Alexandre Roy, membre des Mariners de Seattle

| Publié par | Catégories : Non classé

\n

{Alexandre Roy (Crédit David Villain)}
\n\nC’était en fin d’année. Robin et Alexandre rentrent du cinéma. Ils sont allés voir MoneyBall avec Brad Pitt. Un film sur l’entraîneur des A’s d’Oakland, qui évoque notamment son mode de recrutement. Clin d’œil du destin ? En rentrant à la maison, à Notre dame de Bondeville, Robin trouve un mail des Mariners de Seattle. Ils veulent voir Alexandre. Il faut dire que le jeune rouennais est suivi depuis plusieurs mois par des clubs de la Major league. \n_ L’été dernier, en effet, Alexandre a été invité à participer à un regroupement organisé en Italie par la Major League Baseball. Cette académie réunit les 50 meilleurs joueurs européens de 16 à 19 ans. Durant ce stage, les joueurs sont encadrés comme les jeunes professionnels de la Rookie league avec entraînements le matin et matchs l’après-midi. Et plusieurs recruteurs de la MLB sur place rédigent d’élogieux rapports sur le grand gaucher de Rouen. Les Pirates de Pittsburgh ont été les premiers à se manifester. Puis le Devil rays de Tampa Bay, les Cubs de Chicago…et les Mariners de Seattle. \nLe 17 février, Bob Angle, le vice président des opérations internationales des Mariners, arrive à Rouen, à peine descendu de son vol Seattle-Paris, avec l’un de ses recruteurs, Wayne Norton. \n\n_ Bob Angle ? Une star dans son domaine ! Elu recruteur de l’année 2011 en MLB. Un flair sans pareil pour dénicher de jeunes talents. Roy Halladay ? Chris Carpenter ? Pat Hentgen ? Felix Hernandez ? Toutes ces stars du baseball ont été découverts jeunes par Angle. Tous ont ensuite décroché un Cy young award, la plus prestigieuse récompense en MLB pour un lanceur. Un trophée que l’on pourrait comparer au Ballon d’Or pour le football. \n\nLes deux américains veulent voir Alexandre lancer. « { Après avoir regardé lancer Alexandre pendant quelques minutes, Engle lui a dit : Ne laisse jamais qui que ce soit modifier ta mécanique. Elle est parfaite !} », raconte Robin Roy.\n\n\n\n_ Après la séance d’entrainement, discussion avec le père… Toute la famille est invitée dans un bon restaurant rouennais pour mieux connaître l’environnement d’Alexandre…\n_ Les Mariners sont séduits… Une offre est très vite sur la table. { Je voulais une offre, explique Robin, qui allait démontrer qu’ils considéraient Alexandre comme un bon espoir, je voulais aussi qu’il y ait un projet clair pour le développer et, surtout, qu’Alexandre n’ait plus jamais de soucis pour assurer la poursuite de ses études. L’offre répondait à ces critères et nous l’avons acceptée. } » Malgré des relances ces derniers jours des Yankees de New York, des Phillies de Philadelphie ou des Royals de Kansas city… \n_ Alexandre signe son contrat devant notaire et devient le deuxième rouennais à signer pro après Joris Bert en 2007 (Los Angeles Dodgers).\n\n\n
{Alexandre Roy, entouré de Xavier Rolland, Président des Huskies (à gauche) et de son père Robin (à droite) (Crédit David Villain)}
\n\n_ C’est une grande satisfaction pour les Huskies de Rouen et pour son Président Xavier Rolland. «  {C’est une grande fierté pour les Huskies de voir l’un de nos jeunes recruté par un grand club de la MLB après Joris. Cela illustre la qualité du travail de formation mis en place au club et la filière de haut-niveau de Rouen avec le Pôle France. Cela envoie un message fort à tous nos jeunes, travailler fort et votre rêve peut se réaliser. Nous sommes fiers d’Alexandre… Il faut dire qu’il avait des gènes prédisposées quand on a pour père Robin Roy (rires…)} « … \n\n_ Ethan Paquette, la nouvelle recrue de Rouen pour la saison 2012 fera le voyage en sens inverse. Ethan vient de passer deux saisons avec les Mariners, après avoir été drafté en 2010. « { Alex rejoint une excellente organisation pour les jeunes joueurs. Les Mariners sont réputés pour la qualité de leur formation. Dites à Alex de ne pas se laisser intimider par la compétition. Peu importe quoi qu’il arrive, il faut qu’il croit en lui et reste confiant toute la saison. Je lui souhaite bonne chance } »\n\n_ Autre réaction, celle de Valérie Fourneyron, députée maire de Rouen. «  {C’est magnifique ce qui arrive au club et à Alexandre, quelle belle satisfaction pour vous tous et Robin. la filière rouennaise est en marche…} « \n\n_ Bob Angle est reparti à Seattle satisfait. Son adjoint Wayne Norton, resté sur Rouen pour la signature, explique l’intérêt des Mariners pour le gaucher rouennais.\n\n\n
