1995/97: une nouvelle équipe dirigeante, le club est relancé

Robin Roy, Pierre Veillot, Alban Pesquet, Ludovic Justin, Eric Mesnildrey, Damien Flicoteaux, Dominic Therrien, Christophe Lamontagne Stéphane Giraud, Rudi Bauer, Mickael Cerda, Sylvain Virey, André Laflamme

liberté-dimanche-199

Liberté-dimanche annonce l’élection d’un nouveau président

Le retour de Jean-René Tapia… Un premier retour qui en annonce d’autres. Jean René Tapia et Pierre Yves Rolland réussissent à convaincre Xavier Rolland de revenir s’occuper du club. Durant l’été, les trois hommes travaillent sur un plan de reprise. « Honnêtement, je n’étais pas très chaud, raconte Xavier Rolland. Je débutais comme jeune journaliste. J’avais d’autres priorités. Mais bon, les Huskies, ca compte et JR et Pierre-Yves ont été très convaincants. On a travaillé très fort. Vraiment. On a monté un projet sur 5 ans, puis sur 10 ans. Où voulions nous aller ? Comment ? Quels étaient les points de passage. J’ai déjeuné avec des élus, avec des dirigeants de club. J’ai écouté. Pris des conseils. On voulait tirer les leçons du passé. Ne pas montrer trop vite, structurer. Notre projet, c’était de bâtir la maison Huskies. Avec quatre piliers. Le haut-niveau, des finances saines, un esprit club et un développe mêlent de masse. Et ces quatre piliers devaient monter en même temps. Sinon, la maison s’effondre… »

ANDRE-LAFLAMME

Saison 1996, l’arrivée du coach Québécois André Laflamme. Il va relancer la formation au club.

A la fin de l’été, dossiers sous le bras, les trois hommes sont venus présenter leur projet pour relancer le club. Mais il fallait le soutien des élus. Soutien moral et surtout financier. La ville d’abord. La jeune Adjointe aux sports s’appelle Valérie Fourneyron. Elle est séduite par leur vision du club et par le sérieux du projet. « Je serai toujours reconnaissant à Valérie Fourneyron. Elle nous a jugé sur notre dossier, notre projet. Pas sur notre discipline et sa portée médiatique et son nombre de voix potentiel… Le fait qu’elle nous suive à tout déclenché ». C’est ensuite le Département de Seine-Maritime. Pascal Martin (l’actuel Président du Département) est séduit à son tour… Le club renaît… « Avec Xavier et Jean-René, nous étions très complémentaires. On formait une sacrée équipe», ajoute Pierre-Yves Rolland. De toute façon, je les avais prévenu. Si les collectivités ne croient pas en nous, je n’irai pas. Là, franchement, on n’avait plus le choix. D’ailleurs, j’ai relu notre projet. On a réalisé dans les cinq années qui ont suivi 90% des objectifs fixés en 10 ans.» La nouvelle équipe prend le club en charge début 1996. Priorité des nouveaux dirigeants, structurer la formation, former les éducateurs. Il faut trouver l’homme qui va avoir au quotidien cette mission de stabiliser le club sur le terrain, aux côtés des bénévoles. Ce sera le Québécois André Laflamme. Il débarque de Trois-Rivières…Il avait joué contre Rouen en 1991 lors de la tournée des Huskies dans la Belle-Province. Il est nommé à la tête de l’équipe Une et lance le dimanche. Robin Roy fait également son retour dans la meute.Il est suivi du Canadien Dominic Therrien, ancien AA des Braves d’Atlanta, venu faire des études de Droit à la Sorbonne à Paris.

therrien

1996/97: Dominic Therrien. Il a fait deux saisons inoubliables au club en Elite. Il n’a pas concédé un seul strike out durant deux ans. Avant de jouer à Rouen, il évoluait dans les filières des Braves d’Atlanta en AA. VIP à vie au Rouen baseball 76. Aujourd’hui, il est avocat d’affaires. Et s’est lancé dans la politique

Rapidement, les Huskies retrouvent les premières places du championnat. Avec à la clé, une remontrée en Division 1, qui a vu le PUC vaciller. Montpellier, St Lô, Savigny sont désormais les places fortes du baseball français.Et confort, de petits dugouts en bois sont posés. Pour l’anecdote, depuis son élection à la tête des Huskies, Xavier Rolland n’a plus jamais vécu à Rouen. Orléans, Rennes et désormais Nantes. C’est à distance qu’il va gérer le club.