Etes-vous incollables sur les 13 titres de champions de France des Huskies ?

| Publié par | Catégories : Baseball, Clubs, Compétition, Équipes, Fédé et Ligue, Infos Générales

13 finales, 13 victoires

2003 ROUEN BAT SAVIGNY 3-0

MATCH 1 ROUEN BAT SAVIGNY 8/7

ROUEN 020 200 112 8
Savigny 031 001 200 7
Rothermundt (9), Hagiwara (4),Matte (DH), Marche (2), Mechemache (3), Polidor (8), Ouin (7), Fillatre (5), Piquet (6), Chénard (1)
Les deux équipes ont pris tour à tour les commandes jusqu’à ce que Rouen pousse en fin de match et parvienne à se détacher. Le score est alors de 7-5 pour les Lions, grâce notamment à un duo Goniot – Proust très efficace (5 hits pour le shortstop et le catcher des Lions). Rémi Lejeune cède le monticule à Pierrick Lemestre, qui commet une erreur de lancer sur un faible roulant de Rothermundt, permettant à Fillatre (HP, SB) de marquer le 6ème point rouennais. Ce même Fillatre jouera les héros en 9ème alors que le score est à égalité après un simple de Peron envoyant Marche au marbre. Peron est alors en 3ème base, après un mauvais relai de Durand du champ centre. Fillatre frappe un petit roulant, Lemestre se précipite, mais son lancer arrive trop tard, Fillatre plonge en 1ère, il est sauf, et Peron file au marbre sur le jeu. Christian Chénard fermera la porte en 9ème manche en retirant Rousseau, Lemestre et Proust pour un match complet.

MATCH 2 ROUEN BAT SAVIGNY 5/3

Savigny 200 000 001 3
ROUEN
201 000 20/ 5
Rothermundt (9), Hagiwara (4), Matte (2), Roy (1), Monnet (3), Marche (5), Polidor (8), Peron (7), Piquet (6)
Les Huskies retrouvent leurs frappeurs 4 et 5, Roy et Monnet, absents la veille. Les choses commencent pourtant mal quand la défense rouennaise prend l’eau en 1ère manche et commet 3 erreurs qui conduisent à deux points des Lions. Cela va tout de suite mieux au retour des Huskies à l’attaque. Matte frappe un triple qui envoie Hagiwara au marbre, et Roy suit avec un ballon sacrifice pour créer l’égalité. Le lanceur rouennais prend ensuite les choses en main. De la 2è à la 8è manche, il ne cédera qu’un hit et un HP, alors que sa défense commet encore 3 erreurs. Mais les Lions ne marqueront pas. Les Huskies sauront en revanche profiter des erreurs adverses. Un mauvais lancer de Martinez-Scott sur un roulant de Roy permet à Hagiwara de marquer du 2ème coussin en 3ème. Et deux nouvelles erreurs permettent deux nouveaux points rouennais en 8ème.

MATCH 3 ROUEN BAT SAVIGNY 4/0

Savigny 000 000 000 0
ROUEN
001 102 00/ 4
Rothermundt (9), Hagiwara (4), Matte (2), Roy (1), Monnet (3), Marche (5), Polidor (8), Peron (7), Piquet (6)
Robin Roy lance un complete-game de 5 hits et 12 strike-outs pour conduire les Huskies à leur premier titre de champion de France. Le lanceur rouennais ne sera jamais vraiment en danger, même si les premiers frappeurs des deux premières manches se rendent sur les sentiers. Les Huskies seront plus opportunistes. Ils placent un coureur et 2 et 3 sans retrait en 2ème manche, mais le coup-sûr décisif ne vient pas. Il surviendra en 3ème manche, signé Boris Marche qui pousse Hagiwara au marbre. Petit à petit les Huskies creusent l’écart, en ne cessant de mettre la pression sur la défense des Lions, manche après manche. L’écart se creusera petit à petit, le dernier retrait s’effectuant par Yann Monnet sur un roulant de Rousseau.

2003 ROUEN BAT SAVIGNY 3-0

2005 ROUEN BAT SAVIGNY 3-1

MATCH 1 SAVIGNY BAT ROUEN 17/7

ROUEN 102 000 04 7
Savigny 102 050 18 17
Hagiwara (4), Piquet (6), Denischuk (5), Monnet (3), Marche (2), Polidor (8), Le Guillou (DH), Mechemache (7) Peron (9), Perez (1)
Un match complètement fou où les rouennais pensent avoir fait le plus dur en menant 3-1 grâce à un home-run de Denischuk et que deux retraits faciles ont été effectués en 5ème manche. Mais les Lions vont gagner la bataille psychologique et faire sortir Keino Perez de ses gongs. Deux HP, deux BB, deux WP et une erreur et un simple plus tard, les Lions mènent 8-3. Rouen pousse en 8ème manche pour revenir à 7-9 avec une erreur qui coûte 3 points à Savigny sur une frappe de Marche. Mais les Huskies sont débordés en 8ème manche en concédant 8 points avec 3 erreurs, 6 hits et deux HP.

MATCH 2 ROUEN BAT SAVIGNY 11/4

ROUEN 010 204 002 2 11
Savigny 000 000 400 4
Hagiwara (7), Piquet (6), Appleby (5), Denischuk (2), Monnet (3), Marche (4), Mechemache (DH), Polidor (8), Peron (9), Ouin (1)
Encore de nombreux rebondissements dans ce match. Tout d’abord Rouen se détache jusqu’à mener 7-0 après 6 manches, Alors que Giovanni Ouin semble contrôler la situation au monticule, tout se dégrade en 7ème manche, d’abord sur un ballon sacrifice de Nème qui envoie Jérôme Rousseau au marbre, puis sur une erreur de Ouin qui relaie loin de son catcher et permet à Goniot et Mallet de marquer. Un autre sacrifice de Dal Zotto, et Rouen ne mène plus que 7-4. Blake Denischuk se chargera de sécuriser la fin de match de son équipe en frappant 2HR de 2 points dans les 2 dernières manches.

MATCH 3 ROUEN BAT SAVIGNY 13/2

Savigny 002 000 0 2
ROUEN
302 332 / 13
Hagiwara (4), Piquet (6), Denischuk (5), Monnet (3), Marche (2), Mechemache (7), Polidor (8), Le Guillou (DH), Peron (7), Perez (1)
Les Huskies dominent le match de bout en bout. La seule alerte survient en 3ème manche avec un double de deux points de Dal Zotto. Mais Perez ferme ensuite la porte et ne laisse rien espérer à des Lions qui subissent la loi des battes rouennaises dont bien sûr celle de Denischuk, qui signe son 4ème HR de la finale.

MATCH 4 ROUEN BAT SAVIGNY 7/2

Savigny 010 100 000 2
ROUEN
122 001 01/ 7
Hagiwara (8), Piquet (6), Appleby (5), Denischuk (2), Monnet (3), Marche (4), Mechemache (DH), Polidor (9), Peron (7), Ouin (1)
Giovanni Ouin est dominant au monticule pour Rouen avec un match complet de 7 hits et 7 K et un point mérité. Rouen se détache petit à petit dans le match, en scorant régulièrement grâce à des coups sûrs opportuns et de nombreux vols de base. Le dernier retrait est sur un roulant de Laurent vers Appebly qui relaie vers Monnet.

2005 ROUEN BAT SAVIGNY 3-1

2006 ROUEN BAT TOULOUSE 3-2

MATCH 1 TOULOUSE BAT ROUEN 9/5

Toulouse 140 101 020 0 9

ROUEN 003 000 000 2 5

Donald (6), Peron (7), Piquet (5), Monnet (3), Fessy (9), Gauthier (DH), Le Guillou (2), Marche (4), Bert (8), Perez (1)

Tout commence mal avec une erreur de Cy Donald dès le premier jeu du match, qui se traduit par un premier point. Les toulousains ne relâchent pas la pression en 2ème manche,  efficace en bas de line up (hits de Delpech et Morgavi) et en haut de line up (hit de Rougé et Boutagra). Le score est déjà de 5-0. Les Huskies trouvent enfin la solution face à Maxime Leblanc en 3ème manche, avec notamment un beau double de Luc Piquet. Mais ce sera le seul moment de faiblesse du lanceur toulousain qui contrôlera pas la suite l’attaque rouennaise pendant 8 manches, sans jamais être vraiment inquiété. Toulouse, avec un Randy Perez en feu (3 en 4, 2 RBI, mais blessé à la main, il sera obligé de quitter ses partenaires pour la suite de la finale) se détachera au fil du match pour s’imposer assez tranquillement.

MATCH 2 ROUEN BAT TOULOUSE 9/6

Toulouse 004 200 000 6

ROUEN 310 032 00X 9

Donald (6), Peron (7), Piquet (5), Fukuroku (4), Monnet (3), Marche (2), Gauthier (DH), Le Guillou (9), Bert (8), Lecourieux (1)

Le scénario du premier match s’inverse : ce sont les Huskies qui frappent les premiers face à Samuel Meurant. Les trois premiers frappeurs remplissent les sentiers (2 simples, un HOP), un Fukuroku produit les 2 premiers points, suivi par D.Gauthier deux frappeurs plus tard. Le petit hawaïen produira un nouveau point en 2ème manche. Mais les Huskies vont ensuite souffrir. En 3ème manche, les toulousains frappent 5 hits de suite et marquent 4 points, une longue souricière aux dépens de F.Hanvi sauvant le pire pour les Huskies. Toulouse ne lâche par la pression et rajoute deux points à la manche suivante.

Les Huskies sont ballotés, et semblent ne pas trouver la solution. On arrive en 5è manche, avec deux coureurs sur base et 2 retraits. Gaspard Fessy est appelé comme frappeur d’urgence à la place de Joris Bert, peu inspiré (2K). Il frappe une line drive dans la droite. L’américain Reynolds tente le tout pour le tout, plonge, mais ne peut se saisir de la balle qui file loin derrière lui, 2 points viennent rentrer, Fessy est sauf en 3ème. Rouen reprend les devants quand Cy Donald devance le relai de Bolivar pour soutirer un hit au champ intérieur. Les Huskies sont soulagés, ils le seront encore plus quand David Gauthier frappera un double de deux points à la manche suivante.

Entré en relève en 6ème avec deux coureurs sur les sentiers, Robin Roy fait taire l’attaque toulousaine jusqu’à la 9ème manche. Là, Delpech et Boutagra se retrouvent en position de marquer avec un seul retrait, mais 2K viennent clore les débats.

MATCH 3 TOULOUSE BAT ROUEN 6/2

ROUEN 000 000 110 2

Toulouse 020 101 02X 6

Donald (6), Peron (7), Piquet (5), Fukuroku (4), Monnet (3), Fessy (9), Gauthier (DH), Marche (2), Bert (8), Lecourieux (1)

Nouvelle sortie très dominante de Maxime Leblanc qui ne laisse pas respirer l’attaque rouennaise. Il ne concède aucun coup-sûr avant la 6ème manche (simple de Peron), en n’en cédera que trois dans ses 9 manches de travail. Seules quelques erreurs défensives viendront troubler sa quiétude et coûteront deux points aux toulousains, mais en fin de match, quand l’écart aura déjà été fait. Car les toulousains se sont rapidement mis à l’abri, eux aussi en profitant de quelques mauvais jeux défensifs des Huskies, et en frappant des hits au bon moment. Un match difficile pour Rouen qui se retrouve dos au mur.

MATCH 4 ROUEN BAT TOULOUSE 7/1

ROUEN 020 010 040 7

Toulouse 100 000 000 1

Donald (6), Peron (DH), Piquet (5), Fessy (9), Monnet (3), Gauthier (2), Marche (4), Le Guillou (7), Bert (8), Perez (1)

Ce fut long et compliqué à se dessiner pour les rouennais, secoué d’entrée de jeu par un simple de Reynolds qui se retrouve en 2 sur le sacrifice de Rougé et un trois après un wild-pitch. Boutagra soutire un but sur balles, et les toulousains réalisent un double vol parfait pour prendre les devants. Rouen sera la même médecine à son adversaire à la manche suivante. Gauthier sauf sur une erreur, simple de Marche, coureurs en 1 et 3, et double vol pour un point. Une balle passée permettra ensuite à Bert d’aller marquer. Les deux équipes se créent des occasions par la suite, mais sans parvenir à frapper le hit décisif. Rouen remplit les buts en 3ème avec 2 retraits, mais Le Guillou frappe un ballon au centre. Toulouse remplit les buts en 5ème avec 2 retraits, mais Hanvi fend l’air pour une troisième prise. Auparavant, un double de Marche a envoyé Gauthier croiser le marbre. Toulouse continue à presser, remplit de nouveaux les sentiers en 6è, Robin Roy entre en relève pour retirer Rougé d’un faible roulant. Rouen se détachera finalement en 8è manche, avec des hits productifs de Bert et Donald.

MATCH 5 ROUEN BAT TOULOUSE 5/0

ROUEN 200 010 011 5

Toulouse 000 000 000 0

Donald (6), Peron (7), Piquet (5), Fessy (9), Fukuroku (4), Monnet (3), Gauthier (DH), Marche (2), Bert (8), Roy (1)

Quelle démonstration de Robin Roy. Le n°21 prend les commandes du match dès le premier lancer, et ne les lâchera plus. La balle ne franchira qu’une seule fois le champ intérieur, pour l’un des trois hits de Toulouse (les deux autres sont des infield singles). 1 seul but sur balle, 9 strike-out, un blanchissage,113 lancers, le lanceur des Huskies récite une partition de très haut niveau, ne laissant aucun espoir aux toulousains.

L’attaque rouennaise n’a pas attendu pour se mettre en marche. Le strarter Cazanobes lance 2 BB à Donald et Peron, sur 8 lancers. Il est relevé en urgence par Reynolds mais le mal est fait. Un simple de Piquet remplit les sentiers puis Fessy (simple) et Fukuroku (ballon sacrifice) font le travail et donnent 2 points d’avance à leur équipe. Peron creusera l’écart en 5è manche avec un hit faisant marquer Bert, et deux point enfonceront le clou en fin de match.

2006 ROUEN BAT TOULOUSE 3-2

2007 ROUEN BAT SÉNART 3-2

MATCH 1 SÉNART BAT ROUEN 1/0

ROUEN 000 000 000 00 0
Sénart 000 000 000 01 1
Hagiwara (8), Scalabrini (6), Piquet (4), Marche (2), Gauthier (3), Peron (7), Le Guillou (9), Dubaut (5), David (DH), Perez (1)
Duel au sommet du monticule entre Samuel Meurant et Keino Perez. Le sénartais lance 10 manches sans donner de points, et n’espaçant que 7 hits. Il est relevé par Mathieu Brelle en 11ème manche, qui protège la victoire. En face, Keino Perez fait presque aussi bien avec une performance de 8,1 manche, 12K, 6 hits. Avec bases pleines (coureur en 3 puis deux BBI pour remplir les sentiers) et 1 retrait, il est relevé par Karl Meljholm en 9ème manche, qui fait frapper Mathieu Brelle dans un double jeu. Les sénartais gagnent le bras de fer en 11ème face à Lecourieux. Deux BB et une erreur remplissent les sentiers, donnant à Mathieu Brelle la chance de se rattraper. Il ne la manque pas en frappant le simple décisif.

MATCH 2 ROUEN BAT SÉNART 3/1

ROUEN 010 200 000 3
Sénart 000 010 000 1
Hagiwara (4), Scalabrini (6), Piquet (5), Bougie (8), Marche (2), Gauthier (3), Peron (7), Le Guillou (9), Lecourieux (DH), Dubaut (1)
Le duel Dubaut-Blesoff vaut bien le Meurant-Perez du 1er match. C’est le rouennais qui en sort vainqueur en ne cédant qu’un seul point en 9 manches, bien soutenu par sa défense qui tourne 4 double-jeux dont un capital en 8ème manche avec Martinez au bâton et les buts remplis. Les Huskies s’imposent grâce à leur vitesse, en volant pas moins de 8 bases face à la batterie Blesoff-Deruelle.

MATCH 3 ROUEN BAT SÉNART 8/0

Sénart 000 000 000 0
ROUEN
500 000 30/ 8
Hagiwara (8), Scalabrini (6), Piquet (4), Marche (3), Gauthier (2), Le Guillou (9), Peron (7), Dubaut (5), Lecourieux (DH), Meljholm (1)
Les Huskies se mettent à l’abri dès la 1ère manche face à Ian Young en frappant deux hits, soutirant un BB et deux HP, et profitant d’une erreur coûteuse de la défense de Sénart avec les bases pleines. Karl Meljholm déroule ensuite au monticule en ne concédant qu’un hit en 7 manches, relevé ensuite par Crescent qui remplira les buts en 8ème mais s’en sortira sans dommage.

MATCH 4 SÉNART BAT ROUEN 3/2

Sénart 000 000 002 1 3
ROUEN
001 010 000 0 2
Hagiwara (4), Scalabrini (6), Piquet (5), Bougie (8), Marche (2), Gauthier (3), Le Guillou (9), Peron (7), Dubaut (DH), Sochon (1)
Splendide performance pendant 8 manches d’Alexandre Sochon qui ne cède que 3 hits, et n’est vraiment inquiété qu’en 4ème manche, après un double de David Meurant et un simple d’Hervieux. Mais Meurant est coupé entre la 3 et le marbre pour éteindre la menace. Les Huskies mènent 2-0 en 8ème, non sans avoir souffert contre l’inoxydable Sam Meurant, en ne marquant que sur une erreur d’Hobbs avec les bases remplies, puis un triple de Piquet avec Dubaut en 1ère base et deux retraits. Rouen se voit déjà soulever la Coupe quand Mathieu Brelle frappe un simple pour commencer la 9ème. Perez entre en relève, accueilli par un double de David Meurant qui fait scorer Sénart. C’est 2 à 1. Après un amorti sacrifice de Hervieux, Martinez frappe le simple égalisateur. On va en extra-inning pour la 2ème fois de la finale. Et Sénart fait encore la différence, cette fois face à Meljholm. Hobbs frappe un simple, vole la 2, et après deux retraits est poussé au marbre par le simple de Mathieu Brelle. Le sénartais, entré en relève en7ème manche, finira l’affaire au monticule.

