Derek et Andrew n’oublieront jamais Rouen

| Publié par | Catégories : Baseball, Clubs, Compétition, Équipes, Fédé et Ligue, Infos Générales, Joueurs

Vous êtes champions de France. Qu’est-ce que ce titre représente à vos yeux ?

Derek Cornell : C’est un honneur d’être champion de France. Surtout quand je vois avec quel enthousiasme et dévouement les dirigeants, les joueurs et les fans s’investissent tout au long de l’année. C’était notre objectif à tous.

Andrew Medeiros : je suis venu à Rouen pour ça ! Je suis fier de ce titre !Mais nous voulions plus que cela. Nous voulions remporter le championnat, le Challenge et la Coupe d’Europe ! Et nous l’avons fait !

La saison s’est-elle déroulée comme vous l’imaginiez ?

Derek Cornell : Je garde beaucoup de bons souvenirs de cette expérience et  je repars impressionné par le professionnalisme qui règne au sein du club. On a été solide tout le temps.

Andrew Medeiros : La saison n’a pas été facile car toutes les équipes veulent battre les meilleurs. Nous étions une cible et il a fallu se préparer pour joueur de gros matchs chaque week end, sans se relâcher. Et nous avons montré que nous étions une équipe vraiment difficile à battre.

andrew

Stats 2016: 43 G, 171 AB, 56 R, 63 H, 17 2B, 3 3B, 3 HR, 40 RBI, 22 SB, .368 AVG

Que pensez-vous des Huskies, du club ?

Derek Cornell : Les Huskies sont plus structurés, plus organisés, que les autres clubs de la ligue. Il y a beaucoup de talent dans l’équipe, la concurrence est rude pour avoir sa place et c’est très stimulant.

Andrew Medeiros : Rouen est sans doute l’une des meilleures équipes d’Europe. C’est génial de voir les Huskies de retour l’année prochaine en Coupe d’Europe des champions. Les Huskies seront à leur place parmi les huit meilleures formations d’Europe. Et pourquoi pas rêver d’un titre de champion d’Europe !

Andrew, vous avez joué en Belgique. Était-ce différent? Comment ?

Andrew Medeiros : Je dirais que toute une ligue, la Belgique et la France ne sont pas très différents. Mais les meilleures équipes de France sont beaucoup plus forts que les meilleures équipes de la Belgique. Affronter des top lanceurs chaque week-end rend la concurrence plus forte et plus difficile.

Derek, vous conseilleriez à un ami de venir jouer en France ?

Derek Cornell : Oh oui, je conseille à tous les baseballeurs américains qui ont le niveau pour jouer dans la ligue française de venir. Et à Rouen en particulier, un club structuré, habitué à gagner, ambitieux, qui offre de bonnes conditions entraînements à ses joueurs. Je vais dire à mon entraîneur (Kyle Krook, entraîneur des Mules de Central Missouri, université partenaire des Huskies NDLR) que ce fut une grande expérience. Je vais lui dire que ce fut une excellente façon de découvrir l’Europe et de continuer à pratiquer ce jeu que j’aime.

derek-cornell

2016: 16 G, 57 AB, 16 R, 17 H, 3 2B, 4 3B, 0 HR, 12 RBI, 12 SB, .298 AVG

Quels sont vos projets en 2017?

Andrew Medeiros: je n’ai pas de contacts encore mais je pense revenir en Europe. Pour une dernière saison avant de raccrocher le gant.

Derek Cornell : Je ne sais pas encore. Mais je veux continuer à jouer !

Quel a été le meilleur moment de la saison pour vous ?

Derek Cornell :  Pour moi, c’est quand Oscar Combes a été annoncé comme le MVP de la finale. J’ai eu la chance de passer beaucoup de temps dans les cages de frappe avec lui. Ion a fait quelques heures supp’ (rires). Je respectais sa passion et le désir de devenir un meilleur joueur de baseball. Et il est agréable de voir quelqu’un travailler dur et se créer leur propre succès. J’ai apprécié mon séjour en France et rencontré beaucoup de gens formidables, des amis pour la vie. Merci de m’avoir fait confiance.

Andrew Medeiros : moi, je n’oublierai jamais la douche au champagne après la finale !