N1- Rouen 2 à St Lô pour une place en finale

| Publié par | Catégories : Baseball, Clubs, Compétition, Équipes, Fédé et Ligue

La meute du duo Benedek/Cerda a réussi une belle performance en quart de finale sur le terrain des Templiers de Sénart, dimanche dernier. Deux victoires face à une équipe qui présentait une fiche de 15 victoires pour 1 seule défaite en saison régulière. C’est donc avec le plein de confiance que les Huskies se tournent vers l’adversaire suivant, St Lô. Un adversaire bien connu puisque les deux équipes évoluaient dans la même poule en saison régulière. Poule remportée par les Bas-normands avec 12 victoires pour 4 défaites. Un beau défi que la réserve rouennaise s’apprête à relever. Rien ne sera facile. Quentin Benedek, l’un des deux coachs rouennais (avec Mickaël Cerda) le sait bien. « Saint Lô est une équipe complète, qui joue du bon baseball. Ils font les jeux de routine, lancent des prises et mettent la balle en jeu. Ils sont intelligents, ne donnent pas de retrait bêtement. » Une analyse complétée par son compère de coaching Mickael Cerda. « C’est une bonne équipe qui, en apparence, n’a rien d’extraordinaire mais qui joue proprement. Ils ont un line-up fatigant. Leurs forces ? Une bonne défensive (meilleure défense de N1). Une attaque homogène. Ils ne lâchent rien jusqu’au dernier retrait« . Un point faible à signaler ? Quentin Benedek s’y risque. « Ils s’appuient sur des éléments jeunes qui pourraient peut être manquer d’expérience dans des matchs plus important comme ce weekend.« \r\n

« Leurs forces ? Une bonne défensive (meilleure défense de N1). Une attaque homogène. Ils ne lâchent rien jusqu’au dernier retrait » – Cerda

\r\nSt Lô, c’est bien sûr son manager, Carlos Jiminian, une légende dans le baseball français. Ancien international, ancien du PUC, de Savigny… Il a fait partie de cette équipe de St Lô qui dominait le baseball français, double championne de France en 1996 et 1997. Plus d’un lanceur français a vu ses balles renvoyées de l’autre côté de la clôture par ce cogneur ! Son expérience sera un atout pour les Jimmer’s qui pourront aussi s’appuyer sur le talent du jeune lanceur gaucher Antoine Rault (7W-1L, ERA 2.35) ainsi que sur les frappeurs Kleiver Valera (.481) et Freddy Lange (.468), deux des meilleurs frappeurs de la N1. Les joueurs de Saint Lô auront aussi l’avantage du terrain et peut-être un certain ascendant psychologique puisque ils ont battu les Rouennais trois fois sur quatre cette saison (5/2, 7/2, 7/2 et 3/7). La parole à la défense. Mickael Cerda entame la plaidoirie.  » Oui. Mais sans vouloir chercher d’excuses, on n’était pas prêts. La dernière confrontation me semble être la plus significative (victoire Rouen 7/3). Là, on jouait à notre niveau. D’ailleurs nous n’avons plus perdu depuis ce moment là… (Neuf victoires de suite, sept en championnat, deux en playoffs, série en cours). » Quentin Benedek prend le relai. « Effectivement, ils nous ont battu trois fois dont deux fois en début de saisonMais notre équipe a bien évolué depuis, on l’a prouvé à Sénart ce week-end, malgré l’absence de joueurs clés. » Une analyse partagée par le lanceur Guillaume Herichard. « Nous n’avons jamais rencontré St Lô au complet non plus … Il faut savoir que nous avons renforcé notre bâton et notre défense, sans parler de la cohésion d’équipe, depuis que nous les avons affronté… Ce weekend ce sera une autre équipe de Rouen qu’ils vont avoir en face d’eux !!!« \r\nSt Lô favori au regard de sa saison ? Peut-être. D’ailleurs, en quart de finale, les Jimmer’s ont explosé Dijon 12/0 et 14/1. Mais les Rouennais ont aussi leurs atouts.\r\n

\r\n\r\n

ST-LO

Crédit Glenn Gervot

\r\n\r\nLes deux équipes sont très proches. Rouen a frappé .330 collectivement contre .321 pour St Lô et son pitching présente un ERA de 3.11 contre 3.30 pour St Lô

\r\nSon pitching staff avec Pablo Ossandon (ERA 0.63), Benjamin Guionneau (ERA 1.26), Guillaume Herichard (ERA 2.70), et son attaque (Rouen a frappé .330 collectivement contre .321 pour St Lô avec Anouar .431, Peron .378, Benedek .327, Isreal .323… ). « J’espère gagner grâce à nos joueurs d’expérience, prédit Quentin Benedek. Si nos lanceurs dominent comme ils ont dominé toute la saison, que la défense fait les jeux de routines et que l’on continue notre démonstration de forces au bâton, il n’y a aucune raison de perdre. Je sais que Saint Lô a des bons lanceurs, à nous de montrer que nous sommes plus forts« . Le jeune Hugo Blondel enfonce le clou.  » Je pense que nous allons gagner car nous avons un meilleur staff de lanceurs. Ils n’ont que trois lanceurs pour trois matchs. Leur principale force est leur lanceur gaucher Antoine Rault qui nous a battu à deux reprises, mais si on joue comme on sait le faire en défense, en faisant les jeux simplement et si en attaque on est capable de sortir leur starter le plus vite possible dans le match, alors on gagnera ». Pour Mickale Cerda, pour gagner, Rouen devra montrer une qualité essentielle, l’opportunisme en attaque. « Il faudra prendre les devants rapidement. Ce n’est jamais simple de courir après le score. Il faudra être plus agressif au bâton que lors de nos dernières rencontres. On a laissé trop de monde sur bases lors de nos dernières confrontations, contrairement à eux. »  \r\n\r\nRouen pourra aussi s’appuyer sur les deux bons matchs de quart de finale face à Sénart, qui auront été une bonne préparation à ce derby de la Normandie réunifiée que Quentin Benedek attend avec appétit. « Ca va être serré. Mais, perdre à ce stade serait très difficile à digérer pour moi. Je connais mes joueurs et j’ai confiance en eux« .\r\nLes Huskies de Rouen disputeront ils une deuxième finale de Nationale 1 de suite ? Réponse dimanche soir.\r\nLes deux équipes s’affronteront dans un programme au meilleur des trois matchs. La première équipe qui décroche deux victoires est qualifiée. Play ball samedi 15 heures. Match 2 dimanche à 11heures puis match 3 si nécessaire dans la foulée.\r\nDans l’autre demi finale, Montpellier 2 affronte St Just St Rambert (près de St Étienne). Finales le week-end end suivant.\r\n\r\n