Bastien Dagneau de retour à Rouen avec Montpellier

| Publié par | Catégories : Baseball, Clubs, Compétition, Infos Générales, Joueurs

Comment se déroule ton intégration à Montpellier ?

Super, je me suis très bien acclimaté ici. La ville est grande et belle, il fait beau ! Mon job au pôle espoir me plait et avec l’équipe D1 ça se passe bien, donc je suis content. (Bastien a quitté Rouen pour Montpellier en septembre dans le cadre de tes études Licence 3 STAPS, filière Entraînement Sportif, section « Sports de batte ». Il a également intégré le coaching staff pour les jeunes du Pôle Espoir de Montpellier).

Qu’est-ce que cela te fait en jouer dimanche contre Rouen ? 

Je suis très excité ! Je ne sais pas encore ce que ça va me faire quand je serai sur le terrain mais ce qui est sûr c’est que ça ne va pas me laisser indifférent. J’ai hâte !

Que retiens-tu de tes années rouennaises ? 

Les titres évidemment et la relation avec toutes les personnes du club. L’ambiance lorsqu’on est sur le terrain ou en dehors restera gravée dans ma mémoire ainsi que les émotions vécues dans l’équipe. Ce sont des sensations qu’on n’oublie pas.

Tes meilleurs souvenirs ?

Il y en a beaucoup. En 2012 avec les premiers titres pour moi et le Final Four (Rouen s’était qualifié pour la finale de la Coupe d’Europe des clubs Champions à Rome). Ensuite, lorsqu’on a repris nos titres en 2015. Après d’une façon générale, c’était surtout les explosions de joie au moment de la victoire lors des matchs vraiment importants qui m’ont marqué. On arrivait sans cesse à se sortir de scénarios compliqués, de nombreuses situations difficiles grâce au caractère et c’est pour ça qu’on joue et qu’on était si heureux de gagner presque à chaque fois.

« D’une façon générale, c’était surtout les explosions de joie au moment de la victoire lors des matchs vraiment importants qui m’ont marqué » – Bastien Dagneau, numéro 30

Facile de jouer à Montpellier quand on vient de Rouen ? Tu ne t’es pas fait chambrer ?

Haha, si bien sûr, c’est drôle d’ailleurs, car on a des gars qui viennent de Chartres, de Sénart et de Toulouse mais, celui qui prend le plus, c’est le rouennais bizarrement ! Mais sinon, c’est de bonne guerre, toujours marrant et de toute façon, j’ai de quoi répondre ! J’ai été habitué car à Rouen on se chambrait pas mal au sein de l’équipe, à tel point que ça pourrait être une idée d’article 😉

Te demandent-ils des conseils pour battre Rouen ?

Ah ça, c’est secret défense haha !

Si tu devais comparer Rouen et Montpellier, que dirais-tu ? 

Je dirais que c’est difficilement comparable ! Les deux équipes ont de très bons joueurs avec peut-être un plus d’expérience du côté de Rouen, ce qui pourrait s’expliquer par le fait que la moyenne d’âge de notre équipe est en dessous de 22 ans. Les deux équipes peuvent aller chercher le titre et sont drivés par un coaching de qualité.

La différence pour moi réside plutôt dans les conditions liées aux structures. À Montpellier, par exemple, j’ai mis du temps à m’habituer à frapper des balles qui n’ont même pas de coutures dans l’unique cage de frappe du club.

C’est grâce à cette mutation que j’ai compris que Rouen, c’était le luxe question conditions d’entraînement.

Ensuite, Montpellier a des obstacles que Rouen n’a pas, comme la règle des mutés qui nous empêche de faire jouer certains joueurs et l’équipe fédérale qui ne nous permet pas d’avoir tout le temps le même collectif. Ajoutez à ça le fait que sept de nos joueurs s’entraînent à Toulouse et trois autres ne font pas les déplacements pour des raisons professionnelles et vous comprenez vite la difficulté dont je vous ai parlé précédemment. Évidemment, ce genre de choses à son importance mais sans difficultés on s’ennuierait. Je suis parti de Rouen pour sortir aussi de ma zone de confort, donc je ne vais pas me plaindre de ça. C’est à nous d’être encore plus fort pour réussir à surmonter tout ça ! »

Comment se passe le championnat ? Vous avez déjà trois défaites. Comment l’expliques-tu ? 

C’est vrai que ça ne reflètent pas nos ambitions. On s’est fait surprendre par Savigny le premier week end et Sénart nous a battu deux fois. C’est une nouvelle équipe, on est dans une phase de transition et il y a beaucoup de nouveaux joueurs. On doit encore se mettre à la même page pour fonctionner en équipe dans les moments clefs car dans des matchs serrés, les petites choses font la différence.

Montpellier vient à Rouen avec quelle ambition ?

Gagner bien sûr ! Je ne viens pas pour regarder jouer mon ancienne équipe. Personne n’en aura rien à faire de nos trois défaites si on gagne le titre. On sait que Rouen sera sur notre chemin, c’est pour ça qu’on vient pour s’imposer. Peu importe les résultats ou les statistiques. Je ne suis pas parti de Rouen pour faire troisième ou deuxième. Ce ne serait pas faire honneur à ce qu’on m’a enseigné pendant cinq ans 😉

Bastien Dagneau en 2016

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *