2007: une finale à couper le souffle

| Publié par | Catégories : Baseball, Clubs, Compétition, Équipes, Infos Générales

2007 Rouen bat Sénart 3-2

\r\n

Rouen 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0\r\nSénart 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1 1\r\nHagiwara (8), Scalabrini (6), Piquet (4), Marche (2), Gauthier (3), Peron (7), Le Guillou (9), Dubaut (5), David (DH), Perez (1)\r\nDuel au sommet du monticule entre Samuel Meurant et Keino Perez. Le sénartais lance 10 manches sans donner de points, et n’espaçant que 7 hits. Il est relevé par Mathieu Brelle en 11ème manche, qui protège la victoire. En face, Keino Perez fait presque aussi bien avec une performance de 8,1 manche, 12K, 6 hits. Avec bases pleines (coureur en 3 puis deux BBI pour remplir les sentiers) et 1 retrait, il est relevé par Karl Meljholm en 9ème manche, qui fait frapper Mathieu Brelle dans un double jeu. Les sénartais gagnent le bras de fer en 11ème face à Lecourieux. Deux BB et une erreur remplissent les sentiers, donnant à Mathieu Brelle la chance de se rattraper. Il ne la manque pas en frappant le simple décisif.

\r\n

Rouen 0 1 0 2 0 0 0 0 0 3\r\nSénart 0 0 0 0 1 0 0 0 0 1\r\nHagiwara (4), Scalabrini (6), Piquet (5), Bougie (8), Marche (2), Gauthier (3), Peron (7), Le Guillou (9), Lecourieux (DH), Dubaut (1)\r\nLe duel Dubaut-Blesoff vaut bien le Meurant-Perez du 1er match. C’est le rouennais qui en sort vainqueur en ne cédant qu’un seul point en 9 manches, bien soutenu par sa défense qui tourne 4 double-jeux dont un capital en 8ème manche avec Martinez au bâton et les buts remplis. Les Huskies s’imposent grâce à leur vitesse, en volant pas moins de 8 bases face à la batterie Blesoff-Deruelle.

\r\n

Sénart 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0\r\nRouen 5 0 0 0 0 0 3 0 / 8\r\nHagiwara (8), Scalabrini (6), Piquet (4), Marche (3), Gauthier (2), Le Guillou (9), Peron (7), Dubaut (5), Lecourieux (DH), Meljholm (1)\r\nLes Huskies se mettent à l’abri dès la 1ère manche face à Ian Young en frappant deux hits, soutirant un BB et deux HP, et profitant d’une erreur coûteuse de la défense de Sénart avec les bases pleines. Karl Meljholm déroule ensuite au monticule en ne concédant qu’un hit en 7 manches, relevé ensuite par Crescent qui remplira les buts en 8ème mais s’en sortira sans dommage.

\r\n

Sénart 0 0 0 0 0 0 0 0 2 1 3\r\nRouen 0 0 1 0 1 0 0 0 0 0 2\r\nHagiwara (4), Scalabrini (6), Piquet (5), Bougie (8), Marche (2), Gauthier (3), Le Guillou (9), Peron (7), Dubaut (DH), Sochon (1)\r\nSplendide performance pendant 8 manches d’Alexandre Sochon qui ne cède que 3 hits, et n’est vraiment inquiété qu’en 4ème manche, après un double de David Meurant et un simple d’Hervieux. Mais Meurant est coupé entre la 3 et le marbre pour éteindre la menace. Les Huskies mènent 2-0 en 8ème, non sans avoir souffert contre l’inoxydable Sam Meurant, en ne marquant que sur une erreur d’Hobbs avec les bases remplies, puis un triple de Piquet avec Dubaut en 1ère base et deux retraits. Rouen se voit déjà soulever la Coupe quand Mathieu Brelle frappe un simple pour commencer la 9ème. Perez entre en relève, accueilli par un double de David Meurant qui fait scorer Sénart. C’est 2 à 1. Après un amorti sacrifice de Hervieux, Martinez frappe le simple égalisateur. On va en extra-inning pour la 2ème fois de la finale. Et Sénart fait encore la différence, cette fois face à Meljholm. Hobbs frappe un simple, vole la 2, et après deux retraits est poussé au marbre par le simple de Mathieu Brelle. Le sénartais, entré en relève en7ème manche, finira l’affaire au monticule.

