D1 Que retenir des performances de chaque club ?

| Publié par | Catégories : Baseball, Clubs, Compétition, Équipes, Fédé et Ligue, Infos Générales

Tableau-Playoff-D1-BB-2016\r\n\r\nrouenHuskies de Rouen\r\n\r\n24 – 3. Points : 244 – 60. Batting average : .312. ERA 1,73\r\n\r\nCe qui a marché : Une très solide domination sur le championnat, confortée par les victoires en challenge de France et en Coupe CEB. Un pitching extrêmement complet : faites votre choix entre Habeck, Vaugelade, Ozanich, Piquet, Prioul, Perez. Une attaque où Larry Infante apporte son enthousiasme et sa puissance. Un mental en or massif.\r\n\r\nCe qui n’a pas marché : Les Huskies sont passé tout près de perdre deux fois à Sénart. Un avertissement sans frais. Quelques frappeurs-cadres un peu en dessous de leurs standards habituels.\r\n\r\nPerspectives : Rouen ne peut envisager autre chose qu’un titre.\r\n\r\nsenartTempliers de Sénart\r\n\r\n22 – 6, Points 220 – 87, batting average : .300, ERA 2,62\r\n\r\nCe qui a marché : Le recrutement étranger a été une réussite, avec le bâton de Masonia, la versatilité de Mac Nabb et la solidité de Jensen au monticule. Le retour à son meilleur niveau de Peyrichou, après une saison 2015 difficile, qui apporte encore plus de danger à un line-up où Boucheron confirme sa régularité. La très bonne tenue de Jonathan Mottay, qui a réussi une saison vraiment complète. L’intégration de jeunes joueurs (Dominguez, Baoui), pour préparer la relève.\r\n\r\nCe qui n’a pas marché : En tout premier lieu la défaite en finale du Challenge de France, chez eux. Quelques petits accrocs dans la saison, comme ces défaites contre Chartres (7-8) et le PUC (1-2). L’étonnante moyenne de points mérités de Pierrick Lemestre (9,69), qui laisse un doute sur la profondeur du bullpen des Templiers. Les stats en demi-teinte de Brown (.252, 12 erreurs).\r\n\r\nPerspectives : Tout ce qui ne serait pas le titre de champion de France constituera un échec pour les Templiers.\r\n\r\nmontpellierBarracudas de Montpellier\r\n\r\n17 – 9, Points : 160 – 96, batting average : .281, ERA : 2,76\r\n\r\nCe qui a marché : L’habituelle solidité des Barracudas, qui figurent sans problème parmi le trio de tête. L’émergence de Fred Walter, qui a tenu le rythme d’un début de saison étourdissant pour finir avec la remarquable moyenne de .387. Will Musson, encore et toujours, sur les épaules duquel reposent bien des ambitions montpelliéraines. L’intégration au plus haut niveau de Melissa Mayeux, une réussite avec sa moyenne de .343. Montpellier a battu Rouen et Sénart, ce qui peut lui donner des idées pour la suite. Un pitching toujours aussi complet, renforcé par l’arrivée de jeunes bras (Antonac, Villard).\r\n\r\nCe qui n’a pas marché : Malgré ses 3 circuits, le canadien Vandrygroleau se doit de frapper pour plus de .269. L’impression globale qu’il manque à Montpellier un petit quelque chose pour réussir un gros coup, comme en témoigne le scénario de la finale de la coupe CEB.\r\n\r\nPerspectives : Les Barracudas sont tout à fait capables d’inquiéter Sénart en ½ finale et de faire revivre l’enfer aux rouennais en finale.\r\n\r\ntoulouseStade Toulousain Tigers\r\n\r\n12-16, Points : 153 – 123, batting average : .240, ERA : 4,56\r\n\r\nCe qui a marché : Quand il a la pleine possession de ses moyens, Harvey Garcia peut battre n’importe qui (ERA 1,38 / 191 K en 78,1 manche). Un bon running game avec les jambes de feu de Perdomo et celles de Jiminian et Pourcel.\r\n\r\nCe qui n’a pas marché. Une attaque anémique derrière Carlos Héréaud. Un pitching très hésitant, puisque pas moins de 14 lanceurs se sont succédé sur la butte.