Opening Day !

| Publié par | Catégories : Non classé

\n

{Crédit Christophe Elise}
\n\nL’ambiance est détendue sur le terrain Pierre Rolland. Entre les consignes du manager Keino Perez (« { c’est pas rigol }e ») et le bruit sourd des balles frappées, on peut entendre le rire discret d’Owen Ozanich. Le lanceur ne cache pas sa joie de se retrouver au milieu de ses coéquipiers, à l’entraînement. Rires et blagues fusent. Après sa saison hivernale en Australie à Adelaide, Owen est retourné voir ses parents qui vivent en Arizona. Ils vient juste de rentrer à Rouen. «  {Je suis heureux de retrouver les gars. On a beaucoup d’objectifs encore cette saison. On peut faire aussi bien qu’en 2012} « . Car les Rouennais ont toujours faim. Même après deux finales de Coupe d’Europe, même après neuf titres de champions de France. « { C’est vrai qu’on a toujours peur de tomber dans la routine }, reconnait Xavier Rolland, le président rouennais. {Mais on a un groupe de compétiteurs. Ils en veulent toujours plus, ils m’impressionnent.}  » \n\n\n\n\n{ROUEN, AUSSI BIEN QU’EN 2012 ?}\n_ Cela ne sera pas facile, la barre est placée haut. Champions de France, victorieux lors du Challenge de France, tombeur de Rotterdam en Coupe d’Europe et finaliste du Final Four européen en Italie… \n_ De plus, les Huskies ont perdu des joueurs majeurs de la campagne 2012. Le lanceur américain Chris Mezger et son record de 19 victoires pour 1 défaite (lors du Final Four) a rejoint le prestigieux championnat des Pays-Bas et Utrecht. \n_ Ethan Paquette, le MVP de la finale, meilleur frappeur du championnat, est rentré aux Etats-Unis après un hiver à Adelaïde en Australie. Anthony Piquet, le lanceur, va se consacrer à son club formateur, la Guerche de Bretagne… \nPour les remplacer, les Huskies ont, à la fois, opté pour un cocktail mélangeant savamment jeunesse et expérience. La jeunesse avec les espoirs Minh Vallon (Outfielder, PUC) et Yoann Vaugelade (RHP, Thiais), tous deux membres du Pôle France. L’expérience avec le retour de Gaspard Fessy (Outfielder, ex Barcelone), de retour au club, et de Christophe Goniot (Outfielder, ex Savigny), tous deux anciens membres de l’équipe de France. Et sur le monticule, le droitier vénézuélien José Rodriguez (ex AAA, Houston, New York…) sera chargé de faire oublier Mezger. \n_ « { Nous avons bâti me semble-t-il une équipe très solide, très équilibrée, } commente Xavier Rolland, le Président. { Il y a la culture de la victoire rouennaise, l’expérience et la fougue de la jeunesse. Je pense que nous sommes armés pour affronter les défis qui nous font face.  }»\n_ Mais keino Perez va souvent frôler la crise de nerf pour composer son équipe chaque week end. Dagneau, Gleeson, Vaugelade et Vallon vont participer avec le Pôle France à la première partie de la saison (le Pôle participe cette année au championnat de D1) et seront donc indisponibles pour Rouen. Certains pourraient partir cett été en collége aux Etats Unis dès cet été. Et Maxime Lefevre, lui, va partir en avril pour participer au camp de recrutement des Capitales de Québec. « { Il faut en effet prévoir ces absences, mais cela fait partie de la vie d’un groupe, } constate Xavier Rolland. { Nos jeunes sont bons, on ne va pas se plaindre s’ils sont sollicités  }». \n_ Sans compter sur le départ programmé fin de juin d’Alexandre Roy. Le jeune lanceur gaucher rejoindra après le bac son club pro des Mariners de Seattle. \n\n\n\n_ Alors Rouen fera-t-il aussi bien qu’en 2012 ? Les joueurs le pensent. Owen Ozanich. « { On peut faire aussi bien qu’en 2012. Nous avons recruté José Rodriguez, un lanceur AAA qui remplace Chris… Cela ne sera pas facile de rivaliser avec les 18 victoires en France de Chris, mais si jamais un lanceur est capable de le faire, c’est José. De plus, Alexandre Roy va jouer un peu plus avec nous, plus qu’en 2012. Ajoutez un lineup fort, une défense solide… \nLe plus important pour moi, c’est que l’on sait déjà ce qu’on est capable de faire. On joue en équipe, on a l’habitude de gagner et on a pas envie de changer cette habitude. } » Joris Bert confirme. «  {Je pense que l’on peut toujours faire mieux chaque année. Même si, plus le temps passe, moins c’est facile avec la vie professionnelle, personnelle, la vie de famille… Pas toujours facile de concilier tout cela avec les entrainements, les matchs, les déplacements… Mais on a le talent et on peut battre n’importe qui. Je n’ai peur de personne.