\r\n\r\n

\r\n
Philippe Lecourieux

\r\n

\r\n
Karl Meljholm

\r\n

Sénart 1 1 5 0 0 0 1 0 0 8\r\nRouen 1 1 0 2 0 1 1 3 / 9\r\nHagiwara (8), Scalabrini (6), Piquet (4), Bougie (7), Marche (2), Gauthier (3), Peron (DH), Le Guillou (9), Dubaut (5), Lecourieux (1)\r\nLes deux équipes ne veulent pas céder dans les 2 premières manches. Double de Brelle, RBI de Martinez, double d’Hagiwara, RBI de Piquet. Puis Deruelle fait marquer Young avant que Peron n’envoie Gauthier au marbre. Puis Sénart se déchaîne contre Lecourieux. Après un retrait en 3ème, David Meurant, Hervieux, Martinez, Young et Hobbs frappent en lieu sûr pour score 4 fois. Dubaut entre en relève en urgence, Hobbs vole le marbre, le rouennais fait les deux derniers retraits, mais le score est monté à 7-2. Les Huskies sont sonnés. C’est Le Guillou qui les remet sur la bonne voie en frappant un triple après deux retraits en 4ème. Dubaut suit par un simple. Les bases se remplissent (HP, simple) puis Piquet soutire un BB. Le score est de 4-7. Rouen revient à moins 2 en 6ème sur un double d’Hagiwara, un simple de Scalabrini et un roulant de Piquet. Sénart réplique avec un double de Young qui fait marquer Hervieux. 8-5 pour les Templiers. Rouen continue à grignoter. Gauthier frappe un double, Peron un simple d’un point, 6-8. On arrive en 8ème manche. Scalabrini est sauf sur une erreur de Mathieu Brelle. Piquet soutire son 3ème BB de la journée. Bougie fait avancer les deux coureurs avec un sacrifice. La défense de Sénart joue avancée, le roulant de Marche la transperce et créée l’égalité. Gauthier est retiré sur un roulant, puis Peron frappe un double qui donne les devants aux Huskies. Dubaut se chargera du reste, Hobbs frappant le dernier roulant vers Gauthier.

\r\n\r\n

\r\n

« Je crois qu’avec la pression et la fatigue accumulée depuis deux jours, c’est la plus grosse émotion que j’ai jamais ressentie sur un terrain de baseball de toute ma vie, c’était un sentiment incroyable et merveilleux… » Nicolas Dubaut

\r\nQuelle saison 2007 pour les Huskies ! Victoire au Challenge de Franc, vice champions d’Europe en juin en Italie, champions de France… Joris Bert drafté par les Dodgers de los Angeles…  L’un des grands acteurs de cette saison historique est sans nul doute Nicolas Dubaut. « Ma meilleure saison de baseball » dit il. Car en lpus de tous les succès de son club, Nicoals lance et gagne contre l’Italie aux Championnats d’Europe. Sur un nuage ! Aujourd’hui, il l’avoue, c’est avec des frissons qu’il se replonge dans ses souvenirs de la finale 2007. Et il n’a rien oublié.  \r\n

Nicolas-Dubaut2« Que de souvenirs! Je crois que je me rappelle de tous les jeux de cette finale. Surtout ceux du match 5! L’année 2007 reste comme ma meilleure saison de baseball toutes compétitions et équipes confondues, et en particulier cette finale incroyable! Pour rappeler le contexte un peu particulier, cette finale devait se jouer en 3 jours, le match 1 vendredi soir, puis 2 matches le samedi et à nouveau 2 matches le dimanche… et oui 5 matchs en moins de 48h! Les bras des lanceurs allaient souffrir…

\r\n\r\n

Après la défaite du premier match nous devions gagner le deuxième match pour rester dans la finale. Je startais contre Evan Blessof, le lanceur américain de Sénart, ce fut un match très serré que nous avons remporté 3-1. la finale était relancée et avec Karl Mejlholm pour lancer le 3eme match, nous étions confiant.

\r\n

Après une victoire au match 3 sans encombre, nous menions d’un point à l’entame de la dernière manche du match 4 après un match superbe d’Alexandre Sochon… Keino monte sur la but pour closer le game, et l’incroyable se produit, Keino, intouchable en coupe d’Europe et pendant la saison donne le point égalisateur sur deux frappes consécutives!! Nous partons en extra inning, Karl remplace Keino sur la butte et une nouvelle fois l’incroyable se reproduit, Senart marque sur un walkoff et revient dans la série 2 à 2…

\r\n

Je n’en revenait pas, comme quoi dans le baseball « it ain’t over til it’s over ». Avec du recul le fait d’avoir perdu le match 4 de cette manière rend notre victoire finale encore plus belle et plus forte, mais clairement sur le moment ce n’était pas agréable…

\r\n

Après une courte pause, c’était le moment commencer le match 5 décisif!

