Merci Boris !

| Publié par | Catégories : Baseball, Clubs, Infos Générales, Joueurs

C’était en septembre dernier. Le capitaine des Huskies n’avait pas pu retenir ses larmes sur le terrain, peu après le dernier retrait de la finale. C’était son dernier match comme joueur. Il le savait mais l’émotion était trop forte. Elle a tout emporté. Boris Marche est le symbole des années fastes de Rouen. Avec les Huskies, il a accumulé les titres.\r\n\r\n

boris-en-chiffres

Boris Marche, 16 saisons chez les Huskies et le plus beau palmarès de tous les temps du baseball français

\r\n\r\n
stats-marche

Boris est toujours n°1 chez les Huskies pour les RBI, largement devant L.Piquet (414 contre 341), ainis que pour les buts sur balles. Il devrait perdre prochainement sa 1ère place pour les at-bat (il n’en compte que 6 de plus que Luc) et prochainement aussi pour les doubles (109 contre 107). Luc lui a également ravi cette saison la première place pour le nombre de coups-sûrs (662 contre 659)

\r\n\r\n \r\n\r\n
Boris-ému

Ému, Boris, à la fin de la finale. Une émotion palpable lors de son interview sur France 3. Consolée par Valérie Fourneyron, l’ancienne Ministre des Sports, qui connait Boris depuis tant d’années…

\r\n\r\n
Boris

Boris Marche, 12 titres de champion de France (11 avec Rouen, 1 avec Savigny, quand il avait été prêté en 2001, 7 Challenges, une finale de Coupe d’Europe (2007), un Final Four européen (2012). Sans compter toutes ses sélections en équipe de France…

\r\n\r\n
Boris-exploit

Boris Marche a participé aux plus grands exploits de Rouen en Coupe d’Europe. Comme cette victoire en demi finale face à Rimini à San Marino (2007), synonyme de finale, une première pour un club français dans l’Histoire du baseball européen. ou lors de ces succès face à Neptunus Rotterdam (2012) ou face à Amsterdam (2010).