}  » \n\n\n{SENART, OUTSIDER N°1}\n_ En face, faire tomber Rouen aiguise les appétits. Sénart s’affirme comme l’outsider numéro 1 avec un recrutement pléthorique parmi les meilleurs jeunes de France. Le néo-calédonien Jacques Boucheron, les lanceurs franco-américain Jonathan Mottay (Toulouse) et Yannick Villanueva (Pessac), mais aussi Andy Paz (receveur pro des A’s d’Oakland). Sénart devrait également accueillir deux joueurs cubains dont un lanceur. \n_ Le finaliste malheureux face à Rouen (2007, 2008, 2012) ne veut plus voir jouer le même scénario et, une nouvelle fois, casse sa tirelire pour tenter de faire chuter Rouen. Drivés par Jamel Boutagra, les Templiers présenteront un groupe solide et ambitieux. \n_ Les Templiers sont d’ailleurs considérés comme la principale menace par Bastien Dagneau. « { Je me méfie évidemment de Sénart, la seule équipe à nous avoir battus deux fois l’an passé » }. Au petit jeu des pronostics, Owen Ozanich cite également Paris parmi les adversaires à surveiller. « { Senart et le PUC seront forts. } »\n\n\n{LE PUC ET SA NOUVELLE ARMADA}\n_ Car le PUC rêve de grandeur passée. Et les Pucistes ont agité la rubrique arrivées durant l’hiver. Notamment en recrutant aux USA. Le lanceur James Murrey est de retour. En 2012 il a produit une fiche de 10-3 avec un ERA de 1.52 en 14 starts pour 138 strikeouts.\n_ Le PUC a trouvé son catcher aux Yankees. Il s’agit de Mitch Abeita drafté par les Yankees de New York en 19me ronde en 2008. \n_ Troisième recrue US : Delvin Sanders. L’arrêt court texan jouait en pro en ligue indépendante. Et Paris a trouvé un Aram Kushigian, un franco américain qui évoluait la saison passée dans l’équipe de Santa Barbara City College. Il s’agit d’un receveur/3me but. \n_ En tout, ce sont treize nouveaux joueurs qui intègrent l’équipe violette ( Enrique Juma Trinidad, ex Sénart et Savigny, le jeune international U21 Alex Defontaine, trois jeunes lanceurs de l’équipe de France 18U Pierre Turettes, Johan Léger et Antoine Nahas, le 3me but/OUT cubain de Chartres Hasely Medina…). \n_ Le PUC rêve-t-il de reconquérir un titre qui le fuit depuis 2000 ? On n’affiche pas à Paris officiellement une telle ambition. Le coach parisien Kieran Mattison ne s’est pas exprimé sur le sujet et le site Internet du club, lui, évoque plutôt un podium. « { Un recrutement qui pourrait permettre de surfer sur la saison 2012 et la 3ème place du championnat de France D1 pour s’installer durablement dans le top 4 } ». \n_ Paris, demi finaliste 2012, s’est en tout cas donné les moyens de faire mieux dans quelques mois. \n\n\n
{En haut, de gauche à droite, Mitch Abeita (PUC), Jorge Hereaud (Toulouse), Andy Paz (Sénart). En bas, de gauche à droite, Gabriel Sandersius (Beaucaire) et Will Musson (Montpellier)}
\n\n\n{MONTPELLIER VEUT REBONDIR}\n_ Montpellier a tourné une page historique, puisque son catcher et leader naturel, Jean-Michel Mayeur, n’officiera plus derrière le marbre, mais prendra le poste de head-coach. Il saura continuer à insuffler sa hargne et sa motivation à une équipe qui a connu une saison difficile après avoir fait trembler Rouen lors de la finale 2011 (perdue face à Rouen après avoir menés 2/0 dans la série). \n_ Les Barracudas veulent retrouver le haut du classement, et vont miser sur un mélange d’expérience (notamment au monticule, avec Meley, Andrades, Cros) et sur l’arrivée en force de jeunes talents prometteurs comme Paul Granier, Hugo Garnero ou Beverley Reverbel. Au chapitre étranger, Will Musson débarque du PUC. Il apportera sa polyvalence, lanceur dominant et solide frappeur capable d’évoluer à plusieurs positions du champ intérieur. MLes Barracudas enregistrent aussi l’arrivée de Lucas Shaw, un catcher américain universitaire (Colorado Mesa University). \n\n\n{SAVIGNY, L’INCONNU}\n_ Est-ce l’année de tous les dangers pour Savigny ? Les Lions sont sans terrain depuis une décision de la maire de la ville, qui a interdit la pratique du baseball en senior pour des raisons de sécurité !