MATCH 5 ROUEN BAT SÉNART 9/8

Sénart 115 000 100 8
ROUEN 
110 201 13/ 9
Hagiwara (8), Scalabrini (6), Piquet (4), Bougie (7), Marche (2), Gauthier (3), Peron (DH), Le Guillou (9), Dubaut (5), Lecourieux (1)
Les deux équipes ne veulent pas céder dans les 2 premières manches. Double de Brelle, RBI de Martinez, double d’Hagiwara, RBI de Piquet. Puis Deruelle fait marquer Young avant que Peron n’envoie Gauthier au marbre. Puis Sénart se déchaîne contre Lecourieux. Après un retrait en 3ème, David Meurant, Hervieux, Martinez, Young et Hobbs frappent en lieu sûr pour score 4 fois. Dubaut entre en relève en urgence, Hobbs vole le marbre, le rouennais fait les deux derniers retraits, mais le score est monté à 7-2. Les Huskies sont sonnés. C’est Le Guillou qui les remet sur la bonne voie en frappant un triple après deux retraits en 4ème. Dubaut suit par un simple. Les bases se remplissent (HP, simple) puis Piquet soutire un BB. Le score est de 4-7. Rouen revient à moins 2 en 6ème sur un double d’Hagiwara, un simple de Scalabrini et un roulant de Piquet. Sénart réplique avec un double de Young qui fait marquer Hervieux. 8-5 pour les Templiers. Rouen continue à grignoter. Gauthier frappe un double, Peron un simple d’un point, 6-8. On arrive en 8ème manche. Scalabrini est sauf sur une erreur de Mathieu Brelle. Piquet soutire son 3ème BB de la journée. Bougie fait avancer les deux coureurs avec un sacrifice. La défense de Sénart joue avancée, le roulant de Marche la transperce et créée l’égalité. Gauthier est retiré sur un roulant, puis Peron frappe un double qui donne les devants aux Huskies. Dubaut se chargera du reste, Hobbs frappant le dernier roulant vers Gauthier.

2007 ROUEN BAT SÉNART 3-2

2008 ROUEN BAT SÉNART 3-2

MATCH 1 SÉNART BAT ROUEN 5/2

ROUEN 200 000 000 2
Sénart 001 400 00/ 5
Jr. Bert (9), Piquet (4), Scalabrini (6), Hagiwara (8), Marche (2), David (DH), Dubaut (3), Peron (7), Israël (5), K.Perez (1)
Samuel Meurant –Keino Perez, remake du match 1 de la finale 2008, avec le même résultat, une victoire pour les Templiers. Les Huskies scorent pourtant deux fois en 1ère manche, grâce à la vitesse de Bert et à un simple de Scalabrini. Mais Meurant ne donnera plus rien par la suite. Sénart marque une première fois en 3ème grâce à un simple de Sébastien Hervé, puis creuse un écart définitif à la manche suivante, en profitant des largesses défensives rouennaises (3 erreurs) et de la batte de David Meurant (double de deux points). Les Templiers géreront tranquillement la fin du match.

MATCH 2 ROUEN BAT SÉNART 7/4

ROUEN 201 120 010 7
Sénart 000 002 020 4
Jr. Bert (9), Piquet (4), Scalabrini (6), Hagiwara (8), Marche (2), R.Perez (5), David (3), Peron (7), Jd Bert (DH), Dubaut (1)
Nicolas Dubaut se charge de remettre les Huskies dans le droit chemin en dominant l’attaque de Sénart pendant 7 manches. Le score est de 7-2, les rouennais ayant scoré rapidement en début de match face à Blesoff, portés par l’efficacité de Marche, Randy Perez et Peron. Les choses vont se compliquer en 8ème manche, avec Laurent Aoutin en relève, qui remplit les buts et concède un simple de deux points à Martinez. Randy Perez est appelé en relève, et les rouennais tournent un double jeu quand l’ancien rouennais Gaspard Fessy tente un bunt qui arrive directement dans les mains de Luc Piquet, lequel peut toucher à temps Martinez. Blesoff est ensuite retiré sur 3 prises. Sochon viendra signer le sauvetage en 9ème grâce à un beau double-jeu sur une frappe de Hervé.

MATCH 3 SÉNART BAT ROUEN 5/3

Sénart 010 011 020 5
ROUEN
102 000 000 3
Jr Bert (9), Piquet (4), Scalabrini (6), Hagiwara (8), Marche (2), David (3), Gauthier (DH), Peron (7), K.Perez (1)
L’attaque des Huskies pense avoir enfin pris la mesure de Samuel Meurant en marquant 3 points dans les deux premières manches, grâce à une succession de coups-sûrs. Mais le lanceur sénartais fermera la porte par la suite (14 derniers frappeurs rouennais retirés dans l’ordre), et laissera la parole à ses gros bâtons. Celui de Martinez tonne en 2ème pour un circuit en solo, suivi par Fessy en 5ème pour le même résultat. L’égalité survient en 6ème sur un ballon sacrifice de Young avec les buts rempli. Et la différence se faisait en 7me.
Benhamida était poussé en 2 part une amortie sacrifice d’Hervé. Puis scorait sur un double de David Meurant (5-4). Sénart remplissait les buts avec un seul retrait. Fessy frappait une balle au sol qui obligeait Scalabrini à un jeu spectaculaire pour effectuer le retrait en 1ere. Mais Meurant en profitait pour marquer une 5me point. Suffisant pour les Templiers, d’autant que l’attaque rouennaise demeurait amorphe.

MATCH 4 ROUEN BAT SÉNART 12/2

Sénart 000 110 00 2
ROUEN
012 041 22 12
Jr Bert (9), Piquet (4), Scalabrini (6), Hagiwara (8), Marche (2), David (3), R.Perez (5), Gauthier (DH), Peron (7), Dubaut (1)
L’attaque rouennaise se met en évidence avec une performance de 10 hits face aux lanceurs sénartais Blesoff et Julien Brelle. Le suspens est vite mis à mal quand les Rouennais se donnent une avance de 3-0 dans le premier tiers du match, qui monte à 7-2 sous l’impulsion d’un efficace duo Scalbrini – Hagiwara. Pourtant, Sénart n’a jamais lâché, et il faut encore une fois un grand Nicolas Dubaut pour blanchir l’attaque des Templiers, qui remplit les coussins en 4ème manche avant que Deruelle soit retiré sur trois prises. Sénart revient même à un point des Huskies en 5ème manche, quand Martinez est retiré par un lancer précis d’Hagiwara alors qu’il tentait d’étirer son double d’un point en triple, après deux retraits. Ce sera la dernière menace de Sénart, qui regardera ensuite l’attaque rouennaise faire le travail.

MATCH 5 ROUEN BAT SÉNART 9/2

Sénart 000 000 101 2
ROUEN
302 201 10/ 9
Jr Bert (9), Piquet (4), Scalabrini (6), Hagiwara (8), Marche (2), David (3), R.Perez (5), Gauthier (DH), Peron (7), Sochon (1)
Les rouennais ont eu peur pendant 4 matches, ils veulent respirer dans le 5ème. Ils s’en donnent les moyens grâce à leur vitesse, avec 2 simples au champ intérieur sur les 3 premiers hits du match. Boris Marche (2 RBI) et Romain David (RBI) nettoieront ensuite les sentiers pour une avance confortable qui va vite grimper. 4 hits consécutifs en 3ème manche font monter le score à 5-0, puis à 7-0 à la manche suivante. Alexandre Sochon travaille confortablement au monticule, forçant les Templiers à frapper des roulants quand le danger se fait sentir, ou étant soutenu par des jeux défensifs de haute volée signés Randy Perez ou Scalabrini. Quelques frissons passeront en 9ème manche quand Sénart remplira les buts avec 1 retrait face à Aoutin qui retirera finalement Fessy sur trois prises et Blesoff sur un ballon au champ centre capté par Hagiwara.

2008 ROUEN BAT SÉNART 3-2 (Crédit Chris Elise)

2009 ROUEN BAT SAVIGNY 3-1

MATCH 1 ROUEN BAT SAVIGNY 6/5

Savigny 101 003 000 00 5
ROUEN
000 500 000 01 6
Js Bert (9), Scalabrini (6), Hagiwara (8), Gauthier (2), Piquet (4), Marche (5), Peron (7), Dubaut (3), Jd Bert (DH), Roy (1)
Les Savigny-Rouen donnent lieu à des scénarios passionnants, ce match 1 ne changera pas cette bonne habitude. Il faudra aller en 11ème manche pour trouver un vainqueur. Ce sera Rouen, quand Carlos Jiminian, entré en relève de Tim Stewart, lui-même succédant à Pierrick Lemestre, remplira les sentiers sur deux simples de Dubaut et Peron, puis après deux retraits, un BBI à Scalabrini pour remplir les sentiers. Hagiwara sera atteint par un lancer pour mettre fin au match. _ C’est Savigny qui avait marqué le 1er, dès la premier manche grâce à Romain Martinez, puis doublé la mise en 3ème par Yann Dal Zotto. Les Huskies ont frappé en 4ème manche avec une poussée de 5 points déclenchée par un double avec les buts remplis signé Dubaut. Savigny créé l’égalité en 6ème avec un HR de 2 points de Stewart suivi aussitôt par un HR en solo de Huff. Les Lions viendront frapper à la porte en 9ème manche avec deux coureurs sur les sentiers avant que Keino Perez vienne relever Roy et retirer Martinez. Le vénézuélien travaillera ensuite les 2 manches en extra inning sans rien donner à Savigny.

MATCH 1 ROUEN BAT SAVIGNY 5/2

ROUEN 020 002 010 5
Savigny 100 001 000 2
Jr Bert (9), Scalabrini (6), Hagiwara (8), Gauthier (5), Piquet (4), Marche (2), Peron (7), Dubaut (3), Jd Bert (DH), Ouin (1)
Les Huskies connaîtront des frayeurs en début de match, et il faudra notamment des relais décisifs de Joris Bert puis d’Hagiwara pour couper Lemestre (1ère manche) et Stewart (4ème manche) au marbre et éteindre la menace. Les Huskies rentreront petit à petit dans le match face à Stewart avec un double de 2 points de Peron en 2ème et un triple de Marche en 6ème. La dernière inquiétude viendra en 6ème manche, Perez venant relever Ouin avec un score de 4-2 et deux coureurs en base. Comme dans le match 1, le lanceur rouennais éteindra l’incendie et sera parfait pour finir le match.

MATCH 3 SAVIGNY BAT ROUEN 4/2

ROUEN 000 200 000 2
Savigny 100 100 11/ 4
Jr Bert (9), Scalabrini (6), Hagiwara (8), Gauthier (2), Piquet (4), Marche (5), Peron( 7), Dubaut (3), Grimaud (DH), Roy (1)
Comme dans les deux premiers matches, Savigny marque dès la 1ère manche, après un double de Peyrichou et un simple de Huff. Les rouennais prennent les devant en 4ème avec un circuit de deux points d’Hagiwara. Les évènements tournent moins bien pour eux en 4ème quand Robin Roy est obligé de quitter le monticule sur blessure. Mathieu Crescent tarde un peu à rentrer dans le match et donne 3 BB qui coûtent un point. Pendant que Lemestre domine l’attaque rouennaise (9IP, 5 hits, 4K), le score n’évolue plus jusqu’à la 7ème manche, Savigny marquant sur un roulant de Rousseau avec Peyrichou en 3, puis scellant sa victoire en 8ème sur un squeeze play de Martinez avec Ferreira en 3.

MATCH 4 ROUEN BAT SAVIGNY 7/2

Savigny 010 010 000 2
ROUEN
002 200 03/ 7
Jr Bert (9), Scalabrini (6), Hagiwara (8), Gauthier (5), Piquet (4), Marche (2), Peron (7), Dubaut (3), Young (DH), Perez (1)
Malgré 7 BB dans les deux premières manches, les rouennais ne vont pas réussir à scorer face à Jiminian. C’est au contraire Savigny qui prend les devants en 2ème manche grâce à un ballon sacrifice de Ferreira. Deux doubles de Piquet et de Marche en 3ème vont donner l’avance aux Huskies, qui mènent 4-2. Savigny pousse fort en 6ème manche, mais une line-drive de Stewart captée de volée par Dubaut avec les buts remplis et aucun retrait est un point tournant. Les Lions ne s’en remettront pas, et les Huskies se mettront à l’abri en 8ème manche avec une poussée de 3 points. Lemestre mettra fin au match sur un roulant à Piquet qui lance à Dubaut pour le dernier retrait.

2009 ROUEN BAT SAVIGNY 3-1 (Crédit Chris Elise)

2010 ROUEN BAT SAVIGNY 3-1

MATCH 1 ROUEN BAT SAVIGNY 16/4

ROUEN 230 040 7 16

Savigny 001 102 0 4

Bert (7), L.Piquet (4), Hagiwara (8), Hornostaj (6), Gauthier (3), Marche (2), Combes (DH), A.Piquet (4), Bret (9), Perez (1)\

Les rouennais ne seront jamais vraiment inquiétés dans ce match où ils prendront d’entrée de jeu les commandes. L’attaque des Huskies frappe 8 hits et soutire 11 BB, alors qu’Hornostaj et Marche nettoient les sentiers avec régularité, signant 9 RBI à eux deux. Perez travaille 7 manches au monticule pour signer la victoire.

MATCH 2 ROUEN BAT SAVIGNY 10/5

ROUEN 103 001 230 10

Savigny 103 010 000 5

Bert (7), L.Piquet (4), Hagiwara (8), Hornostaj (6), Gauthier (2), Marche (5), Perez (3), Combes (DH), Bret (9), A.Piquet (1)

Les deux équipes sont au coude à coude pendant les 6 premières manches, chacune rendant coup pour coup. Elles commencent toutes les deux par un double qui vient marquer. Puis en 3ème, Rouen frappe trois fois, grâce notamment à Hornostaj et Marche, toujours aussi productifs, avant que Savigny ne réplique sur des frappes de Peyrichou et Ferreira. Les Lions passent devant en 5ème ? C’est pour voir aussitôt les Huskies répliquer en 6ème. Le coup d’accélérateur final sera donné par les rouennais qui feront la différence avec un HR solo d’Hagiwara en 7ème et un HR de 3 points d’Hornostaj en 8ème.

MATCH 3 SAVIGNY BAT ROUEN 8/7

Savigny 300 002 110 001 8

ROUEN 003 040 000 00 7

Bert (9), L.Piquet (4), Hagiwara (8), Hornostaj (6), Gauthier (3), Marche (2), Combes (DH), A.Piquet (4), Bret (7), Perez (1)

Dans la longue histoire des Rouen – Savigny, il n’y avait pas eu encore de match interrompu par la nuit. C’est désormais chose faite avec ce match 3 au scénario une nouvelle fois rempli de rebondissements. C’est Savigny, dos au mur, qui sonne la charge dès la première manche, avec un gros double de 2 points de Ferreira, qui porte le score à 3-0. Les Huskies égalisent deux manches plus tard dans un mélange de hits, de BB et de HP avec les buts remplis. Rouen pense se mettre à l’abri en scorant 4 fois en 5ème. Mais Savigny va grignoter son retard manche par manche, alors que Jérôme Dussart entré en relève ne donnera rien à l’attaque rouennaise. L’égalité survient en 8ème manche avec un double de Ferreira et un RBI de Dussart face à Hornostaj qui a relevé Perez.\r\nLa nuit met fin aux débats qui reprennent dans le brouillard le lendemain matin. Mais Stewart voit clair, qui frappe un home-run décisif en 12ème manche. Rouen remplit les buts avec 2 retraits face à Lemestre, mais la flèche d’Hagiwara est captée par Stewart au champ droit après une longue course.

MATCH 4 ROUEN BAT SAVIGNY 5/1

Savigny 010 000 000 1

ROUEN 101 020 01/ 5

Bert (9), L.Piquet (4), Hagiwara (8), Hornostaj (6), Gauthier (2), Marche (5), Perez (3), Combes (DH), Bret (7), A.Piquet (1)

Ce n’est pas un hasard si les Huskies portent en triomphe Anthony Piquet à la fin du match. Cette rencontre lui appartient, lui qui lance 9 manches, ne cédant qu’un point sur 4 hits et signant 4 K. Il n’aura été en danger qu’en 2ème manche, après un double d’un point de Proust qui met deux coureurs en position de marquer avec un seul retrait et le haut du line-up à venir. Mais le n°6 des Huskies fera le travail, et contrôlera ensuite avec beaucoup de brio l’attaque des Lions, réduisant même au silence le pourtant dangereux Stewart. Les Huskies viendront patiemment à bout de Pierrick Lemestre, avec quelques solides frappes comme ce triple de Bert ou ce double de Luc Piquet. Boyer mettra fin à la finale en frappant un ballon dans les mains du futur MVP, Joris Bert.

2010 ROUEN BAT SAVIGNY 3-1 (Crédit Chris Elise)

2011 ROUEN BAT MONTPELLIER 3-2

MATCH 1 MONTPELLIER BAT ROUEN 4/3

ROUEN 000 200 000 1 3

Montpellier 000 100 100 2 4

Après trois manches dominées par les lanceurs partants, A.Piquet et Navarro, les Huskies marquent les premiers points de la finale grâce à un simple de Thomas qui fait marquer Crystal et Bert. Les Huskies frappent deux autres simples dans la manche, mais sans marquer. Les Huskies ne parviennent pas à fermer la porte et à les Barracudas réduisent aussitôt la marque. Montpellier domine le milieu de match sans parvenir à égaliser, jusqu’à la 8è manche quand une erreur ouvre la porte et permet à Pitcher de croiser le marbre. Le match se jouera en 10ème manche. Rouen ne marque qu’une seule fois, et pense s’en sortir après un gros double jeu Perez – Marche – Becquey. Mais Jean-Michel Mayeur joue les bourreau en frappant un dur roulant qui échappe à Luc Piquet, permettant à G.Cros et Didier de marquer.

