Rouen sur les sommets européens

| Publié par | Catégories : Compétition

Les rouennais sont les spécialistes du suspens et des comebacks.

\r\n

Mercredi, Rouen Nettuno 3/0\r\n9me manche. L’attaque rouennaise souffre face au lanceur dominicain qui envoie des pastilles à 92 miles… Mais Ozanich domine également sur la butte. Le score est vierge à l’entame de la dernière manche.\r\nLes buts sont remplis avec un mort. Rogers a frappé un simple et s’est rendu en deux sur un Bunt sacrifice de Gauthier. Un BBI est offert à Marche et Paturel soutire un BB pour remplir les buts. Oscar Combes est envoyé frapper. Revenant en blessure, le jeune rouennais est un peu à cours de compétition. Après deux strikes, il frappe un roulant le long de la ligne du troisième but. Le vénézuélien Sforza charge et force sont lancer que le premier but ne peut bloquer… Les trois coureurs filent au marbre. 3/0 alors que le manager italien envisageait le tie break dans son dugout… Les italiens, de retour au bâton, seront muselés par Jason Daniels entré pour closer. Première grosse sensation de cette édition 2014.

\r\n

Jeudi, Rouen Solingen 8/7\r\nLes Rouennais sont menés 4/1 par les redoutables allemands de Solingen, qui dominent la bundesliga avec 19 victoires pour une défaite. En 7me et 8me manche, les Rouennais poussent et font souffrir l’ace des Alligators, l’Americain Chris Mezger (contre lequel ils vont frapper 13 hits), leur ancien coéquipier (2012).\r\nDeux points puis un point sont marqués. 4/4. On va disputer un terrible tie break. On place des coureurs sur les deux premiers buts comme l’exige le règlement.

\r\n

Jason Daniels (photo) lance un superbe match mais va toucher le premier frappeur après deux prises ! Les buts sont remplis avec aucun retrait. La frappe de Drache, un double, va faire très mal, 3 points sont inscrits. Solingen mène 7/4. Et toujours pas de retrait. Un roulant en 3, un k, mais aussi un hit en un BB, les buts sont à nouveau remplis. Dan Camou vient éteindre l’incendie en faisant frapper un ballon au dernier frappeur, le redoutable Sanchez. Rouen passe à son tour en attaque.\r\nLe lanceur américains allemand Glyne vient relever. Il va être accueillis par des hits de Marche et de Becquey (son 4 me du match). Le coach Perez multiple les changement, fait entrer des frappeurs, envoie les plus rapides en coureurs d’urgence.\r\nRouen réussit un incroyable come back en égalisant à 7 partout. 11me manche. On repositionne deux coureurs sur les buts. Sur la frappe, Morillo et Lefèvre tourne le double jeu. Camou retire ensuite le frappeur sur un ballon. Rien n’a qu’un point à marquer.\r\nMorillo pose le Bunt sacrifice. Les coureurs sont en 2 et 3. BBI pour Rodgers. Les buts sont remplis et c’est le jeune Dylan Gleeson (18 ans) qui frappe le coup sûr en champ centre. Rouen s’impose 8/7 à l’issue d’un scénario inouï.

\r\n\r\n

\r\n\r\n

Jason Daniels (Crédit Chris Kabout‎)

\r\n\r\n

\r\n

\r\n\r\n

L’ex Rouennais Chris Mezger a retrouvé ses anciens coéquipiers en Coupe d’Europe (Crédit Chris Kabout‎)

\r\n\r\n

\r\n \r\n

Vendredi, Rouen Prague 11/10\r\nLe tableau d’affichage du magnifique stade d’Amsterdam est sans équivoque. Prague mène 10/9 en dernière manche. Rouen a pourtant mené 8/1 avant de se faire rattraper et doubler. Deux Rouennais ont déjà été retirés. Ozanich est en 3me base et Morillo en 2me. Jordan Rogers a déjà deux prises contre lui. Une troisième et le match est terminé. Les joueurs de Prague sont prêts à bondir sur la pelouse. Mais Rogers frappe un roulant qui file sur la deuxième base et transperce l’avant champ malgré les tentatives désespérées du 2me but et du short stop.\r\nRouen marque deux fois et passe devant, 11/10. Prague ne reviendra pas.

\r\n

Rouen a donc gagné le droit de jouer une demi finale européenne, la quatrième de son histoire (2007 à San Marino – 2008 à Grosseto – 2012 à Nettuno). «  Les garçons ont montré beaucoup de solidarité et ont su garder leur calme dans touts ces situations , apprécie le coach rouennais Keino Perez. Maintenant, il faut continuer à se battre. J’ai un bon feeling face à San Marino , ajoute il avec un sourire carnassier. «  Cette équipe à vraiment un mental incroyable, on vit des trucs de fous « , savoure le capitaine Boris Marche, qui en a vécu des exploits avec ce maillot rouennais. «  On n’est pas favoris, c’est certain, mais on va jouer avec nos valeurs et on va être un adversaire coriace « . San Marino, c’est en effet deux titres européens en 2066 et 2011.

\r\n

Dans le vestiaire, comme après tout ces victoires, Yoann Vaugelade a pu entamer sa danse sur Wiggle, la musique de Jason Derulo dans le vestiaire. Un rituel que les Huskies vent des rejouer ce week end du côté d’Amsterdam.

\r\n\r\n

\r\n\r\n

San Marino

\r\n\r\n

\r\n