\r\n\r\nRÉACTIONS\r\n\r\n »Boris est une personne qui est irremplaçable. Calme dernière le marbre, il était très intelligent pour appeler les lancers. Même s’il ne possédait pas le meilleur coup de bâton, il croyait en lui et il pouvait être efficace face à n’importe quel lanceur adverse. Si j’avais à lancer un dernier match, Boris serait mon choix N°1 comme receveur.\r\nMon meilleur souvenir est à Bordeaux, quand je lui ai fait découvrir un grand succès de chez nous… La petite maison dans la vallée. Bonne continuation Boris, tu fais partie des grands. Ton nom figure maintenant dans mon livre d’or. Take care my friend. » Chris Chenard, entraîneur jouer des Huskies en 2003/2004, joueur au Capitales de Québec, entraîneur adjoint (entraîneur principal des lanceurs) du Programme Sport-Études Cardinal-Roy Pointe-Lévy\r\n\r\n »J’ai du mal à réaliser. Il représente tellement les Huskies. Loyauté, performance, esprit compétiteur… Il a remporté 11 titres de champion de France, 7 Challenges de France, deux finales de Coupes d’Europe (2007 et 2012), sans compter toutes les sélections en équipe de France avec championnats du Monde, d’Europe… C’est peut-être le plus grand palmarès du baseball français de tous les temps. Je laisserai les joueurs parler de ses qualités de joueur, moi je veux insister sur son intelligence, son calme, sa lucidité. Je le consultais souvent sur les choix politiques du club, sur les orientations… D’ailleurs, je n’ai aucun doute: c’est un grand entraîneur en puissance. Et je suis heureux qu’il quitte les terrains sur un titre de champion et en finissant par un hit ! Quelle sortie ! Quel panache ! » Xavier Rolland, Président des Huskies\r\n\r\n »Un souvenir avec Boris ? Je pense que c’était mon premier jour en France. Avec les autres étrangers, on est allé au terrain pour s’entrainer, et le premier joueur que j’ai croisé, c’était Boris. On a bien discuté de nos parcours différents. Il savait déjà que je jouais au Vermont, qu’on venait tous les deux du même coin de la France (Savoie). Puis dix jours plus tard, c’était Boris derrière le marbre à Parme, lors de mon premier start avec Rouen en Coupe d’Europe, avec à la clé une victoire 1-0 contre Tenerife. Après le match, nous avons partagé un moment ensemble, et depuis, « the rest is history ». Boris m’a donné beaucoup de confiance en moi, surtout sur le monticule. Son leadership a toujours était là, même dans les moments difficiles. Il gardait toujours un plan d’attaque très simple, ce qui, pour nous les lanceurs, nous rassurait. On croyait toujours en Moochie.La retraite de Boris, pour moi, ressemble beaucoup à celle de Derek Jeter (New York Yankees), le capitaine de l’équipe la plus reconnue dans le pays, l’équipe avec le plus de réussite. Les deux ont gardé une image très positive sur et en dehors du terrain. Boris est un modèle pour les futures générations. Les Huskies, et l’Equipe de France, ont perdu leur meilleur catcher, coéquipier et capitaine, mais ses valeurs vivront toujours grâce à son impact et son influence sur ses coéquipiers. » Owen Ozanich , lanceur des Huskies\r\n\r\n »Boris n’a qu’un seul défaut : il est lyonnais. Aux yeux d’un stéphanois, c’est assez grave. Mais malgré tout, nous avons réussi à oublier cette différence au fil des années, sans doute parce que Lyon ne parviendra jamais à dépasser Saint-Étienne au palmarès et dans le cœur des amateurs de football. C’est peut-être pour cela que je l’ai laissé gagner aux échecs, pour qu’il retrouve un peu le goût de la victoire. Au-delà de ces considérations, que dire de Boris ? Quand on côtoie quelqu’un depuis autant d’années, quand on a vécu tellement de choses ensemble sur le terrain et en dehors, il est impossible de trouver juste quelques mots pour résumer ses sentiments. Juste dire que Boris est un champion hors du commun, un esthète de la victoire. Mais surtout, Boris est un ami. Des nombreuses rencontres que le baseball m’a permis de faire, celle avec Boris restera parmi les plus importantes, les plus accomplies, les plus enrichissantes.  Je n’arrive pas à imaginer un terrain de baseball sans lui, mais je nous imagine sans aucun problème continuer à rire, à parler, à rêver. Bienvenue chez les retraités, Boris, nous avons encore bien des vins à déguster et des histoires à raconter. » François Colombier, ancien joueur, ancien manager des Huskies, dirigeant \r\n\r\n »Il n’existe sans doute pas suffisamment de mots pour décrire qui est Boris Marche. Au-delà d’être un très bon joueur de Baseball, un excellent coéquipier, un vrai Capitaine, un vrai compétiteur , je résumerai en disant que c’est avant tout une très bonne personne ; un loyal, quelqu’un de sain, un gentil au sens le plus noble du terme. Boris c’est 20 ans de l’histoire du Club. On l’a vu arriver tout jeune de Lyon. Un minot. C’est aujourd’hui un homme, un Champion avec des valeurs humaines importantes.  Malgré notre différence d’âge, c’est aussi un ami. Le Baseball Français perd un grand joueur mais vient de gagner un coach en puissance.Le Baseball Français ne progressera durablement que si des joueurs comme lui avec l’état d’esprit qui est le sien, continuent à vivre et partager leur passion auprès des jeunes pousses. Tu es le bienvenu chez les retraités Boris ! » Pierre-Yves Rolland, trésorier des Huskies\r\n\r\n
Boris-fete

Des coupes, Boris en a levé beaucoup dans sa carrière. Mais ce sont aussi autant d’histoires d’amitiés….

\r\n\r\n
Boris-eq.de.f.cadet.1996

La toute première sélection en équipe de France de Boris Marche. Il avait 15 ans. Il est le troisième en haut en partant de la gauche vers la droite. Cette photo a été prise à Sarcelles lors des Championnats d’Europe Cadet qui avaient eu lieu du 24 au 31 août 1996. Pour la petite histoire, la France avait terminé 4ème sur 7 nations présentes. Merci à Christian Cayrac pour ce document rare.