\r\n

Philippe « Poppy » Lecourieux starte pour nous. Le match démarre de manière catastrophique et nous nous retrouvons rapidement mené au score 7-3. Pendant un court instant, une pensée me vient à l’esprit: « bon ce sera pas pour cette année, moi qui attendait ce nouveau titre depuis 7 longues saisons, il faudra patienter jusqu’à l’année prochaine pour être champion… »

\r\n

\r\n

Mais rapidement, tous les sacrifices faits pour en arriver là me reviennent en tête et je me dit que ce n’est pas possible, nous devons gagner ce match!

\r\n

\r\n

Durant la troisieme manche, Sénart enchaine les points, Sebastien Bougie, qui jouait champ gauche, me demande si je peux relancer (je joue 3ème base), sans hésitation je monte sur la butte, avec un coureur en 3 et le score de 6-2, sur le premier lancé le coureur vole le marbre et porte le score à 7-2. Bizarrement, ça m’a soulagé, je me suis senti à l’aise avec les bases vides, comme si tout recommençait à zéro.

\r\n

On sort de la manche, il nous reste 6 manches pour remonter… c’est difficile mais pas impossible. Les manches passent mais le score ne bouge pas, puis Pierre Leguillou frappe un triple loin dans la gauche, Senart tente un « hidden ball trick », les esprits s’échauffent… mais, Pierre est Safe. Je suis le prochain frappeur, le lanceur de Senart devait être un peu déconcentré car le premier lancer qui arrive est une droite au cœur du marbre, et elle repart direct en line drive au dessus de l’arrêt court! on a marqué! C’est maintenant 7-3! BB à Luc Piquet, Base Hit de Danny Scalabrini à droite, les bases sont pleines, HP sur Kenji Hagiwara, et c’est un nouveau point le score est maintenant 7-4…

\r\n

On revient petit à petit, à l’approche de la huitième manche le score  est maintenant de 8-6 toujours pour Sénart…

\r\n

Cette fameuse 8eme manche qui nous a été favorable toute la saison, Nous avions fait basculer plus d’une rencontre durant cette huitième manche cette année là, notamment contre Sénart déjà.

\r\n

C’était la dernière 8ème manche de la saison et nous étions prêts! Tout allait se jouer maintenant!

\r\n

Coureurs en deux et en trois, 2 retraits, Boris Marche au bâton et l’infield de Senart qui joue in… je n’ai toujours pas compris pourquoi ils jouaient in avec 2 morts et 2 points d’avance. Quoi qu’il en soit, Moochie frappe un solide roulant en direction de la deuxième base, le short stop de Senart David Meurant étant avancé, il ne peut rien faire et la balle file en outfield! Tie Game!! 8-8! Sur le relais au marbre, Boris file en deux!

\r\n

\r\n

Flavien Peron se présente au bâton, mister Clutch, l’homme qui n’aime jouer au baseball que si le match est sur le fil du rasoir!

\r\n

\r\n

La pression est à son comble, après une longue bataille et une dizaine de foul balls, Flaco frappe un double au fond du champ droit!! Nous prenons l’avantage 9-8! Plus que 3 mort à faire et nous serons champions!

\r\n

Je remonte sur la butte closer le match! Le Cœur de l’alignement de Sénart se présente, premier frappeur, Ian Young: faible ballon au champ centre: 1 mort, deuxième frappeur Ernesto Martinez Strike out: 2 morts, 3 eme frappeur Hobbs l’américain de Sénart qui frappe un roulant sur David Gauthier en première base, qui l’attrape et touche son coussin! C’est fini! nous sommes champions!

\r\n

Je crois qu’avec la pression et la fatigue accumulée depuis deux jours, c’est la plus grosse émotion que j’ai jamais ressentie sur un terrain de baseball de toute ma vie, c’était un sentiment incroyable et merveilleux… je sais que je ne revivrai plus jamais une émotion aussi intense sur un terrain de sport quelqu’il soit!

\r\n

\r\n

Voilà ce que je me souviens de cette fameuse finale 2007, encore une fois vive les Huskies et merci de m’avoir procuré une telle joie! Bonne chance pour cette nouvelle finale. »

\r\n