont aussi fait l’actualité du recrutement. Ce fut par exemple compliqué pour Clermont, qui perdait ses deux recrues importées avant le début de la compétition, trouvait un pigiste de luxe, Ben Pfinsgraff (auteur notamment de deux superbes sorties contre Savigny et Rouen), puis après le départ de celui-ci jetait son dévolu sur les frères Mondésir. \n\n_ Rouen connaissait le même sort avec TJ Stanton qui après la Coupe d’Europe et une journée de championnat, cédait à l’appel de la ligue Can-Am. Les Huskies ne le remplacèrent pas au poste de lanceur, mais faisaient venir l’anglo-australien Ian Young après avoir salué le retour au jeu de l’ex-montpelliérain Jean-Philippe Miet. Du souci également du côté de La Guerche, puisqu’un des québécois prévus dans l’effectif devait retourner chez lui, mais le duo américano – canadien Gruver – Vezzina allait se montrer des plus efficaces tout au long de la saison.\n\n\n\n
{Alex Malihoudis (Sénart) \nL’Américain Gruver a été l’un des acteurs majeurs de la bonne saison des Bretons de la Guerche. L’Américain de Savigny Tim Stewart}
\n\n_ A Savigny le gros coup du côté des étrangers. A Huff et Pickett, les Lions ajoutèrent Tim Stewart (ex-PUC), considéré comme certains comme le meilleur joueur du championnat 2008. Cette saison étant placée sous le signe des retours, les Lions retrouvaient Romain Martinez-Scott. Belle opération également pour les Barracudas avec le retour en France de l’australien Blackmore (ex-Bois-Guillaume, Brno) et l’arrivée d’un excellent arrêt-court, Denis Kelly. C’est Jean-Michel Mayeur qui prenait les rênes de l’équipe, succédant à Thomas Paquier. Enfin Toulouse jouait la carte 100% française, avec l’arrivée du prometteur lanceur Joris Navarro (compensant le départ de Quentin Pourcel pour Boe) et le retour du globe-trotteur Gaspard Fessy (ex-St Just, INSEP, PUC, Rouen, Sénart, Barcelone)\n\n\n{LE 1ER AVRIL 2009, ROUEN TERRASSE AMSTERDAM} \n\nTout était en place pour une nouvelle très belle saison, qui commençait par des journées tronquées pour cause de Coupe d’Europe au calendrier avancé dans la saison. Pour leur troisième année dans le gratin européen, les Huskies de Rouen allaient ajouter une nouvelle page de gloire dans le grand livre du baseball français dans un 1er avril de folie avec une victoire 2-0 le matin contre les Marlins de Tenerife et un fabuleux succès 9-6 le soir contre le champion des Pays-Bas, les Pirates d’Amsterdam. Les Huskies échoueront hélas d’un souffle pour la qualification au final-four. \n\n\n
{1er avril 2009. Henrichs est retiré et pour la première fois dans l’Histoire du baseball, un club français bat un club hollandais en compétition. Et quelle compétition ! La coupe d’Europe des champions}
\n\n\n{MONTPELLIER MÈNE LA DANSE} \n\nPendant ce temps, les Hawks de La Guerche démarraient en trombe, et avec une fiche de 3-1 prenaient la tête du championnat après deux journées. La 3ème journée voyait le retour aux affaires des cadors : Montpellier, Rouen, Savigny et Sénart remportaient chacun leur programme double. On pouvait commencer à se douter dans la composition des play-offs… La journée suivante voyait pourtant les Barracudas en grande difficulté à Clermont-Ferrand, une défait 6-3, et un deuxième match arrêté par la pluie à 5-0 pour les Arvernes. \n_ Pendant ce temps, Rouen et Savigny partageaient les victoires. La fin des matches aller soulignait la mainmise de Montpellier qui balayait Rouen (5-4, 8-3) pour inaugurer son nouvel infield. Savigny suivait sans problème le rythme, et Sénart montrait ses muscles avec des scores étonnants (21-11 contre Montigny, 28-2 contre Clermont…). La Guerche s’accrochait, Montigny, Clermont et Toulouse semblaient trop limités pour se mêler à la lutte.\n\n{LE PREMIER BILLET EUROPÉEN EST GAGNÉ PAR ROUEN}\n\nFier leader du championnat, Montpellier accueillait le Challenge de France avec des ambitions plein la tête. C’était sans compter sans la « malédiction de l’organisation » qui empêche l’équipe accueillant l’épreuve de brandir le trophée. Les Barracudas ne franchissaient même pas le premier tour, et regardaient dans les tribunes Rouen venir à bout de Savigny (8-5), après un curieux double jeu sur une double souricière pour mettre fin au match.\n\n_ Montpellier allait parfaitement digérer ce contre temps et enchaîner les victoires, 14 de suite au total, suivi simplement par les Huskies qui eux aussi ne connaissaient plus la défaite. En revanche, Savigny allait connaître de sérieuses difficultés. Le départ de Tim Steward et la blessure de Jérôme Rousseau allaient entraîner les Lions dans une spirale de résultats difficiles (à l’image d’une défaite 4-5 contre Clermont) qui allait conduire à une dernière journée remplie de suspens.\n\n \n\n\n{LA GUERCHE ÉCHOUE AU MARBRE}\n\nEn effet, la quatrième place allait se jouer dans un match au couteau entre La Guerche et Savigny. En cas de double succès, les Hawks s’emparaient du dernier fauteuil pour les play-offs, pour la première fois de leur histoire. Anthony Piquet allait leur donner la victoire 5-2 dans le premier match. Tout restait donc possible dans le 2ème match de la journée qui voyait s’affronter Pierrick Lemestre et Gaëtan Le Poupon. Tendus, les bretons commettaient des erreurs qui permettaient à Savigny de scorer deux fois dès la première manche. Mais la défense des Hawks tenait bon par la suite, et ne cédait plus rien. La 9ème manche fut décisive. Alors que le score était de 2-1 pour Savigny, un relais parfait de Martinez permettait d’éliminer au marbre Anthony Piquet pour ce qui fut peut-être le jeu de la saison. Puis un strike-out mettait un terme au match en permettait aux Lions de se sortir du piège.\n\n_ Pendant ce temps, Rouen rendait la monnaie de sa pièce à Montpellier en les battant deux fois (8-1, 5-1) pour inaugurer son nouvel infield et s’emparer de la première place de la saison. Sénart finissait brillamment sur le podium. \n\n