\r\n\r\nPerspectives : Toulouse a les moyens de se sortir du piège clermontois, avec son expérience. Le duo Garcia – Meurant peut ensuite causer des soucis aux rouennais, mais on voit mal les toulousains faire tomber les tenants du titre.\r\n\r\nclermontArvernes de Clermont-Ferrand\r\n\r\n10 – 17. Points : 125 – 188. Batting average : .235. ERA : 5,81\r\n\r\nCe qui a marché : Clermont a parfaitement joué les matches importants, contre les équipes de bas de tableau (3-1 contre Chartres, 3-1 contre le PUC, 2-2, contre Savigny). Cela lui a valu de passer une saison somme toute confortable, dans laquelle Peter Gehle a joué un rôle important.\r\n\r\nCe qui n’a pas marché. Le départ de Warren Stehn prive les Arvernes de leur arme offensive principale, pour ne pas dire unique. Un pitching français très en difficulté.\r\n\r\nPerspectives : Le maintien assuré, les Arvernes peuvent jouer l’esprit tranquille contre Toulouse. Sur un deux-de-trois, pourquoi ne pas croire à l’exploit ? Mais la faiblesse au monticule risque d’être rédhibitoire.\r\n\r\nParisParis Université Club\r\n\r\n10 – 18. Points : 130 – 223. Batting average : .219. ERA : 5,85\r\n\r\nCe qui a marché : La résilience. Les pucistes ont perdu leurs 10 premiers matches, mais n’ont jamais baissé les bras, et ont su redresser la tête en fin de saison, avec une double victoire capitale contre Chartres et un succès de prestige contre Sénart avant de finir en beauté face à des toulousains un peu démobilisés. Jamel Boutagra a utilisé par moins de 32 joueurs avant de trouver un équilibre, grâce aux retours de Monbeig, Turettes et autres Murray.\r\n\r\nCe qui n’a pas marché. Une défense très erratique, une difficulté à marquer des points, un pitching très souvent en difficulté : la machine PUC a du mal à tourner à plein régime.\r\n\r\nPerspectives : Un hold-up dans le 2 de 3 contre les Barracudas ? Pourquoi ne pas y croire, surtout si James Murrey tient son rang au monticule.\r\n\r\nChartresFrench Cubs de Chartres\r\n\r\n8 – 19. Points : 122 – 199. Batting average : .253. ERA : 4,94\r\n\r\nCe qui a marché : Pas grand-chose, hélas, surtout après avoir été le principal animateur de l’inter-saison. Douglas Rodriguez, en changeant de maillot, n’a rien perdu de son pouvoir offensif, mais il reste très esseulé. Preveaux et Delerive ont réussi quelques sorties convaincantes.\r\n\r\nCe qui n’a pas marché. Chartres présente de meilleures statistiques que les 2 équipes qui le précède au classement. C’est donc ailleurs qu’il faut chercher les raisons de l’échec : peut-être l’incapacité à s’imposer dans les moments forts, face à des adversaires directs notamment. C’est dans la tête, docteur.\r\n\r\nPerspectives : Difficile de connaître la stratégie des Frenchs Cubs cet hiver. Tenteront-ils de nouveau des gros coups où chercheront-ils à construire dans la durée ? Ils ont de nouveau démontré cette année leur capacité à organiser parfaitement des évènements. Il faut maintenant que le sportif suive.\r\n\r\nSavignyLions de Savigny.\r\n\r\n6 – 22. Points : 120 – 238. Batting average : .245. ERA : 6,89\r\n\r\nCe qui a marché : Toujours cette volonté de se battre, de jouer au baseball, de ne rien lâcher.\r\n\r\nCe qui n’a pas marché : Un manque criant de puissance offensive (seulement 30 coups de plus d’un but). Pas de lanceur dominant pouvant transpercer les line-up adverses.\r\n\r\nPerspectives : Tant que le problème du terrain ne sera pas réglé, Savigny ne pourra pas espérer retrouver sa gloire passée.