Finale 2016 – Rouen remporte le match 3 5/1

| Publié par | Catégories : Baseball, Clubs, Compétition, Équipes, Fédé et Ligue, Infos Générales

3C’est avec cette habitude presque désormais génétique de savoir gérer les moments chauds d’une finale que les Huskies ont pris les devants 2 victoires à 1 dans les French Series 2016. Sous un soleil de plomb, et devant un public tout aussi bouillant, les rouennais ont résisté aux coups de boutoirs sénartais pour enfoncer le clou en 8ème manche, comme il se doit.\r\nKeino Perez avait bousculé son line-up, profitant des retours de Lefevre et Hagiwara pour changer le haut de son alignement, et asseyant Medeiros derrière le marbre, pour recevoir les lancers d’Owen Ozanich.\r\n\r\n

4

Nouvelle grosse prestation d’Owen Ozanich et nouvelle victoire.

\r\n\r\nIl y eût plusieurs moments importants dans ce match.\r\nLe premier survint en 1ère manche, avec le 1er frappeur rouennais. Sénart menait déjà 1-0 quand Medeiros sortait gagnant de sa bataille avec MacNabb. Après, sur un compte plein, avoir frappé deux fausses balles sur de très bons lancers du gaucher des Templiers, le catcher rouennais sautait sur une rapide en plein cœur du marbre et la catapultait derrière la clôture. C’était un signe fort : Sénart n’avait pas le temps d’y croire, et MacNabb n’était peut-être pas aussi dominant que la semaine passée.\r\n\r\nQuelle relève !\r\nLes erreurs vinrent hanter Sénart en 2ème manche. Sur deux d’entre elles, et après un hit, Duchaussoy se retrouvait en 3ème base puis croisait le marbre sur le roulant de Cornell qui profitait du fait que Sénart concédait le point.\r\nLes Huskies savaient que le danger n°1 pour eux était Masonia. Ils surent à deux reprises lui donner un but sur balles intentionnel, et gagner la bataille ensuite. La première fois, en 3ème manche, avec 2 retraits. Ozanich retirait ensuite brillamment Boucheron sur trois prises. Le lanceur des Huskies était ensuite dominant, ne concédant qu’un seul hit dans les trois manches suivantes. Mais la pression montait de nouveau en 7ème manche, quand avec un coureur en 3, Ernesto Martinez, toujours dangereux, était appelé comme frappeur suppléant, mais était retiré sur un ballon au champ centre.\r\nNouvelle situation de BBI en 8ème manche. Mais cette fois, Ozanich concédait un but sur balle à Boucheron pour remplir les sentiers, avec un seul retrait. Perez se tournait vers son bullpen et faisait appel à Vaugelade pour affronter Lemestre.\r\n\r\n
1

Yoann Vaugelade (Rouen Huskies)

\r\n\r\nLa semaine passée, le n° 28 de Sénart avait pris le dessus sur le n°28 de Rouen en frappant un double. Cette fois-ci, en 4 sliders, Vaugelade obtenait un retrait important, puis un autre sur un roulant de Martinez.\r\n\r\nRouen fait payer le prix\r\nSénart aurait pu faire mal à Rouen, mais quand on ne parvient pas à blesser les Huskies, on s’expose toujours à un moment ou un autre à en payer le prix. Et c’est souvent en 8ème manche. Infante commençait par un double qui passait au dessus de la tête de Lemestre dans la gauche. Piquet posait un bunt parfait pour amener son coéquipier en 3ème base. Dagneau soutirait un but sur balle à Jensen (entré en relève en 6ème manche). Puis Sénart allait prendre l’eau. Dagneau volait la 2, le relai de Martinez filait au champ centre, Infante marquait tranquillement. En voyant la réaction de la défense de Sénart après ce jeu, il était clair qu’un signal avait été manqué et que c’est un lancer en 3 qui était attendu, ceci expliquant que personne ne couvrait la deuxième base. 3-1 pour Rouen, puis 4-1 sur un RBI de Duchaussoy. Le 5ème point fut caractéristique des errements défensifs de Sénart. Cornell était en deuxième base, Combes frappait une balle qui rebondissait très haut dans l’infield, Martinez Scott lançait hors cible en 1ère base et Cornell qui avait poursuivi sa course pouvait tranquillement croiser le marbre. 3 points grâce à 2 hits, 1BB, 2 erreurs. Les Huskies savent enfoncer le clou quand il le faut.\r\nLa 9ème manche se termina par un très beau double jeu des rouennais, qui sont désormais en position de force. Sénart, dos au mur, devra se recomposer psychologiquement et sportivement (12 erreurs en 3 matches, on ne peut pas gagner contre Rouen à ce rythme là). Il fera peut-être un peu moins chaud dimanche matin à Pierre-Rolland, mais la température sera sûrement très élevée sur le terrain.