Un air de famille

| Publié par | Catégories : Baseball, Compétition, Équipes

La série d’invincibilité des Huskies rappelle aux plus anciens un autre parcours – presque – parfait, celui de la saison 2002. Rouen venait de remonter en D1, on passait aux battes en bois, le terrain de Saint-Exupéry était sur le point d’être inauguré, bref, c’était une nouvelle ère qui commençait.\r\n\r\nPour son premier match de la saison, le nouveau promu se déplaçait à Montpellier et alignait l’équipe suivante : Piquet (6), Justin (8), Plante (7), Monnet (3), Roy (1), Marche (2), Rothermundt (9), Fillatre (5), Hagiwara (4). Pour le premier at-bat de la saison, Luc Piquet frappait un retentissant triple au champ centre, comme un symbole de la tornade que les Huskies allaient faire souffler sur le championnat. Rouen sort vainqueur (10-8, 5-4) de ce duel à priori déséquilibré face à un des grands noms du baseball français. Une premières surprise qui sera suivie d’une autre, face au champion de France en titre, Savigny, battu 7-4 et 12-5 lors de  la 2ème journée.\r\n\r\n

inauguration-bancrouennais

Le banc des Huskies avant la construction des dugouts

\r\n\r\nRouen va continuer à accélérer, avec quelques « cartons » (17-2 face à l’INSEP), quelques victoires plus compliquées (1-0 à Cherbourg, le point vainqueur marqué en 9è manche) avant de connaître son premier coup d’arrêt. En fait, son seul coup d’arrêt de la saison régulière. Ce sera à Montigny. Les deux équipes sont à égalité 4-4 en 9ème manche, rien n’est marqué en 10è. En 11è, Rouen prend les devants quand un simple de Monnet pousse Hagiwara au marbre. Montigny réplique avec un double d’Hérard qui fait marquer Launay. On arrive à 2 retraits et les bases remplies, Dang Van au bâton face à Plante. Le compte est complet, mais l’arbitre juge que le dernier lancer du québécois est en dehors de la zone des prises. Un but sur balles donne la victoire aux Cougars, et 13 ans plus tard, Plante jure encore que c’était une troisième prise. Vexés, les Huskies vont corriger 14-2 leur adversaire dans le match suivant.\r\n\r\n54 manches pour l’histoire\r\n\r\nIls trembleront ensuite un peu avec une victoire en 11è manche contre le PUC, avant de passer la surmultipliée et de connaître une série assez exceptionnelle de 54 manches consécutives sans concéder le moindre point. Roy, Plante, Ouin, Colboc, Rothermundt, le monticule rouennais éteint toutes les battes adverses. Il n’y a pas eu de perfect game pendant cette série, mais quelques performances qui méritent le détour comme les 18K de Roy contre Savigny.\r\n\r\nIl faudra une balle passée contre Montpellier pour clore cette incroyable série estivale.  Les Huskies termineront la saison en s’imposant deux fois à Nice, pour signer une fiche de 29-1 qui marque les esprits.\r\n\r\nIls remportent ensuite le challenge de France (qui opposait les deux meilleures équipes de la saison régulière). Ils gagnent le 1er match facilement à Pershing (11-1) mais doivent s’incliner chez eux dans le 2ème match (1-2 au bout de 14 manches de suspens, après un incroyable duel de lanceurs entre Roy et Volquez) avant de remporter le titre 3-1 dans le 3ème match. C’est le 1er trophée rouennais au plus haut niveau.\r\n\r\n \r\n\r\nRouen-2002\r\n\r\nC’est le temps de jouer la demi-finale contre Savigny. Les Lions n’ont pas pesé lourd en saison régulière, battus 4 fois (7-4, 12-5, 2-0, 10-0). Menés 3-4 dans le 1er match, les rouennais s’imposent 5-4 grâce à une poussée de deux points en 9ème manche. Ils pensent avoir fait le plus dur et, pour certains, se voient déjà en finale. Mais les très expérimentés saviniens vont redresser la barre le dimanche, par deux victoires 4-3 et 6-4. L’équipe rouennaise avait évolué au fil de la saison puisque pour ce dernier rendez-vous elle était ainsi composée : Rothermundt (9), Peron (2), Bougie (6), Roy (DH), Monnet (3), Plante (8), Mechemache (5), Piquet (4), Hagiwara (7), Colboc (1).\r\n\r\nCette défaite est restée longtemps comme un de pires cauchemars de ceux qui l’ont vécue. Elle aura aussi appris aux rouennais que la plus belle saison régulière ne veut plus rien dire quand vient le temps des séries. Ils ont bien retenu la leçon…\r\n\r\n