MATCH 2 MONTPELLIER BAT ROUEN 8/3

ROUEN 000 000 102 3

Montpellier 102 100 04X 8

Laurent Andrades se joue de l’attaque rouennaise dans un match complet de 106 lancers. Avant un relachement bien compréhensible en 9ème manche, alors que la messe était dite, il fut intouchable pendant les 8 premiers innings : 3 coups-sûrs, 1 point mérité, 0 but sur balles, 4 strike-out.

L’attaque de Montpellier fit de son côté feu de tout bois, avec 9 coups-sûrs, et quelques largesses défensives des rouennais, commettant 4 erreurs. Les montpelliérains ont rapidement creusé l’écart en début de match, avec des 1è, 2è et 4è manches productives. Il fallait une balle passée en 7ème manche et une hésitation défensive de Montpellier pour que Joris Bert marque depuis la 2è base, mais Andrades ne sera pas ébranlé par cette mésaventure. Le match se terminait pour ainsi dire en 8ème manche avec une succession de hits de Montpellier et 4 points marqués.

MATCH 3 ROUEN BAT MONTPELLIER 4/2

Montpellier 000 000 020 2

ROUEN 002 000 20X 4

Dos au mur, les Huskies frisent la correctionnelle en 1ère manche quand un double relai parfait Bert – Becquey – Marche retire au marbre Luc Didier qui tentait de marquer du 1er but sur un double de Zuaznabar. Rouen attendra la 3ème manche pour se montrer efficace, Luc Piquet cognant un double dans la droite pour faire scorer Becquey et A.Piquet. Le score ne bouge plus, avec une prestation solide (malgré quelques buts sur balles) de Crystal au monticule, bien secondé par une bonne défense. En 7ème manche, Luc Piquet frappe son deuxième double du match, envoyant marquer Anthony Piquet. Après un BB et un HP, les buts sont remplis, Thomas frappe un roulant vers la 3, L.Piquet est retiré au marbre, Crystal est ensuite pris en souricière entre la 3 et le marbre, mais le lanceur de Mayeur est imprécis, file dans la gauche et Crystal porte le score à 4-0. Une avance qui sera suffisante pour contenir le danger, Montpellier remplissant les sentiers et marquant sur 2 roulants. Ce sera toutefois l’ultime menace des Barracudas.

MATCH 4 ROUEN BAT MONTPELLIER 4/1

Montpellier 010 000 000 1

ROUEN 000 200 20X 4

Le duel entre deux des meilleurs lanceurs de la saison, Butch Ware et Owen Ozanich, tourne à l’avantage de l’américain qui passe 5 des 9 frappeurs rouennais dans la mitaine, alors que Anthony Cros marque après une simple, un vol de base, un mauvais lancer et un rouland de Mayeur.

Rouen va tenter de s’ajuster aux lancers de Ware en faisant parler sa vitesse en 4ème manche. Joris Bert commence par recevoir un but sur balles. Puis Luc Piquet est sauf sur un bunt. Crystal fait avancer tout le monde sur un sacrifice, Thomas reçoit un BBI. Puis un balk est appelé pour faire marquer le premier point. Après un nouveau BB à Hagiwara, une erreur de Zuaznabar qui ne parvient pas à capter le roulant de Becquey permet à Rouen de prendre les devants à 2-1. Les Huskies n’ont pas sorti la balle de l’avant-champ, mais ils ont réussi à ébranler la défense adverse.

La défense rouennaise fait le travail en 6ème manche. Zuaznabar et Cros sont en base, sur un compte de 0-2 à Mayeur ils tentent le double vol, Mayeur swingue dans le vide et Marche lance une prise en 3ème base pour un gros double jeu. Après l’expulsion de Ware, suite à un jeu serré en 1ère base, Rouen fait plier Montpellier en 7è en rajoutant deux points. Il faudra toutefois que Keino Perez vienne retirer Felices et Meley sur trois prises en 8ème manche pour que la victoire soit scellée.

MATCH 5 ROUEN BAT MONTPELLIER 4/3

Montpellier 101 000 100 3

ROUEN 110 011 00X

Les Barracudas font confiance au bourreau des Huskies dans le match 2, Laurent Andrades, tandis que Rouen envoie Perez au monticule, sur sa lancée de sa fin de match 4 dominante. Mais les deux lanceurs ont des soucis dans les 3 premières manches. Anthony Cros sonne la charge avec un circuit. Hagiwara frappe un double et rentre sur le simple de Thomas. C’est 1-1, puis 2-1 Rouen en 2è sur le BB à Bert et le simple de Gauthier. Montpellier égalise aussitôt, avec un triple de G.Cros et un roulant productif de Zuaznabar.

Les deux formations reprennent un peu leur souffle en 4ème, puis repartent à l’assaut du trophée. En 5ème, David Gauthier est au bâton avec un compte favorable : 3 balles / 1 prise. Pour un frappeur comme lui, c’est une aubaine, et l’offrande d’Andrades se retrouve derrière la clôture du champ droit. A la manche suivante, deux doubles de Crystal et Thomas portent le score à 4-2. En 7ème manche, les frères Cros (simple de Gregory, double d’Anthony), réduisent le score. Sur la frappe d’Anthony, Zuaznabar tente de marquer, mais le lancer parfait d’Hagiwara arrive bien avant lui au marbre. Malgré une violente collision, Marche conserve le contrôle de la balle et fait le retrait.

Anthony Piquet entre pour closer. Il souffre en 8ème avec deux coureurs en position de marquer et 2 retraits, mais il retire P.Langloys sur trois prises. La troisième manche sera plus facile, un ballon et deux strike out. Rouen a réussi à renverser une situation bien compromise une semaine plus tôt.

2011 ROUEN BAT MONTPELLIER 3-2

2012 ROUEN BAT SÉNART 3-1

MATCH 1 SÉNART BAT ROUEN 6/4

ROUEN 100 002 100 4

Sénart 010 410 00X 6

Les Rouennais entament le match de la meilleure : Double de Lefevre, simple de Bert et le tableau d’affichage n’est déjà plus vierge alors qu’aucun retrait n’a été fait. Mais les Huskies ne marquent plus, pas plus qu’en deuxième après un double de Marche pour débuter. Sénart fait preuve de plus de réalisme, en égalisant aussitôt, puis en faisant la différence en 4ème manche : Trois doubles (Putt, Martinez et Hanvi) additionnés à deux simples (Farell et Brelle, Ozanich est bousculé. Ils mènent 5/1, puis 6/1 en 5me suite à un triple de Brown et un ballon sacrifice de Putt. Rouen doit espérer une grosse manche pour revenir. Les Huskies y croient en 6me lorsqu’ils remplissent les buts avec des simples de Paquette et Aponte et une erreur sur Gauthier, avec un retrait. Rouen marque une première fois sur une nouvelle erreur suite à un roulant de Marche, puis une deuxième fois sur un simple de Piquet. 6/3 avec les buts remplis ! Mais Smith ne peut faire mieux qu’un roulant sur la 3me base. Rouen continuera à grignoter son retard en 7me manche grâce aux jambes de Maxime Lefevre, mais ce sera tout.

MATCH 2 ROUEN BAT SÉNART 5/1

ROUEN 000 200 003 5

Sénart  000 000 010 1

Les deux équipes vont se livrer un long bras de fer avec un duel de lanceurs américains (Farell, 9IP, 5H, 6BB, 7K, 5runs dont 4 mérités et Mezger 9IP, 4 hits, 0BB, 8K). Les Huskies tirent les premiers. En 4me manche, ils profitent de leurs premiers coups sûrs (simples de Bert et de Paquette) du match pour marquer deux points. Les sentiers ne vont plus être beaucoup fréquentés par les coureurs des deux équipes jusqu’e, huitième manche, qui débute par un simple d’Hanvi, qui vole la 2, se rend en trois puis au marbre sur deux roulants. 2-1, les Rouennais sentent le soufflent des Templiers dans leur nuque.

Cela le mérite de réveiller les joueurs de Keino Perez qui vont faire définitivement basculer le match avec 3 points en 9èm, avec un double capital de Smith après deux retraits (2 points viennent marquer) et un autre double de Lefevre. Deux ballons et un roulant plus tard, Rouen remporte le match

MATCH 3 ROUEN BAT SÉNART 10/0

Sénart 000 000 00X 0

ROUEN 006 003 00X 10

Un mercy-rule par blanchissage en finale, c’est assez rare, c’est pourtant ce que vont servir les Huskies aux sénartais. Mezeger est totalement intouchable (3 hits, 1BB, 7K), et après deux manches de réglage les bâtons rouennais ne font qu’une bouchée de Brelle . Après un retrait, les Huskies vont frapper 7 hits dont trois doubles (Lefevre, Aponte, Marche)… Six points sont marqués. Le match est plié, encore plus après une 6ème manche où trois points viennent s’ajouter. Pour ajouter au spectacle, Paquette offre le 10-0 à son équipe avec un home-run.

