Le Pôle France de Rouen fête ses 15 ans !

| Publié par | Catégories : Non classé

\n

{De haut en bas: promotion 1997, promotion 2002, promotion 2007, promotion 2012}
\n\n\n{CARTOGRAPHIE}\n_ Le Pôle accueil environ 16 internes au CRJS de Pt Couronne chaque année. Ils viennent principalement du Nord de la France.\n_ D’autres joueurs s’inscrivent en externat tout en étant scolarisés sur l’agglomération Rouennaise ou à l’université.\n_ Les joueurs de l’équipes de France senior viennent aussi s’y entrainer, selon leur disponibilité et leur besoin (Luc Piquet, Maxime Lefevre, Boris Marche…).\n_ L’effectif est de 20 à 25 joueurs selon les années ; il doit évoluer vers un groupe universitaire plus étoffé les prochaines années.\n_ L’âge varie entre 15 et 21 ans.\n_ Le staff est présenté sur le site :\n_ [->http://www.polesfrancebaseball.com/pole-france-rouen/staff-pôle-france-rouen/]\n\n\n{UN SITE INTERNET CONSACRE AU PÔLE FRANCE}\n_ Pour toutes les questions que vous pouvez vous poser sur le pôle France de Rouen (et de Toulouse), cliquez sur le net \n_ [->www.polesfrancebaseball.com]\n\n\n\n\n {QUELQUES PENSIONNAIRES DU PÔLE} \n1997\n_ Boris Marche (Rouen76), \n_ Christophe Goniot (Savigny), \n_ Jérôme Dussart (PUC, Savigny)\n\n1998\n_ Gaspard Fessy (PUC, Rouen76, Toulouse, Sénart, Barcelone), \n_ Flavien Peron (Rouen76)\n\n1999\n_ Florian Peyrichou (Savigny)\n\n2000\n_ Kenji Hagiwara (Rouen76), \n_ Joris Bert (Louviers, Rouen76, \nLos Angeles Dodgers), \n_ Luc Piquet (Dieppe, Rouen76)\n\n2001\n_ David Gauthier (Rouen76) Julien Brelle (Sénart)\n\n2004\n_ Fred Hanvi (Montigny, Toulouse, Sénart, Minnesota Twins, \nJapon)\n_ Maxime Lefevre (Montigny, Rouen 76)\n\n2009\n_ Bastien Dagneau  (Montigny, Rouen 76), \n_ Alex Roy (Rouen76, Seattle mariners)\n\n2010\n_ Dylan Gleeson (Moyon, Rouen 76)\n\n\n
{Crédits Christophe Elise}
\n\n{« PLUS QU’UNE ÉCOLE DE BASEBALL, \nC’EST AVANT TOUT POUR MOI UNE ÉCOLE DE VIE »} \n- Sylvain Virey\n\n\n
{Crédits Christophe Elise}
\n\n {Sylvain Virey est le patron du Pôle France de Rouen. Son bébé. Normal, il a vécu sa naissance et sa croissance. Il revient sur le fonctionnement du pôle, ses ambitions, ses projets…} \n\nSylvain, que de chemin parcouru depuis 1997…\n_ Cela fait en effet maintenant 15 ans que le Pôle existe… 128 joueurs sont passés par le Pôle et les premiers joueurs ont maintenant une situation familiale et professionnelle établie.\n_ 77 d’entre eux ont joué en équipe de France jeune, 22 en équipe de France Senior et 3 ont signé un contrat professionnel.\n\nOn peut rappeler que c’est le Premier pôle en France…\n_ Le 1er Pôle espoir en effet. Mais la FFBS a connu d’autres centres d’entrainements permanents de Haut Niveau avant le Pôle de Rouen ; le CNHN de Montpellier par exemple.\n\n2007, le Pôle prend une autre dimension..\n_ En 2007/2008, le Pôle Espoir change de label pour être reconnu comme « Pôle France ». \n_ Ce choix s’est imposé suite à la décision de fermer le Pôle France qui était basé à l’INSEP à Paris et d’ouvrir deux Pôles France : un dans le Sud (Toulouse) et un dans le Nord (Rouen) ainsi que des Pôle Espoirs ou CER labellisés comme Bordeaux, Montpellier ou en Bretagne de façon à couvrir un peu mieux le territoire et d’offrir ainsi plus de capacité d’accueil aux joueurs à fort potentiel.\n_ Le Pôle de Rouen ayant fait évoluer ses infrastructures ainsi que son fonctionnement et de par sa situation géographique, le choix de changer de label a été naturel. \n\n\n
{Entrainement du Pôle en 1997 avec Robin Roy, Rudy Bauer et Sylvain Virey}
