11 moments-clés de la saison

| Publié par | Catégories : Non classé

93] se mettent d’accord. Rouen vient de réaliser un gros coup avec la signature de l’infielder québécois, malgré la concurrence des Capitales de Québec. Sa venue sera déterminante. \n\n {13 mai.} Les Huskies sont à la peine contre Sénart. Ils ont été largement dominés 6-1 dans le premier match. Ils sont menés, et amorphes, 5-2 dans le deuxième. Deux retraits en 6ème manche, BB à Marche, et Sébastien Bougie envoie un coup de canon dans la gauche pour un circuit de deux points. Ce sera le signal de la révolte, parachevée deux innings plus tard par la monumentale manche de 12 points. Une remontée qui laissera des traces tout au long de la saison.\n\n {20 mai.} Finale du Challenge de France. Kenji Hagiwara est rentré des Etats-Unis deux jours plus tôt, sous l’insistance du président Xavier Rolland. En huitième manche, il est au bâton avec les buts remplis et un retard de deux points pour les Huskies. Kenji frappe un solide double le long de la ligne du champ gauche, trois points viennent marquer, et Rouen remporte son deuxième Challenge.\n\n {26-27 mai.} Les petits Huskies sont en Hollande, à Bossum, pour un tournoi amical. La relève rouennaise se comporte très bien face à l’opposition internationale, prouvant que chez les Huskies, même les minimes sont prêts à s’imposer partout. Une génération montante qui fera parler d’elle dans les années à venir.\n\n {8 juin.} [Joris Bert-124] devient le premier français drafté par un club professionnel, et pas le moindre, les Los Angeles Dodgers. Le « Jokester » est sélectionné au 19ème tour, en 596ème position, et rejoindra quelques semaines plus tard la Gulf Coast League pour ses premiers pas dans le monde professionnel. Une couverture médiatique sans précédent pour le base-ball français suivra l’évènement. Et une grande fierté pour tout ceux qui ont contribué aux succès du normand, Louviers, Bois-Guillaume, le pôle espoir de Rouen, l’INSEP, et bien sûr les Huskies, où il a franchi les dernières marches le séparant du haut niveau.\n\n {14 juin.} Rouen joue sa place en demi-finale de coupe d’Europe contre le tenant du titre, San Marin. Keino Perez fait des merveilles au monticule. Mais quand le puissant di Biase fait swinguer sa batte, on pense que la balle va sortir. Pas Philippe Lecourieux, qui jouait profondément au champ droit, recule, saute, et capte la balle au dessus de la clôture, volant un circuit et un point à San Marin. Un point qui finalement fera la différence dans le départage avec Grossetto, et enverra les Huskies en finale.\n\n {15 juin.} Les Huskies tiennent la dragée haute à Rimini. L’attaque a été efficace, la défense à la hauteur, et Nicolas Dubaut au monticule tient en respect les frappeurs adverses. On est en septième manche, Rimini pousse pour revenir au score, frappe fort, marque un point. Place deux coureurs en position de marquer. On donne un BBI à Garcia, et, à la surprise générale, c’est Keino Perez qui sort du bull-pen pour relever Dubaut. Le vénézuélien a lancé plus de 170 pitches la veille au soir. Mais personne ne peut l’empêcher de venir sur la butte. Il veut la balle, il veut la finale. On verra après s’il a mal au bras. Face à lui le quatrième frappeur de Rimini, Chiarichi, déjà 2 en 3 dans le match. Sur un compte de 2-2 il frappe avec force la rapide de Keino, une line-drive directement dans le gant de D.Gauthier en troisième base. Rouen se qualifiera deux manches plus tard pour la première finale de la Coupe d’Europe des champions du base-ball français.\n\n {6 juillet.} Pour célébrer leur épopée européenne, les Huskies sont reçu par le maire de Rouen, Pierre Albertini. Ce genre de réception est devenu une habitude pour les joueurs et l’encadrement, qui sont comme chez eux dans les prestigieux salons de l’hôtel de ville. Au menu, petits fours et champagne, et surtout un vibrant hommage du maire pour son équipe de base-ball , « celle qui rapporte depuis plusieurs années le plus de titres à la ville ». Une reconnaissance partagée par les autres collectivités, et qui fait toujours du bien à entendre.\n\n {15 juillet.} Sur le terrain de Chartres, pour la dernière journée de la saison régulière, les Huskies s’imposent 13-3 et [11-7->] contre Sénart. Dans le même temps, Savigny perd deux fois face à Toulouse. Rouen termine la saison régulière à la première place. Ce dernier week-end aura peut-être changé la phase des play-offs.\n\n {29 juillet.} Les Huskies ont un peu la gueule de bois. Ils menaient 6-1 après neuf manches dans le premier match de la demi-finale, mais se sont laissés remonter et ont perdu le match. Montpellier, vainqueur 2-0 de la demi-finale 2004 face à Rouen, n’a donc pas encore perdu contre les Huskies en play-offs du championnat de France. Pas question de repartir sur un score de 0-2. Nicolas Dubaut le sait bien, et il livrera une grosse performance contre une équipe de Montpellier qui ne lâchera rien jusqu’au bout, avec Ericksson et les frères Cros à la baguette. Rouen s’imposera 7-4, non sans avoir tremblé, et gagnera sa place pour la finale le week-end suivant.\n\n {11 août.} Pour la troisième fois consécutive, les Huskies ont perdu le premier match de la finale du championnat de France. Rouen ne s’affole pas, et règle la hausse le samedi. Les lanceurs Dubaut, Meljholm et Crescent ne donneront qu’un seul point en 18 manches, et l’attaque en marquera 11 sur l’ensemble des deux matches. Rouen reprend les devants 2-1, et peut envisager la dernière journée avec un certain optimisme.\n\n {12 août.} Sénart ne lâche rien, gagne le 4ème match après avoir été mené 0-2 en neuvième, et assomme les Huskies en menant 7-2 après trois manches dans le 5ème. La suite, vous la connaissez…\n\n