Kenji Hagiwara: « j’espère que ce sont mes enfants qui me pousseront hors de l’équipe ! »

| Publié par | Catégories : Baseball, Clubs, Compétition, Équipes, Fédé et Ligue, Infos Générales, Joueurs

Kenji, vous avez 30 ans cette année, le club aussi. Quand vous comparez le passé et aujourd’hui, est-ce que vous trouvez que le club a bien grandi ?\r\n\r\nEn effet, j’ai le même âge que le club. J’ai toujours joué ici et le club et moi avons bien grandi avec quelque points communs, une évolution de carrière incroyable avec des résultats exceptionnels et une infrastructure de plus en plus belle et qui nous permet encore plus de progresser. J’ai vu ce club grandir tout comme lui m’a vu grandir. Je pense que, malgré un énorme développement, ce n’est que le début.\r\n\r\nVous souvenez-vous de vos débuts chez les Huskies ?\r\n\r\nOui, bien sûr. Je suis arrivé en minime et pour mon premier entraînement, nous avons fini par un petit match. J’étais en champ centre (il n y a pas de hasard) et j ai tourné un double sur un relai en première. Le baseball était naturel et j’étais parti pour faire un long chemin avec ce club.\r\n\r\n

kenji1

Kenji en 2002, 2005, 2007

\r\n\r\nQui furent vos premiers entraîneurs ?\r\n\r\nMon tout premier entraîneur fut Mickey (Cerda, actuel entraineur des équipes jeunes NDLR), je le remercie car il m’a permis de m’exprimer en me mettant en valeur et en me faisant confiance très rapidement. C’est ce qu’il va faire maintenant avec mes enfants qui ont commencé le baseball cette année . Je leur souhaite d’ailleurs qu’ils s’épanouissent autant que moi dans ce sport.\r\n

« Quelle équipe était la plus forte ? J’aurais un petit faible pour l’équipe de 2007, vice championne d’Europe »

\r\nQuelles ont été les personnes qui vous ont le plus marqué dans votre carrière de baseballeur ?\r\n\r\nJe dois admettre que j’ai eu la chance de croiser beaucoup de personnes qui m’ont accompagné. Je n’ai pas envie de faire de différences car je pense que chacun a contribué à ce que je suis aujourd’hui. Néanmoins la personne qui m’a le plus marquée , c’est Todd Inglehart ( daddy) , pas pour la relation humaine cas elle était assez dure mais pour le fait de m’avoir fait passer un cap dans ce sport. (Todd Inglehart est l’entraîneur des Apaches de Cochise en Arizona, équipe dans laquelle Kenji a évolué deux saisons. Gaspard Fessy et Maxime Lefevre joueront également pour les Apaches– NDLR)\r\n\r\nVous avez évolué au champ intérieur, vous avez même catché, avant de vous fixer au champ centre. Pourquoi cette position ?\r\n\r\nOui, je suis aujourd’hui champ extérieur mais je dois avouer que ce n’est pas par choix car j’aime vraiment toutes les positions. Si je pouvais jouer chaque match à une position différente, je le ferais avec beaucoup de plaisir. Malheureusement, par rapport à mes qualités et mes défauts, le champ extérieur me correspond bien.\r\n\r\nOn dit souvent que chez les Huskies, il y a un état d’esprit. Comment le définiriez-vous ?\r\n\r\nAvec toutes ces années de victoires, c’est sûr que Rouen a acquis l’état d’esprit de la gagne. Notre force ? Sérénité et réussite dans les moments décisifs !\r\n\r\nAvec la vie professionnelle et privée, vous pouvez moins vous entraîner que plus jeune. Est-ce que cela change votre façon de jouer ?\r\n\r\nLa vie professionnelle m’a complètement changé en tant que joueur. Je ne peux plus m’entraîner comme avant, il faut donc que je joue de façon différente pour réussir à performer. Je m’appuie beaucoup plus sur mes forces et sur une plus grande concentration. Il faut que je sois complètement dans le match et psychologiquement prêt et déterminé, car mes qualités physiques et techniques ne me sauveront plus.\r\n\r\n

kenji2

« Je pense que mon rôle est plus de montrer l’exemple et de stabiliser l’équipe lorsque pendant un match, ça devient compliqué »

