#ChaseFor12 – 2012, Rouen est intouchable !

| Publié par | Catégories : Baseball, Clubs, Compétition, Équipes, Fédé et Ligue, Infos Générales

MATCH 1 COMME D’HABITUDE

 

C’est presqu’une habitude avec les Huskies. Ils perdent le premier match de la finale (voir encadré). Cette finale 2012 ne déroge pas à la règle. Les Rouennais entament pourtant de la meilleure des manières ce duel face à Sénart. Double de Lefevre, simple de Bert et le tableau d’affichage n’est déjà plus vierge alors qu’aucun retrait n’a été fait. Rouen mène déjà 1/0. Mais Bert reste en trois. Première occasion ratée. Bis repetitae en deuxième manche avec un double de Marche pour débuter. Mais lui aussi reste collé à cette base. Deuxième occasion ratée d’aggraver le score.\r\nLes Rouennais ont-ils laissé passer leur chance ?\r\nSénart fait preuve de plus de réalisme dans cette même deuxième manche en égalisant (But sur balles à Farell et simple d’Hanvi).

Mais c’est en 4me manche que l’attaque de Sénart va faire la différence. Trois doubles (Putt, Martinez et Hanvi) additionnés à deux simples (Farell et Brelle)… Ozanich est bousculé. Les Templiers marquent quatre fois. Ils mènent 5/1, puis 6/1 en 5me suite à un triple de Brown et un ballon sacrifice de Putt.

Rouen doit espérer une grosse manche pour revenir. Les Huskies y croient en 6me lorsqu’ils remplissent les buts avec des simples de Paquette et Aponte et une erreur sur Gauthier, avec un retrait. Rouen marque une première fois sur une nouvelle erreur suite à un roulant de Marche, puis une deuxième fois sur un simple de Piquet. 6/3 avec les buts remplis ! Mais Smith ne peut faire mieux qu’un roulant sur la 3me base. Rouen continuera a grignoter son retard en 7me manche grâce aux jambes de Maxime Lefevre.. Mais ce sera tout.

Sénart, plus efficace, remporte le premier match de la finale.\r\nComme en 2007 et comme en 2008.\r\nhttp://www.stbaseball.fr/wp-content…

Luc Piquet

MATCH 2 ROUEN NE TREMBLE PAS

Les Huskies le savent. La pression est sur eux. Défaite interdite ce dimanche 12 août à Sénart. Un déficit de 2/0 serait un handicap très lourd avant le retour à Rouen.\r\nCe match est crucial et les deux équipes vont se livrer un long bras de fer avec un duel de lanceurs américains (Farell, 9IP, 5H, 6BB, 7K, 5runs dont 4 mérités et Mezger 9IP, 4 hits, 0BB, 8K).

Les Huskies tirent les premiers. En 4me manche, ils profitent de leurs premiers coups sûrs (simples de Bert et de Paquette) du match pour marquer deux points. 2.0.\r\nLes sentiers ne vont plus être beaucoup fréquentés par les coureurs des deux équipes jusqu’ne huitième manche, qui débute par un simple d’Hanvi. L’ancien joueur de l’organisation des Minnesota Twins vole la 2, se rend en trois puis au marbre sur deux roulants. 2-1, les Rouennais sentent le soufflent des Templiers dans leur nuque.

Cela le mérite de réveiller les joueurs de Keino Perez qui vont faire définitivement basculer le match en 9me.\r\nAponte (BB) et Marche (simple) se rendent sur les coussins. Les deux frappeurs suivants sont retirés (Piquet et Hagiwara). Après deux morts, Smith frappe au champ centre pour un double capital, bon pour deux points. _ L’Australien de Rouen sera ensuite poussé à son tour au marbre sur une belle claque de Lefevre à la clôture (double). Rouen mène 5/1. C’est terminé.Deux ballons et un roulant plus tard, Rouen remporte le Match 2 et égalise dans la série.\r\nLes Huskies, derrière un Mezger impérial, sont bien revenus.

http://www.stbaseball.fr/wp-content…

 MATCH 3 ROUEN BALAIE SENART

Les managers ont décidé d’aligner leur lanceur vainqueur du week end précédent. Brelle pour Sénart et Mezger pour Rouen.\r\nLes suspens ne va durer que deux manches et demi. Dans la 3me manche, les Huskies vont martyriser les balles lancées par Brelle. Après un retrait, les Huskies vont frapper 7 hits dont trois doubles (Lefevre, Aponte, Marche)… Six points sont marqués. Les Templiers sont assommés. Le match est plié, d’autant que la rapide de Mezger fait toujours autant de mal (8IP, 3H, 1BB, 7K)… Le match est plié.\r\nNouvelle poussée rouennaise en 6me manche avec le haut de lineup qui enchaine les hits. Simples de Lefevre et de Bert, double de Paquette simple d’Aponte… 3 points supplémentaires sont scorés. 9/0.