{Alexandre Roy et de gauche à droite Wayne Norton (Mariners), Sylvain Virey (responsable Pôle France de Rouen), Xavier Rolland, Robin Roy et Kader Chéckhémani, adjoint aux Sports de Rouen et Vice-Président de la Région Haute-Normandie (Crédit David Villain)}
\n\nPourquoi avoir signé Alexandre ? \n_ Il est jeune, il a une grosse marge de progression. J’aime son physique, il a une bonne morphologie… Il est gaucher. Il possède de bons gènes ave son père (rires…) (Son père est Robin Roy, ancien lanceur des Huskies, ancien manager de Rouen NDLR). Sa mécanique est clean équilibrée, bien coordonnée.J’aime beaucoup le moiucment sde son bras , son amplitude… Il est facile. \n_ Son bras est jeune, frais… Il n’a pas trop forcé, au contraire des jeunes lanceurs américains de son âge qui ont déjà beaucoup forcé sur leurs bras… je pense qu’il est capable d’être redoutable avec sa courbe. \n\n_ De plus, il est intelligent, c’est u bon élève à l’école.. Il écoute, il apprend, il travaille dur… il est « coachable » !\nSes coachs ici (Robin Roy, Sylvain Virey, Keino Perez) ont fait du bon boulot avec lui. \n_ Il est dans un environnement favorable. Sa famille le soutient, le club de Rouen l’encadre…\n\nQue va-t-il se passer maintenant pour Alexandre ? \n_ Les Mariners vont l’entourer, le développer. Il est très jeune, on va y aller en douceur… Ca ne sert à rien d’aller trop vite, il faut le laisser se développer à son rythme et le placer au meilleur endroit pour lui dans notre organisation. \n_ Il va d’abord passer son bac de Français, ensuite il rejoindra cet été notre Rookie league en Arizona. Puis il reviendra passer son bac, tout en continuant à jouer pour Rouen et à s’entrainer avec le Pôle. \n_ Ensuit, il intègrera l’école des Mariners. Il devra passer de classe en classe, de la rookie league en A, puis AA ou AA avant d’envisager la MLB. Il redoublera peut être certaines classes, en sautera d’autres… On verra. Greg Altman (Pays-Bas) et Alex Liddi (Italie), (les deux seuls joueurs européens nés en Europe à évoluer en Major league NDLR) ont évolué cinq ans dans nos filières avant d’atteindre la MLB. \n\nPourquoi l’avoir recruté si jeune ? \n_ Il est physiquement et mentalement suffisamment mature pour se frotter au monde professionnel. Ca lui permettra d’avoir plus de coaching et de compétition. Pour lui, le fait de signer dès aujourd’hui lui enlève beaucoup de pression. Il peut se concentrer sur la fin de ses études sans se poser mille questions sur la suite… sur d’autres propositions. S’il avait attendu, il aurait été stressé et cette période de doute, de questionnement, ca conduit parfois à des catastrophes. Il va avoir l’esprit plus tranquille. \n\nC’est le quatrième français à signer pro…\n_ Je connais les autres, Joris Bert, Andy Paz… De très bons joueurs. Je pense qu’Alexandre a quelque chose en plus. Il peut aller très loin. \n\n\nL’Europe devient une terre de recrutement ? \n_ C’est meilleur d’année en année. Il y a un gros travail d’effectué par les Académies comme le Pôle de Rouen, ou celles en Allemagne ou aux Pays-Bas. Toutes ces structures mettent en concurrence les meilleurs potentiels. C’est sur la bonne voie. Et la signature d’Alexandre par exemple attire les regards des autres clubs de la MLB vers la France, l’Europe. Ca met vos joueurs sous nos projecteurs. Hollycow ! On aurait dû se tourner vers l’Europe plus tôt (rires)… \n\n\n