\r\n\r\nQuelle a été selon vous l’équipe la plus forte au sein de laquelle vous avez joué ? Et vos coéquipiers les plus impressionnants ?\r\n\r\nComment voulez vous répondre à cela (sourire) ! Comment pouvoir juger quelle équipe était la plus forte alors que nous avons tout gagné avec chacune de ces équipes ! Cependant, j’ai quand même un petit faible pour l’équipe de 2007, vice championne d’Europe (après avoir battu San Marin en quart, puis Rimini en demi, Rouen avait été battu par les Hollandais de Kinheim en finale à San Marin – NDLR). Ce n’était pas la plus forte, mais sûrement celle qui avait le plus de cohésion d’équipe. Blake (Denischuk), Aaron (Hornostaj), Larry (Infante), j’ai joué avec tellement de super joueurs… Je ne pourrais pas tous les citer ! Bien sûr, c’est peut être affectif, mais la doublette hawaiienne Cy (Donald) et Royce (Fukuroku) en 2006 était super. Nous n’aurons peut être plus jamais trois asiatiques comme trois premiers frappeurs de l’équipe !\r\n\r\nVous êtes un de plus anciens des Huskies. Est-ce que cela implique des responsabilités auprès des autres joueurs, une façon de transmettre le flambeau ? \r\n\r\nJe ne pense pas avoir de responsabilité particulière envers les jeunes. Ils sont de plus en plus forts par rapport à nos débuts. Ma première saison en élite (2002), je frappais pour 100 de moyenne ! Aujourd’hui, les jeunes frappent tous quasiment 300! Je pense que mon rôle est plus de montrer l’exemple et de stabiliser l’équipe lorsque pendant un match, ça devient compliqué .\r\n\r\n
kenji-retro

En haut:  » La doublette hawaiienne Cy (Donald) et Royce (Fukuroku) en 2006 était super. Nous n’aurons peut être plus jamais trois asiatiques comme trois premiers frappeurs de l’équipe (photo prise lors du titre 2006 à Toulouse)! En bas: « j’ai quand même un petit faible pour l’équipe de 2007, vice championne d’Europe (victoire en demi face aux champions d’Europe Rimini) »

\r\n\r\nEst-ce qu’on se lasse, un jour, de gagner des titres ?\r\n\r\nJe ne me lasserai jamais de gagner. Je suis un compétiteur. Tout ce que je fais, c’est pour gagner!\r\n

« Cette année, ce sera encore une finale très relevée »

\r\nIl vous reste encore combien de saisons ? \r\n\r\nMon avenir au club ? Je n’ai pas de limite. Elle viendra naturellement quand les jeunes me mettront dehors ! Mais je ne me vois pas rester tout le temps sur le banc. Quand je ne serai plus assez bon pour jouer, il sera alors temps de raccrocher.\r\n\r\nVos enfants Ugo et Zadig jouent en 6U et 9U. Qu’est ce que cela vous ferez de les voir un jour en Elite avec le maillot des Huskies ? \r\n\r\nOui, les enfants prendront la relève, je l’espère. C’est ambitieux mais j’espère que ce sont eux qui me pousseront hors de l’équipe !\r\n\r\nEnfin, un mot sur la finale. Vous vous attendez à quelle sorte de scénario face à Sénart ? \r\n\r\nCette année, ce sera encore une finale très relevée. Je pense que nous avons un petit avantage car nous avons un bullben (équipe de lanceurs) plus important que Sénart. Maintenant, ils lance des strikes, font les jeux de routine et sont capables de frapper tous les lanceurs. Il faudra donc être patients, ne pas paniquer et être décisifs dans les moments importants pour savourer encore un nouveau titre.