Coupe d’Europe – Ils la veulent tellement !

| Publié par | Catégories : Baseball, Clubs, Compétition, Équipes, Fédé et Ligue, Infos Générales

Même si c’est satisfaisant pour le baseball français, qui verra un de ses représentants jouer en Coupe des Champions l’an prochain,  à la place du représentant tchèque, voir une finale franco-française en finale de la première coupe CEB manque un peu de sel. Un Rouen – Montpellier, on connaît cela par cœur, on est entre gens de connaissance, on a des tas d’histoires à raconter sur une rivalité qui dure depuis des années, entre les victoires des Barracudas sur les Huskies en challenge de France jusqu’à la dernière finale du championnat pendant laquelle les rouennais ont tremblé jusqu’à la fin. Et puis, au niveau médiatique, communication, cela fait moins « Europe » que de voir un autrichien, un croate ou un suisse face aux français.

\r\n

IMG_8397

\r\n

Cela n’empêchera pas le public de répondre présent. La journée des ½ finales à confirmé ce que l’on commençait à pressentir en septembre dernier, lors de la finale du championnat. Le baseball à Rouen a dépassé largement une audience des spécialistes et d’amis des joueurs. Le terrain Pierre-Rolland, qui n’a jamais été aussi, n’a non jamais été aussi rempli. Il y avait du monde partout, un véritable succès populaire qui sera encore amplifié cet après-midi, si toutefois il est possible de trouver encore de la place pour les spectateurs. 

\r\n

Montpellier a tangué. 

\r\n

montpellier

\r\n

On ne va pas reprocher à nos deux représentants d’avoir fait le travail. Ce fut un peu laborieux pour les Barracudas, qui ont tangué contre Vienne, avec une attaque étonnamment improductive, ont redressé la barre face aux faible Minsk, ont fait preuve de réelles ressources morales pour venir à bout de Karlovac, et ont fait le travail contre Split. Mais les Barracudas sont arrivés là où ils le voulaient, en finale avec leur Ace, Musson, au monticule. L’américain a déjà lancé 1,2 manche en situation compliquée, mais il sera prêt, comme d’habitude, pour la bagarre. L’américain reste sur deux sorties très encourageantes face aux Huskies. Il a lancé 15 manches contre eux, en ne cédant qu’un seul point, 2BB, 7K et une moyenne de .250. Il faudra toutefois que sa défense soit un peu plus efficace, avec ses 8 erreurs en 4 matches. Il faudra aussi que quelques bâtons se réveillent, dont ceux de Vandrygroleau et Walter, l’attaque des Barracudas étant portée par Herman, qui avec ses .533 fait oublier son début de saison difficile en championnat (.133). 

\r\n

Il faut plus que 3 bâtons

\r\n

rouen

\r\n

Les Huskies, de leur côté, on fait ce qu’on attendait d’eux. Ils ont dominé la concurrence, avec un petit bémol, quelques difficultés en demi-finale contre Karlovac. Sans la fébrilité défensive des croates en 1ère manche, cela aurait pu être compliqué pour les rouennais, même si Ozanich était beaucoup trop fort pour l’attaque adverse. 

\r\n

L’offensive des Huskies est transportée par son trio de joueurs étrangers, Medeiros, Infante et Jaspe, qui frappent pour .538 . Le reste de l’effectif n’est qu’à .182. La force des Huskies est d’avoir un line up équilibré et dangereux de 1 à 9. Il est indispensable que toutes les battes, y compris celles du bas du line-up, se remettent en marche. Comme c’est le cas pour tous les joueurs d’expérience, les difficultés des rouennais en attaque ne se transportent pas en défense, qui est clairement un des très grands points forts des rouennais dans cette compétition. 

\r\n

Vaugelade, total confort.

\r\n

Au monticule, Keino Perez a décidé de faire de Yoann Vaugelade son spécialiste des finales, contre les lanceurs étrangers adverses.  Il lui a confié la balle face à Jensen et aux Templiers lors du challenge de France, ce fut une démonstration de la part du jeune français qui a transpercé le line-up des Templiers. Ce sera donc de nouveau le cas cet après-midi face à Musson et aux Barracudas. Il sait comment faire face à eux, avec dans ses deux dernières sorties 2 points concédés en 13 manches, 15 K lancés et une moyenne de .177 contre lui. Ce qui est intéressant dans le cas de Vaugelade, c’est qu’il progresse à chaque sortie. Il est de plus en plus efficace dans la maîtrise de ses lancers et dans la gestion de ses matches. Il semble être dans une totale zone de confort quand il est sur le monticule. Rien ne paraît pouvoir lui arriver. C’est frappant dans son langage corporel, dans son regard, dans lequel on peut lire une totale sérénité, une confiance dans ses capacités et dans ses partenaires, qui lui rendent bien.

\r\n

Aller chercher cette Coupe d’Europe serait un pas de plus dans la jeune carrière de Vaugelade, dont on ne sait pas trop jusqu’où elle s’arrêtera.

\r\n

Pour les Huskies, se serait donc le 2ème étage de la fusée, celui de faire remonter la France dans le groupe A. Il restera, dans un peu plus de deux mois, a compléter le travail en gagnant le championnat et respirer de nouveaux l’air enivrant des hauts sommets européens, là où les rouennais se sentent chez eux. 

\r\n

Les rouennais savent que ce ne sera pas simple contre Montpellier, mais ils le veulent tellement…

\r\n\r\n

Suivez la finale sur Huskies TV

\r\n

\r\n\r\nComment faire pour voir les matchs ?  Cliquez ici HUSKIES TV\r\n\r\n