« La culture de la victoire est ancrée dans l’ADN de cette équipe »

| Publié par | Catégories : Non classé

\n\nXavier Rolland, vous avez souffert ?\n_ Cela a été une finale haletante… J’ai un peu été en apnée toute la journée de dimanche (rires). Mais j’aime cela, cette boule dans le ventre lors des matchs importants. Le jour où je n’aurai plus cette passion, il faudra que je songe à laisser ma place… \n_ Je voudrais aussi rendre hommage aux joueurs de Sénart qui ont réalisé une sacrée finale. Chapeau. ! Et la victoire est du coup encore plus belle. \n\nDix titres de champion de France, cela fait quoi ? \n_ C’est très dur à réaliser. Je me souviens de toutes les finales. Celle là aura une place importante. Mais c’est vrai que lorsqu’on regarde le mur du palmarès, ca impressionne… C’est de cette régularité dont je suis le plus fier. En France mais aussi en Europe. Toutes ces années en Coupe d’Europe A (sept années consécutives en groupe A, présence européenne non stop depuis 2003 NDLR), cela aussi ca veut dire beaucoup de choses. Nous avons pourtant changé de joueurs, de coachs… Mais la culture de la victoire est ancrée dans l’ADN de cette équipe. \n_ On a un grand sentiment de sérénité. On se dit qu’on a bien bossé, qu’on a fait les bons choix… Surtout quand on partage cela avec des joueurs incroyables, qui nous gâtent saison après saison. \nJe voulais aussi rendre hommage à toute la bande de bénévoles exceptionnels qui Å“uvrent en coulisse… \n_ Ils donnent du temps, de l’enthousiasme, de la fraicheur, de la gaieté… Eux aussi ont contribué à la réalisation de ce palmarès inouï. \n_ J’aime être parmi eux. Avec une pensée toute spéciale pour mon frère, Pierre Yves, souvent dans l’ombre, mais indispensable. C’est est un garçon extraordinaire. J’ai de la chance. Les Huskies aussi.\n_ Je les remercie tous. Quel bonheur de faire partie de cette meute. On vit de belles histoires d’amitié. \n\n\n\n{« Quel bonheur de faire partie de cette meute »}\n\n\nCe ne fut la finale la plus facile ?\n_ Ho non… Mais cette équipe m’impressionne par sa sérénité. Même menés deux à un samedi soir, tout le monde était calme. Joueurs comme dirigeants d’ailleurs. Et je me demande si cette équipe qui a tout gagné n’a pas besoin inconsciemment d’être dos au mur pour exceller. Pour aller chercher des émotions fortes… C’est évidemment excitant mais aussi dangereux… \n\n\nC’est en effet la quatrième fois que l’équipe remonte un tel handicap lors du dernier jour… \n_ Oui. Mais ce sont avec de tels scénarii que les légendes s’écrivent… Je sais que beaucoup de gens étaient persuadés qu’on allait perdre, que beaucoup l’espéraient très fort… Mais ils vont devoir attendre encore. Cela arrivera mais n va essayer que cela soit le plus tard possible.. \n_ Bravo à tous les joueurs qui sont exceptionnels, qui mériteraient qu’on parle plus d’eux… Et un hommage appuyé à Keino Perez, un type extraordinaire. Quel leader ! \n\nLe prochain record à battre, c’est celui du PUC, 11 titres d’affilée entre 1982 et 1992..\n_ Cette équipe du PUC des année 80 est une équipe mythique. Comme celle de Rouen dans les années 2000… Quoiqu’il arrive, elles ne seront jamais oubliées… \n\nVous avez un classement de ces dix titres ?\n_ Je les aime tous (rires)… \n_ Bon, 2003 reste en haut forcément. Premier titre, le lendemain du décès de mon papa. Je n’oublierais jamais la solidarité exprimé par tous. C’était tellement douloureux… \n_ En 2, je pense à 2006 à Toulouse après avoir été menés là bas 2 à 1. J’ai aimé la maturité de l’équipe, les discussions entre les joueurs le samedi soir à l’hôtel… Toulouse était vraiment très fort avec Randy Perez, Max Leblanc, Sam Meurant… \n_ En 3, 2008, la victoire face à Sénart en 5 matchs. Nous étions menés 7/2 dans le 5me match. Incroyable ! On gagne 9/8. La légende s’écrit. \n_ En 4, cette finale 2013.\n_ En 5, Montpellier en 2011. On a perdu les deux matchs à Montpellier et on gagne les trois au retour. Invraisemblable ! Je me souviens de Joris Bert avant le deuxième week end. Il dégageait tellement d’assurance. Il m’avait dit qu’on allait renverser la vapeur. Et on l’a fait… \n_ 2009 et 2010 contre Savigny, cela avait été de scarés chocs également !! Pas facile de choisir… \n\n\nIl y avait aussi certains qui doutaient des prestations de José Rodriguez ou de Brian Ramirez…\n_ J’ai lu cela en effet.. On les a beaucoup comparés à Ethan Paquette et Chris Mezger (étrangers de Rouen en 2012) Vous avez vu leurs stats ? Leur perf en finale ? Ce sont deux grands joueurs. On le savait. \n\n\nLa saison est terminée ?\n_ Oh non ! Il reste la Coupe d’Europe ce week end avec la venue de Moscou et d’Anvers. La aussi, il va falloir être très forts.\nNos UA12 vont aussi défendre leur titre de champion de France avec une nouvelle génération d’enfants, talentueuse… Les finales se dérouleront les 3/4 octobre à Rouen (Rouen jouera les demi finales à Moyon, en Basse Normandie ce week end NDLR), la Huskies Sotfball cup le dernier week end de septembre… \nSans oublier les travaux des tunnels de frappe qui débuteront début octobre… Et puis, on va vite préparer 2014. Cela ne s’arrête jamais. \n\n\n\n\n\n