Rouen remporte le Challenge 2016 !

| Publié par | Catégories : Baseball, Clubs, Compétition, Équipes, Fédé et Ligue, Infos Générales

Ce n’est pas encore pour cette fois que Sénart réussira à battre Rouen dans un match sans lendemain. Les Templiers avaient toutes les cartes en main, invaincus depuis le début de la saison, ayant parfaitement maîtrisé leur parcours dans le challenge, jouant à domicile, envoyant leur As au monticule. Mais en face, il y a une équipe qui n’a finalement qu’un seul mot à la bouche, qu’une seule obsession, qu’une seule façon de jouer au baseball : la victoire.\r\n\r\n

oscar-combes

Oscar Combes – Crédit Bernardvinc photographie

\r\n\r\nLes Huskies ont ajouté un nouveau titre à leur palmarès dans une finale qui fut longtemps étouffante, incertaine, mais qui a basculé d’une part grâce à la formidable sortie de Yoann Vaugelade et à un coup de batte plus qu’opportun du dernier venu, Jonathan Jaspe. C’est cela aussi la magie des Huskies, de faire confiance à un jeune lanceur, qui prend une dimension exceptionnelle cette saison, et de parvenir à trouver le gros bâton étranger qui se fond dans le groupe et fait la différence.\r\n\r\nVaugelade a été dominant, précis, lançant très intelligemment quand le besoin se faisait sentir d’aller chercher un gros retrait. Il a su garder son sang-froid dans les situations chaudes, alors qu’on voyait qu’il bouillait intérieurement, avec quelques sauts de joie quand il se sortait de manches un peu plus difficiles que d’autres. Il a été très fort quand son équipe à pris les devants en 4ème manche. Le temps était venu de couper les jambes aux Templiers. Il s’est sorti des deux manches suivantes avec 11 lancers seulement. Premiers signes de fatigue en 6ème manche avec un but sur balles et un simple, mais après une visite de Keino Perez, Vaugelade retrouvait tout son aplomb pour retirer Hanvi et Merino avec les coureurs aux extrémités. Et même quand ce fut vraiment difficile, en 7ème manche, alors que Sénart venait de prendre les devants sur une balle passée, Vaugelade a fini le travail en retirant Brown sur 3 prises, pour limiter les dégâts.\r\n\r\nOn parle de jeune lanceur qui fait le travail ? Un mot alors sur un lanceur un peu plus âgé qui, lui aussi, a répondu présent de la plus belles des façons. Anthony Piquet, revenu au plus haut niveau, fut appelé en relève dans une situation extrêmement tendue (en relève de Pablo Ossandon), avec rien que moins que les buts remplis et un seul retrait. Un lancer plus tard, tout le monde revenait s’asseoir. Roulant, double jeu (bien tourné par Maxime Lefevre), merci, au-revoir. Le breton est économe et n’aime pas perdre de temps. Piquet fut de nouveau solide, quand, après deux hits by ptich, il faisait fendre l’air sur un lancer bas à Felix Brown pour mettre fin au match et finir enseveli sous la masse de ses coéquipiers. Le dernier retrait de la finale. Les 3 lanceurs rouennais n’ont cédé que 4 hits à la puissance attaque de Sénart. C’est significatif.\r\n\r\nL’attaque rouennais a eu un peu plus de mal à s’ajuster aux lancers de Jensen, qui retirait sur 7 roulants les 7 premiers frappeurs à lui faire face, avant que Gleeson, puis Hagiwara, ne trouvent les premières failles en 3ème manche. Sans marquer, mais ce ne fut que partie remise puisqu’à la manche suivante Maxime Lefevre cognait un long triple dans la droite. Infante faisait ce qu’on lui demandait de faire, un ballon sacrifice qui permettait à Rouen de prendre les devants.\r\n\r\nLes lanceurs ont fait leur part quand cela comptait, l’attaque aussi. Ce fut, pour elle, en 8ème manche, alors que Sénart venait de prendre les devants. Mais, dans l’abri des Huskies, aucun signe de panique. Des situations comme celle-ci, Rouen en a vécu à la pelle, et sait quoi faire pour les retourner. Simple de Medeiros, amorti sacrifice de Combes, hit by pitch sur Lefevr,e balle passée pour mettre les 2 coureurs en position de marquer, et la tension sur les épaules de Pierrick Lemestre, rentré en relève à Jensen. Les Templiers tentaient bien de surprendre Infante avec un vrai / faux but sur balles intentionnel : le catcher se relève pour indiquer le BBI, mais le lanceur essaie de lancer une prise, on peut apprécier, mais encore faut-il que cela marche. Les Huskies remplissaient les buts, et Jonathan Jaspe avait le scénario idéal pour se transformer en héros, ce qu’il fit en nettoyant les sentiers d’un double dans la droite.\r\n\r\n
frappe-jaspe

La joie des Rouennais en 8me manche. Jaspe vient de frapper un double bon pour trois points. Rouen repasse devant 4/2. Crédit bernardvinc photographie

\r\n\r\nLes Huskies rajoutaient un point d’assurance en 9è manche, avec Hagiwara à la manœuvre (BB, puis deux simples de Medeiros et Lefevre). Kenji, né la même année que son club de toujours, se devait lui aussi de participer à la fête.\r\n\r\nC’est donc un 8è challenge pour les Huskies. Tout laisse à penser que les deux finalistes de ce dimanche se retrouvent à la fin du mois d’août pour une nouvelle explication au sommet. Des matches de cette intensité, de ce calibre, on en redemande. Et ils ne font pas peur aux rouennais.\r\n\r\n
dernier-retrait

Dernier retrait du match. Rouen s’impose et exulte ! Crédit Bernardvinc photographie

\r\n\r\n
la-fête

Crédit Bernardvinc photographie

\r\n\r\n
stats-finale

Stats de la finale