Ce qu’il faut savoir sur le Challenge de France

| Publié par | Catégories : Baseball, Clubs, Compétition, Équipes, Fédé et Ligue, Infos Générales

L’objectif.\r\n\r\nA partir de 2003, la Fédération a décidé de regrouper les 8 équipes de l’Elite / D1 dans un tournoi, afin de préparer les clubs à la Coupe d’Europe : jouer plusieurs matches en quelques jours, donc gérer les lanceurs, le line-up, etc. Le vainqueur est qualifié en Coupe d’Europe.\r\n\r\nLes vainqueurs.\r\n\r\nRouen a remporté 7 challenges (2002, 2007, 2009, 2011, 2012, 2013, 2015), Savigny 2 (2003, 2005), Sénart 2 (2008, 2014) et Montpellier 1 (2006)\r\n\r\nLes formules.\r\n\r\nLe challenge a connu plusieurs formules. La 1ère n’aura duré qu’une saison, en 2002. Le challenge oppose alors dans un 2 de 3 les 2 meilleures équipes de la phase retour. En 2003, on passe en 2004 à une formule de deux poules de 4, et les deux premiers vont directement en finale. Pour calquer les coupes d’Europe de l’époque, on rajoute une demi-finale croisée en 2005. En 2013, c’est la formule « world baseball classic » qui est adoptée, avec toujours 2 poules de 4, mais une double élimination dans chaque groupe, et les deux premiers se rencontrent en finale. Petit ajustement (judicieux) en 2015, avec un croisement entre les deux groupes pour des sortes de demi-finales. Le challenge ne s’est pas joué en 2004 et 2010.\r\n\r\nLes clubs organisateurs.\r\n\r\nEn excluant 2002, 7 clubs ont accueilli deux fois le challenge : Toulouse (2005, 2014), Saint-Aubin-du-Médoc (2003, 2007), Rouen (2006, 2011), Sénart (2012, 2016). Boe Bon Encontre (2005, 2014), Montigny (2012, 2105) ont été deux fois terrains secondaires et Paris a été terrain principal en 2013 et secondaire en 2016. Les autres terrains : Pessac (2003), Bois-Guillaume (2006), Pineuilh (2007), Clermont-Ferrand (2008), Saint-Just Saint-Rambert (2008), Beaucaire (2009), Les Andelys (2011), Brévannes (2013), Chartres (2015).\r\n\r\nAffiche-CdF-Baseball-2016\r\n\r\nLes doublés.\r\n\r\nRouen a réalisé 6 fois le doublé Challenge / Championnat (2005, 2007, 2009, 2011, 2012, 2013, 2015) et Sénart une fois (2014).\r\n\r\nLes finalistes.\r\n\r\n9 finales pour Rouen, 7 pour Savigny, 4 pour Sénart, 2 pour Montpellier, 1 pour Toulouse et le PUC.\r\n\r\nLes invités.\r\n\r\nEn 2003, pour combler l’absence de l’INSEP qui évoluait en D1, et dont les joueurs retrouvaient leur équipe pour le Challenge, La Guerche a été invitée à participer. En 2013, c’est l’équipe de France -18 ans qui est invitée, avec un beau parcours qui les amènera à une 3ème place.\r\n\r\nLes surprises.\r\n\r\nEn 2006, Rouen, club organisateur, champion de France depuis 3 saisons consécutive, se fait suprendre par Montpellier (3-9), sous un temps pourtant très Normand. Le signal d’un formidable parcours des Barracudas, qui domineront ensuite Sénart en ½ (10-8) et Savigny en finale (9-4). En 2007, le PUC domine Sénart 5-4 dès le 1er match, obligeant les Templiers à puiser dans leur bullpen pour se qualifier en ½ finales, où, à cours de lanceurs, ils seront battus 5-0 par Toulouse. Rouen – Montpellier, acte 2, en 2008, et même résultat. Sur le terrain de St Just, pour un match décisif (Toulouse est l’autre qualifié du groupe), Montpellier prend le dessus sur Rouen 5-2 en élimine encore les Huskies. Les Barracudas s’inclineront en ½ 2-7 face à Savigny. Et ils seront à leur tour victime d’une surprise l’année suivante, chez eux, face à La Guerche, qui s’impose 4-2 et se qualifie en ½ finale, où Rouen mettra un terme à leur parcours (6-2). En 2013, c’est Beaucaire qui attire l’attention avec deux succès à l’arraché 2-1 contre Montpellier puis 12-11 contre le PUC qui les conduira en ½ finale (défaite 3-21 contre Sénart). Rouen – Montpellier acte 3, en 2014. Un match fou, qui dure deux jours, s’achève en extra-inning avec une décision contestable des arbitres, et une défaite 2-3 des rouennais. Montpellier sera battu ensuite en finale par Sénart.\r\n\r\nLes finales rouennaises.\r\n\r\nC’est toujours difficile de hiérarchiser des finales, car toutes les victoires sont belles. Mais certaines batailles ont eu plus de saveur que d’autres. Tentative, très subjective, donc, de classement des finales rouennaises.\r\n

    \r\n

  1. 2013, Rouen b. Sénart 9-7. Dans une ambiance assez hostile, les Huskies sont malmenés par les Templiers à qui tout réussit. Sénart se détache 7-1, avec une 3ème manche de 5 points et semble déjà fêter sa victoire. En 6ème manche, le match va basculer, notamment avec un at-bat exceptionnel d’Oscar Combes face à Jonathan Mottay. Rouen envoie 12 frappeurs à la batte, marque 8 fois, prend les devants et ne lâchera rien, avec une relève dominante de Keino Perez.
  2. \r\n