\n\n_ Concrètement, la catégorie d’âge a changé des 13-16 ans aux 16-21 ans. \n_ L’encadrement s’est étoffé avec un préparateur physique (Cédric Marie) ainsi qu’un entraineur permanent (Luc Piquet puis Keino Perez depuis 2012). \n_ L’équilibre financier des aides financières FFBS (Vis la CO) accordées entre les deux Pôles France a aussi été adopté en 2012; ce qui permet désormais de disposer des mêmes moyens entre chaque Pôle France.\n\nQuelle est au regard de ces années, votre plus belle satisfaction ?\n_ Elles sont nombreuses et correspondent à la réussite aussi bien sportive que personnelles des joueurs qui sont passés par le Pôle France. Elles reposent aussi sur les résultats encourageants de nos collectifs nationaux et des clubs dont les joueurs sont licenciés.\nJe ne peux pas toutes les citer mais chaque année offre son lot de satisfactions.\n_ J’apprécie au quotidien de voir l’investissement des joueurs aux entrainements. Je suis toujours admiratif de leurs sacrifices et de leur motivation pour atteindre leurs objectifs. C’est d’autant plus vrai cette année, le groupe travail fort !\n_ Ce que je retiens aussi aujourd’hui et avec le recul, c’est le plaisir de voir des anciens joueurs revenir, ponctuellement ou de manière plus régulière, apporter leur savoir-faire aux entrainements.\n_ Je pense en particulier à Boris Marche (1ère promotion du Pôle) qui travaille comme kiné au CRJS; à Luc Piquet qui passera son professorat de Sport en 2013 ou encore Maxime Lefevre qui prépare sa prochaine saison universitaire ou professionnelle aux États Unis.\n_ Les plus belles réussites sont pour moi celles dont le passage au Pôle a marqué la vie des joueurs ; je pense là encore à Simon Colboc, Jérome Dussart ou encore Vincent Ferreira pour ne citer que quelques exemples.\n_ Plus qu’une école de baseball, c’est avant tout pour moi une école de vie où l’on apprend à se respecter les uns les autres, une école où on apprend que le travail et la patience paye.\n\nVotre principal échec ?\n_ Les échecs, comme les réussites viennent pour moi des difficultés que j’ai pu rencontrer avec certains joueurs… \n_ Je n’aime pas voir un jeune baisser les bras, douter ou se trouver des excuses pour justifier une situation d’échec et de difficulté à surmonter.\n\nQuels sont les joueurs qui vous ont marqués ?\n_ Là encore, la liste est longue. Chaque joueur apporte sa personnalité ; en plus de la liste des joueurs précédemment cités, je peux sans doute aussi évoquer des joueurs comme Fermin Neme, Christophe Goniot, Gaspard Fessy, Victor Barbenes, Mathieu Crescent… et bien d’autres ; autant de joueurs qui ont progressé au sein du Pôle et qui, de part leur réussite et leurs qualités humaines, ont fait progresser la structure. Leur réussite sportive et personnelle est sans doute la plus belle récompense pour moi.\n\nQuels sont les objectifs du Pole ?\n_ Le Pôle est  un  centre d’entraînement permanent qui s’inscrit dans la filière de Haut Niveau National.\n_ Son objet est de préparer les meilleurs potentiels français en vue d’une participation aux compétitions internationales de référence : championnats d’Europe et du monde.\n_ Pour arriver à atteindre le plus haut-niveau, les joueurs s’engagent dans une démarche de formation individuelle avec un double projet scolaire et sportif.\n…ça, c’est les objectifs officiels ; mais pour moi, le baseball n’est qu’un prétexte. \n_ Je souhaite que le passage au Pôle permette à chaque joueur de grandir et de devenir une meilleure personne. \n\n{L’ANGLAIS EST AUSSI SORTI DU CALENDRIER SCOLAIRE POUR ÊTRE DISPENSÉ AU CRJS DANS DES CLASSES À EFFECTIF RÉDUIT}\n\n\nQuels sont les points forts du Pôle ?