A la conquête du Texas

| Publié par | Catégories : Non classé

\n

{Crédit Christophe Elise}
\n\n1900 miles en quelques jours à travers le Texas ! Les deux rouennais (accompagnés de deux joueurs de Sénart Leo Cespedes et JonathanMotay et de Boris Rothermundt, le patron du pôle France de Toulouse) n’ont pas ménagé leur peine pour séduire les coachs texans. Ils ont été reçus pour des tests d’évaluation dans cinq colleges qui évoluent en première division en NJCAA. Des équipes sélectionnées par Boris Rothermundt. « Le niveau au Texas est élevé et l’ensemble des équipes que nous avons visité ont des bourses pratiquement pour l’ensemble des joueurs de l’équipe. Cela montre l’engagement des colleges sur le baseball et le niveau de leur programme. Une des règles de la NJCAA D1 au Texas est la possibilité d’avoir six étrangers dans leur roster. Actuellement, il y a beaucoup de Texans dans les équipes avec 2 ou 3 canadiens ». Objectif ? « Faire connaissance des programmes des colleges et mise en relation avec le staff, l’intégration des joueurs sélectionnés dans des colleges D1 et montrer aux jeunes le niveau de jeu demandé ». \n_ Dylan et Bastien marcheront-ils sur les traces d’autres rouennais, une douzaine, passés par les collèges américains (Bert au Texas, Hagiwara et Lefevre en Arizona, Marche et Rothermundt en Californie, Combes au Québec, Becquey à Chicago, Lecourieux au Dakota…). Seront-ils sélectionnés par ces collèges ? La réponse devrait être rapide.\n\n\n\n{Bastien, (18 ans le 25 mars, 1m91 pour 92 kgs) et Dylan ( 18 ans depuis le 16 janvier, 1m76 pour 67 kgs) ont vécu un séjour très instructif au Texas. \nRien n’est fait pour eux mais les contacts sont établis. \nEt leur avenir se dessinera peut-être dans l’un de ces collèges.} \n\nComment s’est déroulé votre séjour ?\n_ Bastien : Très bien, premièrement on est allé à Cisco qui est une petite ville assez isolée vers le nord du Texas. Le niveau est assez bon puisque l’année dernière l’équipe de baseball à réussi à atteindre les NJCAA World Series qui rassemblent les 16 meilleures junior colleges des États Unis.  Les coachs ont de très bonnes relations avec l’administration et ainsi, ils ne demandent pas de niveau particulier en anglais pour intégrer l’université. C’est une véritable opportunité, car je dois passer le TOEFFL qui est un test pour les anglophones donc plutôt difficile pour moi, vu que je ne suis pas bilingue. Le head coach me propose une scolarship de 50 à 60%, à négocier plus tard, si je compte intégrer ce programme.\n_ Dylan : On a pu faire des try-outs entre Français. Ils auraient aimé que je joue pour eux, mais étant donné qu’ils ont déjà trois catcheurs pour l’an prochain, ils n’ont pas besoin d’un quatrième. \n_ Bastien : Ensuite, nous sommes allés à Midland, qui est le concurrent direct dans la ligue de Cisco. Le terrain et toutes les autres installations sont vraiment de qualité et forment un très bon environnement pour un joueur. De plus, la ville est plus grande. Nous avons regardé deux matchs avant de faire les tests: 60 yards, fly en outfield, gronders en infield, relances en deuxième base pour Dylan, bullpens pour les lanceurs et on a fini par un batting. De manière générale, je suis content de ma performance particulièrement pendant le batting. Bon, en revanche, ma défense n’a vraiment pas été terrible. Parmi tous les colleges qu’on a visités, je pense que celui ci me conviendrait mieux par rapport au cadre de vie, d’autant plus que le coach m’a dit qu’il essaierait de m’avoir la full scolarship. Et si ce n’est pas possible, ce serait 70-80% a négocier en insistant sur la partie étude et sur la nécessité d’être un bon élève. Là aussi, mon souci c’est d’obtenir 60 points au TOEFFL (soit la moitié) pour pouvoir intégrer l’université, ce que je suis quasiment sûr de ne pas avoir.\n_ Dylan : A Midland, leur avis sur moi était que je serais leur 3ème catcheur et que, par conséquent, ils ne voyaient pas l’intérêt pour eux de me donner une bourse. \n\n_ Bastien : Pour ce qui est de Blinn, on peut dire que nous avons mal été reçus puisqu’il n’y avait que le coach assistant pour s’occuper de l’entraînement lorsque nous sommes venus. Boris avait pourtant prévenu le college 4 mois à l’avance. L’assistant ne nous a fait passer aucun test particulier. Il s’est contenté de nous intégrer dans les groupes de frappes sans regarder les bullpens de Léo et de John. \n_ Enfin, San Jacinto est un college avec un très bon niveau, car ils sont aussi allés aux NJCAA World Series en perdant de peu en finale [ndlr: pour l’histoire, défait en 9e manche de la finale sur un balk !]. Parmi les joueurs qu’on a rencontrés, certains ont choisi de refuser le contrat professionnel qu’il leur a été proposé à la draft, afin d’avoir de meilleures propositions. Le niveau était donc un cran au dessus et même si le coach recruteur m’a dit que je frappais bien, il n’y a pas de place pour un joueur comme moi dans un collectif comme ça pour l’instant.\n_ Dylan : San Jacinto avait un niveau un peu trop élevé. Leurs lanceurs lancent tous au moins à 90mph. \n_ Bastien : Pour finir, on a fait un entraînement avec Galveston college qui s’est bien passé pour moi. Mais, malheureusement, l’équipe comptera déjà cinq étrangers l’année prochaine et compte utiliser la dernière place disponible pour un lanceur à 90 mph ou plus. Il y aurait potentiellement une possibilité d’intégrer le programme si le première base numéro 1 signe un contrat professionnel. C’est pourquoi le coach propose de me recontacter fin Avril pour refaire le point. \n_ Dylan : A Galvestone, ils ont été surpris par notre performance. Ils n’ont cependant pas fait de proposition de scolarship puisque comme l’a dit Bastien, ils comptent déjà cinq joueurs étrangers…\n\nQuelle sera la suite ?\n_ Bastien : Il faut que je passe le TOEFFL afin d’avoir le maximum de points et puis avoir le bac. Mais je suis confiant. Car, à moins de rater mon bac, si tout se passe bien, je suis sûr d’avoir un bon college pour l’année prochaine. \n_ Dylan : En ce qui me concerne, je dois continuer mes recherches avec des contacts déjà existants… On va contacter des colleges qui ont déjà accueilli d’autres joueurs français ces dernières années. \n\n
{De gauche à droite, Jonathan Mottay (Sénart), Leo Cespedes (Sénart), Dylan Gleeson (Rouen 76) et Bastien Dagneau (Rouen 76)}
\n\n\n\nBoris, quel bilan dressez-vous ?\n_ Très positif pour plusieurs raisons. L’intégration des joueurs dans des colleges est possible pour 3 joueurs sur 4 avec de très bonnes bourses.\nPour Dylan, je pense que par d’autres réseaux et par son expérience acquise durant cette tournée, il se motivera pour démarcher et progresser pour parvenir à son objectif. Si ce n’est pas en D1 au Texas, il y a d’autres juniorcollege en D2 et dans d’autres Etats.\n\n\nSatisfait de vos contacts ? \n_ Pas de très bon contact avec BlinnCollege qui n’a pas confirmé leur volonté de nous accueillir et de prendre le temps d’évaluer à leur juste valeur nos jeunes. Cela a été le point négatif du séjour. Surtout vu les propositions des autres colleges, j’espère que Blinn s’en mordra les dents quand nos français pourront les battre en match de conférence…\nSinon, Cisco College, Midland College ont été particulièrement généreux sur l’accueil et la présentation de leur programme. Les deux managers espèrent vivement voir Bastien, Leonel et Jonathan portaient leur maillot.\n_ Pour Gavelston et San Jacinto, ce sont plutôt des équipes qui possèdent des joueurs qui ont refusé le draft pour partir en junior college. Ils ont des joueurs de très haut niveau et visent chaque année, non seulement les World Series mais le titre suprême.\nIls ont demandé à Leonel et Jonathan de rester en contact pour une possible intégration avec bourse pour 2014/2015. Enfin, nous avons eu aussi la visite de Carlos Héreaud (membre de l’Equipe de France au QWBC) qui habite à coté de Houston. C’était un échange sympathique avec les joueurs pour parler de son expérience de joueur professionnel.\n\n\nQuelle sera la suite ?\n_ Pour Bastien, il faut qu’il passe son TOEFL. En fonction de son score, voir si il peut intégrer Midland College qui lui propose une bourse à 60% négociable (sa préférence actuellement). Si il n’a pas un bon score au TOEFL ne lui permettant pas d’intégrer Midland, alors Cisco College est une autre opportunité qui possède des cours d’anglais deuxième langue (ESL) lui permettant d’intégrer tout de même le college.\n_ Pour Leonel Cespedes, il lui reste cette saison 2013/2014 pour confirmer son niveau et progresser pour ensuite dès janvier 2014 solliciter les colleges qui lui ont fait des propositions en fonction du résultat de son TOEFL.\n_ Pour Jonathan Mottay , les choses sont plus faciles. Il est français avec un passeport américain (né au Texas), donc son intégration en college est plus facile (bilingue et n’est pas dans la règle des 6 étrangers par équipes des junior colleges D1 au Texas).\n_ Pour Dylan Gleeson, il a pu voir que dans chaque college, il y a trois ou quatre receveurs en place. C’est un des postes où le recrutement se fait tôt ( janvier pour l’intégration N+1). Il a vu que leur niveau était élevé. Il a pu même faire un infield/outfield d’avant match à San Jacinto pour se mesurer aux quatre autres receveurs en postes. J’espère que cette expérience le motivera pour progresser et trouver à travers nos contacts une place pour évoluer à ce niveau.\n\nConfiant ?\n_ Je suis confiant quant au niveau de ces quatre joueurs et de leur possible évolution dans un championnat Junior College D1.John et Leo savent que leur balle rapide est flashée à 86/87mph et qu’ils doivent progresser pour atteindre les 90mph; Dylan a pu constater qu’il lui fallait prendre de la masse pour rivaliser au poste de receveur avec les jeunes américains et Bastien sait qu’il doit progresser en défense ainsi que sur son anglais si il veut poursuivre ses études de l’autre côté de l’Atlantique.\n\n