D1 Demi finale – Douglas Rodriguez n’est pas seul au PUC

| Publié par | Catégories : Baseball, Compétition, Équipes, Fédé et Ligue, Infos Générales

Quand on pense à l’attaque du PUC, un premier nom vient en tête, celui de Douglas Rodriguez, ses 52 hits (36 simples, 16 doubles) et ses 27 points produits. Il ne faut pas être surpris par les performances du vénézuélien, qui est au sommet depuis longtemps : .366/11 RBI en 2010 ; .429/15 RBI en 2011 ; .434/33 RBI en 2012 ; .324/38 RBI en 2013 ; .385/16 RBI en 2014 et .448/27 RBI cette année. Et il ne faut pas non plus penser à une « Rodriguez dépendance » des pucistes, qui feraient que les lanceurs adverses n’ont qu’à donner la première base à Douglas pour ensuite s’en sortir facilement. James Murrey et son quasi-homonyme, Eddie Murray (élu meilleur frappeur du challenge de France), représentent eux aussi des menaces, et tout le line-up est parsemé de frappeurs dangereux comme l’éternel Jérôme Dussart, qui sait comment frapper une balle en lieu sûr, Pierre Turettes, qui gagne en maturité ou Oscar Saavedra et ses 12 RBI en seulement 62 at bat. Et puis quand il le faut, coach Boutagra remet ses spikes et comme le talent est éternel, il s’est offert 6 hits et 16 at bats.\r\nC’est donc un line-up solide et complet qui présente la 2ème meilleure moyenne (.299) et le 4ème plus grand nombre de points marqués (153), mais qui aussi affiche quelques faiblesses, notamment sur la sélectivité des lancers : peu de buts sur balles (seulement 76, seuls Chartres et Toulouse en ont moins), pas mal de K (187, seuls Savigny et Chartes en ont plus), une tendance à frapper dans des double-jeux (25, largement 1ers) et peu de vitesse avec seulement 40 buts volés pour un taux de réussite médiocre de 72,7 %.\r\n\r\n

joueurs-PUC

Photos Eddie Murray et Maximin Monbeig FFBS – Glenn Gervot

\r\n\r\nAu monticule, James Murrey a retrouvé, au moins au niveau des strike-outs, son efficacité de ses meilleures saisons. Avec 111K en 89,3 IP, il domine la D1 pour faire fendre l’air aux frappeurs. En revanche, la moyenne des frappeurs contre lui est de .267, ce qui la place au 18ème rang sur les 27 lanceurs qualifiés. Son ERA et sa fiche s’en ressentent, 6-5 et 3, 53. C’est plus laborieux derrière, puisque Maximin Monbeig, s’il s’est imposé comme le n°2 de la rotation avec 54,1 manche, et a comptabilisé 4 victoires, affiche une ERA de 5,13, assez mauvaise mais toutefois meilleure que les horribles 8,40 d’Eloi Secleppe. On s’interroge sur la présence de Juma Trinidad, seulement 26,2 manches lancées mais qui par le passé a été un des solides pitcher du championnat. Le PUC a toutefois quelques autres solutions, comme Materano et Dussart, mais cela semble un peu juste en profondeur sur une série de 5 matches.\r\n\r\nLa défense puciste est au 4ème rang, avec 42 erreurs, et souffre un peu au niveau du catching, avec 21 balles passées (6ème rang) et 47 bases volées pour seulement 19 % de réussite dans les retraits en tentative de vol.