\n_ Je suis assez fier des personnes qui ont travaillées et qui travaillent avec moi aujourd’hui ; que ce soit à l’entrainement avec cette année Keino, Cédric, Florent, Luc et Maxime ; mais aussi des personnes dont on ne parle jamais mais qui ont une importance majeure sur la réussite du projet de chaque joueur. \n_ Je peux citer Jérémy Py pour le suivi scolaire ou encore tout le personnel du CRJS avec par exemple Patricia, Caroline (qui vient de remplacer Guy Letrot) ou Mohamed qui ont donné et donnent encore tellement aux jeunes internes du CRJS. \n_ Les jeunes les voient au quotidien comme des personnes qui sont là pour faire respecter le règlement du CRJS et ne voient pas  toujours leur travail indispensable à la réussite du Pôle.\n_ Au niveau des infrastructures, le Pôle a su aussi évoluer chaque année : le terrain (partagé avec Rouen 76), le gymnase, la salle de musculation ont énormément évolué depuis la création du Pôle.\nL’emploi du temps est aussi en constante amélioration : nous bénéficions de deux heures d’entrainement supplémentaires cette année. L’anglais est aussi sorti du calendrier scolaire pour être dispensé au CRJS dans des classes à effectif réduit.\n_ Comme pour Toulouse, nous proposons un programme international en relation avec MLB Europe. Les meilleurs jeunes participent aux interAcadémies Européennes ainsi qu’aux try out MLB dont 11 joueurs du Pôle ont été sélectionnés.\n_ La MLB envoie aussi régulièrement des coaches professionnels qui nous apportent un autre regard. Cette année, nous avons accueilli Dave Schuler (Pitching Coach des Colorado Rockies), nous recevrons un hitting coach en janvier et Jim Jones nous rejoindra aussi pour 15 jours en avril/mai.\n\n\n\nLe Pôle de Rouen est aujourd’hui indispensable dans le paysage baseballistique français ?\n_ Je ne sais pas si l’on peut dire « indispensable ». Il a son importance mais ce qui est indispensable, ce sont les clubs qui font la fédération. \nJe vois plutôt le Pôle comme un outil fédéral ou encore comme un outil de développement personnel du joueur.\n_ J’ai mis en place le Pôle parce que plus jeune, je n’avais pas de structure d’entrainement à proximité de chez moi. J’ai fait ,mais refusé, les sélections au CNHN à Montpellier quand j’étais junior… Un peu plus tard, comme étudiant en STAPS, mon idée a été de travailler pour permettre aux jeunes de disposer de l’outil dont je n’avais pas su bénéficier…\n_ Si le Pôle devait fermer ses portes demain, je suis persuadé que la FFBS et certains clubs trouveraient les moyens de bénéficier d’un autre centre d’entrainement permanent que le Pôle actuel.\nFaute d’être indispensable, c’est sans doute par contre un élément important dans la réussite de certaines équipes de clubs comme Sénart, Savigny, le PUC et en particulier le Club de Rouen qui a su accueillir de très nombreux joueurs venus s’entrainer quotidiennement au Pôle pour bâtir ses titres depuis plus de 10 ans.\n_ En 2012, et pour la 1ère fois depuis 11 ans, j’ai été invité par Keino Perez pour coacher avec lui le collectif de Rouen. J’ai pris beaucoup de plaisir à voir évoluer des joueurs comme Boris Marche (Promotion 1997-1998), Kenji, Luc, Joris, David, etc. mais aussi Bastien Dagneau ou Dylan Gleeson encore aujourd’hui au Pôle !\n_ C’est aussi un bel outil pour les équipes de France junior, U21 et senior. Le Pôle a et poursuit sa contribution pour la préparation des joueurs dans nos collectifs nationaux. Les résultats en cadet 2006 (2ème place historique au CE), avec les junior en 2008 avec Gerardo Leroux et U21 cette année avec Boris Rothermundt sont autant de résultats qui valorisent le travail fait en partie par le Pôle.\n\n{« JE SOUHAITE TROUVER LES MOYENS HUMAINS POUR METTRE EN PLACE DES STAGES \nPOUR LES MINIMES ET CADETS \nLORS DE CHAQUE VACANCES SCOLAIRES »}\n\n\nQuels sont vos projets ?