MATCH 4 ROUEN BAT SÉNART 12/8

Sénart 000 410 003 8

ROUEN 003 010 71X 12

Les deux équipes jouent la grosse manche en début de match. Ce sera la 3ème pour Rouen, qui marque trois fois avec un triple d’Hagiwara et des simples de Lefevre, Bert et Paquette. Sénart pourrait couler, mais les Templiers répliquent dès leur retour à l’attaque. Ozanich, dominant depuis le début, est victime de deux home-runs de deux points signés Putt et Paturel. Et à la manche suivante Putt, encore lui, fait marquer Brown. Rouen réagit et le duo Bert (simple) – Paquette (triple) produit un 4me point. Mais en 7ème manche, Sénart est toujours devant. Il ne le restera pas longtemps. Matthew Smith donne le ton avec un circuit pour créer l’égalité. C’est le signal du réveil. Une pluie de coup-sûrs va s’abattre sur la casquette des Templiers, avec au passage des doubles signés Paquette, Gauthier et Hagiwara. Le score enfle jusqu’à s’arrêter à 11-5. Les Huskies ont un peu la tête à la fête en 9ème manche, 2 erreurs et un circuit coûtent trois points, mais Anthony Piquet stoppe l’hémorragie avec un ballon de Putt.

2012 ROUEN BAT SÉNART 3-1 (Crédit Chris Elise)

2013 ROUEN BAT SÉNART 3-2

MATCH 1 ROUEN BAT SÉNART BAT ROUEN 10/2

Les points tournants
2ème manche : Mené 0-1, Rouen remplit les bases avec un retrait, Aponte frappe une solide flèche au champ gauche que Paturel capte de façon spectaculaire le gant renversé empêchant les Huskies de s’inscrire au score.

3ème manche : Les Huskies ont égalisé après un roulant de Goniot. Avec deux retraits en coureur en 1 et 2, Ramirez fend l’air sur une troisième prise qui échappe à Bétancourt et file vers le back stop. Le frappeur rouennais sprinte vers la première où il devance d’un souffle le relais du catcher. Pendant ce Mathew Smith n’arrête pas sa course et marque le 2ème point rouennais.

4ème manche : Avec deux retraits et coureur en une Oscar Combes ne peut frapper autre chose qu’une faible roulant à l’avant-champ. Mottay se saisit de la balle mais son relai passe largement au-dessus de la tête de Martinez. Piquet va marquer le 3ème point rouennais. Un triple et un double suivront, enterrant les espoirs sénartais.

MATCH 2 SÉNART BAT ROUEN 2/1

Les points tournants.

1ère manche. Avec 1 retrait et coureur en 1, Bétancourt frappe une balle qui rebondit mollement vers la 2ème base. Cela aurait pu être un double jeu, mais Luc Piquet ne parvient pas à s’en saisir dans de bonnes conditions. Tout le monde est sauf, une balle passée mettant ensuite deux coureurs en position de marquer pour Martinez, qui ne loupe pas l’occasion.

4ème manche. Rouen souffre, mais Ramirez semble trouver la solution en frappant une superbe flèche au champ centre gauche. Il se retrouve en 3, avec aucun retrait. Hélas, il n’a pas touché le 2ème coussin et est retiré sur un jeu d’appel.

5ème manche. Brelle concède 2 BB. Avec un retrait, Leyva entre en relève et retire Combes sur un roulant et Bert sur trois prises.

8ème manche. Sénart tente d’accroître son avance et place coureur en 1 et 3 avec un retrait. Boucheron, trop gourmand, part vers la 2 trop tôt. Rodriguez le piège facilement entre la 2 et la 3.

9ème manche. Après un simple d’Hagiwara, Marche frappe une flèche dans la droite qu’Hanvi ne parvient pas à capter. Les rouennais pourraient avoir coureur en 1 et 3 et aucun retrait, mais Hagiwara décide de tenter sa chance au marbre. Il sera retiré par un double relai précis de la défense des Templiers.

MATCH 1 SÉNART BAT ROUEN 4/0

Les points tournants.

3ème manche. Rouen place ses deux premiers frappeurs (Piquet et Bert) sur les sentiers. Cespedes retire sans trembler Ramirez, Aponte et Smith.

4ème manche. Nouvelle poussée des rouennais. C’est d’abord Hagiwara qui cogne une solide flèche que Paturel va chercher en plongeant. Puis, avec coureurs en 1 et 2 et un seul retrait, Goniot frappe dans un double-jeu pour mettre fin à la menace.

5ème manche. Ozanich n’a lancé que 48 pitches dans ses 4 premières manches, dominant les frappeurs adverses de la tête et des épaules. Les frappeurs de Sénart le force à en lancer 20 dans cette manche, commençant à trouver la faille.

6ème manche. Hanvi gagne une bataille de 9 lancers et obtient un but sur balle. Le simple de Boucheron après un compte plein l’envoie en 3. Bétancourt ne se fait pas prier pour frapper un long ballon sacrifice. Ce point sera suffisant pour Sénart.

MATCH 4 ROUEN BAT SÉNART 7/3

Les points tournants

1ère manche. Bert est en 1ère et Piquet frappe un roulant signé double-jeu vers Soto. Le 3ème base de Sénart ne parvient pas à sortir la balle de son gant. Tout le monde est sauf, et Rouen marquera ensuite 4 fois.

4ème manche. Boucheron frappe un double pour commencer et va en 3 sur le roulant de Bétancourt. Martinez suit par un roulant vers la 3ème base. Parfaitement placé, Smith fait le retrait au marbre.

7ème manche. Martinez commence par un simple puis vole la 2ème base. Paz frappe un roulant à Piquet, qui pourrait se contenter du retrait en 1ère mais lance une prise vers Smith qui retire Martinez qui pensait être tranquillement sauf en 3. Rouen sauve un point, puisque Paturel suit par un simple.

8ème manche. Rouen s’offre une bouffée d’oxygène de 3 points, avec notamment des gros at-bats de Piquet et Ramirez. Le HR de Bétancourt qui suivra perd de son effet dévastateur.

9ème manche. Avec 2 retraits, Sénart place le point égalisateur au bâton. Le haut de line-up est à venir. Mais Mayeux fend l’air pour une 3ème prise qui met fin au match.

MATCH 5 ROUEN BAT SÉNART 10/2

Les points tournants

45 minutes avant le play-ball. Keino Perez réunit ses joueurs, les motive, et s’adresse à Vaugelade en lui lançant la balle de match : « c’est toi qui starte. Tu vas nous montrer que tu es un winner ». Le jeune homme ne tremble pas.

1ère manche. Sénart se fait dangereux, marque une fois, place deux coureurs sur les sentiers avec 2 retraits, mais Paturel ne peut faire mieux qu’un roulant à Smith pour le 3ème retrait.

3ème manche. Après deux retraits, Bétancourt frappe un solide roulant que Ramirez va chercher très loin. Son relai est imprécis, le cubain va en 2 et marquera sur le simple de Martinez. Sénart double son avance.

4ème manche. HP à Aponte, BB à Gauthier, amorti sacrifice parfait de Marche. La table est mise pour Ramirez qui ne manque pas l’occasion de créer l’égalité avec un double de deux points.

4ème manche. Leyva est rentré pour éteindre l’incendie, mais a rempli les sentiers avec des BB à Smith et Ozanich. Deux retraits, Bert au bâton. La semaine précédente, il a été retiré deux fois au bâton par le cubain. Cette fois, il frappe une flèche décisive qui fait rentrer deux nouveaux points.

6ème manche. Combes est en 1ère, Smith en 2ème, Ozanich au bâton. Pour contrer le bunt, la défense de Sénart multiplie les mouvements à l’avant-champ. Smith à l’œil, voit que la 3ème base n’est pas couverte, et la vole tranquillement. Ce que les américains appellent « head-up baseball » sera payant ensuite sur le roulant de Bert.

8ème manche. Sénart jette ses derniers feux avec coureurs en 1 et 2 et deux retraits. Sur le premier lancer, Cespedes frappe une flèche vers le lanceur que Vaugelade capte tranquillement de volée.