  3. 2009, Rouen b. Savigny 7-5. Il fait très chaud à Montpellier, pas seulement à cause du soleil resplendissant, mais aussi en raison de la forte rivalité entre Huskies et Lions. Les Huskies, avec Robin Roy au monticule, se détachent en début de match, mais Savigny ne lâche rien, et remonte petit à petit, porté par un Christophe Goniot déchaîné. Là encore, il faudra un énorme Keino Perez pour éteindre le feu, un curieux double jeu pour finir le match, et un peu de sang-froid de part et d’autre pour éteindre le début de bagarre générale au moment de se serrer la main.
  4. \r\n

  5. 2007, Rouen b. Toulouse 5-4. Les toulousains font le break en début de match, mais Rouen parvient à rester dans la partie. Les Huskies sont menés 2-4 en 8ème manche quand ils remplissent les buts. Kenji Hagiwara, revenu quelques jours plus tôt de son université américaine, est au baton, il frappe un long double qui vide les sentiers, avec à une course homérique de Joris Bert depuis la 1ère base qui devance d’un rien le relai des toulousains.
  6. \r\n

  7. 2002, Rouen b. PUC 2 victoires à 1. C’est le 1er challenge, un affrontement sur un week-end entre les deux meilleures équipes des matches. Rouen n’a encore rien gagné, et défie la légende du baseball français. Les Huskies se baladent dans le 1er match (11-1), mais tremblent au moment de conclure dans le match 2 et s’inclinent en extra-inning. Ils réussissent à se reprendre, à retrouver leurs esprits et à s’imposer de justesse 3-1 dans le dernier match. C’est le 1er titre d’une très longue série…\r\n\r\n
    2002-rouen

    2002 Rouen bat PUC 11-1, 1-2, 3-1 Le 1er challenge de France oppose les deux meilleures équipes de la phase retour. Les rouennais décrochent le 1er titre de leur histoire non sans avoir laissé filer l’occasion de gagner en 2 matches (défaite en 13 manches dans le match 2). Patrice Plante domine au pitching dans l’affrontement final.

  8. \r\n

  9. 2011, Rouen b. Savigny 6-4. Une poussée de 6 points en 5ème manche des Huskies, menés par et bits clutch de Crystal et Thomas, fait la différence. Le duo Ozanich – A.Piquet fait le reste, bien aidé par un jeu important de Crystal en champ centre qui retire Dussart au marbre, coupant la remontée des Lions en 7è manche.
  10. \r\n

  11. 2015, Rouen b. Sénart 6-3. Le classique du baseball français tourne à l’avantage des Huskies. Keino Perez starte brillament le match, relevé par Jeff MacKenzie. Les Huskies se détachent avec 3 points en 5è manche et résiste à la poussée de Sénart en fin de match..
  12. \r\n

  13. 2012, Rouen b. Savigny 4-0. Chris Mezger est trop fort pour les Lions et Perez achève le travail par 3 manches blanches. Les Huskies marquent 2 fois en 3ème manche (avec 3 vols de base), ce qui sera largement suffisant pour gagner.
  14. \r\n

  15. 2003, Savigny b. Rouen 4-2 et 2005 Savigny b. Rouen 6-2. En 2003, les Huskies croient avoir fait le plus dur en dominant Montpellier 5-0, emmené par un grand Chénard au monticule. Mais Savigny est bien trop fort en finale, et s’impose 4-2. C’est un peu le même scénario en 2005. Les Huskies donnent tout pour sortir Toulouse en ½ finale (4-3, avec un HR de Denischuk contre Samuel Meurant), mais sont dominés par le Savigny de Florian Peyrichou.
  16. \r\n

\r\nLes autres finales.\r\n\r\nEn 2006, le « commando » Montpelliérain balaye tout sur son passage, dont Sénart en ½ finale (10-8). On pense les Barracudas à bout de souffle, mais Edouard Massé ne fait qu’une bouchée de l’attaque des Lions et Montpellier s’impose 9-4.\r\n\r\nEn 2008, Sénart écrase 16-2 une équipe de Savigny à cours de lanceurs.\r\n\r\nEn 2014, les Templiers tremblent en ½ finale. Ils sont menés 0-2 mais égalisent 2-2 en 8ème manche après une erreur et un balk. En extra-inning, Sénart prend les devant mais le PUC égalise sur un balk avec les buts remplis. Le tonitruant home-run d’Ernesto Martinez en 11è manche fera la différence. La finale est tout aussi disputée. Pierrick Lemestre est héroïque au monticule, et un circuit (hors ligne ?) de Peyrichou donne la victoire aux Templiers en fin de match.\r\n\r\nLes matches des Huskies\r\n\r\nRouen a disputé 44 matches en Challenge de France pour 37 victoires (84 %), marqué 393 points (8,9 par matches) et encaissé 122 (3,4 par matches).\r\n\r\nRouen – Montpellier 5 victoires à 3 (43 pts à 34)\r\n\r\nRouen – Toulouse 7 victoires à 1 (65-34)\r\n\r\nRouen – Savigny 5 victoires à 2 (47-27)\r\n\r\nRouen – Sénart 5 victoires à 1 (32-24)\r\n\r\nRouen – PUC 4 victoires à 0 (69-6)\r\n\r\nRouen – La Guerche 4 victoires à 0 (53-5)\r\n\r\nRouen – Clermont 2 victoires à 0 (26-12)\r\n\r\nRouen – France U18 2 victoires à 0 (14-6)\r\n\r\nRouen – Pessac 1 victoire à 0 (18-1)\r\n\r\nRouen – Chartres 1 victoire à 0 (11-1)\r\n\r\nchallenge-de-france-2016