\n_ L’équipe va donc jouer le championnat sur la route. Excepté Luis de la Rosa, le jeune lanceur de Toulouse, peu de bruit autour d’arrivées dans l’équipe. Seules certitudes, Eloi Secleppe (Japon) et Guaye (Vaureal) sont partis. \n_ Le talent et l’expérience sont là. Mais les Lions auront-ils les moyens de se renforcer à l’étranger, condition sine qua non pour se mêler à la lutte pour le titre ? \n_ L’adversité a parfois renforcé des collectifs. Mais la saison pourrait plus ressembler à une année de transition. \n\n\n{TOULOUSE, PRUDENT}\n_ Quelle ambition pour Toulouse cette saison ? Depuis la finale perdue en 2006 (3/2 face à Rouen), l’équipe n’a plus joué les premiers rôles. \n_ Et les sudistes ont perdu deux joueurs majeurs durant l’hiver. Andy Paz a signé avec Oakland (et rejoint Sénart en France) et le lanceur de La Rosa est parti à Savigny… Cela ne sera pas simple pour Frédéric Rougé, qui conserve sa double casquette d’entraîneur-joueur. Seule arrivée notable, le 3me but franco-vénézuélien Jorge Hereaud (ex Sénart). \n_ Dans le journal 20 minutes, Laurent Cornuaille, qui a succédé à la présidence du club à Alex McCardell en décembre 2012 fixe ses objectifs. «{ Nous n’avons pas le budget suffisant pour pouvoir jouer les têtes de série, comme Rouen, multiple champion de France, remarque le nouveau patron (45 ans) du club. Nous allons essayer de tirer notre épingle du jeu en misant sur notre état d’esprit. Il faudra être vigilants de la première à la dernière minute du championnat. }» Le discours se veut prudent. Mais les Tigres ne se destinent pas pour autant aux combats de fond de classement et à la lutte pour éviter la relégation, promise au dernier de la phase régulière. «{ J’espère que nous jouerons le milieu de tableau }», indique Laurent Cornuaille. \n\n\n{BEAUCAIRE LE TROUBLE FETE ?}\n_ Deuxième saison au plus haut niveau pour les Chevaliers. Qui annoncent l’arrivée de plusieurs espoirs du baseball français. Hugo Vicens (Pessac), Henri François et Jonathan Haras (Montpellier), Mathieu Lapinski (ex Rouen, ex Montpellier), alors que deux Canadiens anglophones sont également annoncés. Il s’agit du lanceur gaucher Gabriel Sandersius, un ex membre de l’équipe de Texas Christian University (division 1) et de l’infileder Kyle Frasard qui évoluait à Santa Fe au Texas dans la Pecos league l’an passé. Il est présenté comme un excellent frappeur. \n_ Suffisant pour se mêler à la course aux play offs ? Cela dépendra de la qualité de leurs étrangers mais Beaucaire aura du mal à se glisser dans le Top 4. \n\n{LES POLES FRANCE} \n_ Les Pôles de Rouen et de Toulouse joueront le championnat en alternance. Les joueurs ne disputeront que la moitiés des matchs avec leur club, avec toutefois des dérogations étonnantes. \nDifficile de faire des pronostics pour ces équipes, qui tenteront de poursuivre leur apprentissage. \n_ De nombreux Rouennais seront concernés. \n\n\n{ENCADRE}\nLes Huskies de Rouen vont attaquer leur douzième saison dans le championnat de France Elite, rebaptisé Division 1. \nDepuis la montée en 2002, Rouen n’a jamais connu de saison blanche, sans titre. Tout a commencé en 2002, l’année de la montée. Les Huskies remportent la première édition du Challenge de France, le titre de champion en 2003, la Coupe d’Europe B en 2004, puis beaucoup de titres… Pour afficher, en 2013, neuf titres de champions de France, deux Coupes d’Europe B, cinq Challenges de France, deux finales européennes A.\nLes Huskies, emmenés pour la deuxième saison de suite, par son manager Keino Perez, repart cette saison avec des objectifs toujours aussi haut: remporter le championnat de France pour la dixième fois, conserver le Challenge de France et gagner la Coupe d’Europe.\n\n