2013 ROUEN BAT SÉNART 3-2

2015 ROUEN BAT MONTPELLIER 3-1

MATCH 1 MONTPELLIER BAT ROUEN 4/0

ROUEN  000 000 000- 0

Montpellier 002 000 00x 4

Lefevre (6), Piquet (4), Infante (5), Gauthier (3), Marche (2), McKenzie (1), Dagneau (7), Gleeson (puis Paturel) (9), Combes (8)

Les Barracudas réussissent un gros coup en prenant le dessus contre Jeff MacKenzie, pourtant intouchable dans la saison régulière. L’américain a certes lancé 10 strike-out mais il a été mis sans cesse sous pression par l’agressivité des battes adverses. C’est Will Musson qui est le héros de la fête montpelliéraine. Non seulement il lance un match complet pratiquement parfait (0 hit et un seul BB entre la 3è et la 8è manche), mais il aussi été au cœur de la poussée de 2 points de Montpellier en 3è manche. La défense rouennaise a aussi cafouillé, avec un mauvais relais de Dagneau du champ droit qui offrait le 1er point de la finale à Monptellier. Le match resté à la portée des rouennais jusqu’à la 8ème. Ils auraient pu revenir dans le match en 3, mais Gleeson ne parvient pas à éviter le roulant de Lefevre et transforme un hit en retrait. Ils sont plus calme ensuite, et se font définitivement décrocher en 8ème sur un simple de deux points de Felices.

MATCH 2 ROUEN BAT MONTPELLIER 3/0

ROUEN 100 200 000 3

Montpellier 000 000 000 0

Lefevre (6), Piquet (4), Infante (5), McKenzie (9), Marche (2) , Gauthier(3), Dagneau (7), Duchossoy (DH), Combes (8) , Ozanich 1

Les Huskies se sont fait blanchir la veille. Ils rendent la pareille à leur adversaire dans le match 2, avec un Ozanich en pleine maitrise de son art. En 8 manches blanches, il ne concède que 6 hits, aucun but sur balle, lance 10 strike out, et ne permet à personne d’atteindre le 3ème coussin avant la 8è manche. Il n’avait donc besoin que d’un seul point pour s’imposer, son attaque lui offre dès la 1ère manche, avec deux hits de Lefevre et Piquet qui placent des coureurs en 1 et 3, puis un roulant pour un double jeu d’Infante qui permet de scorer.

Rouen fait la différence en 4è manche. MacKenzie, peut-être un peu vexé de sa défaite de la veille, frappe un simple pour commencer. Après l’amorti de Marche, il marque sur le simple de Gauthier. Puis au tour de Dagneau de cogner un simple. Le catcher des Barracudas tente un pick-off vers la 1ère pour surprendre Dagneau. Le lancer est très haut, il roule dans le profond champ droit de Veyrassi pour permettre à Gauthier de croiser le marbre. Cela sera suffisant pour Rouen, et Vaugelade viendra fermer la porte avec une 9ème manche parfaite.

MATCH 3 ROUEN BAT MONTPELLIER BAT ROUEN 6/4

Montpellier 001 000 012 4

ROUEN 020 111 01- 6

Lefevre (5), Piquet (4), Infante (6), Gauthier (3), Marche (2), Hagiwara (7), Dagneau (9), Gleeson (DH), Combes (8), Mac Kenzie (1)

Devant un public record, les Huskies pensent avoir fait le plus dure en début de match, grâce notamment à Hagiwara et Dagneau, qui sont les bougies d’allumage des deux points marqués en 2ème manche et font de nouveau parler leurs battes en 4è manche pour un nouveau point. Au tour de Lefevre (simple et vol) et d’Infante (simple d’un point) de participer à la fête. Puis on retrouve Hagiwara à la baguette en 5ème manche pour un triple, suivi d’un simple de Gleeson. Les Huskies ont le sourire, ils mènent 5-1, Mac Kenzie contrôle bien l’attaque de Montpellier. Mais l’une des qualités de la troupe de Jean-Michel Mayeur est de ne jamais laisser filer un match. En 8è, après deux retraits, Musson fait scorer G.Cros. Bastien Dagneau fait parler sa puissance en redonnant 4 points d’avance à son équipe avec un retentissant circuit au centre. Le spécialiste des fins de match des Huskies, Yoann Vaugelade, entre en relève en 9ème. Il remplit les sentiers avec deux BB et un hit. Le point égalisateur est au bâton. Les Huskies échangent un retrait en 2ème base contre un point. Puis ils donnent un autre point sur un roulant en 3ème base. Le dangereux américain Martin se présente à la frappe, il est retiré par un fly dans la droite.

MATCH 4 ROUEN BAT MONTPELLIER 6/4

Montpellier 010 000 021 4

ROUEN 050 000 10- 6

Porté par sa belle fin de match, Montpellier part à l’assaut dès la 2ème manche, avec un triple d’Anthony Cros et un simple de Felices. Les Huskies sont piqués au vif, et leur réaction va faire très mal aux Barracudas. Les rouennais se montrent opportunistes et font parler leur vitesse. Opportunistes, quand un hit by pitch sur Marche est suivi d’un solide roulant d’Hagiwara, que G.Cros ne peut maîtriser. L’erreur place les 2 Huskies en position de marquer. Dagneau ne se fait pas prier pour un simple de deux points. Rapides, sur des amortis de Gleeson et Combes que la défense ne parvient pas à jouer. Les buts sont remplis, le ballon de Lefevre, les simples d’Infante et Gauthier portent le score à 5-1. Ce sera 6-1en 7ème sur un simple de Dagneau. C’est le moment que choisi Montpellier pour secouer sa torpeur. La menace commence en 8ème, quand Andrades et G.Cros se retrouvent en 2 et 3, avec aucun retrait. Vaugelade relève Ozanich, mais ne peut empêcher 2 points de marquer. En 9ème manche, A.Cros frappe un double puis marque sur une erreur. La tension monte. Un simple suit, puis un retrait. Coureur en 1 et 2, on tente le double vol, mais une interférence du frappeur conduit au 2ème retrait. G.Cros frappe un simple pour remplir les sentiers. Mac Kenzie entre sur la butte et c’est encore Martin au bâton. Il fendra l’air pour le 3ème retrait.

2015 ROUEN BAT MONTPELLIER 3-1 (Crédit Glenn Gervot)

2016 ROUEN BAT SENART 3-1

MATCH 1 ROUEN BAT SÉNART 6/4

ROUEN 100 000 000 302 6

Sénart 000 000 001 300 4

Medeiros (5), Combes (8), Cornell (7), Infante (6), Piquet (4), Dagneau (9), Duchossoy (DH), Paturel (3), Gleeson (2), Ozanich (1).

Une prolongation de trois manches à été nécessaire pour départager les deux équipes, avec finalement une victoire des rouennais qui leur avait échappé deux fois auparavant. En 9è manche, alors qu’ils menaient 1-0 depuis la 1ère manche, les rouennais flanchaient avec 2 retraits et les buts remplis en concédant un but sur balles pour le point égalisateur. Puis en 10è manche, alors qu’ils avaient marqué 3 fois (avec notamment un gros double de deux points d’Infante), ils ne pouvaient rien faire sur le coup de canon de 3 points de Masonia (encore après 2 retraits), pour créer l’égalité. En 11è manche, Oscar Combes trouait le champ centre de Sénart pour un triple de deux points. Yoann Vaugelade parvenait ensuite à fermer la porte.

MATCH 2 SÉNART BAT ROUEN 8/7

ROUEN 002 000 320 7

Sénart 010 300 112 8

Medeiros (5), Combes (8), Cornell (7), Infante (6), Piquet (4), Dagneau (9), Duchossoy (DH), Paturel (3), Gleeson (2), Habeck (1)

Un spectaculaire chassé-croisé entre les deux équipes. Sénart prend les devants sur un simple de Lemestre en 2ème manche. Rouen réplique aussitôt sur un HR de deux points de Meideros. Sénart repasse devant avec 3 points en 4è manche, d’abord avec un home-run de Masonia puis des belles frappes d’E.Martinez et Jensen. Rouen a du mal à s’en remettre mais reprend l’avance en 7è avec 3 points, signés Paturel (double d’un point) et Meideros (triple d’un point), Combes (rouanlt d’un point). Sénart crée l’égalité à son retour en attaque grâce à un double de Boucheron qui fait marquer Masonia. Rouen repart à la charge après deux retraits : trois simples de suite font marquer deux points. Sénart résiste : Lemestre frappe un double, et marque sur une balle passée et deux mauvais lancers. Rouen a l’avantage en 9è manche, comme la veille. Cela ne sera pas suffisant. Avec deux coureurs en position de marquer, Masonia (encore lui !) frappe le double décisif de deux points.

MATCH 3 ROUEN BAT SÉNART 5/1

Sénart 100 000 000   1

ROUEN110 000 03X   5

Medeiros (2), Hagiwara (3), Lefevre (5), Infante (6), Piquet (4), Dagneau (9), Duchossoy (DH), Cornell (7), Combes (8), Ozanich (1)

Sénart est tout de suite en action quand Masonia frappe un ballon sacrifice qui fait marquer Peyrichou. Medeiros remet tout le monde à égalité en frappant un circuit à compte plein, après 3 fausses balles. Les Huskies ajoutent un point à la manche suivante grâce à deux erreurs des sénartais. Ozanich va ensuite prendre les commandes du match. L’as des Huskies est bousculé en 3ème manche, mais parvient à faire le bon retrait au bon moment, en retirant Boucheron sur trois prises avec les buts remplis. Après 3 belles manches, Ozanich est de nouveau sous pression en 7è, avec un coureur en 3, mais E.Martinez entré comme frappeur suppléant ne peut que frapper un ballon. Sénart en veut encore en 8è manche. Les buts sont remplis avec un seul retrait. Vaugelade entre en relève et joue les héros. Il retire Lemestre sur trois prises en quatre lancers, puis force R.Martinez à frapper un faible roulant sur le premier lancer. Sénart est sonné, Rouen en profite pour enfoncer le coup en marquant 3 fois (2 nouvelles erreurs de Sénart) en 8è.

