Retour sur les trois finales Rouen/Sénart

| Publié par | Catégories : Non classé

2007 : LA SUBLIME\n\n\n

{Crédit Christophe Elise}
\n_ Pour cause de championnat d’Europe des nations, la finale se joue sur un seul week-end, celui du quinze août, à Chartres. Ce calendrier resseré aboutira à une dramaturgie exceptionnelle et à une des plus belles confrontations de ces dernières années. Tout commence par un duel de pitchers de très haut niveau entre Keino Perez et Samuel Meurant, qui tournera finalement à l’avantage des sénartais qui s’imposent 1-0 en 11ème manche. Le starter rouennais a dominé pendant 8,1 manches en ne concédant que 6 hits et en lançant 12K. Avec un coureur sur les sentiers, il est relevé par Meljholm qui fait frapper Mathieu Brelle dans un double jeu. \n_ La relève de Philippe Lecourieux en extra-inning sera moins efficace et Sénart s’impose 1-0. Emmenés par Nicolas Dubaut et avec une stratégie très agressive sur les sentiers, initiée par le coach Sébastien Bougie, les Huskies remettent les pendules à l’heure dans le 2ème match par une victoire 3-1. _ Puis ils s’imposent facilement 8-0 dans le match 3, avec une première manche de 5 points dans laquelle la défense de Sénart fait preuve de beaucoup de fébrilité. \n_ Avec un Alexandre Sochon totalement dominateur au monticule (8IP, 3 hits), Rouen semble se diriger tout droit vers le titre dans le match 4 en menant 2-0 avec une manche à faire. Les officiels sortent déjà les tables pour la remise des coupes, mais la relève rouennaise s’enrhume et permet à Sénart de créer l’égalité puis de s’imposer en extra-inning. \n_ Place donc au scénario incroyable du match 5. Sénart prend les devants 7-2 au cours d’une terrible 3ème manche. Le starter rouennais Philippe Lecourieux est relevé par Nicolas Dubaut, 24 heures après son match complet. Pierre Le Guillou sonne la révolte en 4ème manche avec un triple, poussé au marbre par un simple de Dubaut. Puis les battes rouennaises, notamment celles de Marche et Peron, réduisent l’écart, jusqu’à la poussée décisive de 3 points en 8ème manche qui fait passer les Huskies devant 9-8. \n\n\n\n2008 : LA RÉSILIENTE\n\n\n
{Crédit Christophe Elise}
\nComme l’année précédente, Samuel Meurant fait régner l’ordre dans le match n°1 et conduit son équipe à une facile victoire 5-2. \n_ Dans la deuxième rencontre, les rouennais mènent rapidement 6-0 et semblent se diriger vers un succès facile, mais l’attaque de Sénart met la pression et permet aux Templiers de refaire peu à peu leur retard. Un double jeu sur un push-bunt de G.Fessy avec les buts remplis fait souffler la défense rouennaise en 8ème manche, et Alexandre Sochon vient récolter le sauvetage en forçant Sébastien Hervé à frapper dans un double-jeu en 9. Rouen s’impose 7-4. \n_ Une semaine plus tard à Rouen, Samuel Meurant continue à dominer les battes rouennaises, bien soutenu par des home-runs de Fessy et Martinez. \n_ Sénart s’impose 5-3, mène 2 victoires à 1, et respire la confiance. \n_ Celle-ci ne durera pas longtemps le lendemain. L’attaque rouennaise fait d’abord exploser Evan Blesoff dans une victoire 12-2, puis s’offre une poussée de 3 points en 1ère manche du match 5 (avec un faible ballon au champ intérieur qui retombe sans qu’aucun sénartais ne fasse ce jeu facile), pour se donner suffisamment d’air et s’imposer 9-2. \n\n\n2012 : L’EXPLOSIVE\n\n\nRouen démarre bien le 1er match, mais Sénart prend le dessus sur Owen Ozanich et creuse l’écart en milieu de partie. Le retour rouennais sera trop tardif, les Templiers, pour la 3ème fois, gagnent le premier match de leur finale face à Rouen, 6-4. \n_ Dans le match 2, Chris Mezger lance un complete-game de 8K et ne donne qu’un seul point. Ce sera suffisant, car il est appuyé par une attaque retrouvée. Rouen égalise avec une victoire 5-1. \n_ Chez eux , les rouennais remportent sans trembler le match 3 en corrigeant Sénart 10-0, en frappant 14 hits contre 3. \n_ Le match 4 sera beaucoup plus agité. Les Huskies vont prendre les devants 3-0. Mais Sénart fait de la résistance et s’offre une manche de cinq points pour reprendre les devants. Le score est de 5-4 pour les Templiers en 7ème manche, on commence déjà à penser à un 5ème match, quand d’un seul élan Matthew Smith créé l’égalité et ouvre les vannes à une avalanche de coups-sûrs. Six autres points viendront s’ajouter, Rouen prenant les devants 11-5. \n_ Après un peu de fébrilité pour conclure, les Huskies finiront par s’imposer 12-8. \n_ Avec .643, 1HR et 7 RBI, Ethan Paquette a été irrésistible, signant la plus belle performance offensive d’un rouennais en finale depuis les .467, 4HR et 10 RBI de Denischuk en 2005 ou les .667, 2HR, 10 RBI d’Hornostaj en 2010.