\n_ Dans le domaine des compétitions, le Pôle doit désormais assumer une participation en 1ère division du championnat de France. C’est nouveau pour moi et pour le groupe. \n_ Nous participerons bien entendu comme chaque année aux inter académies européennes qui auront lieu à Parme cette année en avril.\n_ Etant donné l’effectif important de juniors au Pôle, l’échéance du championnat d’Europe en Juillet est primordiale. La plupart des joueurs du Pôle auront aussi le bac en fin d’année scolaire et il faudra jongler avec cette échéance.\n_ J’espère aussi que de nombreux joueurs seront retenus pour le prochain camp MLB au mois d’aout prochain.\nPour aider les joueurs qui aspirent à jouer dans une université américaine, je partirai à l’ABCA à Chicago en janvier prochain afin de rencontrer des coaches universitaires.\n_ Le Pôle continue sa mutation pour pérenniser son label « France » et doit encore améliorer ses infrastructures locales tout comme son encadrement.\n_ Avec la ligue de Haute-Normandie et le club de Rouen, nous réaliserons des cages de frappe sur le terrain Pierre Rolland. Nous attendons encore le soutien du Conseil Général 76 ainsi que celui de Baseball Tomorrow Funds pour boucler le projet déjà soutenu par l’Etat et la Région Haute Normandie. J’espère que nous aurons un soutien égal à celui apporté à Toulouse par la MLB. Les cages devraient ainsi voir le jour avant la saison 2013.\n_ En plus de Keino, j’espère qu’un 2ème partage de poste sera possible dès cette année ; cette fois ci avec la ligue de Haute-Normandie.\nPour lier le Pôle à un projet de développement cohérent de la ligue et de la FFBS, je souhaite trouver les moyens humains pour mettre en place des stages systématiques pour les minimes et cadets lors de chaque vacances scolaires. Nous pourrions aussi développer nos actions locales pour se diriger vers la création d’un club à Petit Couronne.\n_ Le programme universitaire doit aussi évoluer ; qu’il soit dirigé vers la Fac de Rouen ou vers des universités américaines ceci afin de permettre aux joueurs du Pôle qui quittent de lycée de continuer leurs études tout en s’entrainant quotidiennement. \n_ L’université de Rouen propose un aménagement de l’emploi du temps et un programme d’échange intéressant pour les joueurs qui souhaitent avoir une expérience aux Etats Unis tout en continuant leurs études. \nLes étudiants de Rouen peuvent dans certains cas faire une partie de leur cursus universitaire à l’étranger. \n_ Ce dispositif a de multiples intérêts : l’aspect financier (beaucoup moins cher que de partir « seul » aux EU), scolaire (reconnaissances des formations scolaires pour valider son diplôme) et bien sur sportif si l’université choisie propose une équipe de baseball.\n_ La moyenne d’âge du Pôle est de 17 ans. Elle doit ainsi passer à 18/19 ans dans les prochaines années.\n_ En terme de communication, le Pôle de Rouen, conjointement avec celui de Toulouse, a mis en place un site internet qui informe les joueurs et entraineurs des contenus d’entrainements et du fonctionnement global de nos structures.\n_ On peut ainsi bénéficier des quelques séances en vidéos, demander une inscription en ligne et se tenir informé des derniers nouvelles du Pôle.\n_ Avec Florent Caillard, nous travaillons aussi au Pôle sur un dossier de partenariat afin d’élargir nos possibilités d’action. Si nous voulons allez plus loin, il nous faudra plus de moyens financiers…\n\n\n\nQuelles sont les relations avec la MLB ? Concrètement cela se traduit par quoi ?