MATCH 4 ROUEN BAT SÉNART 6/1

Sénart 000 000 100 1

ROUEN 011 202 00X   6

Medeiros (9), Combes (8), Lefevre (5), Infante (6), Cornell (7), Piquet (4), Dagneau (DH), Hagiwara (3), Gleeson (2), Habeck (2)

Les Huskies parviennent à se détacher petit à petit sans jamais laisser revenir Sénart dans le match. Après avoir laissé les buts remplis en 1è manche, ils marquent en 2è (simple RBI de Medeiros) et en 3è (simple RBI de Cornell), tandis que Habeck, parfois secoué, parvient à empêcher Sénart de marquer. Les Huskies enfoncent le clou en 4è avec une poussée de 2 points grâce à un double de Lefevre, puis se mettent à l’abri avec 2 nouveaux points en 6è. Un double-jeu mettra fin au match.

2016 ROUEN BAT SENART 3-1 (Crédit Glenn Gervot/FFBS)

 2017 ROUEN BAT SENART 3-2

MATCH 1 SÉNART BAT ROUEN 4/3

ROUEN 000 001 020 3

Sénart 000 200 011 4

Gleeson (2), Cespedes (9), Infante (6), Jaspe (3), Piquet (4), Duchossoy (5), Hagiwara (7), Combes (8), Blondel (DH), Ozanich (1)

Le match 1 va donner le ton d’une finale 2017 riche en rebondissements. Les deux équipes se neutralisent en début de match, avec quelques belles pièces défensives de part et d’autre. Sénart s’inscrit au tableau d’affichage en 4è manche, avec une frappe de Lemestre qui échappe à Cespedes et se transforme en triple. Ozanich sert les dents et tente de s’en sortir avec 2K, mais Jiminian puis Hanvi font plier le starter rouennais. C’est 2-0 Sénart. Le 8è et 9è manche vont être de vraies montagnes russes. Le score est de 2-1 pour Sénart quand Matthieu Brelle entre en relève à Urbina. 4 lancers plus tard, le score est de 3-2 pour Rouen. Le simple de Cespedes et le home-run d’Infante sont passés par là. Sénart fera plier la relève et la défense rouennaise en 8è et 9è. Quelques mauvais jeux défensifs donnent l’égalité aux Templiers en 9è avant qu’un double de Brown tranche les débats en 9è.

MATCH 2 ROUEN BAT SÉNART 3/2

ROUEN 000 000 001 2 3

Sénart 000 100 000 1 2

Gleeson (2), Combes (8), Infante (6), Jaspe (3), Piquet (4), Cespedes (9), Duchossoy (5), Ozanich (DH), Hagiwara (7), Granados (1)

C’est un gros duel de lanceurs pendant 8 manches. Granados et Mottay étouffent les velléités offensives. Mais Sénart parvient toutefois à faire plier la défense rouennaise en 4è. Martinez frappe un roulant entre la 3 et l’arrêt-court, Infante va chercher la balle, lance en 1ère mais hors-cible. Coureur en 2, puis après 1 retrait, coureur en 3 et 1 après le simple de Brown. Lemestre frappe un ballon sacrifice pour ouvrir le score. En 9è, Sénart est à 2 retraits de mener 2 victoires à 0 quand Jaspe frappe un simple. Lemestre en relève pour affronter Piquet. Le capitaine de Huskies catapulte la balle à la clôture du champ centre, Durier, entré comme coureur suppléant, contourne les sentiers et glisse au marbre en évitant le tag de Hanvi. C’est l’égalité ! En manche suppléante, une balle passée, un mauvais lancer, et Rouen marque deux fois. Comme cette finale est folle, c’est sur une souricière que les Huskies mettront un terme au match avec le point de l’égalité pris entre la 3 et le marbre.

MATCH 3 ROUEN BAT SÉNART 8/4

Sénart 400 000 000 – 4

ROUEN 000 005 21X – 8

Gleeson (2), Combes (8), Infante (6), Jaspe (3), Piquet (4), Cespedes (9), Duchossoy (5), Hagiwara (7), Durier (DH), Ozanich (1)

Les 2 premiers matches se sont joués à rien, en fin de partie. Nouveau scénario pour ce match 3. Sénart commence par assommer les Huskies, avec pas moins de 5 hits de suite en 1ère manche. Le score monte à 4-0 pour les Templiers. Et si Jiminian n’avait pas tenté une course un peu risquée entre la 3 et le marbre, et s’était fait retirer en souricière, qui sait si l’addition n’aurait pas été plus salée. Rouen fait le dos rond pendant 5 manches. En 6ème, après un retrait, Piquet frappe un roulant vers la 3è base. C’est un retrait facile, mais Brady jongle avec la balle, et le capitaine rouennais est sauf. 3 buts sur balles suivent pour remplir les sentiers et marquer 1 point. Le jeune Durier frappe un simple de 2 points, puis Infante suit cet exemple avec un autre simple de 2 points. Rouen prend les devants. Durier est le héros en 7è manche avec un gros double qui fait marquer deux nouveaux points. Sénart, sonné, remplit toutefois les buts en 9ème manche, mais Vaugelade parvient à retirer Lemestre pour mettre fin au match.

MATCH 4 SÉNART BAT ROUEN 7/3

Sénart 101 230 000   7

ROUEN 100 200 000 3

Gleeson (2), Combes (8), Infante (6), Jaspe (3), Piquet (4), Cespedes (9), Duchossoy (5), Hagiwara (7), Durier (DH), Granados (1)

Un match un peu plus calme dans ces scénarios sans dessus-dessous. Les sénartais sont les plus solides, dominent dès la première manche et font parler leur puissance avec trois home-runs de Brown, Townsend et Ruppert. Les Huskies se sont battus pendant 4 manches pour rester au contact au score, mais cèdent face à ces coups de canon et face à la nouvelle belle sortie de Mottay.

MATCH 5 ROUEN BAT SÉNART 9/8

Sénart 200 003 003 8

ROUEN 001 043 001   9

Gleeson (2), Combes (8), Infante (6), Jaspe (3), Piquet (4), Duchossoy (5), Cespedes (1), Durier (7), Hagiwara (9)

Crédit Glenn Gervot/FFBS

13 coups-sûrs à 5 pour Sénart, mais 14 buts sur balles à 7 pour Rouen. Si des stats peuvent résumer ce monument de suspens et d’émotion que fut cet interminable match 5, ce sont celles-ci. Les Templiers ont montré leurs muscles en attaque en martyrisant les lanceurs rouennais, mais les Huskies ont fait parler leur tête en sélectionnant leurs lancers et en frappant quand il le fallait.
Encore une fois, c’est Sénart qui a fait la course en tête, laissant même deux coureurs en position de marquer avec 1 seul retrait en 1ère manche, mais marquant tout de même deux points. Rouen se remet en mode remontée en s’inscrivant au score grâce à une erreur en 3ème manche. Puis en 5è manche, Infante et Jaspe soutirent deux buts sur balles. Après deux retraits, Duchossoy frappe un simple pour créer l’égalité 2-2. Et Cespedes sort la balle pour un home-run de 3 points. 3 points d’avance pour Rouen, qui ne dureront pas longtemps. Rouen tremble un peu, un hit by pitch, un but sur balle, un balk, deux erreurs, deux hits, et Sénart marque trois fois à son tour. Egalité de nouveau.

Rouen ne se décourage pas. Jaspe est au bâton avec 2 retraits et les buts remplis. Il nettoie les sentiers d’un double pour redonner 3 points d’avance à son club. Le match est fini ? Non, bien sûr. On s’en va en 9ème manche. Granados, entré en relève, a été parfait en 8è. Il l’est mois en 9è. Il remplit les sentiers après 1 retrait. Vaugelade entre en relève. Hanvi l’accueille d’un simple de deux points. Puis avec de nouveau les buts remplis, un but sur balles à Brady remet les deux équipes à égalité. Sénart à les cartes en main, mais Rouen sort son atout maître, Perez, qui arrive au monticule en sort Baoui puis Martinez sur 2K.

En 9ème manche, Heberden est appelé au monticule pour Sénart. La tension est forte, et le jeune lanceur perd le marbre : Duchossoy puis Cespedes reçoivent deux BB. Perez pose le bunt. Townsend se saisit de la balle, il n’a qu’à lancer en 1ère pour le retrait. Le jeu est facile. Mais le lancer est complètement raté, file dans le champ droit, et Duchossoy marque dans une ambiance de folie le point du 13è titre.

2017 ROUEN BAT SENART 3-2 (Crédit Glenn Gervot/FFBS)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *