Un Keino bleu-blanc-rouge

| Publié par | Catégories : Baseball, Infos Générales, Joueurs

Ils étaient 52, âgés de 20 à 74 ans, venus du monde entier,  à ressentir une authentique émotion en entendant crisser sous leurs les graviers de la cour d’honneur de la préfecture, en montant le prestigieux escalier conduisant au salon d’honneur. Là, les attendaient des drapeaux français et européen, un cadre où s’exposait la déclaration des Droits de l’Homme, et la préfète de Région Normandie, Fabienne Buccio, parée de son uniforme protocolaire, donnant encore plus de solennité au moment.

52 nouveaux Français

Un moment fort et unique dans une vie, celui de la cérémonie de naturalisation cette « entrée dans la communauté nationale », comme le soulignait la représentante de l’État, citant l’écrivain Romain Gary : « je n’ai pas une goutte de sang français, mais la France coule dans mes veines ».  Après avoir rappelé les valeurs Républicaines, elle fit entonner la Marseillaise à l’assistance. Et il était bien difficile alors de ne pas sentir des frissons vous parcourir le corps.

Ils étaient donc venus du monde entier. Beaucoup d’Africains, quelques Européens, et un Vénézuélien, Keino Perez, accompagné de Michèle son épouse et  de leurs deux enfants Logan et Luana.  Arrivé à Rouen en 2005, Keino n’en est plus jamais reparti. Il s’est marié à Rouen, ses enfants y est nés, il y a construit sa vie, devenant une pièce maîtresse des Huskies, sur le terrain comme en dehors.

Keino, le lanceur aux 120 victoires en France et en Europe, ressentait lui aussi une authentique émotion en parcourant les quelques mètres qui le rapprochaient de la préfète pour recevoir les papiers faisant de lui un citoyen français.

Keino Perez avec la Préfète Fabienne Buccio

Ceux qui le côtoient depuis toutes ces années, qui ont partagé avec lui les moments de triomphe et les instants de doute, les longues discussions d’avant match et les interminables analyses d’après match, les heures sur la route, dans les hôtels, au bord des terrains, étaient tout aussi émus et fiers que lui.

On se remémorait les moments de gloire du Perez guerrier qui a tant fait gagner les Huskies. On se souvenait de cette relève venue d’un autre monde contre Rimini en 2007, de celle qui terrassa Neptunus en 2012. On se souvenait de son titre de MVP de la finale 2009, quand il fit ployer la puissante attaque des Lions, de son bras de fer avec Duarte en 2005, comment il blanchit Tenerife en 2009 ou tint tête à Parme en 2011. Et ces Challenges de France qu’il est allé chercher, alors que tout aurait être perdu,  sous le soleil brûlant de Montpellier en 2009, sous la froide hostilité de Pershing en 2013.  Et parmi d’autres exploits qu’il est impossible de lister tous ici, revenait encore plus fort la 9ème manche du dernier championnat, qui aurait pu apocalyptique, mais qui par la grâce de 2 strike-outs arrachés avec les tripes et d’un bunt décisif , tous signés Perez, est devenue historique.

Fabienne Buccio a dit « vous avez demandé à rejoindre la France, elle vous dit oui. C’est un honneur qu’elle vous fait, et c’est un honneur pour elle ».  L’honneur. C’est peut-être le mot qui décrit le mieux El Senor Perez. Pardon. Monsieur Perez.

Keino avec son épouse Michelle, son frère Randy et ses deux enfants, Logan et Luana

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *