Recherche
A la Une

« Dès le début, j’ai vu qu’il y avait un appêtit de victoires »

Keino Perez est arrivé à Rouen en 2005. Il fêtera l’an prochain ses 10 ans au club. Au moment de célébrer la 100me victoire, il a bien voulu se rappeler de ses premiers pas rouennais. Savoureux.

Tu te souviens de ton arrivée à Rouen ?
Oui bien sur, je suis arrivé à l’aéroport et je me souviens que Thomas Mechemache était venu me prendre... C’était rigolo.

Quels souvenirs gardes-tu de tes débuts ?
Je n’ai pas oublié le premier match de préparation à Rouen. C’était Thomas Mechemache (qui jouait habituellement en 3B) qui occupait l’arrêt court. Premier roulant frappé, cela passe entre ses jambes ! Je me suis dit "ahy mon Dieu, où je suis ? "... Et tout de suite après, Boris Marche est venu aumonticule et m’a dit"ne t’inquiète pas, ce n’est pas lui notre arrêt court habituel". Il a voulu me rassurer. La semaine suivante, on rejoue et je vois arriver Luc Piquet... Et je me suis dit après quelques manches " bon c’est quoi la différence entre Thomas et Luc ? "... (Rires... )
Je me souviens aussi des lanceurs Simon (Colboc), Giovanni (Ouin) et Brian (Deler)... Ils ne pensaient qu’à une seule chose : lancer la balle le plus fort possible ! Surtout Brian (Rires) !
Et puis j’ai vu Blake Denischuk frapper la balle et je me suis dit que finalement on pourrait aller loin

Quelles ont été tes premières impressions ?
Il n’y avait pas une grande culture du baseball. Par exemple, quand je suis arrivé, dans le dugout, pendant le match, ça parlait de tout sauf de baseball...
J’ai eu du mai aussi avec un terme. On appelait les runs des points ! Cela m’a beaucoup choqué ! Et je ne comprends toujours pas pourquoi on parle de points. Au baseball, on parle de runs....
Mais dès le début, j’ai vu qu’il y avait déjà quelque chose dans cette équipe, une envie partagée. C’était cet appétit de victoires. Tu voyais cela dans les regards de chaque joueur...

Tu pensais alors atteindre un tel objectif ?
Non, bien sur. Mais j’essaie toujours de tout donner. Chaque match, chaque semaine et chaque saison...
Aujourd’hui, je regarde derrière moi et quand je vois ma carrière, je me demande comment je peux encore lancer ! Quand je pense au nombre de manches lancées, quand je pense à mes victoires au Venezuela, en Colombie, en République dominicaine,aux USA, en Hollande et maintenant aux 100 en France... puff je me demande combien je vais encore encore être capable d’en sortir...
Mais quand je suis arrivé à Rouen, je n’avais qu’une idée. Me stabiliser. J’en avais marre de changer de pays, de culture.. Je voulais m’établir à Rouen et avoir une vie normale.J’étais fatigué des changements permanents, de devoir m’adapter. Je voulais construire ma vie, avoir des enfants, une famille...
Aujourd’hui j’ai tout cela (sourire). Et toujours le baseball. C’est une vie idéale. _ Après...une victoire ou 100... Cela ne change rien pour moi. Le plus important pour les Huskies, c’est le prochain match. Et je n’ai pas une carte de fidélité pour mes 100 victoires. Dès que tu montes sur le monticule, tu remets tout à zéro. Nouveau match, nouveau challenge. Et c’est difficile pour un papa et deux enfants, manage, lanceur... Mais la passion est toujours là. Spécialement quand j’entends des spectateurs crier "vas-y, frappe le vieux, envoie le à la retrait, il ne lance pas fort..."Ça, ça me motive pas mal...

Peux tu nous classer tes cinq plus belles victoires ?
Victoire N° 1, Coupe d’Europe. La victoire contre San Marino à San Marino, qui nous pour qualifie pour les demi finales contre Rimini. Inoubliable.
Victoire N°2. Celle contre Senart en finale du challenge de France l’année dernière, qui nous offre la victoire finale.
Victoire N° 3, la victoire contre les Espagnols de Tenerife en Italie. 2-0 pour Rouen.
Victoire N°4, Logan
Victoire N°5, Luana (ses deux enfants, NDLR)

Tu peux nous raconter et nous expliquer pourquoi ?
1. San Marino nous a tous marqué pour la vie. On a montré que tout est possible. C’est notre plus grand succès comme équipe, comme famille... Notre façon de voir le baseball à complètement changé en une seule semaine. Le baseball est devenu d’un coup vital pour nous. On s’est bagarré sur le terrain, on s’est dépouillé, on a été solidaires. On a refusé la défaite. Inoubliable.
2. La finale du Challenge la saison dernière car on a toujours gagné cette compétition depuis 2007 et on était en difficulté mais on a su réagir. Cette victoire me fait penser à 2007. Le même état d’esprit, le même refus de la défaite, même si on a beaucoup changé l’effectif.. Voir cette culture demeurer m’a beaucoup touché.
3. Tenerife. C’était une bonne équipe. On affrontait leur ace, Nascar, qui est aujourd’hui encore l’un des lanceurs les plus solides en Espagne. On les bat sur un fly de David Gauthier avec deux retraits et deux coureurs sur les bases. Le champ centre ne réussit pas à saisir la balle... Et on marque. Avec Boris (Marche, le receveur ), on travaillait vit, on avait les idées claires, une seule tête...
Je me permets de laisser deux place pour deux belles victoires, Logan et Luana. Mes deux plus belles victoires. Merci Mich (Michelle, son épouse), un grand merci à toi ma belle.
Tu sais, je n’aurai pas ces 100 victoires sans la cinquantaine de joueurs qui ont porté ces années le maillot de Rouen. Merci à eux. Sans leurs jeux défensifs, sans leurs frappes, je n’aurai pas atteint cette barre des 100. Ce record sur le papier m’appartient peut-être, mais sur le terrain, sans eux, cela aurait été impossible.
Je tiens à remercier mes coéquipiers, tous mes coéquipiers durant ce saisons. Merci à vous.

Merci Keino pour tout le plaisir que tu nous apportes. Encore bravo !

Les articles précédentss
7 avril 2014

La Tanière sort de terre

12 mars 2014

Coupe d’Europe : le calendrier de Rouen

17 février 2014

12U : tournoi de Louviers

8 février 2014

D1 : le calendrier officiel

2 février 2014

Challenge : Rouen défendra son titre à Toulouse en mai

12 janvier 2014

Rouen, classé 12me club européen

6 janvier 2014

Transferts : Senart et le PUC animent la période hivernale

13 décembre 2013

Championnats nationaux : les poules

25 novembre 2013

U13 OBJECTIF CLEVELAND 2014

20 novembre 2013

Les Huskies fêtent Noël

flèche de gauche
flèche de droite