\n_ Avec les 2 Pôles France, et maintenant aussi depuis 2 ans avec les Pôles Espoirs, la MLB nous soutien dans notre programme de développement du joueur. Nous bénéficions d’une reconnaissance Européennes ; différents évènements nous sont proposés :\n- le tournoi inter académies européennes au mois d’avril. Il aura lieu cette année à Parme en Italie et regroupera comme chaque année les meilleurs potentiels de chaque académies : hollandaises, italiennes, françaises, tchèque, allemandes, suédoises… A noter que lors des deux dernières éditions, ce sont Bastien Dagneau et Oscar Combes (tous deux Rouen Huskies, NDLR) qui ont été élus meilleurs frappeurs du tournoi.\n- Des try out sont aussi organisés en mai. L’objectif pour la MLB est de repérer les 50 meilleurs jeunes européens afin de les inviter à Tirrenia, en Italie, afin d’y suivre un camp d’entrainement de 3 semaines avec des coaches MLB.\nLes meilleurs d’entre eux se voient proposer une signature avec une organisation MLB ; ce fut le cas avec Alexandre Roy par exemple.\n- Un showcase en fin de saison (octobre) est aussi parfois proposé à ces joueurs. Ils participent à différents matchs devant des coaches de college afin de poursuivre leur formation dans une université américaine.\n- La MLB nous propose aussi des coaches pendant l’année. Ils viennent nous apporter leur regard et leur expérience afin d’optimiser nos entrainements. Cette année, nous aurons à Rouen Dave Schuler (Pitching coach), Jim Jones (ISG – Coach de college) ou encore un hitting coach des Texas Rangers.\n- La MLB nous offre aussi du matériel, balles, battes, machines à lancer, protections de terrain… selon leur possibilités et nos besoins.\n- pour finir, des coaches européens sont parfois invités dans des organisations professionnelles. Ce fût le cas pour moi à trois reprises : chez les Braves en Floride il y a 15 ans maintenant… chez les A’s à Scotsdale (Arizona) en 2005 et chez les Brewers en 2007.\nLe travail réalisé dans les Pôles apporte beaucoup de crédit à la FFBS et a permis aussi d’ouvrir des portes et d’autres aides tels que les fonds BTF pour les cages de frappe et l’infield du CREPS de Toulouse (en demande pour Rouen aujourd’hui) ou encore l’entrée dans la WBC.\n\nDes coachs viennent à Rouen régulièrement ? Comment cela s’est il passé avec eux ?\n_ Pour ce qui est des coaches qui sont venus à Rouen, on a pu voir leur regard changer au fur et à mesure des visites. \nPar exemple en préparation physique, les coaches américains venaient au début pour nous dire comment faire. Depuis quelques temps et grâce à Cédric Marie, ils s’aperçoivent que le travail réalisé est fait avec des compétences attendues. \n_ Nous partageons très souvent les même points de vues techniques ; les remarques viennent surtout sur le constat de notre manque de matchs… Nous savons entrainer mais nous manquons de matchs pour mettre en Å“uvre les enseignements dispensés aux entrainements.\n\nLe Pôle va participer au championnat. Qu’est ce que cela implique ?\n_ Le Comité directeur a en effet validé la participation des Pôles à la D1.\nLes Pôles de Toulouse et Rouen joueront en alternance les week ens de saison sous l’identité « d’équipe fédérale ».\n_ Les joueurs joueront donc alternativement avec leur Pôle et leur club un week end sur deux sur la 1ère phase de compétition. Ils seront disponibles pour jouer les phases finales avec leur club.\n\nCette décision n’a pas fait l’unanimité…\n_ C’est un choix politique et stratégique qui touche au fonctionnement de chacun de nos clubs amateurs concernés.\n_ La décision répond à une logique de formation pour un sport collectif : faire jouer régulièrement ensemble des joueurs qui s’entrainent ensemble. Il existe bien entendu d’autres alternatives à la mise en place d’une équipe fédérale. De nombreuses autres fédérations (Françaises ou étrangères) ont aussi fait ce choix de faire jouer leurs athlètes inscrits en Pôle dans leur championnat.