Il manque un point pour terminer le match plus vite. Paquette s’en charge. Premier frappeur de la 8me manche, il claque en solo un homerun. 10/0. Game over.\r\nLes Rouennais, impressionnants (14 hits), sont maintenant devant dans la série.\r\nhttp://www.stbaseball.fr/wp-content…

 MATCH 4 LA PREUVE PAR NEUF

Ce sont les Templiers qui sont dos au mur.\r\nEt Rouen pense bien tuer tous les espoirs de Sénart en 3me manche. Quatre hits (Triple d’Hagiwara, simples de Lefevre, Bert et Paquette) produisent trois points. 3/0. Rien ne peut plus arrêter Rouen ? C’est sous-estimer cette excellente équipe de Sénart et sa puissance offensive. Owen Ozanich, le lanceur rouennais, dominant depuis le début du match, va souffrir en 4me manche. Putt et Paturel frappent tour à tour un homerun (deux points à chaque fois) et Sénart passe devant. Coup de froid sur le terrain Pierre Rolland ! Et ce n’est pas fini. La manche suivante, Brown (B) est envoyé au marbre sur un double de Putt. C’est 5/3 pour Sénart !

Rouen réagit et le duo Bert (simple) – Paquette (triple) produit un 4me point. Mais Sénart reste devant et tient bon.

En début de 7me, à trois manches de la fin, Sénart mène toujours 5/4. Le premier frappeur de la manche Matthew Smith. Il fracasse la balle qui s’envole au dessus de la clôture dans le champ gauche ! L’Australien de Rouen apporte le point d’égalisation et sonne la charge, lui qui avait déjà produit les deux points en 9me manche du match 2. Une pluie de coups sûrs va tomber sur les casquettes des Templiers… dont trois doubles (Paquette, Gauthier, Hagiwara…)… Une avalanche de points (sept !) accompagne les frappes. Sénart craque. 11/5 pour Rouen à deux manches de la fin… La Coupe a décidé de rester sur les rives de la Seine.\r\nRouen fait rentrer ses jeunes, Bastien Dagneau (BB), Loïc Guillou (hit), Dylan Gleeson. Oscar Combes..\r\nAnthony Piquet, comme en 2010 et comme en 2011, vient terminer le travail lors du dernier match de la finale…\r\nLa dernière manche défensive des Rouennais est un peu poussive, le champagne est sorti… Avec un homerun solo d’Hanvi et deux erreurs de Rouen, Sénart marque trois fois en 9me… 12/8. Mais Putt frappe dans le ciel rouennais vers le champ gauche. Sa balle est récupérée par le gant d’Oscar Combes pour le dernier retrait.

Rouen est champion et ses supporters sont au 9me ciel.

http://www.stbaseball.fr/wp-content…

 STATS COMPLÈTES – LEADERS

 

LE TÉMOIGNAGE

Impossible d’évoquer 2012 sans donner la parole au duo américain Chris Mezger et Ethan Paquette. Ils ont, le premier sur le monticule, et le second, avec son bâton, impressionné toute la saison et éclaboussé la série finale de leur talent. Ils n’ont pas oublié.  

« De la finale 2012, je me rappelle un moment très précis. On venait pourtant de perdre le premier match. Et sur la route pour le match 2, j’ai eu cette assurance, cette certitude : « on ne peut pas perdre cette finale ». C’était impossible car nous avions la meilleure équipe. IL aurait fallu que Sénart nous batte encore deux fois ? Non vraiment, cela ne pouvait pas arriver. On est arrivé au terrain, avec cette confiance. Et nous avons gagné le match 2 en jouant solidement 6 à 1. Puis les deux matchs suivants. Après tous mes voyages en Europe (Chris a joué ensuite aux Pays-Bas puis en Allemagne), l’image pour moi la plus marquante des Huskies, c’est cette conviction partagée par tous, quand on porte le chandail de Rouen, que le match n’est jamais fini tant que le dernier retrait n’a pas été réalisé. Cette conviction qu’on va toujours trouver une façon de gagner. Cela explique en partie l’incroyable palmarès des Huskies, cette constance au plus haut niveau. C’est quelque chose de très rare dans le monde de baseball »
« Je me souviens qu’on avait abordé les finales avec beaucoup de confiance, conscients que nous avions la meilleure équipe de la ligue. Quand on allait frapper, on se sentait très sûrs de nous. J’aime jouer les finales, les matchs à enjeux. Je sentais bien mon swing… Peut-être ma meilleure séquence de la saison. Jouer cette finale, jouer avec cette équipe de Rouen, c’est une des meilleures expériences de ma vie (Ethan Paquette avait joué en NCAA 1ere div puis avait été drafté par les Mariners de Seattle. Il a joué en A). »